L’importance du soutien aux monnaies « vraiment » libres…

Cet article est soumis à votre réflexion. Des monnaies « vraiment » libres et participatives sont elles viables?? Tous vos avis sont les bienvenus pour aider à ce projet…….

Img/simon.fr

Bitcoin démystifie le système monétaire et démontre qu’il peut être pris en main par les citoyens. Mais Bitcoin ne résout pas les vices du modèle actuel. D’autres modèles plus éthiques existent, mais ils ont besoin d’un soutien massif pour accélérer leur développement.

Les crypto-monnaies ouvrent le champ des possibles

L’un des grand intérêt de Bitcoin, c’est qu’il permet de se poser les bonnes questions sur le fonctionnement monétaire actuel, d’en comprendre ses dysfonctionnements, de faire de l’éducation populaire sur le sujet. Bitcoin prouve aussi qu’il est possible qu’un nouveau système soit approprié par des millions de personnes, voir même des Etats, et cela en très peu de temps.

Participer au développement de ces nouveaux outils permet de redonner beaucoup d’espoir pour trouver des solutions à ça :

Bon, malheureusement, Bitcoin a une répartition monétaire ultra dangereuse, puisque plus ça va, plus il incite à faire tourner des processeurs dans le vide juste pour créer de la monnaie. Une folie écologique, économique, sociale, etc… Pire, 50% de la masse monétaire a déjà été distribuée dans les mains de seulement quelques uns. Bref, Bitcoin concentre la monnaie de manière aussi injuste que le système actuel. Bitcoin n’est pas une monnaie libre.

Des solutions plus éthiques voient le jour

D’autres solutions portées par des citoyens courageux (au sens « agir avec le coeur ») émergent pour proposer des modèles plus éthiques. OpenUDC semble ainsi être le premier système pensé sur une autre théorie monétaire : La théorie relative de la monnaie, développée par Stéphane Laborde. Cette théorie propose une répartition équitable de la création monétaire dans l’espace et dans le temps. Ce qui amène à la constitution d’un revenu de base déjà conséquent.

Un peu comme au Monopoly, sauf que l’argent donné au départ varie au fil du temps, ce qui permet de rendre le jeu infini, sans perdants… Pas comme aujourd’hui, où celui qui vient d’un pays pauvre se voit proposer des crédits à plus de 20% d’intérêts (et encore, seulement quand ce sont des ONG qui s’en occupent) juste pour commencer à avoir un peu d’argent dans la vie… L’idée de cette théorie, c’est que chaque personne reçoive autant au cours de sa vie, peu importe si elle arrive dans le système maintenant ou dans 40 ans, et peu importe le lieu. Pensée avec une unité « relative » à la masse monétaire par citoyen, plutôt que « quantitative », la monnaie ne subit plus d’inflation

Dernièrement, une version dérivée d’OpenUdc est sortie, appelée Ucoin et basée sur les mêmes principes, mais sur une autre technologie, Node.js, à mon sens plus appropriable. Cette version devrait être bientôt testable.

Les monnaies libres ont besoin de nos soutiens

Le problème d’OpenUDC ou de Ucoin, c’est que ces systèmes pour créer des monnaies sont trop éthiques et innovants pour que leur développement soit soutenu par l’acteur public ou privé de manière classique… Il faut un soutien financier citoyen pour permettre aux développeurs qui bossent sur ces projets de pouvoir dédier du temps autrement que juste le soir ou le weekend.

Sans nous tous, nous risquons d’avoir besoin de trop de temps pour permettre l’émergence d’outils très fonctionnels. Dommage vu l’urgence et l’importance d’expérimenter ces outils, et face à la montée des critiques de Bitcoin, qui risque de décrédibiliser le potentiel de ces monnaies.

On est un peu comme au début de wikipedia, où il a fallu plusieurs années pour réussir à financer des serveurs convenables…  Sauf que l’enjeu de ces monnaies est bien plus important qu’une encyclopédie mondiale, il est ici question de la colonne vertébrale autour de laquelle s’organise nos sociétés et nos vies. Bref, il y a urgence à soutenir ces développements, en particulier sur Ucoin, qui me semble prometteur à court terme. Le don, c’est aussi une reconnaissance de l’investissement qui motivera les équipes derrière ces projets, en attendant que nous puissions utiliser ces outils monétaires.

Pour info, avec gittip, il est possible de faire des « micros-dons » réguliers, de 20c à 100$ par semaine. Les développeurs de l’équipe choisissent ensuite combien ils prennent de rémunération de manière totalement transparente. Gittip est une plateforme libre, qui se rémunère elle même par le don.

Pour donner à Ucoin : 
Pour donner à OpenUdc :

La prochaine étape, ce sera sans doute de coupler un système monétaire de type Ucoin avec des outils de soutiens par le don de manière anonyme comme Gittip. De quoi peut-être nous diriger vers de nouvelles pratiques sociales, basées sur une économie du don, qui, je l’espère, nous permettront de réduire en partie l’usage de la monnaie….

