La non-coformité et la libre pensée considérées comme étant des maladies mentales

Ils ont trouvé un nouveau trouble à soigner! Et pas de chance, nous sommes tous concernés, c’est le jackpot assuré pour ceux qui vont pouvoir proposer un remède à cela… Mais vu que remettre en cause la réalité de ce trouble fait de moi un patient potentiel qu’il va absolument falloir soigner, je vais appuyer l’article avec un reportage de 2011 expliquant l’invention des maladies pour des raisons de profit, à voir pour ceux qui douteraient encore…

https://www.youtube.com/watch?v=HXJlB7WESmw

Est-ce que la non-conformité et la libre-pensée sont une maladie mentale ? Selon la dernière édition du DSM-IV (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux)
oui. 

Ce manuel identifie une nouvelle maladie mentale appelée « trouble oppositionnel avec provocation » ou TOP. Cette maladie est définie comme un « schéma continu de désobéissance, d’hostilité et de provocation » et les symptômes incluent la remise en question de l’autorité, la négativité, la défiance, la contradiction, et le fait d’être facilement agacé.

Le DSM-IV est le manuel utilisé par les psychiatres pour diagnostiquer les maladies mentales, et à chaque nouvelle édition, il y a des dizaines de ces nouvelles maladies. Sommes-nous en train de devenir de plus en plus malades ? Est-ce qu’il devient plus difficile d’être en bonne santé mentale ? Les auteurs du DSM-IV déclarent que c’est parce qu’ils sont plus à même d’identifier ces maladies aujourd’hui.


Les nouvelles maladies mentales identifiées par le DSM-IV incluent l’arrogance, le narcissisme, la créativité supérieure à la moyenne, le cynisme, et le comportement antisocial. Ce que nous appelions des traits de personnalité autrefois sont désormais des maladies mentales. Et il existe des traitements.

Au cours des 50 dernières années, le DSM-IV est passé de 130 à 357 de ces maladies. La majorité de ces maladies frappent les enfants. Bien que ce manuel soit un outil de diagnostic important pour l’industrie psychiatrique, il a également été responsable des changements sociaux. L’augmentation des TOP, des troubles bipolaires et des dépressions chez les enfants a été en grande partie à cause du manuel qui identifie certains comportements comme des symptômes. Un article du Washington Post a fait remarquer que, si Mozart était né aujourd’hui, il serait diagnostiqué avec un TOP et il serait médicamenté jusqu’à ce qu’il redevienne normal.

Selon le DSM-IV, les adultes peuvent souffrir des mêmes maladies que les enfants. Cela devrait donner une raison de s’inquiéter aux libres-penseurs. L’Union Soviétique utilisait de nouvelles maladies mentales pour les répressions politiques. Les gens qui n’acceptaient pas les convictions du Parti communiste développaient une nouvelle forme de schizophrénie. Ils souffraient du délire de croire que le communisme n’était pas une bonne chose. Ils ont été isolés, médicamentés de force et ont subi une thérapie répressive pour les ramener à la raison.

Lorsque la dernière édition du DSM-IV a été publiée, l’identification de symptômes de diverses maladies mentales chez les enfants a entraîné une augmentation significative de la médication des enfants. Certains États ont même des lois qui permettent aux agences de protection de soigner de force, et ont même rendu le refus de prendre des médicaments passible d’amende ou d’emprisonnement. Cela donne un image effrayante à tous ceux qui sont non-conformistes.  Bien que les auteurs de ce manuel affirment ne pas avoir d’arrières-pensées, qualifier la libre-pensée et la non-conformité de maladie mentale est une bombe à retardement d’abus en tout genre. Cela peut facilement devenir une arme dans l’arsenal d’un État répressif.

Trouvé sur Fawkes-News

 

25 commentaires

  • On est passé au DSM5 en juillet, et il y a beaucoup de choses qui changent. (mais il ne sera mis en application que progressivement par le milieu médical).

    Le DSM5 est encore pire dans ses possibilités de fabrication de maladies mentales.

    Mais il est aussi plus souple pour les diagnostiques, car, au lieu de « cases » on passe à des « échelles ».
    De toute manière, c’est très difficile de situer la limite de la pathologie, puisque nous avons tous des traits de personnalité pathologique. Ce n’est qu’une question de déséquilibre.
    On a tous un coté parano, hystérique, etc…

    Le diagnostique psychiatrique est une question extrêmement complexe qui est souvent très dépendant du psy lui même … c’est presque un art pourrait-on dire.

    Tout ça pour dire que dans la pratique, ça reste quand même une discipline de terrain, et les manuels ne sont la que pour donner un langage commun au praticiens.

