L’affaire Bettancour censurée par la justice de Versailles

Les informations censurées, les accusés qui n’iront probablement jamais en prison, la justice n’est malheureusement pas aveugle dans ce pays semble-t-il, elle ne serait juste pas libre…

La cour d’appel de Versailles a condamné Mediapart dans l’affaire Bettencourt. Son arrêt nous ordonne de supprimer dans les huit jours toute citation des enregistrements clandestins effectués par le majordome, à l’origine de ce qui est devenu un scandale d’Etat. L’application à la lettre d’un tel arrêt signifierait sans doute la fin de Mediapart, écrasé sous les poids des amendes, et un musellement de la liberté de la presse.

La cour d’appel de Versailles a ordonné à Mediapart, jeudi 4 juillet, de supprimer toute citation des enregistrements de l’affaire Bettencourt. Son arrêt nous interdit, de surcroît, de les mentionner à l’avenir. Trois ans après nos révélations, cette décision est bien plus qu’une atteinte à la liberté de l’information : c’est un acte de censure.

Censure dossier Bettancour

3 commentaires

  • yoyo

    En cherchant des infos ph7 avec le gogole du woueb j’ai trouvé des horreurs !

    Fakes-Mature-Politicians

    Qui peut oser un tel montage ?

  • tonton

    « Le 1er juillet 2010, le tribunal de grande instance de Paris, suivi trois semaines plus tard par la cour d’appel, avait autorisé la diffusion de ces écoutes au motif que de telles informations relevaient du « débat démocratique ». Mais la Cour de cassation en avait décidé autrement en octobre 2011, cassant l’arrêt de la cour d’appel de Paris et renvoyant l’affaire à Versailles. »

    si la justice ne sais pas sur quel pied danser, les avocats des mis en examen eux savent surement comment mener la danse

  • Relou Relou

    Oupss, faute de frappe dans le titre « Affaire Bettencourt »