Le traité transatlantique va réorganiser le commerce mondial au profit des Etats-Unis

porcherFrédéric Farah et Thomas Porcher (Crédits : DR)

Le traité transatlantique, voulu par les Etats-Unis, va aboutir à définir des normes mondiales pour les produits industriels. Elles s’imposeront ensuite aux autres accords commerciaux, avec la zone pacifique, notamment. par Thomas Porcher et Frédéric Farah, économistes et auteurs de « TAFTA : l’accord du plus fort (éd. Max Milo) »

Le projet du grand marché transatlantique est en préparation depuis plus de vingt ans, mais il a subi une nette accélération depuis 2009. Cette accélération des négociations s’est faite dans un contexte de bouleversement économique et géopolitique mondial avec la montée en puissance de la Chine et d’autres pays émergents. Mais, dans cette alliance stratégique visant à redéfinir la gouvernance économique mondiale, l’Europe semble être le pion des États-Unis.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États ont essayé de donner des règles au commerce international. Afin que l’ensemble des pays soient traités sur un pied d’égalité, le GATT a mis en place un certain nombre de principes : réciprocité, transparence et diffusion de la clause de la nation la plus favorisée. Cette clause veut que lorsqu’un pays accorde une faveur, notamment tarifaire, à un autre pays, il l’accorde à tous les pays commerçant avec lui et que les producteurs étrangers soient soumis aux mêmes règlementations que les producteurs nationaux. Le but du GATT, puis de l’OMC, était clairement affiché : développer un cadre pour favoriser le multilatéralisme.

Un multilatéralisme de façade

Mais derrière les beaux principes de fond comme de forme – négociations transparentes et mobilisation du plus grand nombre de pays -, le multilatéralisme n’a jamais eu lieu. Les pays riches ont souvent établi l’ordre du jour des négociations et ont fait en sorte de sortir vainqueur dans le marchandage des règles à fixer. Par exemple, ils ont toujours accepté de libéraliser les secteurs nécessitant des technologies (car eux seuls les avaient) et ont refusé d’ouvrir les secteurs où ils pouvaient être concurrencés (agriculture et textile). Même droit ne veut pas dire même possibilité. Le multilatéralisme prôné par le GATT, puis par l’OMC, n’efface pas la domination des pays riches. Il faut être bien naïf pour penser que dans les rounds de négociations, le Mali a autant de pouvoir que les États-Unis ou le Royaume-Uni.

La réalité est que si l’on considère l’Europe comme un pays, les négociations de l’OMC ressemblaient plus à des discussions bilatérales. Les chiffres l’attestent : jusqu’à la fin des années 80, les trois quarts du commerce des pays industrialisés étaient réalisés avec d’autres pays industrialisés.

Une véritable « pactomanie » commerciale

Ce multilatéralisme de façade ne profitant qu’à une poignée de pays va être perturbé par l’entrée de la Chine à l’OMC en 2001. Alors que la plupart des dirigeants américains ou européens, pensant que les exportations de leurs pays allaient envahir la Chine, avaient soutenu son entrée, on a assisté à un mouvement de délocalisation des entreprises de ces pays vers la Chine. D’autres pays émergents comme le Brésil et l’Inde font leur place dans le commerce international et ne laissent plus les européens ou les américains leur imposer l’ordre du jour des négociations à l’OMC, comme l’a montré récemment le veto de l’Inde à l’accord de Bali. Dans le commerce mondial, la part relative des échanges nord-nord s’affaiblit tandis que le poids des pays émergents continue de croitre.

C’est dans ce contexte que l’on assiste à une tentative de rapprochement des États-Unis avec la Chine. Mais, malgré des relations d’interdépendance économique et financière, une entente sur les normes de production semble sans avenir tant les processus de production diffèrent. Et puis la Chine est un rival économique et militaire.

Article complet sur Latribune.fr

4 commentaires

  • vaick

    l Europe sera une colonie des usa mis en esclavage
    les multinationales us prendront le controle totale de nos vies et de notre alimentation , quand on vois de quoi sont capable des societes comme monsanto et co on se dit que la fin n est plus tres loin il finiront par detruire la planete et ses habitants juste pour le profit

    ce n est pas un traite d echange c est notre futur cercueil et sa signature sera le dernier clou

    • ConscienceU12 ConscienceU12

      Tu as parfaitement raison Vaick ! …par contre je vois que tu as toujours ton vieux clavier ancestrale sans touche apostrophe et avec ponctuations et majuscules qui marchent 1 fois sur 10 http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif …les temps sont durs ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Pelerin

    A nos plantations les amis, si certains ont de terre, c’est le moment de planter des légumes et d’y mettre des bêtes

  • 33240tv

    Séance publique du Jeudi 22 mai 2014
    2ème séance :

    Projet d’accord de libre échange entre l’Union européenne et les États-Unis

    http://http5.assembleenationale.yacast.net/assembleenationale/mp4/ida/domain1/2014/05/410226.mp4

    (vidéo que je vous invite vivement à télécharger avant qu’elle ne disparaisse…)

    Alors même que nous n’avons absolument rien ratifié depuis 2011, nous sommes fait comme des rats !…

    Les socialistes et ceux qui s’associent à une véritable escroquerie, une arnaque, un marché de dupes, qu’est ce faux traité transatlantique (TAFTA), dès lors que le peuple N’EST PAS CONSULTÉ, et qui nous livrent tous, pieds et mains liés, aux entreprises américaines, dans le TOTAL irrespect de nos droits fondamentaux, de nos libertés, de nos valeurs, de notre éthique et bien évidemment de notre constitution, ne sont à mes yeux que des traitres, qui font tout ce qui est contraire à l’intérêt général des Européens !…