    Il ne faut pas trop dramatiser. L’utilisation à des fins politiques est toujours possible (nouveau standard ou pas, les soviet n’avaient pas attendu le DSM5 pour mettre en place le lyssenkisme). La dérive commerciale quand à elle dépends plus des budgets que des manuels.

    • DSM5 : juillet 2013 !!! j’ai oublié le 2013 et c’était pour dire que le DSM4 c’est le passé. Etrange que l’article ne mentionne pas le nouveau standard. Ca fait pas super crédible.

    • Pelerin

      Quand on sait ce qui motive beaucoup de ces médecins / thérapeutes dans leur choix de la discipline…(leurs propres névroses)…on comprend bien des choses;
      Maintenant c’est très arrangeant de déclarer quelqu’un en pathologie sur le simple fait de ne pas être d’accord…! c’est liberticide, le libre arbitre n’a plus le droit de citer..

      • nutty juggler nutty juggler

        Plus concrètement, c’est quasiment une obligation d’adhésion aux dogmes de l’autorité en place.

        Notez que j’utilise le terme « d’adhésion » au lieu « d’acceptation », le second laissant supposer avoir eu l’outrecuidance de garder une part de réserve ou de doute vis à vis de tout ou partie des dogmes; ce qui mérite l’internement immédiat sous camisole de force, bien évidemment.

        Il est amusant de penser qu’une des conséquences directes est l’inconsistance nécessaire de ses propres conviction à chaque vacance du pouvoir, ce qui n’est pas un gage de stabilité psychique.

  • bobby3

    CoNformité, pas coformité !!!

    • voltigeur voltigeur

      C’est l’année qui est nouvelle, pour le reste………..
      ……;)

      • Thierry92 Thierry92

        Tu a raison Voltigeur, Le reste c’est vraiment du ressassé.
        Mais au moins ici bien que souffrant de maladie mentale je me sens bien.
        Que c’est bon de ne pas se sentir tout seul. Au moins sur les moutons il y a d’autres malades. :D
        On se sent accompagné. :D :Dhttp://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • Amaethon

    C’est mon pc qui déconne ou quoi? toute la liste des liens s’affiche au dessus de l’article. Bug?
    Sinon ça fait longtemps que je suis au TOP.
    Bientôt la Police de la Pensée !

  • robertespierre

    Des Moutons bien rangés….non, merci!
    Dociles et exploités……………non, merci!
    Invisibles à souhait,transparents,ou tondus…..non, merci!
    Des moutons sans voix…..non,merci!
    ce sera sans moi

    • robertespierre

      Hymne à la LIBERTE

      « Et que faudrait-il faire ?
      Chercher un protecteur puissant, prendre un patron,
      Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc
      Et s’en fait un tuteur en lui léchant l’écorce,
      Grimper par ruse au lieu de s’élever par force ?
      Non, merci ! Dédier, comme tous ils le font,
      Des vers aux financiers ? se changer en bouffon
      Dans l’espoir vil de voir, aux lèvres d’un ministre,
      Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ?
      Non, merci ! Déjeuner, chaque jour, d’un crapaud ?
      Avoir un ventre usé par la marche ? une peau
      Qui plus vite, à l’endroit des genoux, devient sale ?
      Exécuter des tours de souplesse dorsale ?…
      Non, merci ! D’une main flatter la chèvre au cou
      Cependant que, de l’autre, on arrose le chou,
      Et donneur de séné par désir de rhubarbe,
      Avoir son encensoir, toujours, dans quelque barbe ?
      Non, merci ! Se pousser de giron en giron,
      Devenir un petitgrand homme dans un rond,
      Et naviguer, avec des madrigaux pour rames,
      Et dans ses voiles des soupirs de vieilles dames ?
      Non, merci ! Chez le bon éditeur de Sercy
      Faire éditer ses vers en payant ? Non, merci !
      S’aller faire nommer pape par les conciles
      Que dans des cabarets tiennent des imbéciles ?
      Non, merci ! Travailler à se construire un nom
      Sur un sonnet, au lieu d’en faire d’autres ? Non,
      Merci ! Ne découvrir du talent qu’aux mazettes ?
      Être terrorisé par de vagues gazettes,
      Et se dire sans cesse : « Oh ! pourvu que je sois
      Dans les petits papiers du Mercure François » ?…
      Non, merci ! Calculer, avoir peur, être blême,
      Préférer faire une visite qu’un poème,
      Rédiger des placets, se faire présenter ?
      Non, merci ! non, merci ! non, merci ! Mais… chanter,
      Rêver, rire, passer, être seul, être libre,
      Avoir l’œil qui regarde bien, la voix qui vibre,
      Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
      Pour un oui, pour un non, se battre, – ou faire un vers !
      Travailler sans souci de gloire ou de fortune,
      À tel voyage, auquel on pense, dans la lune !
      N’écrire jamais rien qui de soi ne sortît,
      Et modeste d’ailleurs, se dire : mon petit,
      Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,
      Si c’est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
      Puis, s’il advient d’un peu triompher, par hasard,
      Ne pas être obligé d’en rien rendre à César,
      Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
      Bref, dédaignant d’être le lierre parasite,
      Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul,
      Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »
      Cette lecture de Cyrano de Bergerac