Pour en savoir plus :

Photo CCBYSA2.0 by antanacoins

Auteur Simon

Source simon.fr

Pour en savoir plus avec la manipulation des métaux précieux , l’interview d’un analyste. Merci à Jonathan du site GOLDBROKER.COM

Interview de David Morgan sur l’évolution de l’argent, la manipulation du prix et la remise à zéro du système monétaire international

Vu que l’on parle beaucoup d’une ré-évaluation potentielle de l’or lors d’une remise à zéro du système monétaire international, je souhaitais interviewer David Morgan, analyste reconnu du marché de l’argent, pour savoir ce qu’il pensait de plusieurs sujets, comme l’évolution du cours de l’argent, sa manipulation et le prix potentiel de l’argent suite à un changement éventuel du système financier international.

Fabrice Drouin Ristori : Vous êtes spécialisé dans l’analyse du cours de l’argent. Cela prend du temps et beaucoup de recherche pour comprendre pourquoi le prix de l’argent évolue, avec tant de volatilité. Commençons par la base : pourriez-vous nous donner une idée de la production annuelle d’argent physique à travers le monde ?

David Morgan : Oui, l’offre totale est d’environ un milliard d’onces annuellement, soit environ 800 millions d’onces provenant des mines et 200 millions d’onces provenant du recyclage……….

Lire la suite

 

 

 

66 commentaires

  • Étienne Chouard Les enjeux de la création monétaire

    http://www.youtube.com/watch?v=4L_vw1aFGVY

    <3 :*

  • kalon kalon

    Bonjour,
    Il pourrait être possible de créer un autre système de fonctionnement monétaire basé sur l’emploi que l’on fait de notre argent.
    Ainsi au sein de la même unité monétaire serait créer différents compartiments en fonction de l’usage qui en est fait.
    Je m’explique:
    Prenons l’euro, et créons, pour l’exemple, trois catégories d’euros:
    L’euro vert: destiné à la vie courante et au commerce de base
    L’euro jaune: destiné aux dépenses sociales (soins de santé, pensions…etc.
    L’euro rouge: destiné aux placements à risque et à la spéculation.
    Des passerelles existantes entre ces différentes catégories permettraient de faire voyager l’argent d’une catégorie à l’autre en y appliquant une taxe de transfert +/- élevée suivant la valeur du transfert.

    • Fenrir

      Bonjour Kalon,

      tu me fais commencer bien agréablement la journée.

      Pour ma part, j’interdirai l’Euro rouge… La spéculation devant être interdite. Fondamentalement, c’est celle-ci qui perverti tous les systèmes financiers, et les sociétés qui l’autorisent.

      Au delà de la forme de la monnaie, la question de base n’est-elle pas le contrôle de sa création ?

      La nationalisation de son émission, ainsi que celle des banques, me semble un préalable indispensable, et cela, sous un contrôle citoyen.

      La monnaie est un outil de simplification des échanges.

      La spéculation n’est qu’une prise illégale d’intérêts sur les échanges.

      Du parasitisme légalisé…

      • kalon kalon

        L’argent rouge est, en partie, nécessaire mais les bénéfices qui en sont retirés sont manifestement trop élevés par rapport aux bénéfices qu’il apporte à la collectivité.
        Ainsi, il est normal qu’une partie conséquente de ces bénéfices issus de la spéculation reviennent à la collectivité.

      • quidam31

        L’argent rouge est en partie nécessaire? A qui ? Pourquoi?
        L’usure serait donc à proscrire mais… pas tout à fait?
        Le diable est dans les détails. Vous pouvez argumenter?

      • quidam31

        Je n’avais pas lu la suite de la conversation désolé.
        Mais toujours pas convaincu !

  • kalon kalon

    Ainsi:
    De l’euro vert transféré vers l’euro rouge serait plus taxé que si il était transféré vers l’euro jaune.
    De l’euro rouge serait fortement taxé lorsqu’il serait transféré vers l’euro vert
    De l’euro jaune serait taxé si il réintègre l’euro vert
    et ainsi de suite.
    premier avantage de ce système, et non des moindres, il empêche les bénéfices de la spéculation de dévaloriser les bénéfices issu du travail !
    En effet, que se passe t’il actuellement.
    Les banquiers jouent au « Monopoly » avec le même argent que nous employons pour nos soins de santé et pour nos consommations courante.
    Ce qui, manifestement, détruit la valeur de « notre » argent au bénéfice du leur.
    Il n’est pas normal d’employer la même monnaie pour la spéculation et pour couvrir le revenu du travail.
    Bon, cette idée est « brut de décoffrage » mais je la laisse à votre sagacité pour l’améliorer et/ou en trouver une autre car le système actuel favorise beaucoup trop les banquiers au détriment de la société prise dans son ensemble, et cà, c’est l’origine du déséquilibre permanent de l’économie mondiale !

    • Fenrir

      Le souci concernant ce que tu évoques, provient du fait que la spéculation permet la création de « richesses » virtuelles » plus importantes que celle produites concrètement par la production de biens et de services.

      Depuis que nous avons assistés à ce basculement de la rentabilité issu du système capitaliste, à un rendement supérieur par la spéculation financière, le parasitisme des ponctions sur l’économie réelle la laisse exsangue.

