[MàJ] Nos gentils voisins ukrainiens….

Voilà 3 jours que j’hésite (je me demande pourquoi!) à vous soumettre cet article, il est indéniable que le soutien des autorités françaises, et pas de la majorité des français (j’espère) à l’Ukraine, et au régime nazi affiché, doit nous poser un problème de conscience. Est ce que nos impôts doivent servir à un génocide? Il ne se passe pas un jour, sans que nous ayons des infos alarmantes et horribles de ce qui se passe en Ukraine. Il devient plus qu’évident, qu’une bombe à retardement est à nos portes. Vu que certains d’entre vous ont mis le lien vers cet article, qui démontre votre intérêt, quel avis avez vous sur cette situation?

[MàJ] Article rajouté

Nota : ce texte est traduit d’un article paru en Roumanie

Quelques motifs pour ne pas plaindre les ukrainiens

En 1918 ils ont souhaité officiellement l’annexion de la Bessarabie et seule la présence de l’armée roumaine, soutenue par la France et la Grande Bretagne, les a obligés à retirer leur demande.

En 1945 ils ont réitéré leur demande mais ont été obligés d’annuler encore une fois, sur pression de la part de Staline (cette demande était en contradiction avec les accords de Yalta).

En 1992 ils ont participé à la guerre en Transnistrie, aux côtés des troupes russes et contre les roumanophones, dans le but d’obtenir la séparation de cette région pour ensuite l’annexer (dans la suite de leurs demandes concernant la Bessarabie)

Depuis 1992 ils ont participé activement à toutes les négociations relatives à la Transnistrie. Ils y ont systématiquement soutenu la position des russes pour que ces négociations restent formelles et n’aboutissent à aucun accord.

La grande majorité de la « mafia » qui a dirigé la République de Moldavie depuis 1991 est représentée d’ukrainiens, et non pas de russes ! S’ils ont obtenu ces fonctions, c’était clairement pour ne pas permettre l’autonomie réelle de ce pays, et qu’il reste dans le giron russo-ukrainien ; ceux qui ont géré la Transnistrie, et qui poussent les revendications séparatistes des Baltes, Cahul et Gagaouzes (Bălti, Cahul si Gagauzia), sont également des ukrainiens, et non pas des russes ; les ukrainiens ont poussé à la destruction de l’identité roumaine dans les territoires occupés depuis la seconde guerre mondiale.

D’une manière totalement arbitraire l’Ukraine détient les territoires suivants, qui sont des territoires historiquement roumains et roumanophones : les 4/5èmes du Maramures historique (territoire de Apsu de Sus et Apsu de Jos, Barjava, Sources de la Tisza), le nord de la Bucovine historique, la région appelée Buceag (anciens départements de Ismail et Cetatea Alba), l’Ile aux serpents, tous offerts par l’ex-URSS.

Après une longue dispute au niveau du Tribunal de la Haye ils ont perdu la plate-forme continentale au profit de la Roumanie, et n’ont pas digéré cette décision.

Un des obstacles majeurs à la réunification des deux états roumains (Roumanie et Moldavie) est l’Ukraine, qui y est nettement plus opposée que la Russie. L’Ukraine voit dans cette réunification un risque de revendications sur les territoires confisqués en 1945 (note du traducteur : où l’on constate que l’OTAN n’a pas vocation à défendre les intérêts de certains des pays membres).

La 1ère décision prise par les « européistes ukrainiens » cette année a été d’interdire les langues régionales, dont la langue roumaine.

Historiquement la Crimée n’a jamais appartenu à l’Ukraine, et les ukrainiens d’origine y sont minoritaires ; elle a été offerte à la République socialiste soviétique d’Ukraine par l’Union Soviétique, plus précisément par Nikita Kroutchev, qui était d’origine ukrainienne, et les successeurs de Kroutchev n’ont jamais aidé à la mise en place d’une réelle annexion de la Crimée par l’Ukraine.

