Affligeant! 100 kilos de nourriture broyés chaque jour dans un supermarché

On se devait de relayer une telle information tant elle est scandaleuse!!! Mais il y en a qui crèvent de faim à l’heure actuelle, des enfants SDF au ventre vide, des associations qui seraient prêtes à distribuer cette nourriture bénévolement. Je souhaite réellement que le nom de cette grande surface soit connue, et que les responsables de ce carnage stupide et écœurant soient confrontés à leurs décisions…

DSC_0778
Ce sont des tomates. Des kilos et des kilos de tomates comestibles, passées à la broyeuses sous nos yeux. Cette vidéo a été prise dans le sud de la France en février 2015. Selon la personne qui l’a publiée, ce spectacle est tristement quotidien. Témoignage.
Selon les chiffres officiels, en France, plus de 7 millions de tonnes de déchets alimentaires sont jetés tout au long de la chaîne de production/vente/consommation chaque année. Si une part importante de ce gaspillage provient des déchets alimentaires des ménages, une part tout aussi importante vient des invendus jetés par les supermarchés. Mais difficile de mettre une image sur un chiffre. La destruction des denrées alimentaires est un sujet tabou et il n’existe pratiquement aucune scène filmée de ces opérations de destruction pourtant quotidiennes. Jusqu’à aujourd’hui.

C’est avec une profonde tristesse et beaucoup de crainte que Jean-Marc (nom d’emprunt), travailleur dans la grande distribution, nous a contacté cette semaine avec un message simple : « Le gâchis, y’en a marre. Il faut que cela s’arrête ! » accompagné de cette vidéo où on peut le voir passer à la broyeuse des dizaines de kilos de tomates, sous ordre d’un supérieur. Pourquoi un tel gâchis ? Nous avons voulu en savoir plus et Jean-Marc s’est livré à nous.
Jean-Marc travaille depuis plus de dix ans pour une grande chaîne de supermarchés dont il préfère conserver le nom pour sa sécurité. Selon ses dires, la tendance est au licenciement dans l’entreprise et il craint pour son avenir. Cependant, la charge psychologique était trop lourde pour ses épaules. En tant que responsable de rayon, Jean-Marc est chargé de faire « disparaître » de la marchandise proche de la date limite de consommation, mais toujours consommable. En moyenne, c’est un caddie de 100kg qui part « à la casse » chaque jour, nous précise-t-il.
« Cette vidéo n’est qu’un petit échantillon, car il faut s’imaginer que chaque jour le rayon fruit et légumes « casse » en moyenne pour 200€ de produits, soit environ un peu moins de 100kg de fruits & légumes. » nous affirme-t-il. Même tarif pour la viande sous barquette jetée au broyeur alors qu’il reste jusqu’à 2 jours pour la consommer. Par an, on demande à Jean-Marc de détruire des dizaines de tonnes de produits consommables. Conscient des enjeux environnementaux, du gaspillage colossal mais aussi du nombre important de gens ayant faim, Jean-Marc cède sous le poids des remords. Il nous explique en effet qu’il n’avait pas le choix. Les ordres sont clairs. « Il faut obéir ou prendre la porte » nous suggère-t-il.
S’il est vrai que certains produits sont effectivement impropres à la consommation, il précise que la majorité reste dans les dates légales de consommation, assez pour être distribué à des associations. Ce serait donc une volonté du grand magasin de ne pas en faire profiter les autres. Beaucoup d’aliments sont également détruits en raison de critères de beauté. Les employés ne peuvent évidemment pas se fournir des fruits et légumes abimés. Ceux-ci terminent à la broyeuse, avec le reste, selon lui.
« Je trouve assez dur psychologiquement d’être confronté à ce gâchis monstre tout les jours. » nous exprime Jean-Marc dans une lettre. « Comment peut on accepter, en tant qu’employé, en ayant parfois l’obligation de faire des sacrifices pour pouvoir diversifier sa propre alimentation, de devoir jeter des fruits, des légumes, des yaourts ou des barquettes de viandes qui sont encore consommables alors qu’on pourrait très bien les brader, les donner aux employés ou fournir des associations ? C’est incompréhensible ! » On ne pourra pas le contredire. Ce type de pratique va à contre-courant des mentalités et même des décisions gouvernementales.
Rappelons que le ministère délégué à l’Agroalimentaire a lancé en 2013 un pacte « Anti gaspi » avec pour objectif est de réduire de moitié le gaspillage alimentaire en France d’ici à 2025. Le plus gros de l’action consiste à pousser les consommateurs à moins gaspiller. Mais est-ce bien raisonnable si en amont, à l’abri des regards, certains supermarchés continuent de détruire à tour de bras des tonnes de nourriture ? Jean-Marc souhaite aujourd’hui que son histoire soit partagée partout en France, qu’on en parle jusqu’à réveiller le monde politique sur ces pratiques inqualifiables.
Jean-Marc conclut son message par ces mots : « Quand on connait les moyens énormes mis en place pour pouvoir produire des fruits, des légumes, ou bien l’abattage « en série » pour la viande, voir tout ça partir à la poubelle comme une vulgaire poussière indésirable est profondément consternant. Parfois, chez moi, je suis en colère en pensant à ceux qui ont des familles à nourrir et pour qui ce gâchis représenterait une mine d’or. Peut-être que si les gens qui dictent ces règles étaient un peu plus conscients de leur erreur, peut-être pourrions-nous faire l’économie de cet effroyable gâchis. » Reste à espérer que le monde politique prenne en main ce dossier pour imposer des réglementations strictes sur la manière de détruire les denrées alimentaires. Dans les idées étudiées par les associations on trouve : imposer un rabais automatique des produits qui approchent la DLC; imposer une mise à disposition facultative aux associations; interdire la destruction avant DLC (date limite de consommation). D’ici là, Jean-Marc compte sur nous pour faire entendre son histoire.
NB : C’est devant une telle information qu’on peut aisément imaginer les dégâts que ferait une loi de type « secrets d’affaires » si elle était votée. Quant aux déchets plastiques, ces images donnent une fois de plus raison aux magasins sans emballage qui fleurissent partout en France !
Merci à Guy pour son travail exceptionnel.

