Accords de libre échange et OGM : quand Monsanto dicte sa loi…

Malgré le désaccord des populations bien informées d’Europe, ce traité suis son cours et on va l’avoir « in the gnouf », si on se contente simplement d’attendre la suite….

Alors que viennent de s’ouvrir début juillet les négociations entre les Etats-Unis et l’Union européenne pour établir un « grand marché transatlantique » à travers l’accord de libre échange du Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP ou TAFTA), les américains bouclent au même moment un accord similaire avec leurs voisins du Pacifique. Négociés dans l’ombre, façonnés par les multinationales américaines, imposant de nouveaux droits supranationaux aux entreprises, ces accords sont précurseurs de ce qui attend les européens…

Article issu d’une traduction d’un article de Nation of Change paru le 24 juin 2013 sous la plume de Barbara Chicherio, membre du Parti Vert américain.

Quelque chose se profile dans l’ombre qui pourrait réduire nos droits fondamentaux et contaminer notre alimentation à jamais.    

L’ Accord de Partenariat Transpacifique (PTP) pourrait bien devenir le plus grand accord de libre-échange régional de l’histoire, à la fois en termes de taille économique, tout comme dans sa capacité à englober silencieusement toujours plus de pays.

(…)

Monsanto en embuscade

Le degré de secret autour de cet accord est sans précédent. Au cours de sa négociation, le projet d’accord n’a fait aux Etats-Unis l’objet d’aucun débat public, ni dans la presse ni parmi les décideurs politiques. En revanche, « six cent conseillers d’entreprises américaines ont contribué à l’élaboration du PTP » affirme le journal Nation of Change. « Tout au long des discussions transnationales, la majorité du Congrès a été tenue dans le flou, tandis que les représentants des entreprises américaines étaient consultés et au courant de chaque détail » selon Barbara Chicherio, du Parti Vert américain.

(…)

S’il est ratifié, le PTP imposerait des dispositions réglementaires punitives qui donneraient aux multinationales un droit sans précédent. Ces entreprises seraient légalement fondées à exiger du contribuable une compensation financière si leurs représentants décidaient de politiques nationales s’apparentant à des barrières aux profits et à la vente des produits commercialisés par les multinationales.

« Cet accord cherche à établir de nouveaux droits supranationaux pour les entreprises visant à contourner les lois nationales et les cours de justice » prévient Chicherio. Surtout il permettra d’intenter directement des procès aux gouvernements pour obtenir des compensations financières, « compensations qui seraient directement puisées dans les poches du contribuable via le Trésor public » poursuit la militante.

(…)

Les multinationales mettent les pays au pas

Bien que dans son ensemble le contenu du PTP reste encore partiellement caché, voici quelques points qui s’imposeront aux pays signataires et porteront irrémédiablement atteinte à leur souveraineté :

Le PTP risque d’ouvrir la porte aux importations sans résoudre les questions relatives à la sécurité alimentaire ou aux impacts environnementaux.

Les règles de passation des marchés publics interdisent toute discrimination basée sur la qualité de la production. « Ceci signifie que des programmes publics qui favorisent l’utilisation d’une alimentation durable, biologique ou produite localement, pour les cantines scolaires pourraient être interdits » affirme Barbara Chicherio au journal Nation of Change.

L’étiquetage des aliments contenant des OGM (Organismes génétiquement modifiés) ne sera pas autorisé, ou s’il est maintenu comme c’est le cas actuellement au Japon, cela pourrait donner lieu à des compensations financières pour les entreprises de biotechnologies se jugeant « discriminées ». La Nouvelle-Zélande et en Australie sont dans la même situation. Aux États-Unis, alors qu’une forte mobilisation en faveur d’un étiquetage des produits OGM a été enregistrée, 93% des américains y seraient favorables selon un sondage du NY Times, « en cas d’application du PTP, l’étiquetage des produits OGM pour des aliments américains ne pourrait ne jamais être autorisé » s’inquiète la militante américaine.

(…)

Et demain l’Europe ?

Tout ceci représente un pas en arrière pour les droits de l’Homme et un pas de géant vers le contrôle de notre nourriture par Monsanto et toutes les multinationales de l’agroalimentaire américaines. Malgré ces conséquences désastreuses pour les Droits fondamentaux, ainsi qu’une perte de souveraineté alimentaire sans précédent, la plupart des américains comme les citoyens des autres pays signataires ne sont courant ni de cet accord commercial, ni de ses effets plus qu’inquiétants, tous soigneusement maintenus dans l’ignorance la plus crue.

(…)

 

 

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 Un article de Benjamen Sourice, publié par blogs.mediapart.fr et relayé par Jacques pour SOS-planete

16 commentaires

  • sinouhelartiste sinouhelartiste

    Il y a quelque chose qui ne cadre pas dans le document présenté ici en tête de l’article pour faire la promotion d’une prétendu initiative contre une collusion USA/UE devenu manifeste a travers le traité transatlantique de libre échange.

