États-Unis : près de 4 000 Noirs lynchés dans le Sud entre 1877 et 1950, selon une nouvelle étude

C’est tragique, et pour cela,  y a-t-il eu des excuses et des dédommagements versés? Des commémorations diffusées à travers la planète? À la limite les USA vont pouvoir arguer qu’ils se sont excusé, qu’ils ont même mis un noir à la présidence. Partant de cette logique on pourrait même attendre un amérindien à la tête du pays alors, vu qu’ils ont tué entre 80 millions et 100 millions d’amérindiens… Entre 1619 et 1865, 600 000 africains ont été arrachés à leur terre natale pour être transformés en esclaves, même les chiens étaient mieux traités. 600 000 humains qui ne furent plus que souffrance, humiliation, et qui ne représentaient au final que 5 % du total des esclaves déportés vers les Amériques.Comme nous l’apprend Wikipedia, avant la guerre de Sécession, le recensement américain de 1860 dénombre quatre millions d’esclaves dans le pays.

Quand aux lynchages, une nouvelle étude démontre que 4000 noirs ont été lynchés entre 1857 et 1950, uniquement dans le sud.

Lynching_of_Laura_Nelson_and_her_son_2

Près de 4000 Noirs ont été lynchés dans le sud des États-Unis entre 1877 et 1950, ce qui représente plus d’une exécution par semaine pendant 73 ans, selon un rapport publié par l’ONG américaine Equal Justice Initiative. Cette étude met en lumière l’héritage des violences raciales dans ce pays.

Dans son étude publiée mardi 10 février, Equal Justice Initiative rapporte que les discriminations raciales, encore très présentes aux États-Unis, s’expliquent par la sombre histoire de violences raciales du pays. « En Allemagne, ils sont contraints de gérer les conséquences de l’Holocauste » explique le fondateur de l’organisation basée en Alabama, Bryan Stevenson. Cependant, aux États-Unis, aucun effort n’a été réalisé, dit-il, pour reconnaître les massacres perpétrés à l’époque. Cette période de lynchages publics a créé une « présomption de culpabilité et une présomption de dangerosité » envers les Africains-Américains. Selon lui, il s’agit de la même présomption de culpabilité qui pèse aujourd’hui contre les jeunes Noirs qui sont menacés ou abattus par des policiers.

Entre 1910 et 1970, ces menaces de lynchage arbitraire ont conduit plus de 6 millions de Noirs à fuir le sud des États-Unis vers les villes du nord et de l’ouest du pays. « Les lynchages ont eu un impact très important sur les relations entre les communautés en Amérique et ont façonné les conditions de vie géographiques, politiques, sociales et économiques des Noirs américains d’une manière qui reste très claire aujourd’hui », selon le rapport.

L’enquête révèle 700 lynchages de plus que les études précédentes

L’enquête sur le « terrorisme racial » a été menée durant plusieurs années dans 12 États situés au sud du pays : Alabama, Arkansas, Floride, Géorgie, Kentucky, Louisiane, Mississippi, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Tennessee, Texas et Virginie. Les résultats révèlent un nombre de 3959 lynchages entre 1877 et 1950, soit 700 de plus que les études précédentes.

À l’époque, des milliers d’Américains blancs, dont des élus locaux, se rassemblaient pour assister au lynchage public des victimes noires, qui étaient torturées, mutilées et démembrées. Des centaines de personnes ont été tuées de cette façon sans être formellement accusées de crimes sérieux. Souvent, elles avaient simplement refusé de descendre d’un trottoir ou avaient accidentellement bousculé une femme blanche.

Durant cette même période, aucun Américain blanc n’a été condamné pour avoir lynché un Noir, selon le rapport. Equal Justice Initiative souhaite maintenant obtenir du financement pour ériger des monuments en mémoire des victimes.

(Avec AFP)

Source: Jeuneafrique.com

Si dans de nombreux cas, il s’agissait des esclavagistes et du Klu Klux Klan qui devrait être purement et simplement interdit, le massacre ne s’est pas arrêté pour autant: Depuis 2006, une centaine de jeunes Noirs sont tués chaque année par des policiers blancs. Le plus souvent sans raison. Et en toute impunité.Les noirs américains ne sont peut-être plus esclaves, ils n’en sont par pour autant plus en sécurité, et le fait d’avoir un président afro-américain ne change rien, ce n’est que de la politique, et la politique ne se base que sur les apparences, cela ne compte pas…

Depuis longtemps déjà, l’esclavage a été aboli, ce n’est pas pour autant qu’il a disparu. Il y aurait à l’heure actuelle plus de 36 millions d’esclaves dans le monde. Entre autres sites que vous pouvez visiter sur cet esclavage moderne, il y a celui-ci: le Comité Contre l’Esclavage Moderne

Et enfin, pour ceux qui ne l’auraient pas vu, je ne peux que vous conseiller cet excellent film sur l’esclavage aux Etats-Unis: 12 ans d’esclavage.

15 commentaires

  • Nevenoe Nevenoe

    Mes ancêtres étaient des Serfs et je n’en fais pas tout un fromage.

  • Nevenoe Nevenoe

    Puisque nous sommes dans la mémoire.

    Dresde il y a 70 ans aujourd’hui.

    Je ne veux pas de suggestions sur la façon dont nous pouvons mettre l’économie et la machine de guerre (allemandes) hors d’état de fonctionner ; ce que je veux, ce sont des suggestions sur la façon de rôtir les réfugiés allemands fuyant Breslau. » Winston Churchill.

    Une première vague de bombardiers lâche 460.000 bombes à fragmentation Stabbrand, qui descendent en vrille et explosent en perçant les murs, les planchers et les plafonds des habitations.

    Une deuxième vague de bombardiers déverse pendant 20 minutes 280.000 bombes incendiaires au phosphore et 11.000 bombes et mines. Les incendies se propagent avec d’autant plus de facilité que les immeubles ont été préalablement éventrés.

    La troisième vague survient le lendemain et lâche à son tour bombes incendiaires et bombes explosives.

    Plus de 350 000 morts dans des conditions horribles. Un carnage cruel et inutile, un holocauste, un sacrifice rituel de victimes consumées par le feu.

    http://www.youtube.com/watch?v=iGMowcad67E

  • Le veilleur

    A voir absolument aussi « Mississippi Burning » un film américain « d’Alan Parker » réalisé en 1988. Un film basé sur une histoire vrai.

    En 1964, trois militants pour les droits civiques des noirs disparaissent mystérieusement. Ce sont deux agents du FBI qui sont chargés de l’affaire. Très vite, les questionnements et les méthodes d’intimidation d’Alan Ward et de Rupert Anderson dérangent, en particulier le Klu Klux Klan.

  • Pierre L

    C’est un devoir religieux chez le Talmudo-Anglois de trucider. Il est darwinien, comprenez-vous ?

    Et on ne parle pas beaucoup de ses autres exploits dans les Indes et en Australie.

    Selon une étude sortie, si je me souviens bien, dans The Guardian, jusqu’à 15 millions (un historien indien a même parlé de 100 millions) d’Indiens auraient été massacrés aux Indes. D’après l’étude, le Talmudo-Anglois était malade de voir tous ces Indiens pulluler, et il avait peur que ça le prive de nourriture et d’air pour respirer.

    Alors, comme c’est lui qui tenait le fusil, préventivement, il massacrait…

    • Nevenoe Nevenoe

      Ces chiffres ne font pas sérieux, et je ne parle même pas du ridicule des 100 millions d’Amérindiens.
      Ils en ont tué plus qu’il n’y en a jamais eu !

      Nous assistons à une course aux chiffres pathétique.