[MàJ] Alors que le monde était captivé par la Mannschaft, Merkel a ouvert la voie pour le ‘fracking’ en Europe…

Tout se passe dans le dos des peuples avec ce traité de libre échange. Un pas vient d’être franchi avec le gaz de schiste, la prochaine étape ce sera ?……….  STOP TAFTA…… Merci à OpeNews..

M à J: rajout de cartes et rappel  + liens complémentaires.. ♥♥

Ce mois de juin, pendant que le monde entier était fasciné par les performances de la Mannschaft, la chancelière allemande Angela Merkel a fait avancer le projet de l’introduction du «fracking» en Europe à pas de géant. Tandis que les Allemands abattaient les obstacles sur la route qui les a menés à la finale, Merkel menait des négociations avec l’administration Obama qui sont passées quasiment inaperçues. Ainsi, les quelques articles parus dans le Washington PostNeoPresse et EU Observer ont été complètement ignorés par les médias.

Dans un document confidentiel, Non-paper on a Chapter on Energy and Raw Materials in TTIP,  émanant du Conseil de l’Europe, (conseil Européen♥♥)  l’Union européenne a réclamé rien de moins qu’une «garantie d’accès au pétrole et au gaz américains » [ndlr. Comprendre que les Etats-Unis se sont arrangés pour faire passer cela comme une demande des Etats européens – cf. Trilatérale 2013, lobbies à Bruxelles].

Depuis les chocs pétroliers de la première moitié des années septante du siècle passé, les États-Unis ont interdit les exportations de pétrole. En cas d’assouplissement de cette interdiction, les producteurs américains pourraient bénéficier d’un accès plus large au marché international. Des compagnies pétrolières américaines (ExxonMobil Corp et Wintershall, une filiale de BASF), se sont déjà positionnées pour explorer les gisements éligibles au fracking en Allemagne.  

Le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (« Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP)) crée un cadre juridique qui ouvre la voie pour permettre aux entreprises d’énergie américaines d’exploiter la technique du « fracking » au cœur de l’Europe.

Au début du mois de Juin, le journal suisse Le Temps a rapporté que le Bundestag allemand devait approuver cette année une loi qui permettrait l’extraction de gaz de schiste à partir de 2015. L’Allemagne, qui a fait en 2011 le choix de l’abandon du nucléaire, qui couvrait un cinquième de sa production électrique, importe 35% de son gaz à la Russie. La crise ukrainienne a mis en exergue cette dépendance du pays à l’égard des livraisons russes. De plus, la hausse continue des prix de l’énergie a suscité un regain d’intérêt pour l’exploitation des gisements de gaz de schiste.

Les industriels européens payent leur électricité deux fois plus que leurs homologues américains et 20% plus que leurs concurrents chinois. De plus, les prix du gaz naturel sont 3 à 4 fois plus élevés en Europe qu’aux Etats-Unis ou en Russie, et 12% plus élevés qu’en Chine.

Quelques semaines avant que l’avion du vol MH17 ne soit abattu au dessus de l’Ukraine, Merkel avait déjà décidé que l’Allemagne devait se débarrasser de sa dépendance du gaz russe. La notion que les Etats-Unis pourraient devenir le principal fournisseur d’énergie de l’UE faisait partie des négociations secrètes que les deux blocs ont engagées pendant des mois dans le cadre de l’accord sur le libre-échange.

Merkel semble être une visionnaire ; en effet, cette semaine, le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, a annoncé vouloir faire voter une loi de sanctions contre la Russie par le parlement ukrainien incluant une interdiction pour la Russie de faire transiter des marchandises russes à destination de l’UE (y compris le gaz russe) à travers le territoire ukrainien. Mardi, le parlement ukrainien a approuvé cette série de sanctions contre la Russie. L’UE a rappelé à l’Ukraine que l’interdiction de transit du gaz russe était susceptible de lui nuire, et le gouvernement ukrainien cherche maintenant à faire conclure des accords entre la société de gaz d’Etat ukrainienne Naftogaz et les sociétés russes opérant dans le domaine du transport de gaz et qui ne figurent pas dans la liste des entreprises sanctionnées par l’Ukraine….

(…)

Selon Neopresse, plusieurs études publiées sur les dangers du «gaz de schiste» et du «fracking » ont disparu des sites web des organismes officiels et aujourd’hui, ils affirment qu’ils sont « aussi sûrs que l’énergie nucléaire ».

Lire l’article complet

Auteur Audrey Duperron

Source l’Express.be via OpeNews

Voir aussi:

 ‘Les Etats-Unis ont vu venir l’Etat Islamique’

(toujours bien renseignés les USA ♥♥)

Alors que l’Occident dort, Al-Qaïda a déjà fondé deux Etats. Saisissez-vous ce que cela signifie?

La Russie et la Chine ont déclaré une guerre financière totale à l’Occident (ça arrange bien les USA♥♥)

Détail de la Réunion régionale européenne de la Commission trilatérale du 25 au 27 octobre 2013  :

Défis mondiaux de l’énergie
Président / Modérateur : Michael Fuchs , membre du Bundestag allemand , Berlin , vice-président du groupe parlementaire CDU / CSU , l’ancien président de la Fédération nationale de l’allemand en gros et du commerce extérieur ; vice-président européen de la Commission trilatérale
Russie : Vladimir Feigin , président , Institut de l’énergie et des finances , Moscou
Inde : Vikram Singh Mehta , président , Brookings Inde , l’ancien président , Shell Inde
Sur la Chine : Simon Henry , chef de la direction financière , Royal Dutch Shell , Londres

L’Ukraine et l’Union européenne
Président / Modérateur : Aleksander Kwasniewski , Co – Président de la Mission de contrôle du Parlement à l’Ukraine ; ancien président de la République de Pologne
Des allocutions liminaires : Leonid Kozhara , ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine , OSCE président en exercice
Arseni Iatseniouk , membre de la Rada suprême , Chef du Conseil politique de l’Union pan-ukrainien Batkivshchyna et du groupe parlementaire « Patrie » ( opposition) , l’ancien ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine , et le président du Parlement
US intimé : Steven Pifer , Senior Fellow à la Brookings Institution et ancien US Ambassadorto Ukraine
UE intimé : Jan Tombiński , ambassadeur de l’UE à l’Ukraine , Kiev

La Russie et l’Europe : Engagement ou Désengagement? (avec consultation Task Force des membres européens )

 

Apr 30 2014

STATEMENT BY SENATOR JOHN McCAIN ON INTRODUCING THE RUSSIAN AGGRESSION PREVENTION ACT OF 2014

Washington, D.C. ­– U.S. Senator John McCain (R-AZ) today released the following statement on joining 20 Senate colleagues in introducing the Russian Aggression Prevention Act of 2014 to advance a strategic U.S. response to deter Russian aggression in Europe. (…)

That is what this legislation does, with specific provisions to:

  • “Impose much tougher sanctions on Russia.
  • Do more to expose and crack down on Russian corruption and its malign effects, including by requiring the U.S. government to issue a report on the personal net wealth of senior Russian officials, including the President of the Russian Federation.
  • Authorize more robust military assistance, such as anti-air, anti-tank, and other defensive weapons, for Ukraine.
  • Offer greater support for our allies in central Europe and push for a bolder strategic response from NATO to Putin’s aggression.
  • “Do more to shore up key partners such as Moldova and Georgia.
  • Begin to get more U.S. energy into European markets.

(…)

Source : www.mccain.senate.gov 

Voir les liens complémentaires au sujet du GAZ de SCHISTE

12 commentaires