Infos planète: les plus dramatiques et les moins médiatisées…..

Risque de génocide au Brésil

Les appels pour prévenir ‘un réel génocide’ en Amazonie brésilienne se multiplient tandis que les Nations-Unies célèbrent la journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale.

Des experts ont averti que les Awá du Brésil risquaient de disparaître si aucune mesure n’était prise pour protéger leurs droits territoriaux bafoués par les bûcherons illégaux et les éleveurs de bétail.

Tandis que les Nations-Unies appellent au respect de la ‘dignité et des droits’ des êtres humains, de nombreuses communautés indigènes continuent de souffrir de haine ethnique.

Les Awá, un petit groupe d’environ 355 personnes, sont les survivants de violents massacres. Ils vivent en Amazonie orientale et sont l’une des dernières tribus de chasseurs-cueilleurs nomades au monde. Certains d’entre eux sont toujours isolés.

Les Awá sont entièrement dépendants de la forêt qui disparaît à vive allure devant la déforestation intensive de leur territoire.

Bruno Fragoso, de la Funai, la fondation nationale de l’Indien, a déclaré : ‘Les Awá font face à une invasion croissante et si aucune mesure d’urgence n’est prise, ils seront anéantis’……………………

[…] Lire la suite sur le site source : www.survivalfrance.org

Pourquoi nous sommes en partie responsables de l’empoisonnement d’enfants au Paraguay

Il se passe au Paraguay des évènements graves. Ils touchent à la santé de milliers de paysans et de leurs enfants. Cela dure depuis des années et des années. Le plus souvent dans le silence.

D’une certaine manière, ces évènements ressemblent à ce qui se passe aujourd’hui à Fukushima. Nous l’expliquerons plus loin.

De quoi s’agit-il et en quoi y avons-nous notre propre responsabilité ?

Tout commence chez nous, en France, en Europe, en Occident.

Chaque année, nous consommons beaucoup de viande.

Chaque année nous demandons de payer cette viande au plus petit prix.

Les responsables européens ont fait le choix de pousser les producteurs à toujours produire plus de viande, à moindre coût. La PAC (Politique Agricole Commune) a fait le choix de la quantité plutôt que celui de la qualité. C’est l’élevage industriel.

Pour produire un maximum de viande à petit prix, il faut nourrir le bétail avec des aliments contenant un maximum de protéines.

Il existe un végétal qui est riche en protéines. Un végétal tellement riche en protéines qu’on peut en tirer un lait. Un lait qui peut remplacer le lait maternel chez les bébés allergiques au lait de vache !

Ce végétal, c’est le soja.

Depuis longtemps, les céréaliers ont cherché des terres pour cultiver ce soja dans les meilleures conditions et avec les meilleurs rendements.

Après avoir cultivé le soja en Europe, aux Etats-Unis, les céréaliers se sont tournés vers les terres d’Amérique du Sud. Là où le rendement est bon et là aussi où les terres ne sont pas chères et peuvent être exploitées à bas coût.

C’est le cas d’un pays, le Paraguay. Un petit pays. Un pays qui ne « pèse pas lourd » !

Pour obtenir un maximum de rendement au moindre coût, les céréaliers utilisent un soja OGM. Grâce à une manipulation génétique, ces graines de soja sont rendues résistantes à un pesticide, le Roundup® par exemple.

Pour obtenir le maximum de rendement il suffit donc de pulvériser les cultures, ensemencées avec du soja OGM-Roundup résistant », avec du Roundup®.

Toutes les « mauvaises herbes » sont détruites…à l’exception du soja qui, lui, prospère !

Le schéma est donc le suivant.

Dans un premier temps, les céréaliers poussent des petits paysans paraguayens à leur vendre leur terre.

(…)

Lire la suite de l’article de Michel Philips sur le site source : blogs.mediapart.fr

 

 Trafic animal : quand un commerce illégal gagne en légalité

 

Depuis plusieurs années, on assiste à un durcissement du braconnage de l’ivoire, tant en terme de quantités que de moyens déployés. Et ni les barrières des parcs nationaux, ni les rangers, ni même les portes des musées européens ne parviennent à tenir à distance des braconniers toujours plus déterminés.

