Etats-Unis le Sénat approuve l’accord sur la fiscalité évitant le « mur budgétaire »

Il fallait une solution, ils l’ont trouvé! Et au lieu de réveillonner ils ont cherché à trouver un accord jusqu’à tard dans la nuit, et s’ils en ont fait leur priorité, c’est que la situation est très grave, juste pour ceux à qui il manque encore des preuves que tout va mal…

Joe Biden à l’issue des tractations sur le budget dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2013 à Washington

Le Sénat américain a entériné dans la nuit de lundi à mardi un accord sur la fiscalité, première étape pour éviter la cure d’austérité forcée du « mur budgétaire » à la première économie mondiale.

Par une majorité écrasante de 89 voix contre huit, la chambre haute du Congrès a approuvé peu après 2H00 du matin (07H00 GMT) un texte négocié peu auparavant par la Maison Blanche et les républicains de cette assemblée où les alliés démocrates du président Barack Obama détiennent la majorité.

Mais cette législation doit encore recevoir le feu vert de la Chambre des représentants, dominée par les républicains, afin de pouvoir être promulguée par M. Obama.

Le président de la Chambre, John Boehner, a promis de soumettre le texte à son assemblée après examen, sans doute dès mardi, mais le compromis pourrait être difficile à faire passer auprès de républicains qui refusent net toute hausse de la fiscalité.

Or, l’accord conclu entre le vice-président Joe Biden et le chef des sénateurs républicains, Mitch McConnell, prévoit en particulier d’augmenter la pression sur les foyers dont les revenus dépassent 450.000 dollars par an, signant pour eux la fin des cadeaux fiscaux hérités de la présidence du républicain George W. Bush.

Mitch McConnell le 31 décembre 2012 à Washington pour les tractations sur le budget

Si la Chambre finissait par rejeter ce texte, l’alternative serait le choc de rigueur du « mur budgétaire », un cocktail de hausses d’impôts et de coupes drastiques dans les dépenses censées entrer automatiquement en vigueur mardi et mercredi, et lourdes de menaces pour la croissance américaine si elles s’éternisent.

La collision avec le « mur budgétaire » a en fait déjà eu techniquement lieu à 00H00 mardi (05H00 GMT), mais ses effets seront limités dans l’immédiat, puisque mardi est un jour férié et que les administrations et les places financières sont fermées.

Source: Boursorama

4 commentaires

  • Ouf serais-je tenté de dire,un répit de plus… en effet la nuit à du être mouvementé et pour cause, je n’ose imaginé la tournure que les événements aurait pris si les menaces avait été mise à exécution.

  • fotoulaver fotoulaver

    Il y a tellement de pansement sur le jambe de bois que celui ci va finir par pourrir.

  • Maverick Maverick

    Quelle surprise ! Ah, ben ça, alors ! Non, sérieusement … Qui imaginerait que cette bande d’escrocs et d’irresponsables précipiteraient leur ruine (et celle des détenteurs de bons du trésor US, Chine et Royaume-Uni en tête), poussant la populace à prendre les fameux fusils d’assaut pour marcher sur le Capitole et Wall Street… Le goudron et les plumes !!!

  • Scoob

    leur riches vont finir par partir aussi , ou alors licencier encore plus pour faire plus d’argent pour retrouver leur argent mis dans les impôts , donc dans tout les cas , c’est encore le peuple du bas qui va trinquer , vue que ce sont les riches aux usa qui font tourner l’économie.