Le chameau de François Hollande offert au Mali serait volé

La grande question que certains pouvaient se poser: que va-t-il advenir du chameau que notre président a reçu en cadeau? Car le ramener chez soi… Pas évident! C’est plus gros qu’un chat, ne protège pas comme un chien, ne fais pas la conversation comme un perroquet, et c’est moins utile à Paris que n’importe quel autre animal, sauf que cela serait comique de voir notre président défiler à dos de chameau… Donc, certains s’inquiétaient pour le sort de l’animal (le chameau, pas François Hollande):

Le chameau servira comme moyen de transport, a promis le chef de l'EtatLe chameau servira comme moyen de transport, a promis le chef de l’Etat / Capture d’écran France TV Info

Depuis samedi dernier, le président François Hollande est l’heureux propriétaire d’un jeune chameau, offert par les Maliens en guise de reconnaissance. Malgré sa petite taille, il semble cependant fort improbable que l’animal ait fait le voyage retour à bord de l’avion présidentiel dimanche. Qu’est-il donc devenu ? RTL a enquêté.
Un moyen de transport potentiel

La scène ne manquait pas de piquant. Entre 2.000 et 3.000 personnes étaient rassemblées samedi sur la place principale de Tombouctou, libérée du joug islamiste, pour « dire merci » à la France.

En « signe de reconnaissance », le chef de l’Etat français avait reçu en cadeau un jeune chameau plutôt bruyant, visiblement effrayé par l’agitation qui régnait autour de lui. Au milieu du brouhaha, François Hollande était tout de même parvenu à faire une promesse à ses hôtes, en assurant qu’il s’en servirait « autant que possible comme moyen de transport ».

L’animal ralliera la France

Mais d’ici à ce que le président fasse ses déplacements officiels à dos de chameau, il y a encore de la marge. La bête a cependant déjà changé de statut. Foi de diplomate malien, il faut désormais parler de « chameau présidentiel », ce qui implique que l’animal doit impérativement rallier la France. La symbolique est forte pour les autorités maliennes, qu’il s’agit de ne pas froisser.

Le chameau sera donc dans un premier temps transporté un peu plus au sud, vers la capitale Bamako. Il sera alors pris en charge par le zoo municipal, qui n’a pas précisé s’il disposait d’appartements présidentiels. A président normal, chameau normal : comme tout animal qui doit prendre l’avion, il sera ensuite placé en quarantaine et vacciné.

Une fois en règle, il embarquera dans un vol militaire ou de marchandises pour le sol français. Naturalisé, il ne connaîtra pas l’insigne honneur de mettre les sabots dans les jardins de l’Elysée mais sera placé dans un autre zoo. Peut-être celui de Vincennes. Restera ensuite au chef de l’Etat à honorer son engagement : aller bosser en chameau.

Source+vidéo: rtl.fr

Le souci, le chameau serait volé comme l’indique le journal alarabiya.net, notre président serait donc malgré lui coupable de recel, rien de bien choquant pourrions-nous penser puisque c’est un politicien avant tout… ;)

15 commentaires