Depuis la mi-janvier, plus de 200 éléphants ont ainsi été massacrés dans le nord-est du Cameroun. De même, selon le mouvement Avaaz, de récentes statistiques attestent de la montée en puissance de la chasse au rhinocéros. Rien qu’en Afrique du Sud, 440 rhinocéros ont été « sauvagement tués » l’an passé. Or, il y a cinq ans, le nombre d’animaux aux cornes arrachées n’excédait pas 13 individus.

Le juteux marché des dérivés de ces cornes entretient ce braconnage intensif, les cornes de rhinocéros étant destinées à la fabrication de prétendus remèdes contre le cancer ou de porte-bonheur en Chine et au Vietnam notamment.

Mais si de tels commerces persistent encore aujourd’hui, c’est en grande partie à la faveur des nombreuses exceptions contournant leur interdiction. En 2009 déjà, Jonathan Kirui, directeur adjoint du Parc national de Tsavo, au Kenya, constatait une « augmentation sans précédent » des actes de braconnage, suite à la vente exceptionnelle d’ivoire des pays d’Afrique australe à destination du Japon et de la Chine, en novembre 2008.

Organisée par la CITES (1), cette vente aux enchères légale d’ivoire, prélevé sur des éléphants morts de façon naturelle ou abattus de manière sélective, a rapporté plus de 12 millions d’euros pour plus de 100 tonnes d’ivoire mises en vente.

Nulle surprise donc si la valeur marchande des cornes de rhinocéros est désormais estimée à plus de 65 000 dollars le kilo. Et alors que les Chinois font pression pour assouplir un peu plus encore le commerce de la corne de rhinocéros, il est urgent d’appliquer une interdiction totale de ces commerces. Pour convaincre l’Europe de durcir sa position en ce sens, Avaaz a lancé une pétition, qui sera remise à Bruxelles une fois les 100 000 signatures récoltées (pour y participer, cliquer ICI)
(1) Convention sur le Commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction

Un article de univers-nature.com

VOIR AUSSI:

Vers un point de non-retour pour le réchauffement de la planète
Québec dit non à l’étiquetage des OGM
La sécurité du monde en péril : Le nucléaire de la peur
Vidéo unique au monde : crocodile et fonds marinsUsa, Caroline du sud, un monstre s’est échoué sur une plage
42 000 morts par an : le gazole est-il assez cher pour nos poumons ?
Total aurait mal évalué le risque d’accident sur la plate-forme Elgin

Tous les articles trouvés sur TerreSacrée

8 commentaires

  • Maverick

    A propos du soja : la part des OGM dans la production mondiale doit être de 60 % … Mais Monsanto est très embêté : une variété résistante d’Amarante est en train d’envahir les cultures de soja… Et l’Amarante, en plus d’être une mauvaise herbe même pas brevetée, ben elle pourrait être un remplaçant intéressant pour le soja !!! :rotfl: Renseignez-vous … ;)

    • Chègoku Chègoku

      De toute façon à ce rythme, les terres cultivées OGM monoculture seront épuisées dans 30 ans. 
      Voir le cas de l’Inde et ses 30 ans de coton BT.
      Voir l’Argentine et ses champs de soja vieux de 10 ans, les rendements commencent à diminuer et on sait bien que ça finira comme les sols en Inde. Minéralisation et culture impossible. 
      Formidable l’avenir.

  • A quand l’Humain breveté Monsanto ?

  • delphine

    à quand l’humain

    BREVETÉ :

    TOTALEMENT RÉFRACTAIRE à MONSANTO? :-)

  • Maverick

    J’en vois qui parle de breveter le génome humain. Et c’est peut-être pas si bête. Il faudrait demander à la Free Software Foundation et à l’Electronic Frontier Foundation si on ne pourrait pas bréveter l’ADN humain sous le régime de la licence GPL, comme Linux ? Utilisation libre, modification permise, mais publication seulement sous le même statut juridique de la GPL (code source fourni avec) …

    Eh … ;)