Le lobby bancaire américain contre les banques européennes ?

C’est Elisabeth Studer, dans le blog finance, qui fait part de ses interrogations concernant la politique de la justice américaine d’attaquer les grands banques occidentales, et particulièrement européennes. J’avais déjà, dans un précédent billet, évoqué l’idée d’un racket organisé par le ministère de la justice et le trésor américain destiné à renflouer les caisses de l’état fédéral et de « faire payer » une partie de la crise aux établissements financiers. Pour Elisabeth Studer, l’amende record qui devrait être infligée à BNP Paribas après Crédit Suisse ou UBS, aurait pour but de plomber les banques européennes et devrait aggraver la crise de liquidités du secteur…

BNP Paribas attaqué par les Etats-Unis ? Une manière comme une autre de « défendre » les banquiers USen plombant leurs concurrents européens ? Qui sait …

En tout état de cause, citant des sources proches des négociations, le Wall Street Journal a indiqué jeudi que la justice américaine exhortait la banque française à payer plus de dix milliards de dollars (7,35 milliards d’euros) en vue de solder l’enquête en cours sur des soupçons d’infraction aux sanctions économiques imposées contre Cuba, l’Iran, le Soudan ou encore la Libye entre 2000 et 2010.

La vigilance est de mise face à ce qui ressemble ni plus ni moins à une véritable « attaque » menée par les Etats-Unis contre les banques européennes. Selon plusieurs analystes, BNP Paribas pourrait n’être en effet que la première d’une longue liste d’établissements financiers du Vieux Continent susceptibles d’être lourdement pénalisées lourdement par la justice américaine.

Selon le WSJ, le montant demandé à la banque française constituerait l’une des plus importantes amendes jamais infligées à une banque. De quoi justifier la poursuite des discussions durant encore plusieurs semaines, si l’on en croit le journal. Lequel ajoute que des sources proches du dossier auraient laissé entendre que BNP Paribas chercherait à limiter cette amende à moins de huit milliards de dollars.

Il y a quelques jours à peine Bloomberg indiquait pour sa part que la première banque française pourrait se voir infliger par la justice américaine une amende allant jusqu’à 5 milliards de dollars (3,66 milliards d’euros). Deux semaines auparavant, des sources proches du dossier avaient indiqué quant à elles que la banque discutait du paiement d’une amende de plus de trois milliards de dollars.

Il semble donc que les Etats-Unis deviennent de plus en plus pressants … et de plus en plus gourmands …

or, si BNP Paribas a certes inscrit dans ses comptes une provision de 1,1 milliard de dollars au quatrième trimestre 2013 en vue d’anticiper les conséquences financières ce litige, elle a toutefois prévenu fin avril que l’amende qui pourrait lui être infligée pourrait largement dépasser ce montant. A titre de comparaison, rappelons que le bénéfice net réalisé par BNP Paribas au premier trimestre s’élève quant à lui à 1,7 milliard d’euros.

Autre élément inquiétant et non des moindres : selon le Wall Street Journal, BNP Paribas mènerait également bataille en vue d’échapper à une suspension temporaire de son autorisation de transférer des fonds à destination ou en provenance des Etats-Unis. Ce qui, le cas échéant aurait de lourdes conséquences lourdes pour la banque française alors qu’elle souhaite développer ses activités de banque de financement et d’investissement aux Etats-Unis.

Précisons que l’enquête, ouverte en 2010, vise notamment à déterminer si BNP Paribas a contourné les règles d’embargo américaines en vigueur entre 2002 et 2009, notamment dans le cadre de négoce de matières premières.
Les activités concernées pourraient avoir été menées dans des pays où elles étaient légales, mais elles auraient été compensées en dollars sur le territoire américain.
Au début de l’année 2014, une enquête interne de la banque avait recensé quant à elle un « volume significatif d’opérations qui pourraient être considérées comme non autorisées au regard des lois et des règles des Etats-Unis ».

Cette affaire apparaît sur le devant de la scène alors que Credit Suisse vient d’accepter il y a une dizaine de jours de débourser plus de 2,5 milliards de dollars d’amendes et de pénalités. Choisissant – lors d’une audience devant un juge américain – de plaider coupable de complicité d’évasion fiscale.

Lire la suite sur le blog finance

19 commentaires

  • quidam31

    Un avant goût du traité Transatlantique ;-)

  • Maverick Maverick

    Sérieusement, il ne peut pas s’agir de « faire payer » la crise aux banques européennes, c’est aussi ridicule que de demander à Kerviel de rembourser 5 milliards d’Euros à la Soc’Gen’ …

    Il s’agit peut-être de pressions à cause de l’Ukraine, mais on peut aussi penser que le but poursuivi est de prendre le contrôle total des mouvements de Dollars entre les US et l’étranger : les prémisses d’un contrôle des changes ?

  • engel

    Nos amis américains adorent la justice sur leur sol et déteste celle des autres!

    Que ce soit:

    -Au tribunal pénale internationale.
    Organisme mis en place par eux, mais au-quelle ils refusent la légitimité et compétence pour juger un américain.
    Ces gens sont OFFICIELLEMENT au-dessus des lois qu’ils éditent!!!

    -Avec le droit du commerce/industrielle internationale.
    Ils ne se gênent pas pour appliquer des mesures de protectionnismes contraire à l’OMC. Mais comme l’OMC, c’est eux…
    Ils galvaudent totalement le système des brevets en brevetant tout et n’importe quoi, pour mieux attaquer la concurrence , bien sûr avec des jurys américains (affaire apple/sansung en californie).

