Une plante à fleur ressuscitée…30 000 ans plus tard

C’est une très jolie fleur qui a un petit côté « Jurassic park » qui est ressortie d’outre tombe, et pour une fois la science à réussi une belle chose..

Des chercheurs sont parvenus à faire pousser Silene stenophylla grâce à d’antiques fruits conservés dans le permafrost.

Cette Silene stenophylla est devenue la plus ancienne plante à fleurs jamais ramenée à la vie par des chercheurs. Cette Silene stenophylla est devenue la plus ancienne plante à fleurs jamais ramenée à la vie par des chercheurs. © David Gilinchisky 

C’est une prouesse scientifique qui n’aurait peut-être jamais eu lieu sans l’aide… d’un écureuil. De ceux qui s’affairent à remplir leurs multiples cachettes de victuailles pour l’hiver. Grâce à l’un d’eux, des scientifiques ont pu récupérer en Sibérie, sur une rive de la rivière Kolyma, les graines et les fruits d’une petite plante à fleurs blanches, Silene stenophylla, vieille de près de 32 000 ans! Les restes de ce spécimen, datés grâce au carbone 14, étaient conservés à près de 40 mètres de profondeur dans le permafrost (ou pergélisol), cette couche de glace perpétuelle qui s’étend sur une bonne partie de l’Arctique et des régions qui l’entourent.

De là, une équipe de chercheurs de l’Académie des sciences de Russie, dirigée par David Gilinchisky et Svetlana Yashina, a pu prélever du tissu placentaire sur trois fruits immatures particulièrement bien conservés. Grâce à une culture en laboratoire, ils sont parvenus à obtenir de jeunes pousses de cette Silene stenophylla, devenue la plus ancienne plante à fleurs jamais ramenée à la vie. Après une année de soins attentifs, celle-ci leur donna même des fleurs. Et, en l’étudiant sous tous les angles, les chercheurs, qui viennent de publier les résultats de leurs travaux dans la revue américaine Proceedings of the national academy of science (PNAS), purent constater qu’elle avait des caractéristiques propres, différentes de sa descendance qui fleurit encore dans la Sibérie du XXIe siècle.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! Car, dans sa frénésie de stockage, l’écureuil avait sans le savoir absolument tout prévu. Dans sa cachette, les scientifiques ont également découvert du pollen de la même antique Silene stenophylla. Ils ont donc pu polliniser leur plant né en laboratoire, qui a ainsi donné des fruits. Une résurrection parfaite qui ne sera sans doute pas la dernière tant le permafrost recèle de micro-organismes qui ne demandent qu’à être réveillés.

Source: lepoint.fr

22 commentaires

  • Tex

    Pour une fois on applaudit!!! :yes:
    C vrai que ça ressemble au silène enflé de nos prairies… :-)

  • Eagleeyes

    Hello,

    Je suis justement sur un projet d’article ayant trait aux « maladies qui nous viennent de la préhistoire ».
    Dans un des paragraphes, je cite le cas d’une mine (à ciel ouvert) en Ouganda, où en 1957 une plante c’est mise à pousser parmi les résidus d’extraction, et en 48h00 elle a donné une fleur extraordinairement belle. Peu habitué à voir ce genre de phénomène sur ces lieux, il appela son contremaître et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’un botaniste anglais vint l’examiner. Cette plante était totalement inconnue, il en référa à sa faculté en Angleterre, mais entre temps, tout la mine fut contaminée et décimée par une étrange maladie au départ pulmonaire, mais qui atteignait peu après, le système lymphatique, la mort s’en suivait.
    C’est à leur l’arrivée, la semaine après l’appel qu’une équipe de scientifiques fit la macabre découverte, et c’est sur les indications et relevés du médecin de la mine, que ce qui c’était passé fut connu. Depuis, la mine est abandonnée et la végétation a repris ses droits.
    Et c’est en 1990, qu’elle fit reparler d’elle, un clan de singes habitués à venir mendier de la nourriture dans un village voisin, l’a contractée sous une forme moins sévère mais vu le contexte sanitaire du coin, ce fut tout autant l’hécatombe. Mais que sont devenus les singes alors ???

