Mobilisation pour la poète colombienne Angye Gaona…

Je poste ce courriel, qui est un appel aux amoureux de la démocratie (elle est mal en point) et de la liberté d’opinion (pour combien de temps?)….. Votre avis est le bienvenu et toute aide est acceptée. Tous les liens en fin d’article! Nous sommes pour les droits de l’homme et contre la dictature au profit des élites. Faites circuler!  :yes:

Angy et Azalea, sa petite fille âgée de 6 ans

Cher Voltigeur,

Lecteur attentif de votre canard…pardonnez-moi…des moutons enragés, Je vous prie de bien vouloir prendre connaissance du message suivant à propos de la poète colombienne Angye Gaona, menacée de 20 ans de prison. Je constate que la Colombie, un des régimes étatiques comptant parmi les pires sévissant sur cette planète, ne fait que très rarement l’objet de condamnation internationale.

Je vous laisse juge de diffuser ou non. Nous avons initié cet appel, ma femme _ Cristina Castello, de nationalité argentine _ et moi, afin de tenter de contrecarrer le jugement de Angye Gaona, sachant que son procès (avec 4 autres détenus accusés eux-aussi de narcotrafic débutera le 23 janvier prochain et qu’il faudra plusieurs semaines avant que le verdict tombe. Vous comprendrez cette affaire en lisant notre appel sur le site DANGER POESIE:

N’ayant que très peu de moyens, nous tentons de toucher les médias et de faire en sorte que des organismes internationaux nous relaient et prenne en charge la défense de cette poète dont le seul crime a été de dénoncer les assassinats et la disparition des opposants dans son pays et de donner une parole à tous ses concitoyens qui se taisent, terrorisés. Si jamais vous vouliez bien relayer notre appel, vous êtes évidemment autorisés à vous servir de l’intégralité des articles concernant Angye Gaona sur DANGER POESIE.
Avec toute ma reconnaissance,
André Chenet, Jardinier et Poète
responsable de la revue La Voix des autres
et du site DANGER POESIE
PS L’an dernier, Angye Gaona avait été emprisonnée 4 mois durant, sans qu’aucun chef d’accusation ne soit mentionné. A cette époque nous avions fait circuler une pétition internationale. Des milliers de personnes y avaient répondu en envoyant des messages aux ambassades et consulats de Colombie de leurs pays respectifs. L’accusation de trafic de drogue est tombée une fois que Angye ait été libérée. Cette fois-ci, elle risque gros, et je ne crois guère en la fiabilité des juges colombiens.

André Chenet

 

Mobilisons-nous en toute urgence pour Angye

Nous ne sommes pas un Curriculum (C.V.).
Si nous sommes ce que nous faisons, la manière dont nous nous comportons et agissons se révèle essentielle pour qu’il n’y ai pas l’espace d’un cheveu entre ce que nous sommes et ce que nous faisons.
Nous sommes ce que nous vivons, sentons, disons, regardons, aimons,
pensons,  écrivons.
Nous sommes ce que nous donnons.
Nous sommes l’intensité de notre engagement pour la vie.
Nous sommes ce que nous rêvons.
Angye Gaona n’est pas non plus un curriculum. C’est une poète vibrante de vie. C’est un éclair d’innocence. Une force vitale, qui essaie d’aider à changer la vie, depuis la poésie qui l’habite.
Cependant vous trouverez ci-dessous son curriculum qui vous éclairera un peu sur sa personne, en attendant d’autres communications à suivre.  Cristina Castello

Mail de contact :  castello.cristina@gmail.com

Biographie abrégée de Angye Gaona

Angye Gaona (Bucaramanga, Colombie, 1980) poète colombien, membre de Prométhée et de l’équipe organisatrice du Festival International de Poésie de Medellín pendant cinq ans. Elle a créé en 2001, le premier Salon international de la poésie expérimentale. Elle est également sculptrice. Elle a produit des nombreuses émissions culturelles à la radio. Elle exerce des activités visant à promouvoir la poésie dans sa ville natale. Ses poèmes ont été inclus dans des anthologies et des publications imprimées ou électroniques en Colombie et dans de nombreux pays. Plus récemment, un choix de ses écrits a été inclus dans une anthologie de nouvelles voix de la poésie colombienne publiée par l’Université de Monterrey (Mexique).

En 2009, elle publie son premier livre: « Naissance volatile » (Natalia Rendón illustrations), et participe à la Rencontre internationale du  surréalisme, intitulée : «Le seuil secret » (Santiago, Chili), la plus grande exposition jamais organisée du mouvement surréaliste en Amérique latine.

En 2010, elle réalise le poème expérimental « Les fils du vent » » disponible sur le site: http://www.wix.com/viento/viento . Son travail a été partiellement traduit en français, catalan,  portugais et anglais. En 2011, elle a remporté le  Prix du Salon métropolitain des arts avec une performance intitulée « Regarde ».  En 2012,  elle devrait participer à l’Exposition internationale « Surréalisme 2012 » (Pennsylvanie, États-Unis), si elle n’est pas incarcérée d’ici-là.

Un Cahier Spécial bilingue lui sera consacré dans le prochain numéro (5) de la revue poétique  française « La Voix de Autres », à paraître en mars 2012

Défense d’Angye Gaona, poète colombienne
A partir de maintenant, il est primordial que chacun d’entre nous veuille bien prendre une part active pour soutenir Angye Gaona avant le procès inique dont elle est l’objet. La situation d’Angye est gravissime comme vous pourrez le constater. En Janvier 2011, de retour du Venezuela où elle s’était rendue pour faire provision de livres, elle avait été interpellée puis incarcérée sans qu’aucune charge tangible ne soit retenue contre sa personne. Après une intense campagne de pétitions d’ampleur internationale, elle avait été libérée. Peu de temps après sa sortie de prison, le 20 mai 2011, le couperet est tombé et elle a été accusée de trafic de drogue. 

