Royaume-Uni: les banques vont devoir trouver 25 milliards de livres

Un signe d’un éventuel « Game Over »? 25 milliards de livres, près de 30 milliards d’euros, une fortune pour les banques!!! En pendant ce temps, ce qui ne va en rien aider, les grecs font un bankrun. Les bourses mondiales sont en train de décrocher, cela va être pire avec les dernières évolutions au niveau de Chypre…

Des billets de 10 et 20 livres

Les banques britanniques vont devoir combler un trou de 25 milliards de livres d’ici la fin de l’année pour renforcer leurs fonds propres et se mettre à l’abri des pertes provoquées notamment par le coût des scandales entachant la City et les turbulences dans la zone euro.

Ces près de 30 milliards d’euros de capitaux frais permettront aux banques d’atteindre un ratio de 7% de fonds propres « durs » (capital et bénéfices mis en réserve rapportés aux prêts accordés) correspondant aux règles de Bâle III, a indiqué mercredi la Banque d’Angleterre.

Les règles de Bâle III devaient initialement entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2013 en Europe mais du retard a été pris en raison de l’incapacité des Européens à trouver un accord. Leur entrée en vigueur devrait intervenir au mieux en début d’année prochaine.

Selon le comité de politique financière de la BoE, nouveau régulateur en charge de la stabilité financière qui s’est réuni le 19 mars, atteindre « d’ici la fin 2013 » ce ratio de 7%, qui est censé permettre d’éviter de nouvelles crises, est un « objectif immédiat ».

Mais cet objectif nécessitera de nouveaux capitaux car les banques britanniques se retrouvent face à trois défis.

D’après un examen effectué par l’autorité des marchés financiers FSA, les pertes attendues d’ici trois ans sur les actifs risqués, qui incluent l’immobilier commercial en Grande-Bretagne et l’exposition aux économies « vulnérables » de la zone euro, devraient dépasser de 30 milliards de livres les sommes déjà mises de côté par les banques britanniques.

D’autre part, le coût des scandales entachant la City (Libor, ventes abusives de produits financiers) devrait être supérieur de 10 milliards de livres par rapport aux provisions déjà effectuées.

Le bâtiment de la Banque d’Angleterre à Londres

Et, enfin, l’approche plus prudente en terme de risques réclamée par les régulateurs va provoquer une augmentation des actifs pondérés par les risques de 170 milliards de livres, ce qui équivaut à un besoin de 12 milliards de fonds propres.

« Pris ensemble, les effets de ces trois ajustements vont être équivalent à une réduction d’environ 50 milliards de livres du capital réglementaire des principales banques britanniques », a souligné la banque centrale.

Si certaines banques seront toujours au-dessus du seuil des 7% malgré ces ajustements, d’autres ont un « manque à combler d’environ 25 milliards de livres » si l’on considère leur niveau de fonds propres de la fin 2012, selon la BoE.

La BoE avertit par ailleurs que « d’autres augmentations de ratios seront demandées après 2013 » en raison de la mise en conformité totale avec Bâle III d’ici 2019 et d’un renforcement supplémentaire des fonds propres des banques ayant un caractère systémique.

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Mervyn King, a tenu à rassurer en indiquant que lever ces capitaux serait « gérable » tandis que son adjoint, Andrew Bailey, a assuré que la moitié de cette somme était déjà inclue dans les renforcements de fonds propres prévus par les banques.

Fin de l’article sur Boursorama

6 commentaires