  • Si la nature, le temps, le destin ou quoi que ce soit a fait disparaître une espèce, il y a sans doute une raison. Pourquoi ne pas cloner des hommes de néenderthal alors ?

    Les apprentis-sorciers sans éthiques m’agacent… Au nom de « l’intelligence humaine » on se permet toute sorte de manipulations. Il ne manqueraient

  • Si la nature, le temps, le destin ou quoi que ce soit a fait disparaître une espèce, il y a sans doute une raison. Pourquoi ne pas cloner des hommes de néenderthal alors ?

    Les apprentis-sorciers sans éthiques m’agacent… Au nom de « l’intelligence humaine » on se permet toute sorte de manipulations. Il ne manqueraient plus que l’on fasse revenir à la vie un petit insecte préhistorique, et qu’il s’avère qu’il soit carrément mortel pour l’humanité…

    Qu’y a t’il, dans la nature, de plus bête et de plus malsain que l’homme ?

    La curiosité est un vilain défaut, en fait.

  • Timestretch

    Pourquoi ne pas utiliser ces ressources, cette énergie pour préserver les espèces en  voie extinction ou en passe de le l’être, tout le paradoxe humain
    Cette plante si jolie soit elle ne risque telle si elle pas prolifère de dérégler un écosystème déjà mis à mal?

  • yael

    Oui bah s’il pouvait s’arreter à la végétation ça serai bien… Parce que tout à l’heure ils vont nous remettre en circulation les dinosaures!!

  • Timestretch

    Dyslexie quand tu nous tiens…
    Cette plante si jolie soit elle ne risque t elle pas, si elle prolifère, de dérégler un écosystème déjà mis à mal?
     

    • yael

      excellente observation…

      • C’est tout à fait cela.

        A chaque fois que l’on a importé un élément d’un écosystème vers un autre, cela a causé des problèmes, allant de l’incident négligeable à l’extinction d’autres espèces.

        Alors si en plus on ramène des espèces anciennes, voire préhistoriques…

        Enfin bon, rassurons nous: l’humain aura bientôt la capacité de créer l’écosystème qu’il souhaite… Beurk !

  • yael

    C’est beau le progrès mais il y’a le revers de la médaille…

  • Timestretch

    Merci mais je n’ai aucun mérite, l’homme commet malheureusement toujours les mêmes erreurs, en introduisant des espèces dans un milieu qui n’est pas le sien que ce soit volontairement ou involontairement (frelon asiatique, tortue de Floride, je n’ai pas de ref pour les plantes…)

    • Pour les plantes, il y a des exemples à Tahiti. Je n’ai pas les références exact, j’en ai entendu parler par un ami dont la soeur vit là bas. La femme du dirigeant local (désolé pour les approximations) auraient ramené dans sa valise des pousses européennes; et vraisemblablement, ces plantes, ou les oeufs d’insectes qu’elles contenaient, auraient conduit à l’éviction quasi totale de certaines plantes endémiques tahitiennes… Si quelqu’un peut se renseigner là dessus :)

  • limo

    C’est Scrat (l’écureuil de l’age de glace) pour ceux qui ne connaissent pas leurs classique ,le responsable!
    :rotfl:

  • roxane

    Nom d’une truite, si la magie existait, je me transformerais en autruche et c’est pas que ma tête que je cacherais dans le sable… je suis née mammifère et je dois devenir humaine… comme mes semblables, punaise, y’à du boulot ! et comme dirait notre ami Einstein : Il est étrange que la science, qui jadis semblait inoffensive, se soit transformée en un cauchemard faisant trembler tout le monde ! J’ai 5’000 m2 chez moi, j’suis prête, y peuvent m’amener le T-Rex, en pocket bien sûr, version 2012 !!!!!! raaalala