Des scientifiques vont créer des formes plus dangereuses de H7N9

17 000 poulets ont été abattus à Hong Kong, le 21 décembre 2011, à cause de la grippe aviaire.

Des virologues ont annoncé mercredi 7 août qu’ils comptaient créer des formes mutantes et plus dangereuses du virus de la grippe aviaire H7N9, afin d’évaluer plus facilement les risques de pandémie que représenterait sa transmissibilité d’un humain à l’autre. Le virus H7N9, qui a pour la première fois été diagnostiqué chez l’être humain en février, a infecté au moins 133 personnes, pour la plupart en Chine et à Taïwan, et en a tué 43 personnes, selon les derniers chiffres en date de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les virologues Ron Fouchier et Yoshihiro Kawaoka seront en charge de ce projet, qui sera mené dans plusieurs laboratoires à travers le monde. Dans un article publié dans les revues de référence Science et Nature, au nom des 22 scientifiques qui mènent le projet, Ron Fouchier explique que ces recherches tentent d’aller plus vite que la nature, en identifiant les combinaisons de mutations génétiques susceptibles de permettre une telle transmissibilité du virus.

INQUIÉTUDE DES AUTORITÉS

« Ce virus H7N9 a certainement plusieurs caractéristiques d’un virus pandémique, et il lui manque aussi certainement au moins une ou deux des caractéristiques observées dans les virus pandémiques du siècle dernier », affirme Ron Fouchier. « L’étape la plus logique, c’est donc désormais de provoquer ces mutations manquantes en premier », a-t-il ajouté.

Cette identification a pour but de permettre aux chercheurs et aux autorités sanitaires de mieux évaluer la dangerosité d’un virus et la nécessité de développer des médicaments, des vaccins et d’autres défenses médicales. Ce type de recherches, déjà effectuées en 2011 sur le virus H5N1, a cependant provoqué par le passé l’inquiétude des autorités de régulation de biosécurité des Etats-Unis (NSABB), qui ont tenté de censurer leur publication par crainte qu’elles soient employées à des activités bioterroristes.

« La nature est la plus grande menace contre nous, pas ce que nous faisons dans le laboratoire », estime Ron Fouchier. « Il y a des couches et des couches et des couches de sécurité biotechnologique, de façon à ce qu’en cas de rupture de l’une d’entre elles, les autres empêcheront toute échappée de ce virus. »

Sources et articles en rapport: Le Monde

11 commentaires

  • criminalita

    J’aimerais pas travailler dans ces labos, ils se sacrifient pour notre bien…mrd

  • nutty juggler nutty juggler

    Cette identification a pour but de permettre aux chercheurs et aux autorités sanitaires de mieux évaluer la dangerosité d’un virus et la nécessité de développer des médicaments, des vaccins et d’autres défenses médicales.

    ils se foutent vraiment de la gueule du monde !
    moi , j’appelle ça « créer un besoin pour … »

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Ces tarés vont nous créer un véritable virus mortel de masse, qui va décimer la moitié de la planète, et ce sera bien fait pour notre gueule, et pi c’est tout !

  • Maverick Maverick

    La Roulette Russe, c’est bien comme sujet d’étude, aussi …

  • rouletabille rouletabille

    C’est pas encore fait ?
    Il me semblais que……
    On a un sursis les gars…

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Le Virus H1N1 a été un échec malgré les efforts de Roselyne et de toute sa clique des labos .
    La conclusion suite a cet échec en dit long sur les intentions de ceux qui veulent nous faire gober la couleurs :

     » il est nécessaire d’envisager une nouvelle approche en préparation de la prochaine pandémie. » nous disent les experts.

    « Les sociétés pharmaceutiques ont également beaucoup investi dans la grippe et leur capacité de production de vaccins est montée en puissance, en partie à cause de la pandémie de H1N1 mais aussi en réponse aux appels de l’OMS pour une meilleure préparation aux prochaineS pandémieS. »

    Si vous êtes suffisamment attentifs aux différentes « pièces du puzzle » qui s’enchaînent et s’imbriquent sous vos yeux, vous verrez et vous comprendrez qu’il est assez peu probable que ce déploiement colossal de moyens financiers au sujet de la grippe aviaire ne finisse jamais par se solder par le moindre « retour sur investissements ». Cela signifie que tout sera fait pour que la prochaine pandémie survienne.

    SOYONS VIGILENTS.

    Le 11/07/12
    http://www.initiativecitoyenne.be

  • labichedesbois labichedesbois

    vont y arriver ces tarés ! quand on cherche on trouve surtout avec le pognon dont ils disposent !! mais que les elites qui financent toute cette saloperie ne se croient pas à l’abri meme dans leur bunker !!

    • supermouton supermouton

      C’est peut-être le seul truc qui freinera un peu l’affaire, quand les abrutis aux manettes comprendront qu’ils n’en réchapperont probablement pas eux mêmes :-)
      Mais on n’est jamais a l’abri d’un Adolf 2.0…

  • Yanne Hamar

    Et ils pourront faire les marioles et refiler des vaccins pour « nous sauver ». Que faut-il pour les arrêter , ces marchands de mort ?

    • rouletabille rouletabille

      dispersions de chemtrails,vaccins,bouffe OGM,suppression des vitamines ,nourriture de merde,flotte fluorée et maintenant.
      SONT fort et je m’en fout,je demande aux gars avec qui je joue au billard s’il voit les CHEMTRAIL,?hahaah,ce mec me dis que c’est les avions qui passent,on est CUIT les gars ,c’est foutus,je suis triste mais comme vous je prends ma douche de chemtrail tout les jours et cela finiras bien par me manquer,…◧