Comment devenir végétarien (ou presque) sans souffrir ?

Soyons sérieux: il va falloir repenser notre consommation, les événements aidant! Car si de nouvelles hausses de l’alimentation se profilent à l’horizon, les raisons pour lesquelles nous devons envisager une telle transition sont nombreuses. En cas d’aggravation de l’actualité, que cela soit avec la crise, la modification du climat ou de l’activité terrestre, le nombre et l’ampleur des conflits, ou encore pour échapper aux conséquences d’une trop grande consommation de viande au vu de la qualité de celle-ci de plus en plus discutable (hygiène, produits pharmaceutiques, conservateurs, etc…), nous devons nous tourner vers une autre alimentation, et le végétarisme est une option comme une autre. Il reste toutefois une autre solution, pour ceux qui se sentent et qui veulent absolument absorber des protéines: les insectes (bon appétit)! Alors, avant de devoir faire le choix par obligation, pourquoi ne pas le faire préventivement? Au moins pour votre santé…

123199522.524.325.s

Devenir végétarien n’est pas si simple. On a envie de sauter le pas, mais l’idée de changer nos habitudes gustatives et culinaires, d’être obligé de passer plus de temps à préparer les repas alors qu’on a déjà des journées très chargées peuvent être des freins psychologiques importants.

Autre question également : faut-il aussi supprimer l’achat d’objets d’origine animales (cuir, corne) qui sont forcément liés à l’élevage intensif ? Idéalement la réponse est oui.  Si l’on choisit cette option, par quoi les remplacer : par des imitations en plastiques dont nous savons qu’ils contiennent pour la plupart des éléments toxiques ? Je n’ai pas trouvé de réponse (accessible financièrement) à ça.

En attendant,

Voici quelques idées, glanées par ci par là (et expérimentées) :

1) Ne pas s’enfermer dans un dogme. Le végétarisme n’est pas une religion, et ne pas agir brutalement : procéder par étapes. Lorsque l’on aime la viande, la supprimer totalement d’entrée, peut générer une frustration qui poussera à y retourner.. Commencez par une journée sans viande pour arriver à ne consommer de la viande qu’une fois par semaine, le week-end, par exemple, puis très occasionnellement. C’est déjà en grand pas. La suppression totale de viande viendra d’elle-même (ou pas…)

Si tout le monde faisait juste ça, cela obligerait peut-être les producteurs industriels à abandonner le créneau de l’élevage intensif en redonnant  leur place aux petits éleveurs traditionnels, auxquels ont pourrait imposer des règles et des labels de qualité, contre un prix d’achat de leur production rentable.

La viande serait plus chère, mais qu’importe puisqu’on en aurait pas acheté de la semaine ? Pour le moment, on est très loin du compte (cf le témoignage vidéo d’un l’éleveur dans notre article « Qui veut la peau de nos agriculteurs »)

 

 

2) Faites le bilan des plats sans viande dont vous avez l’habitude et que vous aimez. Par exemple,pizzas, cakes  ou quiches aux légumes (dont les recettes sont quasiment infinies), gratin dauphinois, de pâtes  (pour le petit goût de fumé, il existe du toffu que vous pouvez utiliser à cet effet) pâtes ou riz assaisonnées à la tomate, aux champignons, au basilic, au curry et cucurma, purées de toutes sortes de légumes avec de la crème présentées en trio,  (vite fait, roboratifs et pas chers), et même hamburger.. Des tas de légumes se cuisinent avec de nombreuses sauces et se gratinent.

3) Surfez ! Faites le tour des recettes végétales régionales ou exotiques  (Les cuisines libanaise, chinoise sont avec la cuisine française et italienne les meilleures cuisines du monde) Faire un tour du côté de la cuisine indienne également.

