Armement, forte progression des exportations françaises en 2011

Dans un éventuel conflit, la France suivrait-elle Israël ou les États-Unis? Surement oui puisqu’il y a tout à gagner, beaucoup d’argent à la clé puisque le pays de la baguette et du camembert est également le 4ème exportateur d’armes dans le monde. La guerre, un sacré business pour le pays, la paix n’est pas une valeur capitaliste, la vente de la mort militarisée, si! Pauvre monde…
Avec 8,5 % de parts de marché, la France reste le 4e pays exportateur d’armement dans le monde.

Les exportations françaises d’armement se sont élevées à 6,5 milliards d’euros en 2011, soit une hausse de 27 % par rapport à 2010, selon le rapport annuel au Parlement, qui a été présenté jeudi 22 novembre par le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, aux députés des commissions de la défense et des affaires étrangères. 5,11 milliards avaient été enregistrés en 2010. Si le niveau historique de 2009 (8,16 milliards) n’est pas retrouvé, la France se maintient à la quatrième place des pays exportateurs dans le monde.

Derrière le Royaume-Uni et devant Israël

Sur la période 2006-2011, la France a conservé 8,5 % de parts de marché, derrière les États-Unis (44 %), la Russie (14 %), le Royaume-Uni (11 %), et devant Israël (5,5 %). Les autres gros exportateurs européens sont l’Allemagne (3,9 %) et l’Italie (3,6 %). La région Asie-Pacifique a absorbé, l’année dernière, 42 % des exportations françaises, grâce notamment aux commandes d’équipements passés par l’Inde, pour moderniser ses 51 avions de combat Mirage 2000, et par la Malaisie, pour ses blindés. Le Moyen-Orient (avec surtout les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite) a été la deuxième destination des exportations françaises. De nombreux pays émergents se profilent, par ailleurs, en futurs exportateurs concurrents, comme la Corée du Sud, la Chine, le Brésil, l’Afrique du Sud et l’Inde.


Le secteur représente 165 000 emplois en France

Le ministre a souligné l’importance des exportations d’armements pour l’industrie et pour l’autonomie stratégique de la défense. Le secteur représente 165000 emplois en France et réalise chaque année un chiffre d’affaires de 16 milliards d’euros. Il permet aussi un armement diversifié des trois armées (terre, air, marine). Jean-Yves Le Drian devrait rendre public, en fin d’année, un plan de soutien aux petites et moyennes entreprises travaillant pour la défense.

Deux projets de loi pour renforcer le contrôle

L’initiative de publier un rapport annuel sur les exportations d’armes a été prise en 1998 par Lionel Jospin, alors premier ministre, dans un souci de transparence. C’est la première fois que ce document était présenté devant des députés lors d’une séance en commission, où les questions adressées directement au ministre étaient également les bienvenues. Il s’agissait pour Jean-Yves Le Drian de prendre en compte les critiques de plusieurs parlementaires et responsables d’organisations gouvernementales, qui estiment depuis longtemps que ce rapport annuel « manque de clarté ».

Le ministre a profité de cette occasion pour insister sur la nécessité d’avoir « un contrôle rigoureux » du commerce des armes. Il a annoncé le dépôt prochainement à l’Assemblée nationale de deux projets de loi, l’un visant à réprimer les violations des embargos – décidés par l’Europe ou la communauté internationale – sur les armes à destination d’États dictatoriaux, l’autre consistant à encadrer le courtage en matériel de guerre.

Avec cet article : Rapport 2012 au Parlement sur les exportations d’armement

Source: La croix

Un commentaire

  • jenrage

    Et en Syrie transit par le golfe
    MAIS NON ILS (je ne suis plus français )
    N’ont PAS INTÉRÊT À VENDRE DES
    ARMES
    COMMENT PEUT ON PENSER ÇA ?
    Faut ÊTRE TARÉ
    IL EN CIRCULE DÉJÀ PARTOUT
    « METTRE LES BŒUFS (désolé) DE LA CULTURE
    AVANT LA CHARRUE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE »
    Dit un sage inconnu