      Le toujours plus finissant de piller et de spolier le Travail, au détriment même du Capital, pour uniquement privilégier la Finance…

      • kalon kalon

        Il y a plus de vingt ans déjà et alors que je m’essayait à la « planification fiscale » au Luxembourg, mon mentor de l’époque m’expliquait que plus de 95 % de l’argent circulant était de la fausse monnaie car non représentative d’une production réelle de biens !
        Aujourd’hui, et avec le mécanisme bancaire du ratio de fond propre, nous devons en être à 2000 % pour autant que la somme de fausse monnaie puisse encore être quantifiable !

  • kalon kalon

    Concernant le travail, il faut arrêter de dire qu’un « chômeur » est un fainéant, cette idée a été véhiculée afin de culpabiliser les hommes, et elle est totalement fausse.
    Pour moi, un homme qui accepte de vivre avec peu d’argent est un homme qui ne détruit pas la terre par une consommation excessive et redondante.
    Les progrès technologique font qu’il n’est plus nécessaire que tout le monde travaille pour faire fonctionner une société et, de fait, les travailleurs excédentaires travaillent plus à la destruction de notre environnement qu’a son entretien !
    Créer un système d’allocation universelle est devenu incontournable afin de maintenir la possibilité de vivre sur terre avec 7 à 8 milliards d’individu !

    • Fenrir

      Je te rejoins totalement concernant la possibilité de création d’un Revenu de Base pour l’ensemble des citoyens.

      Les colossaux gains de productivité issus de nos progrès technologique rendent caduque et obsolète, la conception du travail, tel qu’elle nous est inculquée dans notre conditionnement sociétal.

      La richesse produite par notre société est amplement suffisante pour satisfaire l’ensemble des besoins des individus qui la constitue.

      Là encore, cela se résume à une question de répartition de la richesse créée par notre collectivité.

      Je vous invite à participer à la discussion sur le Revenu de Base sur le Forum : http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=22&t=7146

      • quidam31

        Une revenu de base? Vous voulez démarrer une nouvelle société avec comme base l’idée que certains n’auraient rien à faire pour manger?
        C’est contre nature: Demandez depuis votre hamac que les légumes se mettent à pousser tout seuls, vous verrez que ça ne fonctionne pas ;-)

      • Fenrir

        Bonjour Quidam31,

        Il ne s’agit point là de loi naturelle. Que reste-t-il de naturel dans nos société ?????

        Il ne s’agit pas de ne rien faire, mais simplement de répartir la richesse créée par la collectivité.

        Actuellement, elle est accaparé par une minorité.

        N’est-il pas paradoxal que nous produisions 250 % de richesse en plus actuellement par rapport à 1970 (avant le premier choc pétrolier et en plein embellie des Trente Glorieuses) ?

        Ce n’est qu’une question de répartition.

        Je suis fort loin de me reposer dans un hamac, mais cela ne me gêne pas de participer solidairement à aider les individus en incapacité de participer à la production de richesses.

        Notre souci actuel est la spoliation que nous subissons du fait du fonctionnement capitaliste néo-libéral, et de l’accaparement par le système financier de l’ensemble (ou presque) de la richesse produite par le travail.

        Je t’invite à prendre le temps de lire le Topic que j’ai mis en lien dans mon commentaire au dessus et à intervenir sur celui-ci.

        Cela sera plus constructif à terme, car nos propos sur le fil d’actu des articles du Blog, sont appelés à s’évaporer au fur et à mesure de la parution de nouveaux articles…

        Bien à toi.
        :0)

      • quidam31

        Bonjour Fenrir.
        Je suis d’accord avec toi sur le constat !
        C’est sur les réponses que nous ne sommes pas d’accord…
        Comme tu dis, il y a un problème de répartition.
        Et c’est d’abord à ça qu’il faut remédier.
        Mais un revenu de base aurait pour conséquence d’encourager la paresse.

        Comment élever un enfant dans l’idée que sans rien foutre il pourra vivre? Que c’est un choix légitime?

        Je suis absolument contre ce principe.
        Même si l’on peut largement redéfinir ce qu’est « le travail » et l’étendre à bien des domaines autres que marchands; encourager la population à ne rien faire (car, soyez en sûr, une partie de la population fera ce choix) en lui suggérant que les autres assureront son vice (la mère de tous les autres comme le dit l’adage), c’est semer la graine d’une société décadente.
        De ce coté là on est déjà servis, inutile de remettre le couvert !

      • originalteil

        C’est vrai que la paresse est la mère de tous les vices….
        alalalalala misère!!
        Et un défibrilateur pour Fenrir, un! :)

      • Fenrir

        Nous sommes en fait entièrement d’accord.

        Pour ma part, je ne travaille pas. J’exerce un métier.

        Ce qui est fondamentalement différent. ^^

        Je te rejoins sur le fait qu’il ne s’agit pas d’encourager les enfants à ne rien faire, mais plutôt de les inciter à faire ce qui leur permet de s’épanouir et d’évoluer en tant qu’individu.