4) Mangez des crudités, pleines de vitamines et de minéraux en faisant des salades composées pour les rendre plus attractives, si vous n’êtes pas très fan de la salade verte… (N’oubliez pas de les laver soigneusement, surtout s’ils ne sont pas bio)

5) Équilibrez vos repas en protéines en affichant sur votre frigo la liste des plantes qui vous en garantissent le plus..

6) Essayez d’éviter le lait de vache. Testez les laits et les crèmes de cuisine végétaux, sinon privilégiez les laits de chèvres ou de brebis. (Contrairement à ce que l’on pense, les produits laitiers à base de lait de chèvre ont un goût très discret, quant à ceux au lait de brebis, il n’ont aucun goût particulier.) Vous trouverez facilement toute la gamme en yaourts.

Évitez la graisse de palme, même bio. Elle est une véritable catastrophe environnementale.  La graisse de noix de coco fait de délicieuses pomme de terres sautées. Par contre, si vous aimez le beurre, (et c’est mon cas) je n’ai pas trouvé d’équivalent. Mais bon… Faut pas pousser non plus ! Il faut se sentir libre sinon ça devient vite une galère.

7) Pensez à saler vos plats, vos vinaigrettes avec de la sauce soja très protéinée, ou avec du sel bio mélangé avec du sésame complet  que vous aurez moulu. Pas cher – même bio – et délicieux. (vendu  tout prêt sous l’appellation Gomasio mais le prix est rédhibitoire)

8) Consommez des fruits secs, raisins, figues, dattes, abricots,  des céréales crues moulinées et des oléagineux, sésame complet, noix, amandes, noisettes que vous pouvez introduire dans de nombreuses préparations. Excellents coupe-faim ils sont très bénéfiques pour la santé.

9) Consommez des oeufs dont les blancs sont des protéines à 100%, à condition de bien veiller aux conditions d’élevage des pondeuses. (plein air, nourries aux céréales sans ogm) A moins d’être atteint de cholestérol, un oeuf par jour ne pose aucun problème.

10) Au début, faites à l’avance des menus simples et des listes.  Essayez de faire vos courses de frais le plus souvent possible. Les attentes trop longues dans les frigos détruisent les qualités gustatives et nutritives. Pensez au légumes surgelés si vous êtes pressés. Il existe de nombreuses poêlées de légumes toutes prêtes, (vérifiez qu’elles sont non cuisinées et sans graisse).

Pensez aux AMAP, mangez local en allant faire vos courses de frais au marché, arrangez-vous avec vos voisins jardiniers pour leur acheter une partie de leur production (en ayant vérifié qu’ils ne luttent pas contre les mauvaises herbes, parasites et maladies au Round Up et aux pesticides). L’idéal est d’avoir son jardin, mais ce n’est pas à la portée de tout le monde. Si vous avez de petits revenus, avez-vous pensé aux « jardins partagés » ou jardins ouvriers ? Pour ça il faut se renseigner à sa mairie mais les files d’attente sont souvent longues..

Discutez avec votre entourage en échangeant des bons tuyaux.  La table, c’est un sujet sympa  pour  créer du lien social !

11) Si vous n’avez pas les moyens d’accéder au bio, ne culpabilisez pas. On peut être végétarien sans être bio, même si le toffu, ou certains condiments par exemple ne se trouvent que dans ces boutiques labellisées et puis, les grandes enseignes distribuent de plus en plus de produits bio. C’est pas l’idéal forcément, mais moins lourd pour le budget familial.

Au début, tout ça semble un peu compliqué. Allez-y doucement, pas à pas. Vous trouverez sur le net des milliers de recettes, simples et accessibles pour votre porte-monnaie.

Et enfin, et c’est le plus important, cherchez le plaisir. Manger végétarien ne doit surtout pas être un carême. Il faut que vous trouviez dans cette démarche une vraie joie de faire et de manger.

