Rappel: OUI, on peut décrocher les drapeaux européens en France!

Le sujet a été abordé sur le blog il y a peu, mais on peut toujours en remettre une couche en rajoutant quelques informations au passage, surtout que Sylvain Baron a été une nouvelle fois interviewé sur le décrochage des drapeaux européens, par Le Cercle des Volontaires cette fois-ci.

Commençons par la base: peut-on décrocher le drapeau européen? Oui, on leu peut puisque celui-ci est un des emblèmes de l’Union Européenne, et que la France comme le Royaume-Uni n’a pas reconnu ces symboles, que cela soit le drapeau, la monnaie, comme l’hymne, justement un fait relaté par François Asselineau lors de l’une de ses dernières interventions radiophoniques.

Crise-euro-Union-européenne

Par nature, l’article 2 de la Constitution dispose que « l’emblème de la République est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge ». L’article 1 de la Constitution précise en outre que la France est une République indivisible et laïque.

Ajoutons que la France à l’égal du Royaume-Uni, n’a pas reconnu les emblème, devise monétaire et hymne de l’Union Européenne dans l’article 52 de l’annexe 1 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne rédigé comme suit :

sic…

La Belgique, la Bulgarie, l’Allemagne, la Grèce, l’Espagne, l’Italie, Chypre, la Lituanie, le Luxembourg, la Hongrie, Malte, l’Autriche, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie et la Slovaquie déclarent que le drapeau représentant un cercle de douze étoiles d’or sur fond bleu, l’hymne tiré de « l’Ode à la joie » de la Neuvième symphonie de Ludwig van Beethoven, la devise « Unie dans la diversité », l’euro en tant que monnaie de l’Union européenne et la Journée de l’Europe le 9 mai continueront d’être, pour eux, les symboles de l’appartenance commune des citoyens à l’Union européenne et de leur lien avec celle-ci.

Intégralité de la lettre à envoyer à votre élu sur Histoiresdefrance.wordpress.com

La suite du courrier à envoyer à votre élu, proposée à la suite de l’interview ci-dessous, fournit des explications plus claires quand à la possibilité d’interdire le drapeau européen en France.

Donc, oui, on peut!!! Le drapeau européen n’a pas à être affiché de manière officielle dans le pays. Cela en serait même un geste citoyen, ce qui rend le message qui suit encore plus important, voire capital!

Vous connaissez peut-être Sylvain Barron, le fondateur du journal « Poil à Gratter ». Il mène actuellement une action citoyenne originale : le décrochage de drapeaux européens. Et il fait des émules ! En effet, d’autres citoyens se sont mis à l’imiter. Non content de les enlever, Sylvain Barron les envoie par voie postale à différents responsables politiques, accompagnés bien sûr d’un message pour protester contre la construction européenne en général, car elle est intrinsèquement anti-démocratique et anti-sociale,  et pour protester en particulier contre la véritable trahison du peuple français qu’a constitué la ratification du traité de Lisbonne par les parlementaires français en 2008.

Sylvain Baron a également lancé une « révolte monétaire », afin de propager l’idée que le retour du franc est possible et souhaitable. Enfin, vous pourrez retrouver Sylvain Baron ce vendredi 12 décembre 2014, à 19h00, pour une conférence, « L’Insurrection Intelligente » (cliquez ici pour plus d’information).

Raphaël Berland

Source: Cercledesvolontaires.fr

Et si vous souhaitez vous aussi procéder à quelques décrochages, vous avez la possibilité de justifier cela auprès de votre élu local avec une petite lettre d’explication:

Lettre type adressée aux maires des communes de France
qui ont pu constater la disparition
du drapeau européen
de la façade de leur mairie ou de tout autre bâtiment officiel
.
.
I / ARTICLE
.
Ceci est le texte type que j’envoie aux maires et que je modifie en fonction des institutions ou un drapeau a été prélevé [retiré du fronton de la mairie]. Ceux qui souhaitent disposer d’un texte faisant valoir tant les questions de droit que les raisons plus économiques et morales d’une telle révolte, peuvent en faire un C/c, et conserver le texte pour le modifier à l’envie pour leurs propres actions :
.
.
Monsieur le Maire,
.
Je tiens à vous informer que votre Municipalité était jusque là en infraction avec les textes constitutionnels en vigueur, s’agissant du drapeau de l’Union Européenne qui faisait face à la Mairie de votre commune. En effet, le seul drapeau reconnu par la République Française est le drapeau tricolore. Il est même obligatoire lors de la commémoration de certains événements historiques.
La circulaire N° 246 du 4 Mai 1963 indique d’ailleurs, que seul le drapeau tricolore peut être hissé
lors de ces commémorations nationales, et qu’aucun autre emblème ne peut lui être accolé.

Par nature, l’article 2 de la Constitution dispose que « l’emblème de la République est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge ». L’article 1 de la Constitution précise en outre que la France est une République indivisible et laïque.

Ajoutons que la France à l’égal du Royaume-Uni, n’a pas reconnu les emblème, devise monétaire et hymne de l’Union Européenne dans l’article 52 de l’annexe 1 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne rédigé comme suit :

52. Déclaration du Royaume de Belgique, de la République de Bulgarie, de la République fédérale d’Allemagne, de la République hellénique, du Royaume d’Espagne, de la République italienne, de la République de Chypre, de la République de Lituanie, du Grand-Duché de Luxembourg, de la République de Hongrie, de la République de Malte, de la République d’Autriche, de la République portugaise, de la Roumanie, de la République de Slovénie et de la République slovaque
relative aux symboles de l’Union européenne

La Belgique, la Bulgarie, l’Allemagne, la Grèce, l’Espagne, l’Italie, Chypre, la Lituanie, le Luxembourg, la Hongrie, Malte, l’Autriche, le Portugal, la Roumanie, la Slovénie et la Slovaquie déclarent que le drapeau représentant un cercle de douze étoiles d’or sur fond bleu, l’hymne tiré de « l’Ode à la joie » de la Neuvième symphonie de Ludwig van Beethoven, la devise « Unie dans la diversité », l’euro en tant que monnaie de l’Union européenne et la Journée de l’Europe le 9 mai continueront d’être, pour eux, les symboles de l’appartenance commune des citoyens à l’Union européenne et de leur lien avec celle-ci.

