Avec un endettement de 56 millions d’euros, l’UMP s’apprêterait à licencier un tiers de ses permanents

C’est la criiiiiiise!!! Sauf que là, on en serait presque ravi! Moins amusant, cela va faire des chômeurs en plus et des familles supplémentaires dans la difficultés, mais la fin de l’UMP… J’en ai presque envie de sabrer le champagne!

Avis de gros temps à l’UMP. Avec un déficit de près de 56 millions d’euros, les comptes du Parti dirigé par Jean-François Copé sont dans le rouge. Deux raisons principales à cette situation financière délicate : la défaite aux sénatoriales a privé le parti de 500 000 euros, et la défaite aux législatives a fait perdre, quant à elle, 10 millions d’euros annuels de subventions. C’est la faute également aux militants, qui sont moins nombreux : les cotisations sont passées de 8 millions d’euros à 5,5 millions entre 2007 et 2010. Même baisse pour les dons (9,1 millions d’euros en 2007, 7 millions en 2010).

Résultats ? Les banques qui ont prêté à l’UMP « lorgnent sur son siège », d’après Rue89. Mais ce n’est pas tout. Selon Le Point, le parti s’apprêterait à licencier une partie de son personnel : « Dans les couloirs du siège, rue de Vaugirard, à Paris, les rumeurs de licenciements vont bon train », écrit l’hebdomadaire. Combien de personnes seront concernées ? « Peut-être une quarantaine de permanents, soit un gros tiers, sont menacés, a confié un responsable. Mais rien ne se fera avant le scrutin de septembre ».

Un scrutin pour lequel l’UMP devra également trouver un financement. Et ce n’est pas gagné, car « le Conseil constitutionnel n’a pas encore statué sur les comptes de campagne de Sarkozy. En jeu : le remboursement, ou non, de 11 millions d’euros », rappelle Le Point.

Au moins, Jean-François Copé peut se consoler avec son micro-parti : en 2012, le club Génération-France.fr affichait des dons record s’élevant à 428 731 euros.

*** Sources
– D. Hassoux, « L’UMP saignée par la défaite, et par Copé », Le Canard n°4802, 07.11.2012
– François Krug, « L’UMP bientôt à la rue ? Les banques lorgnent son siège », Rue89, 14.01.2013
– « Le plan social qui menace l’UMP », Le Point n°2110, 21.02.2013

Source: politique.net via Realinfos

8 commentaires

  • goulougoulou

    à ce que je lis, l’U.M.P. a été dirigée de la même manière que la France et à la clef : dettes, licenciements et chômage…
    Eh ! Oh ! OhOh ! les prolos !!! Vous irez encore voter pour la droite ? Vous avez ( enfin ) compris ???

  • kalon kalon

    Nous assistons à un moment historique dans l’histoire de l’humanité, nous le ressentons tous car nous ne sommes qu’UN
    et nous avons peur, cette peur est normale, c’est un reflexe reptilien.
    De fait, c’est cette peur qui nous permet d’avancer vers notre utopie.
    La peur est une chose saine, faite attention à eux, ils le savent, et pour eux, transformer la peur en panique devrait leur étre profitable.
    Pensez y ! :-)

  • engel

    -Et comme, tous les permanents sont des fils de… et des femmes de…
    -Et que, la compassion pour le peuple, ils n’en n’ont point fait preuve.

    Alors, nous pouvons sabrer le champagne avec toi, Benji.

  • romulus

    Pourquoi les banques ne rachètent -ils pas et ne créent-ils pas l’U.M.B. (l’Union Mondiale des Banques)? (ça irait plus vite)

  • jul

    Vite faut appeler SUPER BETANCOURT a la rescousse !

    Franchement tant mieux, plus il y aura de licenciement plus les gens seront obliger d’arrêter de se voiler la face, et donc ils se rebelleront !!

    BIENTOT LA REVOLUTION

    j’espere du plus profond de mon cœur que cela arrive vite !

  • Le Gaulois libre

    Et ce sont ces gens là qui prétendent pouvoir résoudre le problème du chômage…

    Moi, je juge l’arbre à ses fruits, l’homme à son parcours et un parti politique à ses résultats…

  • article 35

    Tient donc, avec tous les millions que Kadhafi a filer au nain pour sa campagne ? Devinez qui s’est barré avec la caisse ?