Tout le monde sait que la présence ukrainienne en Crimée était purement formelle. Le président russe a voulu de fait que la Russie récupère ce qui lui appartient historiquement. La demande russe, suivie d’un référendum, est normale au moins au plan du droit « historique » ; au plan du droit international elle est sujette à contestation entre deux notions et principes, l’intangibilité des frontières d’un côté et le droit à l’autodétermination de l’autre. Depuis 1945 ces deux notions se sont souvent percutées (Grande Comores, Sahara espagnol, Soudan, Kosovo, Croatie, Slovénie, etc …).

Nous devons aussi garder en mémoire les conflits relatifs au Canal Bastroe et au navire Rostok.

Rappel historique : l’Ukraine nazie

Récemment, à la demande du Conseil de la Fédération de Russie, des documents déclassifiés ont été mis sur le site du Ministère de la Défense de la fédération russe. Le président Poutine a décidé que les archives de guerre russes ne seraient plus considérées comme des secrets d’Etat, ce qu’avait en son temps décidé Staline.

Parmi ces documents ceux relatifs aux crimes et aux atrocités commises par les nationalistes ukrainiens durant la 2ème guerre mondiale, avec un large soutien à l’époque de la part de la population ukrainienne, sont terrifiants. Ils démontrent un nationalisme ukrainien barbare, plein de férocité et d’une haine bestiale envers tout « ce » qui n’était pas ukrainien.

En comparaison avec ce qu’ont commis les ukrainiens sur leur territoire, nous pouvons considérer que l’Allemagne nazie était encore un Etat de droit ! En comparant Stepan Bandera et Adolf Hitler, ce dernier avait comme objectif d’exterminer les juifs, les tsiganes, les communistes et les handicapés, alors que les ukrainiens se sont mis à exterminer toutes les personnes ayant d’autres origines et vivant dans ce pays, avec une priorité : exterminer ceux d’origine russe. Ces actes n’ont pas été commis « simplement », mais avec des méthodes atroces.

On peut penser que ces documents sont longtemps restés des secrets d’Etat pour empêcher tout risque de vengeance de la part des populations russes, ce qui aurait pu entraîner un réel tremblement de terre dans l’ex-URSS.

De fait, dès 1944 des maréchaux russes ont demandé à Staline de former un tribunal militaire pour juger les ukrainiens coupables de génocide et au final les exécuter. Staline n’a pas voulu mettre en application cette idée mais a accepté que certains chefs responsables de ces crimes de masse soient jugés et pendus, ce qui a été fait.

Après la mort de Staline les dirigeants successifs ont gardé le secret sur ces faits et ces archives, nous étions entrés dans une période de dédommagement des victimes, notamment les juifs, et l’URSS ne voulait pas devoir payer pour des crimes commis par des gens qui n’étaient pas russes.

Maintenant l’Ukraine est un Etat indépendant et le peuple ukrainien peut et doit assumer les responsabilités du passé. Or comme actuellement le passé est « distorsionné » à une très grande échelle, le président Poutine a accepté que soit levé ce secret d’Etat sur les génocides commis en Ukraine, lesquels s’avèrent démontrer que les ukrainiens entre 1940 et 1945 ont été plus nazis, plus odieux et plus fanatiques que les SS ou la Gestapo.

L’armée ukrainienne avait des régiments entiers chargés de ne s’occuper que d’éliminer les populations d’autres origines que celles ukrainiennes. Ont été alors exterminés des villages entiers de russes, les volontaires pour ces exactions étaient des extrémistes de droite et leur cruauté était sans limites. Tout russe ou tout juif pris était torturé systématiquement avant d’être exécuté, bien entendu avec comme leitmotiv la défense de la patrie. Le plus grand nombre de ces crimes a eu lieu dans le sud-est du pays, notamment les régions de Kharkov, Lugansk, Donetsk. Ce n’est pas un hasard si, actuellement, c’est sur ces mêmes régions, villes et villages que l’armée ukrainienne tire au canon, « comme en 40 ».

