Energies alternatives: ce qui marche, ce qui ne marche pas

Priorité aux énergies renouvelables en Europe, exploitation massive des gaz et huiles de schiste aux Etats-Unis. Des choix stratégiques qui bouleversent le secteur énergétique mondial. Bilan.

En vue de l'après-pétrole, le paysage énergétique mondial a été bouleversé ces dernières années. (Siphiwe Sibeko - Reuters)

Les énergies fossiles se raréfient, le nucléaire inquiète de plus en plus après Fukushima. En France, la transition énergétique en est à ses balbutiements. La Cour des comptes, dans un rapport sur les énergies renouvelables paru jeudi 25 juillet, constate que l’effort financier à apporter d’ici 2020 va devoir être démultiplié. Elle conseille de recentrer les aides et subventions sur certaines filières plutôt que d’autres.

Mais déjà, alors que les énergies renouvelables ont compté pour près de la moitié de la puissance électrique installée dans le monde en 2011, le classement des gagnantes et des perdantes se dessine. BFM Business fait le point.

Les énergies qui ont le vent en poupe

Débat sur la transition énergétique

Le texte sera rendu en septembre, après huit mois de consultations qui sont achevés mi-juillet. Le développement des énergies renouvelables devrait être fortement encouragé. L’objectif à poursuivre devrait être de 30 à 40% de renouvelables dans la production d’électricité en 2030.

> La géothermie

En 2005, la géothermie pourvoyait pour 1% de la consommation mondiale d’énergie. La France, leader européen avec ses 34 exploitations, mise beaucoup sur la géothermie. Elle doit monter en puissance pour atteindre les 600.000 installations dans l’Hexagone d’ici 2020. Au niveau européen, un quasi-doublement de capacité est prévu d’ici sept ans, incitations fiscales aidant.

L’énergie issue de la terre, générée en captant la chaleur des nappes d’eau en sous-sol, constitue une source d’électricité et de chaleur écologique. Elle émet 10 fois moins de CO2 que les centrales à gaz naturel, est renouvelable puisqu’elle ne vide pas son « réservoir » à mesure qu’elle l’exploite. Et elle est accessible à tous, la chaleur des sous-sols étant présente sur tous les continents. Un bémol: la fracturation hydraulique, considérée comme extrêmement nocive pour l’environnement, est nécessaire pour aller chercher l’eau des sous-sols.

> La biomasse

L’Europe souhaite que la production d’électricité et de chaleur via la combustion de déchets et de résidus représente 10% de la production d’électricité d’ici 2020, soit la moitié de l’objectif total de production d’énergie. En 2010, le secteur de la biomasse devenait celui qui attire le plus les investisseurs, devant le solaire et l’éolien, selon le cabinet KPMG.

Celle qui est devenue la 2ème énergie renouvelable dans le monde présente des atouts indéniables en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Mais comme pour les biocarburants, la question de l’utilisation de ressources telles que le bois ou les matières premières agricoles pour se chauffer ou rouler, plutôt que pour se nourrir, ou construire fait débat.

> Les hydroliennes

EDF, Alstom, DCNS, E.ON, Siemens, Iberdrola… Ces géants européens de l’énergie sont tous impliqués dans des projets d’ampleur dans les énergies océaniques. Un engouement qui s’explique notamment par les objectifs nationaux ambitieux et les aides à la recherche et à l’investissement dans la filière houlomotrice.

Aujourd’hui, pour transformer les courants et les marées en énergie, l’hydrolienne a volé la vedette aux barrages. Mais malgré les investissements des industriels, la multiplication des prototypes et des tests, de nombreux défis techniques restent à relever, comme le raccordement des turbines au réseau sur la terre ferme. La phase d’exploitation commerciale n’est pas pour tout de suite.