        As-tu lu « Le Droit à la Paresse » de Paul Laffargue ?

        Crois-tu que le résultat de la société où nous vivons soit si probant les concernant actuellement ?

        Alors que nous sommes abrutis de discours nous incitant à travailler plus, pour gagner plus, pour consommer plus, pour polluer plus, et au final pour les enrichir plus ; une bonne partie des enfants de ce pays sont comme des légumes devant leurs consoles de jeu ou devant un téléviseur…

        Le changement de paradigme auquel j’aspire est celui qui permettra à l’individu de donner le meilleur de lui même, et non pas d’être le meilleur de la classe, et les autres des minables rejetés et frustrés…

        Je ne sais si j’exprime clairement ma pensée, mais j’espère que cela t’éclairera sur ma position concernant le Travail, l’exercice d’un métier, et l’opportunité pour les individus de pouvoir se consacrer à rendre ce monde meilleur.

        Sais-tu que nous pourrions vivre en « travaillant » seulement 10h par semaine pour créer la richesse nécessaire à la population pour vivre ? Et cela avec le même taux d’inactifs qu’actuellement. (Par inactifs, j’entends là, l’ensemble des individus ne participant pas à une production de biens et de services, donc j’y rajoute les chômeurs).

        En fait, tout est une question d’éducation à la responsabilité citoyenne et au rôle de l’individu dans la société.

        C’est un vaste débat que nous lançons là, et ainsi que je te le disais précédemment, nous devrions le poursuivre sur un Topic dédié sur le Forum, ou sur celui concernant le Revenu de Base. (Prend STP le temps de le lire ;0) )

        http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=22&t=7146

        Notre échange va encore une fois finir dans les archives du Blog, et je me fatigue à sans cesse devoir ré-argumenter et expliquer les mêmes idées et concepts pour les voir disparaitre dans les limbes, poussés par l’actualité quotidienne…

        Sur le Forum, notre échange pourrait être bien plus constructif.

        Bien à toi :0)

      • quidam31

        « As-tu lu « Le Droit à la Paresse » de Paul Laffargue ? »
        Non, mais rien que le titre ne me donne pas envie de le lire ;-)
        La paresse est un droit (libre-arbitre oblige) mais elle n’est pas sans conséquence.

        « Crois-tu que le résultat de la société où nous vivons soit si probant les concernant actuellement ? »
        Ne ramène pas tout à ça ! Nous sommes d’accord la dessus sinon nous n’échangerions pas ici !

        « Sais-tu que nous pourrions vivre en « travaillant » seulement 10h par semaine pour créer la richesse nécessaire à la population pour vivre ? »
        oui, sans avoir fait le calcul mais ça me semble raisonnable

        « En fait, tout est une question d’éducation à la responsabilité citoyenne et au rôle de l’individu dans la société. »
        Voilà le fond du débat.

        Je me suis inscrit, j’attends la validation.
        Restons en là sur la question pour ce blog tu as raison

      • Fenrir

        Au plaisir de t’y lire donc.

        Pour info : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Droit_%C3%A0_la_paresse

        Un titre peut-être trompeur ;O)

        Je file, j’ai un métier à exercer…

        ;OD

      • quidam31

         » Le Droit à la paresse démythifie le travail et son statut de valeur. »
        La dessus on est d’accord, le travail n’est pas une valeur en soi. On peut très bien travailler au pire, demandez à Valls :-D
        Allez Valls t’as le droit à la paresse écoute Fenrir !
        :-D

      • quidam31

        « qu’il se contraigne à ne travailler que trois heures par jour, à fainéanter et bombancer le reste de la journée et de la nuit. »
        Ce monsieur a une bien piètre vision du temps libre qu’il voudrait dégager. Mais sa vision du travail semble juste (à vrai dire j’en suis convaincu depuis longtemps.
        C’est le vrai sens du mot « économie, le contraire de ce que l’on apprend dans les écoles…

      • kalon kalon

        Je pense que vous vous trompez tous quant à la définition de la paresse, à ne pas confondre avec la fainéantise !
        La paresse est une fonction naturelle que l’on retrouve partout dans la nature, même dans la croissance des plantes (Eh oui !).
        A savoir: établir un rapport le plus favorable entre l’énergie dépensée par rapport à l’énergie gagnée.
        Ainsi, dépenser le moins d’énergie possible afin d’assurer ses besoins essentiels de vie, c’est la définition de la paresse et c’est une réaction naturelle !
        La fainéantise, par contre, est de se laisser dépérir par absence de courage à assumer ses besoins vitaux et profiter des autres pour assumer ces besoins.
        N’oublions pas que 2000 ans d’asservissement nous ont fait perdre quelques notions fondamentales concernant notre indépendance de discernement !
        Il est évident qu’il existe des chômeurs « profiteurs » et des chômeurs « victimes » et ce n’est pas en mélangeant les deux catégories qu’il soit possible de faire avancer le débat car cela consisterait à comparer des pommes et des salsifis.