    Avec la finance.
    Ils se permettent de juger et de condamner les paradis fiscaux étrangers. Mais pratiquent ceux qu’ils reprochent aux autres dans leurS propreS paradiS fixaux!!!
    Bon moyen pur que toute la finance occulte finisse chez eux…

    ex: Delaware
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Delaware

    Aller directement lire le 5°(économie).
    Cela vaut vraiment son « pesant de cacahouètes!

    ..Honte de rien, vous dis-je.

  • Maverick Maverick

    Attendons voir comment Montebourg va sauver la banque « Mad In France » , PTDR

    • jaleo46 jaleo46

      A. Montebourg – selon Pierre Hillard – a été recruté par les « Young Leaders » de la Fondation Franco-Américaine.

      L’objectif de « Young Leaders » est de recruter de jeunes talents dans les domaines politique, économique, journalistique et militaire, destinés à occuper des postes clé dans l’un ou l’autre pays.

      Du côté américain nous y trouvons entre beaucoup d’ autres les Clintons.
      Du Côté français: François Hollande, Pierre Moscovici, A Montebourg, Alain Jupé, Christine Ockrent, Jean Marie Colombani, Nicolas Dupont Aignant!!! etc, etc.

      Tout cela pour dire que nous sommes loin d’être sortis du bois.

  • matteo matteo

    Une suggestion:
    Et si comme les Russes et les Chinois nous cessions d’utiliser le dollar comme devise pour les échanges internationaux? Pourquoi ne pas utiliser le Rouble, le Reminbi, le Franc, ou l’Or? Dans le cas de la BNP, cela aurait tout simplement évité à la BNP d’être dans l’illégalité vis à vis du droit US.
    Par ailleurs cela permettait de remettre les américains à leur place, c’est à dire chez eux.

    • FreeMan FreeMan

      simplement parce que notre pays est gouverné par les USA ou plus précisément par cette petite élite de banquiers qui s’est approprié la vie et la planète grâce à l’archaïsme du système monétaire
      c’est donc non pas la volonté du peuple qui est appliqué mais bien celle de ceux qui dirigent dans l’ombre

  • Togoz

    Salauds de ricains ! Comme d’habitude c’est la France qui est visé par leur merdes ! J’espère que Marine Le Pen va faire son travail si elle ne nous arnaque pas et en a le pouvoir car il est temps que le monde ( en commençant par la France ) se désaméricanise ! J’en ai ras le bol de ces satanés AMERicains avec leur amis juifs anti-goys qui foutent la merde partout dans le monde !

    • bonnetrouge bonnetrouge

      La réponse n’est malheureusement pas le FN. La preuve cette semaine au micro de Bourdin sur RMC elle a exigé de Mr Hollande 3 choses :
      – l’arrêt des négociations sur le TAFTA
      – l’arret des négociations pour l’entrée de la Turquie dans l’UE
      – la nationalisation d’Alstom

      La nationalisation d’Alstom est impossible vu que les traités européens lui interdisent ( elle n’en parle pas )
      Si elle s’oppose a l’entree de la Turquie s’est donc qu’elle ne veut pas sortir de l’union europeenne mais bien y rester sans la Turquie
      L’arrêt des négociation c’est une blague elle a voté oui il y a 4 ans.Lien : http://www.alterinfo.net/Bruno-Gollnisch-et-Marine-Le-Pen-ont-bien-vote-en-faveur-du-marche-transatlantique_a74776.html
      Si elle serait vraiment anti système elle demanderait la sortie de l’UE de l’euro et de l’OTAN et seul l’UPR le dit

    • FreeMan FreeMan

      tu devrait dire leurs amis sionistes et non juifs
      cela semble n’être qu’une subtilité et pourtant il est très important de faire la différence,
      nulle place a la confusion ici

  • Mortimer Mortimer

    Les Américains sont nos amis! Mouarff….

  • abydos48

    entièrement d’accord, les USA semble « se refaire » une santé financière sur le dos des Banques Européennes …quand on voit comment ils se sont comportés envers l’UBS et le Crédit Suisse (et ils y a encore plusieurs banques en attente « de jugement » ..) ils s’attaquent maintenant a la France ?? ou alors est ce une démonstration de ce qui nous attend si on obéit pas a leur grand traité transatlantique ???

  • C’est l’histoire du moment, la BNP qui se voit infligée une amende de 10 milliards de dollars car elle n’aurait pas respecté les embargos des américains dans certains pays. Mais c’est d’une malhonnêteté redoutable que de voir cela car l’accusation est en fait celle-ci: Toute transaction effectuée dans le monde en dollars dépend des lois américaines et est donc punissable surtout quand ces transactions sont faites dans des pays sous embargo. Suivant cette logique, la BNP doit être condamnée aux USA pour ses agissements illégaux. Par contre, aucune condamnation des USA pour leurs agissements tout aussi illégaux sur les territoires européens: espionnage des ministères, présidents, institutions, ingérences de toute sorte, menaces, manipulations, et j’en passe.
    Quand GM a fait virer 8000 employés de chez PSA, je n’ai pas entendu un seul politique français dénoncer cela, surtout que c’était pour mieux vendre à leur tour en Iran!
    Quand aux banques américaines, vous vous souvenez du foreclosure gate? Des saisies de maisons pour une dette de 2 dollars et des poussières? Où sont les condamnations?
    Ils nous font chier ces américains (dirigeants et autres, pas la population, je précise)qui du haut de leur orgueil se prennent déjà pour les maîtres du monde! Franchement, Poutine, à l’aide!!! Je préfère encore l’hiver russe que la sodomie étoilée!!!