Banques françaises: une ONG dénonce la spéculation sur les matières premières

Un champ de blé dans le sud de la France avant la moisson

L’ONG Oxfam France dénonce la spéculation menée par quatre banques françaises sur le marché des matières premières agricoles par le biais de fonds de placement, dans un rapport à paraître mardi pour le début de l’examen du projet de réforme bancaire.

Au terme de recherches effectuées pour son compte par le cabinet néerlandais indépendant Profundo, Oxfam a déterminé que des banques françaises contrôlent 18 fonds dont les performances sont totalement ou partiellement liées à l’évolution du prix des matières premières agricoles.

Sont visées BNP Paribas (10 fonds), Société Générale et Crédit Agricole par le biais de leur filiale commune Amundi (7 fonds), ainsi que Natixis (1), filiale du groupe BPCE. Au total, ces fonds gèrent, selon l’étude, 2,58 milliards d’euros.

Interrogé par l’AFP, BNP Paribas fait valoir qu’il n’est pas un acteur majeur de ce marché et assure qu’il ne spécule pas sur les matières premières agricoles. Il rappelle que rien de ces activités n’est caché et que tous les fonds commercialisés ont été agréés par les autorités de marché.

La banque annonce également qu’elle va suspendre « dès que possible » la souscription au seul de ses fonds entièrement investi dans l’agriculture, le BNP Paribas Agriculture Fund.

Selon l’étude, le fonds le plus important d’une banque française est géré par une filiale américaine de Natixis, AlphaSimplex Group. Il s’agit de l’ASG Managed Futures Strategy Fund, avec 619 millions d’euros d’encours. Il n’est commercialisé qu’aux Etats-Unis.

Oxfam France souligne que ces fonds ne sont pas concernés, en l’état, par le projet de réforme bancaire dont l’examen doit débuter mardi à l’Assemblée.

Dans le texte présenté par le gouvernement, les banques ne se verraient interdire la spéculation sur les produits financiers dérivés de matières premières agricoles que pour leur propre compte. Les produits proposés aux clients, comme les fonds visés par l’étude, échapperaient donc au champ de l’interdiction.

De ce fait, l’ONG estime que les mesures proposées par le gouvernement en la matière « semblent essentiellement symboliques ».

Source: Boursorama

3 commentaires

  • Marie25 Marie25

    Je ne sais pas comment font ces bandits, mais ils s’arrangent toujours pour passer entre les gouttes de toutes les législations ! Spéculer de près ou de loin sur des produits alimentaires est une ignominie ! C’est infâme que nous soyons soumis à leur loi de pure profit financier. Qui aura un jour le courage de les arrêter ? Il n’ont aucun respect, sauf celui du dieu argent.

  • babs

    bien, c’est long de répondre a ta question, mais en gros, on les laisse faire ! cela doit rapporter ?
    nous devons tous ceci a l’europe que l’on a refusé en 2005 . imposé par l’ami sarkozy, qui voit ces comptes de campagne invalidé …
    donc en theorie, tout ce qu’il a fait est caduque, mais cela continu … cela doit rapporter ?
    si tu veux plus de précision,
    http://www.u-p-r.fr/

    • nemandi nemandi

      Son mandat présidentiel n’est pas en théorie caduque; il est caduque.
      Il y a un article du code civil (je n’ai plus son numéro en tête) qui oblige à te présenter à une élection avec ton nom d’état civil. Or le vrai nom de Sarkozy est Sarkozy de Nagy-Bocsa. Sarkozy (tout court) n’existe pas à l’état civil. Il y a donc un faux et l’élection n’est pas valide; de plus, une plainte à été déposée lors de son élection de 2007, on attend toujours le jugement.
      Ces gonzes font ce qu’ils veulent avec les lois (normal vu que ce sont eux qui les font), mais nous faut pas dévier d’1mm.