      • voltigeur voltigeur

        Lire Éloge de la paresse d’Eugène Marsan.
        http://www.bmlisieux.com/curiosa/marsan02.htm

      • quidam31

        Je pense que larousse n’est pas d’accord avec vous :-D
        déf: Comportement de quelqu’un qui répugne à l’effort, au travail, à l’activité, goût pour l’oisiveté

        « établir un rapport le plus favorable entre l’énergie dépensée par rapport à l’énergie gagnée »
        ça, ça s’appelle l’économie. Et c’est effectivement une fonction naturelle

      • quidam31

        « Il est évident qu’il existe des chômeurs « profiteurs » et des chômeurs « victimes » et ce n’est pas en mélangeant les deux catégories qu’il soit possible de faire avancer le débat car cela consisterait à comparer des pommes et des salsifis. »
        Qui a parlé des chômeurs dans ces termes?

      • quidam31

        Bon, qui dit mieux que Voltigeur? « les bienfaits de l’héroïne? » « La délicatesse de la flagellation? » :-D

      • So So

        Et que font donc les rentiers et autres actionnaires ? et eux, on ne peut pas dire qu’ils se contentent d’un revenu de base !

        Avant de parler de paresse, ouvrez les yeux : avec le plan d’austérité annoncé (gel de revalorisation des retraites – ces revenus acquis suite à une vie entière de dur labeur – et baisse des cotisations sociales pour les patrons – ce qui va mathématiquement creuser encore davantage le trou de la Sécu et de l’Unedic – car il s’agit bien de mettre par terre le système de protection sociale mis en place au sortir de la dernière guerre) la pauvreté et la misère vont encore s’accentuer pendant que les multimillionnaires vont continuer de voir croitre leurs avoirs d’un pourcentage nettement supérieur à l’inflation.

        Vivre avec 450 euros/mois (vous devriez essayer, tout comme nos chers politicards, c’est particulièrement formateur ! – à quand une ménagère smicarde au ministère des finances ? en terme de compétences pour réaliser des économies, c’est sans conteste la mieux placée) est quasiment impossible, d’autant plus si on ne fout vraiment rien ! Le chômage n’est un choix pour personne (là aussi, le fait de se retrouver dans la situation du chômeur, surtout avant 30 ans ou après 50 ans, est particulièrement éclairant au regard des idées reçues véhiculées par les merdias !), personne n’aime se voir méprisé et considéré comme une merde au prétexte qu’il n’a pas le profil requis par le marché !

        Mon premier contact avec le chômage remonte au sortir de mes études. J’ai depuis exercé quantité d’autres métiers que celui auquel j’avais été formée (tous sous-payés). Je me suis occupée de l’éducation de mes deux enfants jusqu’à leur scolarisation, ce qui ne m’a pas empêchée d’avoir de nombreuses activités associatives, que j’ai arrêtées au moment où le bénévolat a commencé à détruire le potentiel d’emplois associatifs, pas par paresse, mais j’en ai eu marre de sucer des clous pour que certains malins en tirent bénéfice ! J’aime échanger, j’aime partager, mais je n’aime pas me faire mettre, avec ou sans vaseline…

        j’ai même créé mon propre emploi, il y a 8 ans. Non pas auto-entrepreneur mais entrepreneur salarié (c’est-à-dire 38 % de charges patronales + 12 % pour la coopérative d’emploi et d’activité sur le chiffre d’affaires le tout bien sûr soumis à l’impôt sur le revenu – c’est à dire que j’ai cotisé aux divers régimes de protection sociale tels que chômage, retraite, maladie, formation) ; non pas une activité rémunérée à temps plein (bien que le nombre d’heures effectives dépasse parfois celui-ci) mais en fonction du chiffre d’affaires réalisé. Une activité en télétravail car j’en avais marre que mon travail serve surtout à enrichir mon garagiste (70% de mes revenus passaient en entretien du véhicule, en pneus et en carburant – bien loin du barème kilométrique retenu par le fisc, ceux qui habitent un coin paumé de montagne comprendront); j’en étais à 500 euros net de salaire par mois (ce que je considérais comme légèrement supérieur à un SMIC étant donné les économies de déplacement). Je faisais de la traduction, en sous-traitance, pour des agences dont les clients ultimes n’étaient autres que des entreprises de luxe, mais le fait d’augmenter mes tarifs de 5% en trois ans – c’est à dire 1 centime d’euros par mot source) a été considéré comme excessif ! Marre de tous ces pourris. Fin 2013, après trois mois sans pouvoir me verser le moindre salaire, j’ai décidé d’arrêter. Depuis début avril, je suis donc passée de la catégorie C à la catégorie A de pôle emploi. J’attends de connaître le montant et la durée de mon éventuelle indemnisation.
        Et je ne vois pas pourquoi j’accepterais d’aller torcher le cul des vieux, avec des horaires en coupé (demandez au caissières, elles en savent elles aussi quelque chose) pour des clopinettes au prétexte que c’est un secteur porteur ! Vous le feriez, vous dans ces conditions ? Chiche !