Galadriel

Quelques liens utiles

Guide du débutant végétarien :

http://www.vegetarisme.fr/_pdfs/kitvegesdebutants.pdf

Protéines

http://mangeurdegraines.canalblog.com/archives/2008/02/18/8007567.html

http://www.consoglobe.com/spiruline-algue-100-bienfaits-3079-cg

Recettes

http://www.soscuisine.com/fr/recettes/recherche/simple/consideration-speciale-diete/vegetarienne?sos_l=fr

http://vegecarib.over-blog.com/article-21-idees-de-menus-vegetariens-pour-la-journee-sans-viande-47026708.html

http://www.marmiton.org/recettes/recette_hamburger-vegetarien_19445.aspx

http://www.marmiton.org/recettes/recherche.aspx?aqt=sauce

Le réseau national AMAP

http://www.reseau-amap.org/

Qui veut la peau de nos agriculteurs

http://lesbrindherbes.org/2014/05/28/veut-peau-agriculteurs/

Source: Les Brindherbes

 

17 commentaires

  • Il n’est pas non plus nécessaire d’être végétarien « strictement ». N’oublions pas qu’aucun animal n’est végétarien strictement. Il semblerait même que les protéines animales leur soient indispensables. Les herbivores ingurgitent toujours de petits insectes qui se trouvent dans l’herbe. Si l’on dépoussière le foin (pour enlever insectes et larves) d’une jument enceinte elle accouche d’un poulain grabataire. Il y a une différence entre manger de la viande deux (ou trois!) fois par jour et par exemple une fois par semaine. Puis on n’est pas obligé non plus de s’enfiler une entrecôte de 300-400g, on peut manger « à la chinoise »: mélanger légumes et petits morceaux de viande. En conclusion, ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a pas que blanc et noir, manger de la viande ou ne pas en manger.

    • Planete bleu Planete bleu

      Je suis végétarienne depuis un an et niveau santé je me sens mieux. Je n’est plus de problem de constipation par exemple depuis que je ne mange plus de viande. Et moralement sa fait du bien de ne plus participer à la souffrance des animaux.
      Bien sur, quand j’ai décidé de devenir végétarienne, je n’ai pas arréter d’un seul coup, j’y suis parvenu progressivement et les recettess que j’ai trouvé sur internet mon beaucoup aidé. Mais franchement ce n’est pas difficile de devenir végétarien.

  • Pierre L

    Pour savoir ce qui convient le mieux à l’Homme, il y a l’anatomie comparée. Celle-ci montre que, par la conformation de ses organes et viscères, l’Homme est plutôt végétalien, herbivore, mangeur de salade et de fruits. En fait, son organisme est identique à celui de l’orang-outang.
    Mais, comme l’estomac humain secrète de l’acide chlorhydrique, il est capable de digérer de la viande.

    En fait, pour être en bonne santé, il suffit que l’organisme élimine parfaitement les déchets issus de son alimentation.
    Mais l’élimination parfaite des déchets s’effectue seulement quand l’alimentation convient à l’organisme.

    Or, TOUS les farineux (issus des céréales) sont à la base de colles qui encrassent les intestins en formant des croûtes qui, bloquées par les villosités intestinales, entravent le transit, empêchent l’assimilation correcte et libèrent des toxines de décomposition qui passent dans le sang. Ainsi, les grippes, rhumes, en particulier, sont une évacuation forcée par l’organisme des colles et toxines venant des farineux : pain (sauf, peut-être, au levain, mais ce n’est pas sûr), pizza, pattes de tous types (spaghettis, nouilles, riz blanc en particulier…), etc.
    Les produits laitiers ne sont pas non plus adaptés à l’Homme. Le lait, toujours trafiqué, contient des charogneries d’équarrissage : le beurre est toujours retiré pour être vendu à part et, pour refaire du « lait entier », les laiteries rajoutent des graisses bovines, comme pour le lait industriel servant à alimenter les veaux. Les fromages, même fermiers bio, produisent, à divers degrés, des bouchons et des putréfactions dans les intestins, ce qui produit une autre auto-intoxication. Les autres produits, yaourts, crèmes…, sont toujours trafiqués avec des colorants et des arômes de synthèse, non reconnus par l’organisme. De plus, leur flore microbienne ne convient pas parfaitement, contrairement à ce que nous raconte la réclame.