Les opinions publiques sont manipulées et ne savent pas que les russes des républiques de Donesk et Lugansk ont demandé l’aide à la Russie pour que les événements de 41-45 ne se renouvèlent pas et que les ukrainiens d’origine russe ne soient pas de nouveau exterminés.

Les nazis ukrainiens ont tué, durant la période 41-43, environ cinq millions deux cent mille civils, pour la plupart d’origine russe, et neuf cent mille juifs. Deux cent mille ukrainiens d’origine polonaise ont aussi été victimes de ces hordes, ainsi que quatre cent mille militaires russes faits prisonniers par l’armée allemande et « mis à disposition » des fascistes ukrainiens. Il est un peu dommage de voir que de nos jours on passe sous silence ces atrocités en ne gardant en mémoire que celles commises par les seuls allemands (note du traducteur, les populations roumanophones n’ont pas été victimes de ces exactions car jusqu’en 1945 aucun territoire roumain n’avait été annexé, et par ailleurs la Roumanie était alliée de l’Allemagne).

On oublie également que ce sont plus de trois millions d’ukrainiens qui ont demandé à lutter aux côtés du IIIème Reich, ou ont été volontaires pour le STO (Service du travail Obligatoire).

Quelques exactions commises en mentionnées dans ces archives déclassifiées :

– par exemple le 30 juin 1941 le bataillon fasciste « Lvov » sous le commandement de R. Sukovitch a exécuté d’une balle dans la tête trois mille polonais d’Ukraine, parmi eux des scientifiques reconnus au plan mondial. Dans la foulée ce même bataillon a exécuté sept mille russes dont des femmes et des enfants, la gorge tranchée. Au même moment dans la Cathédrale Saint André l’évêque catholique ukrainien bénissait l’opération.

-l’église catholique ukrainienne a béni toutes les atrocités commises par la division nazie ukrainienne “Galicie”. Par exemple en septembre 1941 le massacre de Babi Yar, près de Kiev. C’est là qu’ont été amenés 50.000 juifs, 3.000 tsiganes et 40.000 russes, pour la plupart des femmes et des enfants. Les SS ukrainiens ont obligé les femmes et les jeunes filles à se déshabiller, pou un immonde viol collectif et public. Ensuite ce sont de vraies scènes de cauchemar puisque les femmes ont eu les tétons coupés, on a versé du sel sur leurs plaies (note du traducteur, ces atrocités ont aussi été commises durant la 1ère guerre mondiale par les allemands sur les femmes de Belgique et du nord de la France), quand aux prisonniers hommes ils étaient maintenus et castrés au couteau ou à la hache. Les archives parlent également de scènes de cannibalisme, avec des bras de victimes grillées sur des barbecues.

-les atrocités ont atteint une telle ampleur et un tel sadisme que les soldats allemands, révoltés, ont refusé d’être associé à cela et se sont retirés, laissant les ukrainiens finir leur « travail ». Les prisonniers étaient achevés par des balles tirées dans leur ventre, les faisant agoniser lentement, puis finis à coup de hache ou de pelle. Enfin tous les corps ont été jetés dans un ravin et recouverts de terre.

-des commandants nazis ukrainiens ont aussi été récompensés par l’Allemagne nazie, ainsi Vojnovski qui a dépassé le chiffre de 550.000 personnes exécutées dont 350.000 russes et 160.000 juifs a obtenu le Grade de major dans l’armée allemande, et Sutnevitch qui n’avait « que » 3.000 juifs a son tableau de chasse n’y a obtenu que le rang de Capitaine.

-dans des villages comme Lipniki, Certozi, Mikulici, Vladimir, des bandes jetaient vivant les enfants dans les puits, puis y balançaient ensuite leurs parents avant de tout recouvrir de terre.

-la haine contre les russes et les juifs était telle que les filles ukrainiennes qui avaient des relations avec des jeunes d’origine russe ou de confession juive étaient violées par leurs pères et frères, puis empalées par le vagin. Pour s’échapper certaines de ces jeunes filles se sont jetées dans le Dniestr, s’y sont noyées. (note du traducteur : comme dans certains pays de nos jours ?)