        Et ne vous avisez pas de me montrer du doigt et de me traiter de paresseuse ! Là je cherche un moyen de valoriser au mieux les diverses compétences acquises depuis trente ans, contre monnaie sonnante et trébuchante (sans garantie de succès), il faut bien manger et payer ses factures ; alors que si le revenu de base s’appliquait, je pourrais les mettre gratuitement au service de tous.

        Il faudrait arrêter de sanctifier le travail (cette forme légale de prostitution) et redonner toute sa place à l’activité.

        Sans oublier « le droit à la paresse », une saine lecture que je vous conseille en passant.

      • quidam31

        « Il faudrait arrêter de sanctifier le travail (cette forme légale de prostitution) et redonner toute sa place à l’activité. »
        Si vous avez bien lu Fenrir et moi ne disons pas autre chose.
        Pas question non plus de désigner les chômeurs comme des paresseux.
        Je partage votre dégoût pour toutes les injustices que vous dénoncez, je dis simplement que le revenu de base (RMI renommé) n’est pas la solution.

  • kalon kalon

    Prenons le cas de la Belgique, pays de +/- 10 millions d’habitants et sortons de la masse salariale tout les emplois qui ne créent aucune valeur ajoutée au fonctionnement et à la vie de cette société.
    J’ai fait le calcul et j’admet qu’il est fait sur une base empirique mais j’en suis arrivé à la constatation que pour faire vivre une société tel que celle qui vit en Belgique, il ne faut pas plus de 500.000 travailleurs !
    Seulement voilà, jusqu’ici, pour le pouvoir, un homme qui travaille est un homme qui n’a pas le temps de s’occupé de politique, politique au sens noble du terme évidement.
    Hors si nous avons des millions de citoyens qui pourraient employer leur temps à d’autres activités sociales que le travail, la chose est évidente, un pouvoir central n’est plus nécessaire ni les politiciens qui vont avec !

    • Fenrir

      Tu as parfaitement résumé la réalité de la situation économique et sociale, tant de la France, que de la Belgique, ou de l’ensemble des nations industrialisées et développées.

      Un débat est également en cours sur le Forum concernant le Tirage au Sort, et l’implication citoyenne dans le fonctionnement de nos sociétés.

      http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=25&t=7148

      Au final, au fur et à mesure de l’évolution de mes réflexions, je me rend compte que le Revenu de Base, et le Tirage au Sort sont des solutions complémentaires, voire indissociables.

  • kalon kalon

    L’enseignement à la vie des jeunes enfants est primordial et passe bien avant la valeur du travail comme source d’enrichissement d’une société.
    En effet, a quoi cela sert ‘il de travailler dur pour « assurer » l’avenir de nos enfants si ceux çi n’ont jamais pu acquérir leur équilibre vital ?
    Obliger les femmes au foyer a aller travailler ne les a pas « libérée », que du contraire.
    Cette obligation les a aliénée à une société de consommation effrénée et les a éloignée de leur fonction première: assurer l’équilibre de leurs enfants au sein de la société !

    • Fenrir

      Là, c’est plutôt à nos fabuleuses compagnes de faire leur choix…

      Le fait qu’elles travaillent leur a également permis l’acquisition de l’indépendance vis-à-vis de la tyrannie domestique…

      Le fait d’être un « père au foyer » n’a rien de déshonorant…

      Au contraire.

      Et cela pourrait être également complémentaire à un véritable partage des tâches dans une unité familiale.

      • kalon kalon

        Entièrement d’accord que l’homme au foyer est tout aussi valable à l’enseignement de l’enfant, peut être même mieux !
        Mais laisser un jeune enfant ne découvrir la vie qu’au travers de ses échecs et de ses erreurs est la pire des conditions dans laquelles il pourrait s’épanouir.
        Actuellement, il est seul, tant face a son questionnement que face à ses angoisses et, pour se déculpabilisé de ce fait, il lui est offert des tas de « bidules » inutiles issus de notre consommation effrénée, du moins pour ceux dont les revenus leur permettent de se déculpabiliser de la sorte car pour les autres, c’est souvent la violence qui sert de défouloir, ce qui ne fait qu’aggraver les facteurs déstabilisant pour l’enfant !
        C’est dans notre prime jeunesse que l’essentiel de la qualité futur de notre vie se joue car si les mécanismes de défense construits par notre subconscient a ce moment là ne sont pas évacué,ces mécanismes se retourneront, inconditionnellement contre nous à l’adolescence et à l’âge adulte.
        Ces mécanismes sont destinés à nous défendre pendant notre période de dépendance aux adultes mais nous sont totalement nuisibles après cette période.

      • kalon kalon

        Si nous apprenons à nos enfants a se connaître et à se comprendre dés leur plus jeune âge, nous viderons les prisons en une seule génération !

      • Fenrir

        Là aussi, je te rejoins totalement.

        C’est au travers de l’éducation, de l’information, de la communication, que nous pouvons (devons) faire évoluer les individus et notre société.

        L’avenir appartient aux agneaux.

        C’est pour cela qu’il nous faut conquérir le pouvoir et recentrer notre société à la construction de leur individualité citoyenne.

        Je t’invite sincèrement à nous rejoindre sur le Forum.

