La Sareb a reçu 37 milliards d’euros d’actifs toxiques

Voilà un bel exemple de « foutage de gueule » à la vue de tous, mais cela fonctionne!!! Vous prenez des banques dans un état financier catastrophique, proches de la faillite voire en faillite, vous prenez tous leurs actifs pourris que vous réunissez dans une banque spécialement créée pour l’occasion, une fausse banque donc, et comme on cache la poussière sous le coin d’un tapis, on cache les actifs pourris dans la « bad bank ».Résultat final? Vous avez des banques « saines » qui peuvent de nouveau affronter la crise, elles ont été sauvées!

La Sareb, la "bad bank" créée par le gouvernement de Madrid, a reçu pour 37 milliards d'euros d'actifs toxiques de quatre banques nationalisées, première étape vers le nettoyage du secteur bancaire espagnol. La plus grande partie provient de Bankia, qui a a transféré 22,32 milliards d'euros d'actifs. /Photo prise le 28 novembre 2012/REUTERS/Andrea Comas MADRID (Reuters) – La Sareb, la « bad bank » créée par le gouvernement de Madrid, a reçu pour 37 milliards d’euros d’actifs toxiques de quatre banques nationalisées, première étape vers le nettoyage du secteur bancaire espagnol.

Ces créances douteuses et biens immobiliers sont les premiers actifs transférés vers la structure de défaisance, dont la création vise à restaurer la confiance dans les banques du pays.

La plus grande partie proviennent de Bankia, qui a bénéficié en mai du plus important plan de sauvetage jamais mis au point pour une banque espagnole.

Bankia a transféré 22,32 milliards d’euros d’actifs, suivie par Catalunya Banc (6,71 milliards d’euros), NCG Banco-Banco Gallego (5,71 milliards) et Banco de Valencia (1,96 milliard), a annoncé la Sareb lundi.

Elle a précisé qu’elle s’attacherait à vendre ces actifs avec l’idée d’en tirer « le retour maximum pour ses actionnaires ».

En échange des actifs, la Sareb a remis aux banques des obligations garanties par l’Etat.

Les principales banques espagnoles, à l’exception de BBVA, ont investi dans la structure à la demande pressante du gouvernement, aux côtés du Frob, le fonds public d’aide aux banques en difficulté.

Source: Reuters

Un commentaire

  • Maverick Maverick

    « Les principales banques espagnoles, à l’exception de BBVA, ont investi dans la structure à la demande pressante du gouvernement, aux côtés du Frob, le fonds public d’aide aux banques en difficulté. »

    Donc, en consolidé, ça ne change pas grand chose … à part la dilution des actifs toxiques du fait de la participation du Frob, et le fait que maintenant ces actifs toxiques sont dissimulés dans le poste « participations minoritaires » au lieu d’apparaître en clair dans le bilan.