    En ces jours de grande confusion entretenue, des légendes médicales parlent d’« acides aminés essentiels » d’« acides gras », de vitamines, de calcium… que l’on ne trouverait que dans les produits animaux. Faisant peur aux crédules, ces légendes les poussent à consommer des bouts de charogne et des laitages trafiqués.

    Il faut savoir que, quand la flore intestinale est conforme, ce qui n’est le cas qu’alimentée avec des végétaux CRUS, elle produit presque toutes les vitamines utiles, même la fameuse B12 qui effraye tant, le foie se chargeant de fabriquer les autres, en particulier la fameuse « vitamine » C, qui n’est pas une vitamine.

    • Pierre L

      Parmi les grandes légendes médicales, il y a aussi le fameux besoin en protéines. Il s’agit d’une autre ânerie en matière alimentaire, ce qui se comprend puisque la médecine moderne ne connaît que la maladie.

      A quel moment l’organisme a-t-il le plus besoin de protéines ? Quand bébé, il doit pousser.
      Et combien le lait maternel contient-il de protéines ? Environ 7%. Tiens ! Comme c’est bizarre ! Exactement comme la plus part des salades et autres végétaux.

      Il faut savoir que l’Homme ne détruit pas les protéines de sa constitution, sauf quand il se blesse et qu’il faut reconstruire. Mais, même dans ce cas, si la flore intestinale est conforme, elle synthétisera les acides aminés et protéines dont le corps de son hôte a besoin.

      L’organisme des êtres vivants est infiniment plus complexe que tout ce que l’on peut imaginer. Il est parfait, sauf s’il est mal traité. Il est même capable d’opérer des transmutations. Ainsi, Louis Kervran avait démontré dans les années 50, qu’à partir du magnésium (chlorure par exemple) ou de la silice organique (forme colloïdale trouvée par exemple dans la prêle), l’organisme est capable de fabriquer du calcium pour, par exemple, reconstituer ses os.

      L’ossature est en perpétuelle formation/déconstruction car son calcium sert à tamponner l’acidité du corps. Ainsi, si l’on ingurgite des trucs dont la digestion donne des acides, l’organisme emprunte le calcium de ses os pour maintenir le pH sanguin a sa valeur optimum, légèrement alcaline.

      L’équilibre acido-basique est, avec l’élimination parfaite des déchets, le nœud de la santé. L’acidité est produite par l’activité, les émotions négatives et surtout par l’alimentation à base de produits animaux. L’alimentation à base de végétaux verts et fruits est alcalinisante, sauf les noix qui génèrent un peu d’acidité facilement contrôlée…

  • Michele

    Bonjour à tous
    Pour ceux qui pensent que devenir végétarien c’est ne plus tuer d’animaux, je conseille vivement la lecture du livre « le mythe végétarien » écrit par une végétarienne qui explique son parcours pendant plus de 20 ans
    Le végétarisme n’est pas la solution pour un monde meilleur, loin de là!
    et ce qui est dit dans les sites végés est loin d’être complet sur la morphologie humaine