        Toi, ainsi que tous les individus de Bonne Volonté qui souhaitent un monde meilleur pour les enfants, et ceux qui viendront après nous.

        C’est ensemble que nous pouvons évoluer et faire évoluer notre Contrat Social.

        Pour eux…

      • kalon kalon

        Fenrir, ne parlons pas d’éducation, mais d’enseignement.
        C’est le coté « éducatif » qui m’a fait fuir la scolarité à 14 ans !
        Quelque part, je ne le regrette pas car cela m’a justement permis de développer ce qu’on appelle une façon de penser de façon latéralisée par opposition à l’encadrement de la pensée que l’on observe en milieu scolaire et qui ne permet de résoudre un problème qu’a l’intérieur d’un cadre restrictif de possibilité.

  • kalon kalon

    Voilà, excusez moi d’avoir été si long mais je pense que depuis l’aube de l’humanité, l’homme a été trompé dans son chemin de vie par ceux qui se sont réclamés d’être son chef alors qu’un homme équilibré n’a pas besoin de chef ni de loi et encore moins de maître.
    Il est son propre maître et se sait responsable de ses actes vis à vis de ses semblables et de la nature dont il dépend !
    Ainsi, pour cité Max Stirner, l’homme est unique, propriétaire de cette unicité et donc, en est responsable vis à vis des autres hommes.

    • Fenrir

      Heureux de voir là aussi que tu connais l’un de mes auteurs préférés…

      Un philosophe hors norme et méconnu.

      Une lecture a recommander.

  • kalon kalon

    me référant à Wikipédia, pour ceux qui en ont le courage mais très difficile à lire comme philosophe:

    Max Stirner, de son vrai nom Johann Kaspar Schmidt (Bayreuth, 25 octobre 1806 – Berlin, 26 juin 1856), est un philosophe allemand appartenant aux Jeunes hégéliens, considéré comme un des précurseurs de l’existentialisme et de l’anarchisme individualiste.

    Il est l’auteur, en 1844, d’un « livre-comète », L’Unique et sa propriété, qui connut un grand retentissement à sa sortie avant de tomber assez vite dans l’oubli. Sa philosophie est un réquisitoire contre toutes les puissances supérieures auxquelles on aliène son « Moi », et Stirner vise principalement l’Esprit hégélien, l’Homme feuerbachien et la Révolution socialiste. Stirner exhorte chacun à s’approprier ce qui est en son pouvoir, indépendamment des diverses forces d’oppression extérieures au Moi.

    • Fenrir

      Sincèrement, tu m’auras comblé ce matin. :0)

      Bien à toi, Citoyen Kalon !

      • kalon kalon

        Tu sais, transmettre aux suivants ce que l’on a compris de la vie est plus qu’agréable et je remercie Benji et ses amis et amies de toute la somme de travail qu’ils accomplissent afin de nous offrir cet espace d’échange :-)

  • Dr.um

    Merci de votre échange, ça fait du bien de vous lire :)

  • voltigeur voltigeur

    :) :) ça me manquait, je ne pouvais plus voltiger… ♥♥

    • kalon kalon

      Ben oui, ils en restent à leurs vieux reflexes d’encadrement pour pouvoir mieux contrôler !
      Une chose qui les perdra est qu’ils n’ont pas modifié leur réactivité depuis Machiavel alors que le monde a bien changé depuis !
      en somme, ils vont nous créer un ministère de « l’information objective » ! lol

      • kalon kalon

        Ben oui, on attend !

      • kalon kalon

        Et a mon avis, on ne devra plus attendre longtemps car avec la crise Ukrainien, la désinformation et la manipulation a atteint son paroxysme.
        C’est comme au « poker menteur » , il arrive toujours un moment ou il faut lever le chapeau.
        Quant à savoir ce qui se trouvera en dessous du chapeau, bien malin serait celui qui pourrait le dire actuellement !
        Trop de paramètres et trop de « pouvoirs » décisionnaires sont en jeu qui jouent, chacun, en fonction de leur intérêts immédiat.
        Nous sommes entré dans un espace chaotique et cà, seul Dieu sait le gérer, et encore ! qui vivra, verra :-)

      • kalon kalon

        Un des aspects découlant d’une nouvelle théorie en physique quantique tenterait à suggérer scientifiquement l’existence de Dieu comme étant la somme de toutes les consciences existantes dans l’univers.
        ainsi, nos actions seraient dictées par une espèce de conscience universelle à laquelle chacun d’entre nous serait rattaché.
        Ainsi, la science rejoindrait le contenu de certains textes anciens.
        L’idée est séduisante mais la démonstration n’a pas encore été faite !

      • quidam31

        Si Dieu est (seulement) la somme des consciences de l’univers, d’où viennent l’impulsion de départ et les lois qui ont permis la cohérence entre consciences?

      • kalon kalon

        Comme tu le dis: « qui suis je ? ou suis je ? et dans quelle état j’erre ? :-)

      • kalon kalon

        Les scientifiques d’envergure font souvent de Dieu, la somme de leurs ignorances.
        C’est partiellement vrai dans la mesure ou là ou la science avance, les religions ont tendance à reculer mais là nous entrons dans le domaine de la métaphysique.