Les secteurs qui suscitent moins d’enthousiasme

EN CHIFFRES

> 14,3 mds d’euros: dépenses supportées par la collectivité entre 2005 et 2011 pour développer les énergies renouvelables. Il faudra investir 6 à 7 fois plus d’ici 2020

> 23%: part de renouvelables dans la production totale d’énergie (électricité, chaleur, transports) que la France s’est engagée à atteindre en 2020

> 49,5euros au MWh: coût de production du nucléaire

> Entre 43 et 188 euros au MWh pour l’énergie hydro-électrique, la moins chère des renouvelables

> Entre 62 et 102 euros au MWh pour le solaire, la plus chère des renouvelables

> 59,4% de l’énergie renouvelable est utilisée pour produire de la chaleur, 40,6% de l’électricité

16,3% de la production d’électricité était d’origine renouvelable en 2011 (objectif 2020: 27%)

16,5% de la production de chaleur provenait d’énergies renouvelables en 2011 (objectif 2020: 33%)

Source: Cour des comptes

> L’éolien

La puissance du parc de l’Union européenne approche des 100 GW sans pouvoir dépasser ce seuil à fin 2011, constate l’Observatoire des énergies renouvelables. C’est pourtant l’une des filières, avec le solaire, qui a explosé ces dernières années.

Ce coup d’arrêt constitue d’ailleurs la rançon du succès. Avec la crise économique et financière, les aides à l’investissement et les prix garantis sur ce type d’énergie constituent des dépenses telles que les gouvernements ne peuvent plus les assumer. En Europe, les Etats appliquent des procédures administratives de plus en plus contraignantes et délivrent des autorisations au ralenti.

> Les sable bitumineux

Ce n’est pas une énergie renouvelable, puisqu’il s’agit en fait de pétrole. Mais à mesure que le prix du baril augmente, l’extraction de l’or noir des sables bitumineux, extrêmement longue et technique, donc très coûteuse, était devenue compétitive. De nombreuses compagnies, à l’instar de Total ou d’Exxon, investissaient dans des champs au Canada, 3ème réserve mondiale de pétrole dont 97% de la manne est engluée dans les sables.

Mais entre-temps, les Etats-Unis se sont lancés massivement dans l’exploitation des gaz et des huiles de schiste, faisant mécaniquement baisser les cours du pétrole. L’extraction des sables bitumineux n’étant plus rentable, les majors pétrolières sont enlisées et tentent de se désengager du Canada.

Source et suite: bfmtv.com

Via les brindherbes

21 commentaires

  • vanvoght

    et rien sur la fusion froide , le remplacement de l’uranium par le thorium , l’énergie electro-magnétique , l’énergie libre de tesla , etc etc …. c’est pas demain que ça vas changer ;
    UN SIECLE ;;;;;; UN SIECLE QUE TOUT CELA EXISTE .

    • voltigeur voltigeur

      J’ai supprimé mon article qui doublait celui de Benji, mais j’avais mis en intro:

      Pourquoi ne pas investir dans la recherche des autres pistes « qui ne fonctionnent pas » comme l’énergie libre de N.Tesla ? Ou aider Mr Rossi à parfaire son E-Cat, Quand au moteur à « eau » de Mr Pantone, dont certains ont expérimenté l’efficacité…….A grande échelle ça pourrait ….oui ça pourrait, mais le veulent ils vraiment? Après tout les majors en ont les moyens, surtout que peu ou prou, l’argent public, c’est à dire le notre, les aide un peu non?

      • fotoulaver fotoulaver

        oui, et pourquoi les autres pays soit disant non soumis a la dictature mondiale du fric ne développent ils pas ces énergies ? (Tesla, Pentone, E-Cat)

      • voltigeur voltigeur

        La réponse serait elle dans ta question?? hum!!! oui!! soit disant non soumis,
        soit disant…. ♥♥

      • AlainCo

        La fusion froide marche.
        c’est un phénomène scientifique, qui est validé depuis longtemps, même si une poignée d’hystérique nuisibles comme Huizenga ou taubes a manipulé la communauté de lâches pour faire taire les dissentions.
        Imaginez qu’il ont contedit le travail de plein d’électrochimiste avec 3 expériences, dans un délais de moins de 6 semaines, avec un rédacteur en chef a
        En 1991 un sceptique comme Hans Gerisher avait admis que c’était réle.