  • cielvoile

    Une vidéo sur le sujet :
    Manger moins de viande pour réduire le réchauffement climatique :

    https://www.youtube.com/watch?v=M1OiXvm2EvY

  • Michele

    et derrière les semences il n’y a pas de lobby????
    c’est exactement pareil, quoi que l’on fasse ou mange dans ce cas, il y a un lobby qui se cache derrière
    tout est décidé à notre place, et devenir végé n’est pas non plus la solution, l’agriculture détruit la vie et les sols. Et d’ailleurs si on revenait à l’agriculture d’avant, c’est a dire des animaux des cultures et des bois, on pourrait réabsorber environ 50% du CO2 qu’on émet
    malheureusement, avec l’agriculture actuelle, qui a tué toute vie dans le sol, ce n’est plus possible, l’humus, source de vie a complètement disparu, ce qui cause inondations, tempêtes de poussières comme on a vu aux US il n’y a pas longtemps, etc..
    La révolution verte a détruit plus de vie que d’animaux qu’on a tué pour manger!!!
    regardez les infos de Claude Bourguignon, il en parle bien mieux que moi

    • Planete bleu Planete bleu

      Il y a des personnes dans le monde qui propose d’autre solution que la culture intensive, comme l’agroforesterie (qui est antrain de se dévellopé).

      http://www.agroforesterie.fr/index.php

      http://www.agroforesterie.fr/video-agroforesterie.php

      Mais la plupart des animaux élevé intensivement,que tu mange Michele sont nourris avec les cultures intensives. Si les gens mangeait moin de viande ou pas les cultures seraient réservé à l’alimentation humaine et nourrirait la planete. Mais ces le contraire qui se passe et il y a de plus en plus de gens a mourir de faim. Des forêts entieres sont détruite dans le monde pour planter par exemple du soja pour nourrir les animaux que tu mange Michele. L’industrie de la viande polue et met la planete en danger.

      http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/l-elevage-met-la-planete-en-danger

      • Michele

        ben non Planete bleu, justement je mange des animaux nourris à l’herbe, et je les vois dans les prés depuis ma fenêtre d’ailleurs, et ensuite quand la neige aura fondu là haut sur les montagnes, les animaux passeront tout l’été dans les alpages, même les veaux ne sont pas retirés de leurs mères et sont nourris au lait. Pareil pour le porc que je mange, il est nourri aux glands, et pas donné non plus, et pareil pour les poulets que j’achète à la ferme et qui courent tout le temps et mangent de tout
        D’ailleurs là où vivent ces animaux, comme les vaches ou les moutons on ne pourrait en aucun cas cultiver quoi que ce soit donc c’est profiter de la nature pour ce qu’elle nous donne, car nous ne pouvons digérer l’herbe
        Ici dans la montagne on élève encore les animaux comme avant, à l’herbe et au foin et le fumier est utilisé pour les cultures et ça fait de très bonnes patates sans autre engrais ni produits chimiques!!
        Il ne faut pas oublier qu’il y a beaucoup d’endroits dans le monde où la culture est impossible, mais par contre l’élevage l’est.
        Quand il n’y aura plus de pétrole et donc d’engrais chimiques il faudra revenir à la rotation des cultures avec de l’élevage mélangé, et abandonner les élevages intensifs dans un coin et les cultures dans un autre.
        Moi c’est vers ça que j’aimerais qu’on aille, et pas autre chose!!
        Devenir végétarien est un extrême et ne solutionnera rien si c’est pour manger des légumes de monsanto ou autres semenciers voraces.
        Il faut savoir faire des choix en connaissance de cause, et perso je ne pourrais pas devenir végé, j’ai des problèmes aux intestins avec tous les légumes aériens, ils me rendent malade, et je ne peux manger grand chose, et je ne suis pas la seule avec ce genre de problème