      • quidam31

        Dieu n’a pas attendu les religions pour définir les Lois de l’univers… ;-)
        « Comme tu le dis: « qui suis je ? ou suis je ? et dans quelle état j’erre ? :-)  »
        Pas mal la pirouette ;-) Mais je n’ai pas du tout dit ça ;-)

      • criminalita

        Là ça devient complexe:
        Si l’on suppose l’existence de plusieurs univers alors comment concevoir un seul Dieu. Si chacun de ces univers est régit par des lois totalement opposées comment envisager de la cohérence, et si ces univers interagissent entre eux n’y aurait’ il pas là matière à concevoir une transmission d’échanges entre ces univers par la vie à la mort ou par tout autre chose à inventer ou dont nous ne sommes capables d’imaginer à notre stade d’évolution.

      • originalteil

        Avant que la vérité ne vous effleure le fondement, les poules auront des dents.

      • criminalita

        A force de rêver l’Homme ne fait qu’espérer,

        L’Espérance n’est autre qu’un moteur qui tombé en panne
        vous abandonne dans un désert d’errance.

        Mais la Volonté peut tout rallumer en puisant dans la Joie de la Vie.

        Dieu semble se cacher dans toutes ces énergies mais apparaît au grand jour dans l’Amour.

      • quidam31

        « Si l’on suppose l’existence de plusieurs univers alors comment concevoir un seul Dieu. »
        On ne peut pas supposer plusieurs uni-vers criminalita.
        Sauf à appeler ça des bivers ou trivers :-D

      • criminalita

        http://www.wikistrike.com/article-la-vie-apres-la-mort-existe-bien-selon-un-scientifique-americain-qui-pense-en-detenir-la-preuve-123383637.html

        Va lire tout çà et essaie de comprendre, ça te tourne en bourrico, Lol, j’ai mal à la tête.

        J’ai l’impression que tout le monde préfère la théorie de l’Expansion.
        Pour un politique, un bankster, un négociant, c’est préférable.
        L’expansion du pouvoir, du fric, des affaires de la possession. Avec plusieurs Dieux et Univers ça en coincerait qlq uns non ?

      • quidam31

        J’étais pas loin, ils appellent le multivers :-)
        Mais, multivers ou pas (le mot est un barbarisme d’ailleurs, si l’on parle de l’ensemble des champs du possible cet ensemble « possible » s’appelle l’univers, simplement certaines parties sont invisibles pour certaines consciences).
        Bon… mais qui assure la coexistence de ces « univers » ?(sauf si l’ensemble est totalement aléatoire).

  • kalon kalon

    Pour ceux que cela intéresserait mais c’est à prendre avec « des pincettes » car rien à ce jour n’a été démontré sauf, peut être, concernant la communication entre deux vrais jumeaux dont il a été démontré qu’ils ne communiquent pas entre eux de la même façon que nous communiquons.
    Cà s’appelle la théorie du dédoublement;
    Je vous le laisse pour ce que ça vaut:
    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-la-theorie-du-dedoublement-122882224.html

  • leprixdelavie leprixdelavie

    La bulle spéculative du bitcoin continue de s’effondrer.

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    C’est la sagesse suprême et universelle qui conserve l’équilibre écologique de la planète terre ,qui règle avec précision le cours des galaxies .
    Elle est aussi la sagesse du corps qui dirige les fonctions vitales que le corps accomplit
    Amrit Desai

    Toute la suite des hommes , pendant le cours de tant de siècles , peut être considérée comme un seul homme qui subsiste toujours et apprend continuellement .
    Pascal  »Pensées » 

    Le même flux de vie qui coule dans mes veines nuit et jour court à travers l’univers et danse en rythmes et mesures.
    C’est la même vie qui perce, heureuse, à travers la poussière de la terre en innombrables brins d’herbe et qui éclate en vagues tumultueuses de feuilles et de fleurs.
    C’est la même vie qui est bercée dans l’océan en flux et reflux de naissance et de mort.
    Mes membres , je les sens communiquer avec cet univers de vie et ils deviennent resplendissants .
    Et ce qui fait ma fierté, c’est le battement de la vie des origines qui danse en ce moment dans mon sang
    Tagore 1861 -1941

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Puisque je suis capable de penser avec mes galaxies pourquoi Mahat le grand ne penserait il pas pas à l aide des étoiles ?

    Et il n’y pas de discontinuité entre celui-ci et le psychisme humain.

    Quand Mahat le grand aura fini sa partie d’échec tous retournera dans le néant.

  • Zugzwang

    Bonjour à tous.

    J’ai du mal à réfléchir objectivement à ce sujet car je n’ai pas encore bien compris ce qu’était une monnaie libre. La définition donnée sur Wikipédia est, pour moi, ésothérique. Donc si quelqu’un pouvait m’expliquer ce qu’est une « monnaie libre », une monnaie « vraiment libre » et en quoi elles seraient différentes de l’euro, je lui en serais très reconnaissant.

    Merci d’avance.