Toute ceci s’est passé dans une Ukraine Socialiste, dans les années 41-45, donc dans un pays qui promouvait le socialisme et l’amitié entre les peuples depuis 1917 ; tout a été oublié et effacé en une nuit pour retourner à l’âge des cavernes.

Aujourd’hui, après 20 ans sous la devise des valeurs européennes et la volonté de promouvoir les minorités nationales, les ukrainiens « de Kiev » ont recommencé leurs méthodes nazies, fiers de leur passé de génocidaire contre les juifs, les russes, les polonais, et l’armée ukrainienne tire au canon sur les immeubles habités, les écoles, les hôpitaux des villes du sud-est du pays, ces villes à majorité russophone.

En tant que roumain il est intéressant de voir que notre classe politique fraternise avec cette classe politique ukrainienne sans voir que l’Ukraine continue à occuper de manière illégale et injustifiée des pans entiers de notre terre, avec la bénédiction de nos dirigeants asservis à l’Occident.

Pourquoi nos dirigeants ne soufflent pas mot sur ce sujet ?

Enfin à la lecture de ces documents déclassifiés il est évident que l’Ukraine n’échappera pas à l’obligation de dédommager Israël et le peuple juif, on parle de 200 milliards d’euros. Israël va demander cette somme quand les choses se seront un peu calmées en Ukraine, nous verrons bien qui va rester à l’intérieur des futures frontières et payer la note.

Ce qui est sûr c’est que la Crimée, Donetsk et Lugansk se sont déclarées indépendantes de l’Ukraine et seront exonérées de ce dédommagement.

Ainsi nous voyons la différence entre la classe dirigeante et les simples gens du peuple, masse de manœuvre pour les politiciens d’hier et d’aujourd’hui. Charge a nous de faire la différence et d’empêcher que ne se répète ce passé, où la haine a dominé.

Publié sur Agoravox par Gérard Luçon

 

Autour du même sujet

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-traite-de-berlin-en-1878-lutte-146954

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/ukraine-effet-larseniuc-et-149356

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/ukraine-fallait-pas-ecraser-les-149851

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/l-ukraine-une-bombe-a-nos-portes-153278

 

Un an après Maïdan, l’UE tire les leçons de ses tâtonnements à l’Est

Il y a un an, l’Ukraine renonçait à s’associer avec l’Union européenne sous la pression de Moscou, déclenchant la révolution de la place Maïdan et prenant de court une UE qui n’avait, selon les experts, ni mesuré la portée de ce rapprochement ni anticipé l’agression russe.

«On est allé au clash sans presque s’en rendre compte», résume Vivien Pertusot, responsable de l’Institut français des relations internationales (Ifri) à Bruxelles.

«Même les experts, les universitaires qui suivaient cela de près ont été surpris», souligne-t-il. «Personne n’a prévu la chaîne de réactions, peut-être même pas les Russes», confirme l’une de ces spécialistes, Giselle Bosse, professeure assistante à l’université de Maastricht…………..

[…]

«L’UE a peut-être déclenché quelque chose sans le vouloir», admet Mme Bosse.

Elle a «été de plus en plus associée à l’Otan dans la perception russe et quand le Partenariat oriental a accouché d’une offre concrète sous forme d’accords d’association et de libre-échange, la Russie a adopté une position ouvertement conflictuelle vis-à-vis de l’UE», écrivent les chercheurs Laure Delcour et Hrant Kostanyan dans une note du Centre for European Policy Studies (CEPS).

– L’Otan reste ‘l’ombre’ de l’UE –

Moscou a voulu faire pièce en lançant une union douanière et une Union économique eurasiatique, qui réunit déjà le Kazakhstan, le Belarus et l’Arménie et entrera en vigueur le 1er janvier 2015.

