Le changement climatique va-t-il intensifier les invasions biologiques?…

Bonne question! Mais le processus est déjà bien engagé, les « bébêtes » et autres plantes exotiques implantées chez nous et s’y sentant bien, représentent un danger pour notre biodiversité. Liste des espèces envahissantes .

Les invasions biologiques représentent l’une des plus grandes menaces qui pèsent sur la biodiversité.

L’Union internationale pour la conservation de la nature a défini « 100 espèces invasives parmi les pires à travers le monde »

(…)

Une espèce est dite invasive quand, étant introduite dans un nouveau domaine géographique, elle s’y établit et y prolifère.

Les espèces invasives ont en général un fort impact écologique et/ou économique.

Les changements climatiques, y compris les événements climatiques extrêmes (tels que les tempêtes, les cyclones), peuvent accentuer les processus d’invasion.

A cela s’ajoutent les activités humaines, telles que le transport transcontinental, la dégradation des terres et les systèmes agricoles, qui conduisent à la propagation de nombreuses espèces non indigènes.

Par exemple, en Europe le nombre d’espèces invasives a augmenté de 76% au cours des 30 dernières années: on compte maintenant plus de 11000 espèces non-natives en Europe.

Cette étude est primordiale car elle s’intéresse aux effets simultanés des changements climatiques et d’utilisation des terres, sur les invasions biologiques, ces dernières étant déjà très répandues et aux impacts sévères.

(…)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article d’Adrien, publié par techno-science.net et relayé par Pam pour  SOS-planete

Voir aussi:

Transhumanisme : L’homme qui vivra 1000 ans est déjà né !

Enquête sur la contamination de l’océan au large de Fukushima

Les gaz de schiste dans les couloirs de Bercy

Alès : gaz de schiste, « les gains sont surévalués »

L’Australie sera le lieu du prochain boom du schiste

Le convoi ITER de 800 tonnes poursuit sa route vers le site de Cadarache

 

5 commentaires

  • Maverick Maverick

    Tout dépend ce qu’on appelle une espèce invasive … Il y a d’abord celles qui sont introduites dans un milieu où elles n’ont pas de prédateurs et où elles créent un déséquilibre (mais même la taxifolia caulerpa en Méditerrannée semble marquer le pas ces dernières années)… Et puis il y a celles qui migrent avec le changement de leur environnement.

  • carlusmagnus carlusmagnus

    Je suis comme Maverick.
    Les espèces invasives, pas besoin d’évolution climatique : l’homme, dans sa toute puissance a délibérément introduit des espèces sur des coups de têtes : Écrevisses, gambusies, poisson-chat, silure, faux acacia, peuplier d’Italie :la liste est interminable, rien qu’en France.
    Plus rarement, des espèces venues toute seule, « grâce à l’homme » (ou à cause) : là je suis déjà plus mitigé. Nous faisons parti de la nature, il est commun pour certaines bestioles d’utiliser d’autres bestioles pour leur propagation.
    Et puis y a les espèces gagnant du terrain, ou changeant du terrain : celles ci ne font souvent que retrouver le territoire perdue à la dernière période froide (qui n’est pas encore complètement finie puisque les glaces du pole nord ont été fabriqué lors de celle ci et qu’elles n’ont pas encore disparue). Et pour cette dernière : invasion pourquoi? Qui sommes nous pour déterminer que la biodiversité du 20ième est celle que nous devons garder immuable? Tâchons de limiter déjà notre impact et laissons la nature faire de qu’elle faisait déjà avant nous.

  • derdesders

    Pour ce qui concerne les changements climatiques , une pose fiscale semble devenir consensuelle du moins pour la part de scientifiques craignant pour leur crédibilité.
    – Les enregistrements du centre Hadley basée à l’université d’East Anglia ne montrent aucune hausse des températures depuis plus de 18 ans .
    – Les données du satellite RSS n’affichent aucune élévation depuis 23 ans.
    – L’ingénieur ferroviaire Rajendra Pachauri, qui préside au sein du GIEC la conférence sur le climat de Doha en Décembre 2012 a admit sans aucune ambiguïté puisque contraint et forcé par les données indiscutables qu’il n’y a pas eu de réchauffement global depuis 17 ans.
    David Rose  Mail On Sunday
    David Rose Mail On Sunday

    Voila nos pignoufs incapable de prévoir sur 10ans qui continuent à nous vendre leurs soupes avec des modélisations sur 100ans !

    Dans le même temps on occulte complétement la responsabilité de l’ultra-libéralisme capitaliste sur les causalités et de l’emprunte carbone et de la dangerosité de la dispersion des espèces animales comme végétales !


    – Le FMI c’est trompé
    – L’ocde c’est trompé
    – Le GIEC c’est trompé
    Nos gouvernants continuent toujours dans la même direction en fonction de préceptes scientifiques avérés FAUX !

    POURQUOI ?

    • carlusmagnus carlusmagnus

      Ils sont en train de trouver des raisons à cela.
      Au lieu de revoir les hypothèses, ils trouvent des raisons à l’absence de réchauffement, du genre : « le réchauffement climatique a bien lieu, mais il est absorbé par les océans ça nous empêche de le voir ».
      L’esprit scientifique en echec.
      Soyons écolo mais pas écolo politique. Y a plein de trucs à faire. Et au niveau politique, faut voter pour des partis anti mondialisation (produire local entraine moins de pollution)