      • AlainCo

        La fusion froide marche.
        http://lenrnews.eu/evidences-that-lenr-is-real-beyond-any-reasonable-doubt
        c’est un phénomène scientifique, qui est validé depuis longtemps, même si une poignée d’hystérique nuisibles comme Huizenga ou Taubes a manipulé la communauté de lâches pour faire taire les dissensions.
        Imaginez qu’il ont contredit le travail de plein d’électrochimiste top-niveau avec 3 expériences, dans un délais de moins de 6 semaines, avec un rédacteur en chef qui a dénoncé une fraude d’ans l’une d’elle, et des arguments pitoyables dans d’autres…

        En 1991 un sceptique comme Hans Gerisher avait admis que c’était réel.
        Il y a eu plein de réplications, des variations avec des preuves de tritium (Inde: BARC, Tritium au Texas, et d’autres), de transmutation (Japon, Mistubishi, Toyota)… Il y a eu dex réplications exacte, l’une par Miles, l’autres par Longchampt au CEA Grenoble…

        bref c’est plié coté scientifique, et pou comprendre pourquoi ce fait est nié, lisez les travaux de Thomas Kuhn sur la structure des révolutions scientifiques.

        je pourrais en parler des heures, et j’a mis pas mal d’info dans l’article précédent, et vous trouverez plus encore sur lenr-forum , lenr-canr et compagnie….
        Mais je sais que ca ne sers a rien avec la plupart des gens.

        Maintenant tout ca on s’en fout déjà, parce que c’est non seulement scientifique mais industriel.
        Plein d’entreprises sont sur le coup.
        j’ai fait un résumé pour décideur qui parle des divers acteurs :
        http://www.lenrnews.eu/lenr-summary-for-policy-makers/
        (ya une version française, en retard).

        récemment après un test fait par le centre de recherche de l’industrie électrique suédoise sur l’E-cat, Defkalion a fait une démonstration publique retransmise…
        elle n’est pas définitive, mais elle laisse penser que le COP du réacteur peut monter jusque 160 avec de l’ingénierie.
        c’est discuté sur lenr-forum.

        quand aux fan de tesla, pour le moment rien ne marche et je ne parierais pas un centime dessus.

        la méthode scientifique dont se gargarisent les apparatchik a décidé depuis longtemps que la fusion froide était réel, et ce sera le capitalisme qui va prendre le risque de contredire le dogme.


        AlainCo le veilleur technologique de lenr-forum.com

      • voltigeur voltigeur

        Merci AlainCo,
        Ce qui me dérange, c’est le peu d’empressement de
        toutes ces sociétés « à la pointe » et à « la recherche » soit disant de nouvelles
        énergies moins polluantes et mortifères, et leur trop grand empressement à
        démolir/racheter/subtiliser les brevets qui d’évidence, mériteraient un
        maximum d’attention.
        Je sais très bien qu’il y a des pistes fiables et démontrées, mais pourquoi
        certaines personnes s’ingénient à ridiculiser, ou à trafiquer des expériences
        probantes?…
        Vu l’état de la planète, il serait grand temps de faire un effort positif en ce sens non?
        Les profits démentiels n’expliquent pas tout, à quoi serviront des monceaux d’or ou
        d’argent dans un monde dévasté??………♥♥

        A consulter: Merci Allio
        http://fusion-froide.fr/fusion-froide-le-marche-sera-t-il-decisif

      • extragany17

        un moteur au concepts ancien STIRLING

        http://www.moteurstirling.com/applications-solaire.php

        et des gens qui cherchent

      • Chegoku Chegoku

        Stirling c’est très bien mais peu efficace. Mais c’est toujours ça de pris. En cogénération, ça peut avoir son intérêt.

      • voltigeur voltigeur

        Beaucoup d’avantages et autant d’inconvénients, en plus très peu
        connu…Souhaitons aux chercheurs de trouver un compromis pour
        le rendre accessible…ce qui n’est pas gagné, vu les variétés de modèles
        qui empêchent la standardisation.♥♥

      • Chegoku Chegoku

        voltigeur: il est déjà utilisé dans les chaudières à cogénération qui produisent de l’électricité. La production domestique est ridicule mais c’est toujours ça de pris. C’est mieux que de l’envoyer dans le ciel.