La crise du gaz avec l’Ukraine début 2009 ou la guerre éclair menée par la Russie en soutien aux républiques séparatistes en Géorgie quelques mois plus tard ont montré qu’elle pouvait se montrer bien plus agressive.

Le 21 novembre 2013, lors d’un sommet à Vilnius, le président pro-russe Viktor Ianoukovitch avait renoncé à la signature d’un accord d’association avec l’Union européenne au profit d’une coopération accrue avec la Russie. Ce refus avait déclenché plusieurs semaines de manifestations pro-européennes et provoqué la fuite de M. Ianoukovitch après un bain de sang parmi les manifestants en février, suivie de l’annexion de la Crimée par la Russie début mars.

Le conflit dans l’est de l’Ukraine, déclenché en avril par des séparatistes prorusses, a fait plus de 4.300 morts à ce jour.

L’Union européenne, qui s’était promis d’apporter paix et stabilité à l’Europe, a-t-elle semé les graines de la sécession voire de la guerre en empiétant sur la sphère d’influence d’une Russie souhaitant restaurer son ascendant sur d’anciens pays du bloc soviétique?………….

[…}

En parallèle, et faute de consensus entre les 28, l’UE a laissé s’enliser le «partenariat stratégique» qu’elle appelait de ses vœux avec la Russie.

Le Partenariat oriental ne peut toutefois être blâmé seul pour avoir déclenché les interventions russes en Ukraine depuis le mois de mars. «Cela est beaucoup plus lié à une défense des intérêts de sécurité de la Russie, alors que l’Ukraine est stratégique pour elle», estime Mme Bosse…………….

[…]

Lire l’article

Source 20Minutes

9 commentaires

  • robertespierre

    Et devinez qui viendra mater les révoltes en France…http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

  • kalon kalon

    A se demander si la commission européenne comprend encore elle même sa politique !
    Ils ont débarqué Victor Yanoukovitch du fait qu’il ne voulait pas adhérer à l’E.U. et maintenant qu’ils ont mis leur pion à la tête de l’Ukraine, c’est la commission qui ne souhaite plus voir l’Ukraine adhérer à l’E.U. !http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
    Il faut dire qu’entre temps, Angela Merkel a sorti sa calculette et s’est rendu compte que la mise aux normes européennes de l’Ukraine allait couter, au bas mot, une centaine de milliards d’euros soit +/- ce qu’a couté la réunification de l’Allemagne aux Européens ( Hé oui, c’est nous qui avons payé cà ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif )
    Et Angela, c’est la version Teutonne de Thatcher, faut pas toucher à sa sacoche ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • walter kurtz walter kurtz

    Il y a eu plusieurs massacres dans l’histoire moderne.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Nankin
    Il est intéressant de chercher les écrits des survivants de ce massacre , vous y serez surpris de ce qu’ils y ont vue.
    Tout n’est pas comme on le croit …
    Les japonnais étaient comme « posséder » et ils pratiquaient aussi le cannibalisme .
    Dans toutes les guerres modernes , ce sont les peuples qui subissent , pas les oligarches qui sont vite partis se mettre à l’abris dans des pays dit « neutre » …genre la suisse.
    Les pauvres qui sont utilisés contre d’autres pauvres .C’est une belle équation pour ceux qui sont derrière les manettes .Et très rentables puisque en plus de ça on fait disparaître ceux qui ne sont pas d’accord avec les commanditaires qui pourrait changer la stratégie guerrière .
    Mais je veux continuer à penser que l’être humain se fait manipuler et qu’il n’est pas comme ça , sauf si on lui oblige par des menaces ou tortures .

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Pour moi qui n’ai pas encore avalé grand-chose encore aujourd’hui, lire ces lignes m’a littéralement retourné l’estomac http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • labichedesbois labichedesbois

    faut pas oublier aussi que les kapos dans les camps de concentration et d’extermination etaient ukrainiens !!

    un jour nous payerons cette alliance que nos dirigeants psychopathes ont fait avec ces gens là !!