Inquiétudes sur les méthodes de nettoyage à Fukushima…

Inquiétudes peut être, mais existe t-il un ou des  moyens fiables de décontamination, après l’ irradiation de vastes zones au Japon? Surtout que les suites de ce désastre sont inconnues, et pas que pour les Japonais. Et TEPCO s’inquiète d’une possible nouvelle fission nucléaire (en date du 14.02.2012). Ils ignorent où en sont les Corium des trois réacteurs accidentés


Le gouvernement japonais devrait débourser plus de 10 milliards d’euros pour le nettoyage des zones contaminées….

Des voix s’élèvent au Japon contre les méthodes de nettoyage et de décontamination des zones irradiées à la suite de l’accident de Fukushima.

Dans le village de Iitate, à environ 32 kilomètres de la centrale nucléaire accidentée, le personnel venu décontaminer la zone serait inexpérimenté :

« Nous sommes tous des amateurs. Personne ne sait vraiment comment nettoyer les radiations », a révélé un employé japonais à nos confrères du New York Times.

Et ce n’est pas tout : d’après des experts du nucléaire, les particules radioactives, facilement transportées par le vent et la pluie, pourraient à nouveau contaminer des zones déjà nettoyées.

Les sommes astronomiques dépensées par le gouvernement –pour un nettoyage apparemment inefficace, en tout cas non pérenne– sont également pointées du doigt.

Toujours d’après le New York Times, les pouvoirs publics auraient en effet accordé des contrats de nettoyage des zones les plus exposées à trois des plus grandes entreprises de construction de pays, Taisei Corporation, Obayashi et Kajima, moyennant un premier montant de 13 milliards de dollars (environ 10 milliards d’euros). La finalité est bien sûr de rendre possible le retour de plus de 80 000 personnes évacuées en mars dernier, dont les 6 500 habitants de Iitate.

Le problème est que les sociétés affectées au nettoyage ne sont pas spécialisées. D’après le Centre d’information citoyen sur le nucléaire, ce sont par ailleurs ces trois mêmes compagnies qui ont participé à la construction de 45 des 54 centrales nucléaires que compte le pays du soleil levant, dont Fukushima-Daiichi.

Cité par le quotidien américain, Kiyoshi Sakurai, ancien chercheur à l’Agence japonaise de l’énergie atomique, en conclut que « l’industrie japonaise est gérée de sorte que plus vous échouez, plus vous gagnez d’argent ».

Le gouvernement est quant à lui persuadé que les grosses compagnies de constructions bien équipées sont les plus à même de diriger les projets de décontamination.

Les habitants de Iitate mènent toutefois leurs propres tests de décontamination, supervisés par des scientifiques. Sceptiques quant aux méthodes employées, ils souhaiteraient eux-mêmes se rendre sur place et entreprendre ce long et laborieux travail de nettoyage. Un volontarisme qui n’a jusqu’ici pas ému les décideurs.

Cliquer ICI afin de voir une vidéo -éprouvante-, de 22 mn

Article de Laura Béheulière vu sur Sos-Planète

En savoir plus………..