      • voltigeur voltigeur

        Et il coûte combien le système, en utilisation domestique?
        J’ai cru comprendre que les trois « problèmes ci-dessous sont à l’étude..
        à moins que la présentation date déjà un peu, et que depuis ce soit résolu.. (?)♥♥

        les problèmes d’étanchéité sont difficiles à résoudre dès qu’on souhaite avoir des pressions de fonctionnement élevées. Le choix du gaz « idéal », à savoir l’hydrogène pour sa légèreté et sa capacité à absorber les calories, se heurte à sa faculté de diffuser au travers des matériaux.
        les échanges de chaleur avec un gaz sont délicats et nécessitent souvent des appareils volumineux.
        le manque de souplesse : les variations rapides et efficaces de puissance sont difficiles à obtenir avec un moteur Stirling. Celui-ci est plus apte à marcher à puissance nominale constante. Ce point est un gros handicap pour l’industrie automobile.

  • ciray

    On ne favorisera jamais l’énergie qui n’est pas sous contrôle et qui ne génère pas du fric pour des grosses entreprises . En France c’est pire qu’ailleurs . Quand on pense que l’ Allemagne , la Chine sont à fond dans l’éolien et le solaire ici on n’en parle même pas . La France un jour pas si lointain va se retrouver avec un lot de vieilles centrales nucléaires obsolètes et dangereuses . Comme d’ hab à force de protéger leur système nous aura fichu dans la mouise .
    Nota : Prix d’un panneau solaire en Thaillande 180 Euros
    et ici pas de système très compliqué , qques panneaux et une ou deux batteries avec un régulateur . Pas besoin de savants installateurs qui par le biai d’un avantage fiscal se mettent tout le fric dans la poche .
    J’habite la bas . D’ailleurs il n’y a pas besoin de permis de construire non plus .

  • odin29

    Ils cherchent de nouvelles énergies…certes mais surtout des énergies où on puisse mettre un compteur et faire raquer le consommateur, comme d’hab. Les énergie gratuites ou presque, existent, ils le savent mais permettre aux citoyens d’en profiter oulalah, faut pas exagérer, hein!!!

    • odin29

      D’ailleurs, le système Pantone et rouler à l’huile usagée de friture est interdit en France, si je ne me trompe. Tout ce qui pourrait nous rendre indépendant énergétiquement est interdit pour le citoyen de base. Une seule solution pour nous, les petits, tricher toujours tricher et encore tricher pour échapper à ces carnassiers psychopathes pour qui l’énergie est synonyme d’énorme profit.

      • criminalita

        Et oui c’est interdit en France et en suisse moyennant une demande vous pouvez le faire à titre expérimental et sans commercialiser votre carburant d’huile de friture.

  • et + 5% chez EDF pardon ERDF pendant 3 ans !?? et oui !! il faut aider la recherche … mon conseil : ARRETEZ DE CHERCHER !!!

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    C’est un homme aveugle, dans une pièce sombre, qui cherche un chat noir. Qui n’existe pas.
    Pour les centrales ,attendons que le béton se fissure de toute part pour agir , en somme quand nous serons dans le mur.

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Hé oui!
    Pour les confitures au moins il n’y a rien à CHERCHER,et pour les mûres, c’est encore trop tôt.
    Nous allons bientôt nous y atteler (et emmagasiner de l’énergie subtile par la même occasion,loin de la pollution)avec les amis restaurateurs,qui donnent de bons conseils sur le fait maison ,dont les confitures entre autres.
    Des amoureux de leur métier, comme ils en existent plus beaucoup .
    N’ayant jamais connu les néfastes Wood and Co ,je les apprécie d’autant plus … pas les confitures …les amis restaurateurs.

    Blagues à par:
    Le pape a été triste de constater qu’ en France il n’a trouvé aucun téléviseur ayant un tube cathodique.
    Par contre ,il a fort apprécié la cuisine française et surtout la sauce de l’abbé Arnaise et de l’abbé Chamel.

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Les néfastes Food