    • Le veilleur

      Déjà n’importe quel psychiatre honnête vous dira que la normalité n’existe pas. La norme a été inventé pour tenir les moutons en laisse et penser tous la même chose est plus rassurant.

      Le tous identique n’existe pas dans la nature, la diversité est un bien fait et heureusement que nous sommes tous différent sinon on s’ennuierait à mourir.

      Désolé pour les inventeurs de nouvelles maladies mentales pour tenir en laisse les gens qui dérangent, mais heureusement qu’il y a des gens qui dérangent car c’est grâce à eux que le monde évolue.

      La plupart des grands génies connus de l’histoire, possédaient un esprit à part que le commun des mortels ne comprenait pas car ces gens dérangeaient par leurs marginalités et leurs idées extravagantes qui sortaient des stéréotypes conventionnel ennuyeux.

  • En gros, si l’on dit à un psy qu’à la place de voir la vie en mode bisounours on la voit en mode truther, on est bon pour une camisole chimique. Si en plus on dit que la VO du 11 Septembre est une fable, alors là ça sera la camisole, la vraie. Les camps de la FEMA vont peut être devenir des hôpitaux psy finalement http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
    En fin de compte, il ne reste plus qu’à trouver qui n’a pas de problèmes psy…probablement pas les psys eux même en tout cas.

  • Eaglefeather Eaglefeather

    Hello à tous, Bonne Année et bonne santé.

    WAAAAOOOH Benji, là t’as déchiré grave mon gars, « SUPER » Les M E New Look, bon ouais la version alpha fait encore des petites crises pour l’habillement, il me tarde de voir la beta.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    …1984 on y est !

    C’est exactement le message que Hollandouille essaie de nous faire passer en ce moment !
    « Soit positif, boss (si tu peux) mais surtout ferme ta gueule ! » http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

  • yannick511

    C’est déjà le problème que soulevait l’inventeur/découvreur de la psychanalyse Freud lui-même en se demandant : quel est l’objectif final d’une analyse ? Faire revenir l’individu à un comportement que la société juge « normal », donc « massif », « banal », et donc permettre à la société de se perpétrer ? Mais si la société est elle-même la productrice de névrosés ? Les psychanalistes ne deviennent-ils alors pas des faire-valoirs d’un système vicié dont les névrotiques, en étant les malades, sont aussi potentiellement une part du remède.

  • engel

    En son temps,
    Freud, après avoir suivi les travaux du Dr Charcot, a pondu une nouvelle « religion scientifique  » : La psychanalyse.

    Bien sûr, il fallut bien s’attaquer aux travaux de son mentor français qui faisait large usage de l’hypnose.
    Et pour mieux détruire toute crédibilité des anciens, il s’attaqua à l’outil plutôt qu’au savoir d’un homme.
    Malin ,non?
    Voilà pourquoi les techniques d’hypnose devinrent sulfureuses et furent très rapidement réservées aux attractions foraines.

    Mais 150 ans plus tard, l’hypnose refait un retour triomphale, que ce soit dans le domaine de la psyché ou en tant que soin anesthésique.

    Comme quoi, cette branche fourmille d’impostures qui ne résistent pas au temps…. et aux réels résultats cliniques!

    … »Mais mon dieu comme la chape de plomb est lourde!!! »

  • Grand marabout Grand marabout

    Les droits prévus à l’article 6 correspondent à ceux qui sont garantis par l’article 5 de la CEDH et ont, conformément à
    l’article 52, paragraphe 3, de la Charte, le même sens et la même portée. Il en résulte que les limitations qui peuvent
    légitimement leur être apportées ne peuvent excéder les limites permises par la CEDH dans le libellé même de l’article 5:
    «1. Toute personne a droit à la liberté et à la sûreté. Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales:

    b) s’il a fait l’objet d’une arrestation ou d’une détention régulières pour insoumission à une ordonnance rendue,
    conformément à la loi, par un tribunal ou en vue de garantir l’exécution d’une obligation prescrite par la loi;

    e) s’il s’agit de la détention régulière d’une personne susceptible de propager une maladie contagieuse, d’un aliéné,d’un alcoolique, d’un toxicomane ou d’un vagabond