 

9 commentaires

  • Je partage ton indignation Benji mais il est plus que probable qu’un très grand nombre de magasins fassent exactement pareil sauf que le sujet est tabou donc on n’en saura pas plus.

    On sait par contre que certains magasins mettent même de la javel sur les aliments qu’ils jettent pour les rendre impropres à la conso alors que sans cela, il serait encore mangeable sans problème. Il ne s’agit donc pas d’une décision isolée d’un magasin, ces procédés sont très courants.

    Que pense-tu qu’ils font de tous les invendus du jour dans tous les rayons boulangerie de France? Le pain frais du matin c’est direction poubelle le soir même.

    Pour beaucoup de magasins, Seul le profit compte: ceux qui ne peuvent pas payer les aliments au prix qu’ils ont fixé devront s’en passer. C’est leur politique. Plutôt gâcher que brader, ce n’est pas « vendeur » pour une enseigne de brader ses produits alors les donner…

    Et après on nous dit que nos ressources ne suffisent pas à nourrir la terre entière mais les gâchis au niveau mondial sont colossaux. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

    Petite exemple d’aberration. « Trois jeunes ont été convoqués mardi devant le tribunal de grande instance de Montpellier pour avoir récupéré de la nourriture périmée dans les poubelles d’un supermarché.  »

    http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/que-risque-t-on-a-recuperer-de-la-nourriture-dans-les-poubelles_814943.html