  • Poussière noire à Minamisoma (17/02/2012 publié dans : Au Japon )
    Selon les informations rapportées par le blog EX-SKF, on a trouvé à Minamisoma une mystérieuse poussière noire radioactive déposée sur le sol dans de nombreux endroits de la ville. Sa
  • Nouvelle fission nucléaire à Fukushima ? (14/02/2012 publié dans : Au Japon )
    Tepco vient d’annoncer que du Xénon avait été retrouvé dans l’enceinte de confinement du réacteur n°2. Cela signifie concrètement, comme en novembre 2011, qu’une réaction en chaîne incontrôlable a
  • Augmentation de la radioactivité à Fukushima (13/02/2012 publié dans : Au Japon )
    Les relevés des retombées radioactives à Fukushima montrent une augmentation notable des taux de césium 134 et 137 à partir des mesures effectuées du 11 au 12 février 2012 : en un jour, le césium
  • Ca chauffe à Fukushima (12/02/2012 publié dans : Au Japon )
    Rien ne va plus à Fukushima Daiichi. Il ne suffit pas qu’un gouvernement décrète un arrêt à froid pour qu’une catastrophe incontrôlable soit subitement réglée… Depuis janvier 2012, l’inquiétude
  • Nouveau problème à la centrale de Krško ? (05/02/2012 publié dans : En France et ailleurs )
    Le 4 février 2012, pendant que l’AIEA et l’OMS commémoraient en grande pompe la journée mondiale contre le cancer (1), quelques rares médias ont signalé que la centrale de Krsko en Slovénie était
  • HumanError, le cri de révolte du Japon contaminé (04/02/2012 publié dans : Au Japon )
    Le groupe japonais Frying Dutchman a été scandalisé par le comportement du gouvernement japonais face à la catastrophe nucléaire de Fukushima. Il estime que les autorités ont aggravé la
  • Voir Fukushima (30) (03/02/2012 publié dans : Voir Fukushima )
    Le bâtiment réacteur 4 fait toujours l’actualité. Pourquoi le 4 en particulier ? Parce qu’il fait l’objet de travaux importants, mais aussi parce qu’on ne sait pas ce qui se passe pour les autres
  • Retour à Fukushima (01/02/2012 publié dans : Au Japon )
    Traitant essentiellement de la radioprotection au Japon – sujet rarement abordé – l’article « Retour à Fukushima » a été publié dans le numéro du deuxième semestre 2011 de HesaMag, un magazine
  • Source Fukushima.fr

    JAPON : 25 MILLIONS DE TONNES DE DEBRIS A LA DERIVE

Les déchets provenant de la centrale nucléaire de Fukushima et des bâtiments et autres infrastructures détruits par le séisme du 11 mars 2011 au Japon s’approchent de l’Amérique.

Les premiers débris du tsunami du 11 mars 2011 au Japon sont arrivés sur les côtes américaines du Pacifique. L’un des premiers vestiges de la catastrophe trouvés de l’autre côté de l’océan a été une bouée, échouée fin décembre dans l’Etat de Washington. Et ce n’est qu’un début : en tout, les eaux ont emporté 25 millions de tonnes de débris en tous genres, selon les estimations du Centre international de recherche du Pacifique de l’Université d’Hawaii.

Contamination redoutée

Les États-Unis ne sont pas les seuls à s’inquiéter de l’arrivée de ce fatras. Julianne McCaffrey, porte-parole du bureau de la gestion des urgences de la Colombie-Britannique, a précisé dans la presse canadienne que l’échouement des déchets devrait toucher une région équivalant à la superficie des trois-quarts de la France.

L’océanographe américain, Curtis Ebbesmeyer, rappelle en effet que si la majorité des objets emportés par le Pacifique sont composés d’épaves de bateaux de pêche, d’ailes d’avion, de bouées et de morceaux de maison, des restes humains –16 000 personnes ont été portées disparues après la catastrophe– se trouvent vraisemblablement parmi ces débris à la dérive. ………

[…]

Lire la suite sur le site source Le Matin.ch vu sur TerreSacree

 

ATTENTION ARTICLE TOXIQUE

Voici un article où la désinformation bat son plein sur Futura-Sciences
Extraits de l’article « En bref : ça chauffe à Fukushima » :
« La situation est sous contrôle. »
FAUX :
Tepco ne contrôle rien du tout. Alors qu’ils prétendent que le capteur thermique est défaillant, ils injectent de l’acide borique et augmentent le débit d’eau de refroidissement. S’ils considéraient sérieusement que le capteur est mort, ils ne prendraient pas ces mesures.
« Aucune augmentation de température n’a d’ailleurs été observée au niveau d’autres réacteurs ou capteurs de la cuve n°2. »
FAUX :
1) Le capteur situé sous la cuve au niveau des barres de contrôle indique une température de 93,7°C le 13 février 2012 à 11 heures (lien).
2) Le réacteur n°1 présente aussi une élévation de la température au niveau de la valve de sécurité d’évacuation de l’air (lien).
« Par ailleurs, aucune fuite radioactive n’a été détectée. »
FAUX :
La radioactivité d’une région ne peut pas augmenter subitement de plus de 20 fois sans l’existence d’une fuite radioactive.

 

19 commentaires