     » Ensemble marchons le 24 novembre pour une Europe démocratique! »

    Le final suffit a nous alerter… En fait il ne s’agit pas de sortir du bourbier de l’UE il s’agit de faire la promotion d’une autre union européenne pour un autre bourbier mais cette fois avec des fleurs et l’égalité de tous envers et contre tous …
    Une chose parfaitement impossible dans la mesure ou la formule actuelle pour être changer doit être soumisse a l’approbation de 28 pays aux positions divergentes pour changer une virgule des traités…Le faire autrement implique d’être or la loi et par conséquent sanctionner par les traités signés par tout les pays membres. Les français n’ont plus aucun pouvoir pour décider de leurs politique extérieure et encore moins intérieure vue que ce sont les commissions qui prennent les décisions a notre place…
    Alors pour une Europe plus démocratique qui ne serait pas sous la tutelle des USA, il faut juste que chaque pays retrouve sa souveraineté un point c’est tout… Il faudra ensuite que ces pays collaborent comme par le passé, en fonction de leurs intérêt communs…à l’intérieur du continent européen mais aussi avec le reste du monde…Parler encore d’une autre UE est à mettre dans la même veine que les enfumages fait pour séduire tout ceux qui justement serait contre l’idée d’une union européenne sur le modèle NAZI. Peut de gens savent d’ailleurs que le premier président de la commission de L’UE de 5197 à 1967 était en fait un véritable nazi juriste personnel de Hitler.. Il s’agit de Walter Hallstein renseignez vous…

    Demandez vous également pourquoi la forte représentation des verts de tout poil type Bové et Cohn Bendit n’ont jamais changer la politique a l’égard des OGM ou de tout autre directives liberticide de l’UE. Simplement par ce que tout ces gens son complice et participe d’une façon ou d’une autre a l’instauration du nouvel ordre mondial passant obligatoirement par l’enfumage de ceux qui serait contre… Voilà encore un bel exemple…. les français vont descendre dans la rue, mais personne ne se posera la question de savoir si les estoniens les roumains et les allemands le ferrons… Bien évidemment ils ne le feront pas par ce que pour eux l’UE est encore un avantage… pour le moment…

    Il s’agit là d’un nouveau moyen pour faire croire aux citoyens qu’une autre Europe est possible… Dans le cadre d’une conspiration ouverte  » la conspiration ouverte a été théorisé par HG WELLS et publier dans un livre du même nom en 1928″ cela veut dire que dans cette proposition, les commanditaires vont nous faire croire que nous avons une lutte a faire pour qu’une nouvelle Europe voie le jour… Une Europe où tout le monde il est beau et tous le monde il est gentil… Mais il faut savoir (expérience a l’appuis) que ce n’est pas possible… voilà 30 ans que l’on nous fait la promesse d’une autre Europe plus ceci moins cela etc.

    La construction européenne avec ou sans les USA ne peut et ne sera jamais démocratique, elle n’a pas été faite pour cela. Il n’y a pas de peuple européen il y a un ensemble de peuple différent vivant sur le continent européen. Jamais il ne pourra y avoir d’union européenne mais il y aura un ordre mondial totalitaire sous contrôle informatique et pour une planification or de l’imagination de l’espèce humaine soumise à la servitude volontaire et par l’absorption permanente de produit chimique…Le transhumanisme sera la solution finale….
    Bien venue dans le meilleur des mondes .

    Marchons pour sortir de cette dictature qui n’a pas encore montré son vrai visage et non pour une autre UE…

    Le temps presse….

  • Creve sale €urope,
    A tous les europeistes: vous etes minables, votre projet a totalement echouer, votre euro est un desastre.
    la france a voté non a la constitution €uropeen, Nous avons quand même eu la con stitution €uropeen,
    il est temps de monter a bruxelles faire respecter nos votes et déloger ses escros de parlementaire europeens minables.

  • pit67

    a tous les lecteurs qui se sentent concernés, vous pouvez peut-être signer la pétition, même si ça ne sert pas a grand chose face a nos chers vendus de l’UE
    Refusons le traité transatlantique UE-USA ! — http://www.avaaz.org/fr/petition/Refusons_le_traite_transatlantique_UEUSA/?fbdm

    • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

      Avaaz made inUS est infiltré,militant sous fausse bannière,il ne faut pas leurs faire confiance .
      Je ne trouve plus l’article ,il me semble que le réseau Voltaire avait écrit un article, il y a environ un an .

  • aloamars

    Enfin une bonne nouvelle, ca ne change pas grand chose les droits avec les EU etaient deja reduits.
    C’est de l’argent que l’etat n’aura pas pour le gaspiller en conneries, c’est donc au final plus de richesse pour tous

  • Natacha Natacha

    Nous ne pouvons pas nous laisser génétiquement manipuler sans résister ! Boycottons !
    Echangeons, partageons ! Ils ne savent pas faire ça.

  • aloamars

    Au contraire moins de droits de douane ca fera plus d’argent pour les gens. Vous allez pas demander plus de taxes quand meme…
    Vive l’echange libre!