Tunisie pour revenir sur le marché obligataire après les garanties des États-Unis

On revient plusieurs mois en arrière avec le printemps arabe: la révolution a éclaté en Tunisie, le pouvoir a été renversé, Ben Ali a été dégagé, et les USA ont été suspecté, et s’ils étaient derrière les émeutes? Un détail troublant sur le sujet, après la chute de Ben Ali, le directeur de la banque centrale tunisienne a été viré pour être remplacé par un américano-tunisien, coïncidence? Je reviens sur ce fait puisqu’il y a du mouvement en Tunisie, et encore une fois, les USA sont impliqués, mais pas que… Il y a également le Qatar.

http://www.iranreview.org/file/cms/files/American-Imperialism.jpg

TUNIS (Reuters) – La Tunisie, premier pays à se soulever contre son leader dans le «printemps arabe», a obtenu des garanties de dette du gouvernement américain qui lui permettra d’exploiter les marchés obligataires internationaux cette année pour la première fois depuis 2007.Un fonctionnaire du ministère des Finances a déclaré mercredi que le lien qui nous garanti pourrait soulever $ 400-500 millions d’euros. Il suivra une émission de 500 millions de dollars sur cinq ans des bons du Trésor tunisiens directement au Qatar à un taux d’intérêt de seulement 2,5 pour cent.

Chaker Soltani, directeur général du ministère en charge de la dette, a déclaré à une conférence de nouvelles que les garanties américaines permettra à la Tunisie d’emprunter sur les marchés internationaux à des taux beaucoup plus bas que son profil de risque permettrait normalement.

Si elle était d’exploiter les marchés internationaux seule, la Tunisie serait actuellement s’attendre à payer un taux d’intérêt de 3-4 pour cent par rapport au LIBOR, Soltani a déclaré, se référant aux taux auquel les banques se prêtent les unes des autres.

Avec les États-Unis garantit qu’il s’attend à emprunter à un taux très réduit d’environ 0,5 pour cent par rapport au LIBOR – actuellement autour de 0,5 pour cent pour les prêts en dollars à trois mois.

Un tel taux devrait aider les finances de la Tunisie de récupérer de l’agitation révolutionnaire qui a frappé la croissance économique et poussé à la hausse des dépenses publiques.

Les Etats-Unis a garanti des prêts aux pays du Moyen-Orient avant. En 2002, il a donné à Israël un ensemble de garanties pour aider l’économie face à une récession causée par un ralentissement économique mondial et une vague de violence.

Israël n’a pas émis des obligations en utilisant des garanties de prêts des États-Unis dans les années à plusieurs reprises depuis ses cotes de crédit se sont améliorées depuis et il peut tirer parti des marchés mondiaux en utilisant sa solvabilité propre.

Source et suite de l’article: Reuters

Un commentaire

  • delaude

    Peut-être que je me trompe, mais je pense qu’il y a eu auprès des populations pauvres, peu éduquées et coupée des grands centres, une campagne d’islamisation radicale avec éventuellement aides financières ou autres sous le couvert d’associations, financée par les alliés US,  Qataris et Saoudiens.
    Il est quand même remarquable que chaque libération d’un dictateur pronant la laïcité donne pour résultat l’implantation d’un islamisme radical. Une fois, ok, mais à répétition ?
    J’ai lu des analyses allant dans le sens d’un pilotage en sous-main des US pour le bénéfice d’Israël qui a tout intérêt à déstabiliser et affaiblir ses ennemis. De fait, l’Arabie Saoudite et le Qatar deviennent via les US complices d’Israël…
    L’arrivée de ce sous marin US en Tunisie semble confirmer l’hypothèse de l’investissement des zuniens dans l’histoire.