      • Planete bleu Planete bleu

        Bonjour Michèle,

        Devenir végétarien n’est pas extrème, c’est un choix personnelle, tu as la chance michèle de vivre à la campagne,ou l’agriculture intensive est impossible et ou les animaux ne sont pas traité comme des machines. Moi je vis en ville et j’achete le plus possible des légumes et fruit Bio. Mais la plupart de la population vie en ville et est nourrie par l’agriculture et l’élevage intensif, ce que je n’approuve pas, j’aimerai comme toi que les agriculteurs reviennnent à une agriculture plus respectueuse de l’environnement et des animaux. En parlant de Monsanto, ce que je trouve inadmissible, c’est que bien que les OGM soit interdit en France (j’espère que sa va duré) on importe en France du sojà OGM pour nourrir les animaux d’élevage industrielle, qui se retrouve dans la chaine alimentaire des Français et je trouve ça abérrant.
        J’ai vu aussi un reportage sur un chinoi qui mangeait matin, midi,et soir de la viande et aussi quand il avait un petit creux, bonjour les problemes de santé qu’il va avoir. Dans se reportage il montrait que depuis que les Chinois mangeaient plus de viande des maladies qu’ils n’avaient pas avant commence à apparaîtrent comme l’obésité et des problemes cardiaques.

      • Michele

        Bonjour Planete bleu,
        pour moi, si, devenir végétarien c’est extrême, mais pas dans le sens extrémiste, non, c’est juste que ça ressemble plus à un dépit ou un manque de choix. Mais c’est juste ma vision des choses, ne le prends pas mal.
        Oui je vis en montagne, mais pas vraiment à la campagne, juste dans un village près d’une grande ville, mais dans un appart, car là où je vis les maisons sont extrêmement chères, mais j’ai la chance d’avoir des prairies et des champs derrière chez moi et je connais les agriculteurs du coin, enfin, le peu qui reste.
        et puis ici même en ville on est près de la nature car les vallées sont étroites
        Ici le bio est très difficile à trouver en ce qui concerne les légumes, tu serais horrifiée de voir l’état des étals ici!
        bref…
        moi non plus je n’aime pas comme sont traités les animaux, d’ailleurs c’est pour ça que j’ai fait l’effort et que je paie le prix de la viande que je mange, quittes à se priver d’autre chose, comme les restaurants par exemple, je n’y vais jamais.
        Pour les chinois, il n’y a pas que la viande qu’ils mangent en quantité, il y a aussi les laitages, les céréales et tout un tas de choses « occidentales » qu’ils ne mangeaient pas avant, c’est un tout et se centrer seulement sur la viande est un non sens que pratiquent souvent certains.
        Connais-tu l’histoire d’Ancel keys??? C’était un fanatique végétarien, et pour prouver que la viande et surtout la graisse saturée était mauvaise pour l’humain, il en a fait manger à des lapins!!! alors que même un gamin de la campagne sait pertinemment que cet animal ne peut manger de viande. Et résultat le lapin il est tombé malade, et de ça ce bonhomme en a tiré la conclusion suivante: SI les lapins sont malades avec de la viande et de la graisse, alors nous aussi. C’est complètement idiot tu ne crois pas?
        il a aussi pris les statistiques de mortalité de divers pays, mais il n’a pris que ceux qui l’intéressaient
        Si je t’explique ça c’est pour t’expliquer que les études sont toujours dirigées par les idées ou l’idéologie de celui qui fait l’étude, c’est ce qu’il se passe avec le GIEC et le réchauffement climatique, ils ne prennent que les études qui vont de le sens de leur réchauffement climatique pour étayer leurs thèses, ce n’est plus de la science, c’est de la manipulation.
        C’est pareil pour le végétarisme, si toi tu veux Être végétarienne, c’est ton choix et il est louable, mais c’est ton choix, et si ce n’est pas celui d’un autre, l’imposer n’est pas une solution, c’est de la dictature.
        Et puis il y a quelque chose qui me dérange énormément dans ce principe,le végétarisme pour sauver la planète, c’est un non sens quand on creuse un peu, et je creuse depuis des années cette idée, et plus je creuse et que j’en parle avec des gens qui cherchent comme moi, plus c’est louche, il y a vraiment anguille sous roche dans cette histoire, mais j’en reparlerai plus tard si tu veux, car là je dois partir
        A bientôt

      • Planete bleu Planete bleu

        Ce n’est pas par dépit Michelle que je suis devenus végétarienne, quand tu vois comment sont traité les animaux dans les élevages industrielles et les abattoirs sa te dégoûte de la viande à vie, personnellement je ne voulais plus participer à leur souffrance.