Le référendum sur le Traité Constitutionnel Européen de 2005 a démontré que la majorité des Français sont hostiles à l’Union Européenne. Nombre de formations politiques défendant à minima la sortie de l’euro rassemblent plusieurs millions d’électeurs contre l’Union Européenne. A ce titre, le bien fondé de l’Union Européenne peut être considéré comme un positionnement politique, voire partisan, de la même façon que l’on peut être de gauche ou de droite. En outre, ajoutons que le drapeau de l’Union Européenne est sensé véhiculer certaines valeurs chrétiennes qui selon son créateur Arsène Heitz représente : « les 12 étoiles qui entourent la couronne de la Vierge Marie »

La très intéressante circulaire N° 70-416 du 27 Octobre 1970 dispose que :

– les exhibitions sur la voie publique d’insignes ou d’emblèmes associés aux couleurs nationales, sont d’une manière générale, de nature à compromettre la sûreté et la tranquillité publique ; elles peuvent dont être interdites;

[…] L’éventualité de l’exhibition ou l’utilisation, sur la voie publique, de l’emblème national, associé à des emblèmes ou insignes présentant un caractère politique ou religieux soit lors de cortèges, défilés et rassemblements, soir lors de quêtes, dans des conditions de nature à entraîner de la part d’une catégorie de citoyens, des réactions créatrices de troubles de l’ordre public, doit conduire les Maires à refuser d’autoriser ou à interdire la quête ou manifestation envisagée.

Non seulement l’emblème de l’Union Européenne est un marqueur d’un positionnement politique particulier et non partagé par l’ensemble de la population Française, mais l’esprit de sa création viole le principe constitutionnel de laïcité. Et si nous allons jusqu’au bout de tout ce qu’il présuppose politiquement, l’emblème de l’Union Européenne est un affront à l’unité et l’indivisibilité de la République Française.
.
En vérité, les maires et collectivités ou administrations faisant pavoiser leurs édifices du drapeau de l’Union Européenne sont en violation la plus complète de la loi. C’est pour cette raison, que vous découvrez aujourd’hui que le drapeau qui était hissé devant votre mairie a été retiré de son mât.
.
Vous pourrez le réclamer auprès de François Hollande, à qui je fais parvenir tous les drapeaux de l’Union Européenne que je collecte. Sachant que le Président de la République Bananière Française a voté pour la ratification du Traité de Lisbonne lorsqu’il fut député – cela en violation du choix Souverain des Français – le peuple ne peut compter sur ce triste sire pour organiser un référendum leur permettant de décider s’ils souhaitent quitter cette institution qui viole leur Souveraineté Nationale. Il appartient désormais aux maires d’organiser des Référendums d’Initiative Locale sur le sujet, avant de pouvoir afficher ostensiblement l’emblème d’une institution très contestée politiquement au sein de leur commune, cela en violation avec les circulaires en vigueur sur le sujet.
.
Je vous propose d’organiser un débat public, où je me ferais un plaisir d’expliquer à vos administrés le contenu des traités européïstes, et pourquoi ils génèrent une augmentation continuelle de la charge d’intérêt de notre dette souveraine, du chômage endémique, du dumping social, une désindustrialisation massive et l’abolition de la démocratie. Je peux même contacter des représentants de formations politiques censurées en France qui font un énorme boulot de pédagogie sur ces traités pourris. Par exemple, avez vous déjà entendu parler de l’U.P.R, du M’pep ou encore du P.R.C.F ?
.
Je comprendrais parfaitement que vous préfériez engager des poursuites à mon encontre, mais la question de ma personne importe peu, quand mon pays se trouve en situation de démantèlement au nom d’une doctrine mondialiste et anarcho-capitaliste verrouillée par traités et surtout beaucoup de propagande proprement Stalinienne.
.
Je pense néanmoins que vous gagneriez en responsabilité de premier Magistrat de votre commune, à organiser le débat que je vous propose avec un référendum local à la clé pour savoir si vos administrés souhaitent à la majorité rester sous la tutelle de l’Union Européenne ou en sortir. Ce qui aurait au moins le mérite de trancher le débat sur la pertinence d’un emblème européïste ostentatoire sur le fronton de votre mairie.
.
Votre réaction sera médiatisée sur les réseaux sociaux et dans un certain nombre de médias alternatifs très regardés en France. Contrairement à la propagande, les plus acharnés résistants à l’Union Européenne sont très loin d’être des gens d’extrême droite. Ce sont majoritairement des communistes, des socialistes ou des néo-gaullistes qui rejettent clairement les thèses du Front National, mais sont immensément respectueux du droit national comme international, et très éduqués sur la démocratie et l’économie.
.
Et ils représentent désormais plusieurs centaines de milliers de personnes en France à avoir jeté leur téléviseur pour s’intéresser directement aux lois et aux traités votés, afin de connaître la réalité des décisions de nos irresponsables politiques.
.
En espérant que vous saurez relativiser mon affront avec sourire et pragmatisme pour y répondre avec toute l’intelligence que l’on peut espérer d’un maire d’une petite commune, veuillez accepter Monsieur, mes salutations les plus cordiales.

Sylvain Baron sur Histoiresdefrance.wordpress.com

15 commentaires