L’astéroïde Apophis approche de la Terre…

L’énorme « rocher » censé frôler la Terre en 2029 et en 2036 passera mercredi à 14,4 millions de kilomètres de notre planète.

© Les Films du Losange
La fin du monde vue par Lars von Trier dans le film « Melancholia » (2011).

L’astéroïde Apophis, qui doit frôler la Terre en 2029 et pourrait éventuellement la frapper en 2036, s’approchera de la planète bleue mercredi à une distance de 14,4 millions de kilomètres, ont indiqué mardi des astronomes. Des scientifiques avaient dans un premier temps évalué à 1 sur 45, ou 2,7 %, les chances d’une collision catastrophique en 2029 entre la Terre et cet objet céleste découvert en 2004, qui fait 270 mètres de diamètre et la taille de trois terrains de football. Mais de nouveaux calculs effectués en 2009 par la Nasa à la suite d’un survol rapproché d’Apophis – baptisé du nom d’un démon dans la mythologie égyptienne – avaient écarté ce risque, prévoyant désormais un passage le 13 avril 2029 à 22 208 kilomètres de la Terre. Il s’agira tout de même de la distance la plus faible jamais observée dans les temps modernes.

La probabilité qu’il entre en collision avec la Terre en 2036 est de 1 sur 250 000, selon les nouveaux calculs de Steve Chesley et Paul Chodas, du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa à Pasadena (Californie) fondés sur de nouvelles techniques et données. Une précédente estimation évoquait 1 chance sur 45 000.

La plus grande partie des nouvelles données ayant permis de recalculer l’orbite d’Apophis provient d’observations effectuées par l’astronome Dave Tholen et son équipe de l’Institut d’astronomie de l’université de Hawaii.

Il sera possible d’observer Apophis en temps réel sur le site Slooh.com vers 1 heure, dans la nuit de mercredi à jeudi, avec des commentaires et des réponses aux questions du public par le président de Slooh, Patrick Paolucci. Slooh a des télescopes dans les îles Canaries pour ces observations.

Via sott.net

9 commentaires

  • MouteMoute

    « 22 208 kilomètres » le diamètre de la terre faisant un peu moins de 13000km, ça fait peur, en plus je me demande si ils n’ont pas pris la marge d’erreur la plus avantageuse…

    2012 nous laissant un goût de trop peu, 2029 te voilà !

  • Eagleeyes Eagleeyes

    Hello,

    Sueurs froides à l’idée d’une déviation soudaine par une collision avant son passage (à distance) !! Celle-là n’est vraisemblablement prise en considération, suivant les modèles de trajectoires. Ce qui rend la situation très (trop) aléatoire !

    • Chegoku Chegoku

      Ce qui pourrait avoir comme effet de le déplacer plus loin.
      Avec ce type de collision, les chances de l’éloigner sont bien plus probables que de le rapprocher.

      • Eagleeyes Eagleeyes

        Je dirais en toute objectivité 70% d’écartement et 30 de rapprochement. Mais il ne faut pas négliger le risque de l’effet « boule de billard ».
        En dehors de ce sujet, mais ayant un rapport avec ce risque, il est d’après certains chercheurs, fort probable que notre planète s’est fait non pas heurtée, mais plus effleurée par frottement avec d’autres planètes. Ces phénomènes n’auraient duré qu’un court laps de temps, mais de manière répétitive et à des endroits différents. Dans nos cours d’histoire et de géographie on nous a souvent parlé que lors des glaciations nos paysages ont été rabotés par le mouvement des glaces, mais dès lors, comment un tel mouvement peut-il survenir sur une plaine ? Autre preuve de cette ineptie, si un tel mouvement a lieu où est passée la matière qui fut entraînée, et géologiquement introuvable ?

      • Chegoku Chegoku

        Il pourrait avancer en plaine par l’accroissement de charge en amont au fur et à mesure qu’il grossit.
        Les éléments arrachés ont pu s’éroder et être transportés ailleurs par les flux hydrauliques lors de la fonte et des millénaires qui suivirent.
        Non?

      • Maverick Maverick

        Un glacier rabote forcément, coulissant sur des moraines . C’est d’ailleurs à cause de ces dernières qu’on a pu établir l’hypothèse des glaciations … Pour autant que je me souvienne, il y a d’ailleurs de beaux exemples de ces moraines au Canada ?

      • Chegoku Chegoku

        Le souci Maverick et je suppose que c’est de ça que Eageleyes veut parler c’est que comme en Belgique, les moraines ont disparu. Mais elles ont pu être emportées étant donné la proximité avec la mer par exemple où la faible altitude.

  • Eagleeyes Eagleeyes

    Hello Chegoku, et Maverick,

    Pour qu’il y ait un mouvement d’avancée il faut impérativement une déclivité, d’autre part cela se produit dans un encaissement (vallée). Quant aux moraines qui n’existent plus certes, elles auront été emportées par les écoulements, mais des résidus devraient néanmoins subsister or ils sont absents tout au long des prétendus chemins de coulissement.
    Entre autre, une glaciation n’est qu’une accumulation de matière neigeuse qui, au fil du temps se tasse et finit par former une calotte. Cette dernière s’épaissit progressivement mais en l’absence de dénivèlement, elle reste statique, il en est de même avec les écoulements.

    Pour exemple, pour mon boulot, j’ai passé près de cinq ans sur la région de Lubin, Legnica et Wroclaw, et la région est aussi plate qu’une planche à repasser, alors qu’à une profondeur de 1 à 3 km, il y a des pierres et des roches présentant les caractéristiques d’une roche d’alluvion, ronde, type galet. Les analyses géologiques menées sur une profondeur de 2,5km n’ont jamais permis de mettre en évidence un quelconque relief susceptible d’en amener à cet endroit, même mieux elles n’ont même pas mis en évidence non plus la présence d’un hypothétique cours d’eau. Plus étonnant encore, l’étude quant à l’origine de ces roches, nous a conduit à plus de mille kilomètres de là, plus à l’ouest, alors que les cours d’eau actuels vont vers l’ouest !! Enigme !