  • Bobbafett84

    Je sais que c’est désolant, voir indigne. Mais malheureusement, cette nourriture qui, en effet, pourraient faire office de « don » a des associations (et on pense évidemment au Resto du Coeur ou à la banque alimentaire) a une « valeur marchande ». Les supermarchés, superettes et compagnies, ne sont pas là pour faire la charité, mais du business. Et une orange, une tomate, un concombre, ont une valeur marchande qui, lorsque les produits sont considérer comme ne pouvant plus être vendus (du fait d’un cycle de renouvellement de marchandise, d’un trop dans les stocks, d’invendues), ne peu pas être « retiré du stock a des fins de dons » et doivent être détruit. Parfois pour des raisons sanitaires, parfois parce que les réglementations l’imposes. C’est en fait l’état, le législateur qui doit trouver des solutions. Car rappelons nous qu’il y a eu des enseignes qui s’étaient lancé dans le déstockage de produits alimentaires au profit d’associations. Mais çà a poser des problèmes sanitaires et de réglementations d’hygiènes, qui estimèrent que, si l’enseigne les retiraient de la vente, c’était logiquement par principe qu’ils n’étaient plus bon a la consommation et que par conséquent, les invendables ne pouvaient pas être donner. Mais il n’est pas rare aujourd’hui de voir des enseignes mettre à la poubelle des produits qui sont en effet encore bons. Du fait que nous sommes dans des cycles économique ou les enseignes ont un turn over de produit qui fait que cela pousse des enseignes a détruire des produits qui en effet, pourrait encore être consommer. Le business prime sur l’humanitaire. Et le législateur lui, est bête et discipliné.

  • Le problème est le même au Québec. J’ai posé la question à un patron d’épicerie et je lui ai dit que je trouvais cela dégueulasse de jeter de la nourriture qui est encore comestible. Il m’a répondu que certaines personnes qui avaient récupéré des aliments qui venaient d’être jetés se sont plaintes parce qu’elles ont été soi-disant malades. De ce fait ils ne permettent plus de récupérer quoi que ce soit. Quel monde capitaliste pourri jusqu’à la racine. Il va falloir une révolution, ou malheureusement une guerre, mondiale pour que les choses se rééquilibrent. Les humains ont oublié leur passé et sont condmanés à le revivre.

  • LORENZACIO

    je suis patron d un supermarché
    je donne les invendus périssable à une assos
    l assos les stocke mal, à l humidité, au soleil , trop longtemps……et le distribue à leur adhérents.
    Ces gens la consomment, puis sont malade, il y a même des morts suite à la consommation de mes produits.
    L assos porte plainte contre moi, le juge estime que c est de la faute du supermarché et non de l assos.
    Le supermarché est condamné puis doit payer.

    C est déjà arrivé, voila pourquoi la plupart des supermarché détruisent les denrées alimentaires perimées

    • Il faut trouver un juste milieux, c’est sûr. Les poissons, viandes, laitages, c’est risqué. Il vaut mieux éviter.

      Le pain peut être mangé pendant plusieurs jours mais dès le jour suivant il est invendable en magasin. Ce n’est pas une denrée fragile susceptible de rendre malade facilement.

      Les tomates qui sont broyées dans l’article ont l’air encore bonnes aussi. Des pommes un peu flétries peuvent servir en compote.

      Les céréales bien fermées peuvent se conserver très longtemps, j’ai déjà mangé du riz périmé depuis un an, aucun soucis.

      • gneu

        Un juste milieu Guy ? C’est facile : il suffit de donner ces denrées à la limite de consommation aux éleveurs de cochons par exemple. Ce sera pas pire que les graines OGM.

        Ah oui, mais zut, il n’y a quasiment plus d’éleveurs en France…

      • engel

        C’est interdit.
        Eh oui, un monde de fou!

  • PhildeFer

    Matthieu 24
    …19Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là! 20Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat. 21Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais.22Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés…..

    – L’hiver? c’est jusqu’au 20 mars…
    – Les jours de Sabbat restants avant la fin de l’hiver? les samedi 7 et 14 mars…
    – Fin de la 4ème et dernière génération dont Jésus a dit que tout serait accompli avant qu’elle ne soit passée: Nisan 2015 soit le 20 mars 2015.

    Explications détaillées pour ceux qui croient les fariboles des protestants et autres qui attendent Antéchrist et Tribulations dans les années à venir voire plus tard (sans parler de ceux qui mettent ces événements sur le compte d’une planète invisible…)

    http://textup.fr/109547YC