        Beaucoup de gens oublient que derrière la viande qu’ils ont dans leur assiette, il y avait l’animal qui a subit les pires sévices avant d’arriver dans leur assiette.

        Je n’impose pas à mon entourage mon végétarisme, ce n’est pas dans ma nature d’imposer quoi que ce soit et puis sa ne sert à rien d’imposer quelque chose si la personne n’est pas décidé à le faire. Mais sa a incité certain membre de ma famille à manger moin de viande.
        Certainne personne qui sont accro à la viande ne sont pas tendre non plus avec ceux qui on fait le choix d’être végétarien. Sans parler de l’agroindustrie qui font leur possible pour discrédité le végétarisme, il en va de leur business.

        Regarde les deux vidéo qu’il y a dans ces 2 sites internet, tu me diras ce que tu en pense, il y a où être dégouté des humains. On a pas le droit de traité des êtres vivant de cette façon.

        http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/cruaute-cachee-la-violence-envers-40279
        http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/08/23/miam-scenes-dhorreur-dans-un-abattoir-fournissant-mcdonalds

  • pokefric pokefric

    Aucuns efforts de ma part, papa était déjà végétarien.

  • Michele

    Oui, je sais ce qu’il se passe dans les abattoirs, mais pas dans tous heureusement, j’y suis déjà allée, et je sais ce que c’est.
    Mais il ne faut pas oublier qu’il y a partout des psychopathes et si on en arrive à traiter les animaux de cette manière c’est aussi parce que certains sont capables de traiter les humains de la même manière, regarde ce qu’il s’est passé en Ukraine, c’est pareil, une vraie boucherie.
    D’ailleurs il n’y a pas qu’aux animaux d’élevage qu’on fait du mal, mais à toute la nature, mais évidement tuer des insectes et des vers de terre ça ne se voit pas et pourtant l’agriculture intensive les a tous tué.
    Par contre il faut que je te dise, ce n’est pas l’agro-industrie qui discrédite le végétarisme, ce sont eux qui le prônent, car ils se font plus de fric sur les végétaux et les céréales surtout que sur la viande, avec les engrais, les produits phytosanitaires et les OGM.
    Ce qu’ils n’aiment pas c’est qu’on mange du bio, car contrairement aux grandes cultures industrielles, ce sont des petits producteurs qu’ils ne peuvent taxer comme ils veulent.
    Mais ça change, car maintenant ils font du bio industriellement aussi
    Mais derrière eux il y a les financiers qui se font du fric avec tout ça
    Ce sont eux d’ailleurs qui ont tout fait pour pousser les gens à manger un anti-nutriment qu’est le soja, car ça leur rapporte un max.
    C’est aussi pour le fric qu’on en est venus a donner des céréales aux animaux au lieu de les laisser paître dans les prés.
    Tout est question de business et le végétarisme n’échappe pas à la règle, il n’y a qu’à voir tous les produits qu’on vend pour remplacer la viande, produits absolument infects soi-dit en passant.
    Rien n’est simple, et on crois souvent choisir, mais en fait on est dirigés en coulisse, et on se fait avoir partout

    J’ai une question qui me turlupine, car ça m’intéresse, tu dis être végan planète bleu, et donc tu ne portes rien qui vient de l’animal ou qui soit nocif pour la vie animale, et donc qu’est ce que tu poste comme vêtements, quel genre de tissu??
    Car perso je couds moi même mes fringues, mais je ne sais jamais ce qu’il est mieux d’acheter, car le coton bio est difficile à trouver, et pour le reste j’ai toujours des doutes.

  • Michele

    J’ai répondu cette nuit, et ma réponse n’apparait pas
    pfffffffffff