La vérité probante de cette histoire c’est qu’auparavant elle n’avait jamais cessé de dénoncer les assassinats et disparitions des opposants à l’état colombien perpétrés par les militaires, la police, les services secrets et autres escadrons de la mort. Bien qu’elle vive très pauvrement, ayant tout juste de quoi nourrir sa petite fille avec laquelle elle partage une pièce unique dans un quartier de Bucaramanga, la ville où elle habite à cinquante kms de la frontière Vénézuélienne, une assignation à résidence lui a été ordonnée par la justice. Maintenant elle doit défendre son innocence dans un procès truqué depuis le début. Elle a un besoin urgent de notre aide. Elle encourt jusqu’à vingt ans de prison, voire pire. Que chacun diffuse à vitesse grand V ces informations, ainsi que les messages à venir.

Nous avons le devoir impératif de dénoncer que:
1° condamner à l’avance une poète pour trafic de drogue afin de la faire taire est une offense à la poésie
2° le « délit d’opinion » consistant en un acte de solidarité envers autrui et les siens ne saurait sous aucun prétexte être puni.

Cristina Castello, poète argentine vivant en France et amie d’Angye, lance un fervent appel de soutien à l’attention de la communauté internationale. Soyons conscient qu’en d’autres temps de sinistre mémoire, nous aurions très bien pu nous retrouver dans une situation similaire à la sienne. En Colombie la grande majorité de la population est complètement terrorisée par la répression sanglante et très peu d’individus n’osent afficher publiquement leur soutien par crainte des représailles.

Voici des liens vers quelques articles décrivant l’état des lieux:
http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=5935 (français)
http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=5878 (English)
http://www.es.lapluma.net/index.php?option=com_content&view=article&id=2613:colombia-banada-en-sangre-a-un-ano-de-santos-cifras-del-terror&catid=90:impunidad&Itemid=422 (espagnol) 

Si jamais vous avez des connaissances influentes, dans les domaines des arts, de la littérature, des droits de l’homme, de la politique, ou de la diplomatie…etc… alertez-les car le temps presse.
Nous avons besoin de vous tous.
Nous avons besoin de traducteurs, et de personnes relayant notre action tant en France qu’à l’étranger.

Le procès débutera le 23 janvier et le verdict devrait être rendu au plus tard dans deux mois. Nous avons encore la chance dans notre pays (France) de ne pas subir la répression terrible sévissant en Colombie (appuyée par le tout-puissant gouvernement de la pseudo démocratie US), par conséquent soyons tous solidaires de cette femme, poète au demeurant très talentueuse, qui risque d’être condamnée avec trois autres personnes  _ une syndicaliste,  un étudiant et  un défenseur des Droits de l’Homme, eux-aussi, comme par hasard, inculpés des mêmes chefs d’accusation _ arrêtées, à quelques jours d’intervalles, en janvier 2011 pour servir d’exemple et intimider tout ce qui reste d’esprits libres en Colombie.

Le seul crime véritable d’Angye Gaona est d’être poète et de ne pas approuver les exactions commises par son gouvernement, comme il nous arrive à nous aussi dans nos pays respectifs de le faire en France sans être inquiétés outre mesure, du moins jusqu’à maintenant….

Selon son avocat, un deuxième chef-d’accusation pourrait venir s’ajouter au premier: celui de: « rébellion ». Elle se retrouverait alors  doublement prise au piège dans la mesure où si elle demandait l’asile dans une ambassade étrangère, elle tomberait immédiatement sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour narcotrafic. N’ayant pas beaucoup de ressources, elle a du opter pour l’aide juridictionnelle.

A tous ceux qui ont encore assez de cœur et de cran pour défendre la liberté mise en péril, j’adresse ce message.
Il est grand temps de nous relier dans l’action, de mettre en pratique la solidarité qui n’est pas un état d’âme ni un confortable exercice de style philanthropique. Aujourd’hui, si l’on considère l’état général du monde, l’indignation, malléable à merci, ne suffit plus. Il est arrivé bien des fois que des poètes, quand ils n’ont pas été poussés au suicide, aient été condamnés ou proscrits (Hikmet, Lorca, Unamuno, Senac, Milosz, Laâbi et dernièrement Aung Than…) parce ce qu’ils      avaient de l’existence humaine une vision profonde, parce qu’il leur était inconcevable de se résigner à subir le joug des tyrans, de tolérer sans rien dire au monde la souffrance infligée au peuple terrorisé et surtout parce qu’il leur était impossible d’avilir la poésie avec la « bonne conscience moralisatrice » des laquais de service.

Angye Gaona en dépit des menaces qui l’enserrent, fait montre d’une témérité et d’une énergie peu communes: elle a décidé de se battre pour la cause commune dont la liberté d’expression est l’une des conditions fondamentales. Accordons-lui sans tarder un soutien sans faille en adressant une lettre postale à ses juges ainsi qu’un message par e-mail à l’ambassade de Colombie.de chaque pays concerné.
Fraternité à tous.

André Chenet

SOURCE

Contact:
danger-poesie@orange.fr
voixdesautres@wanadoo.fr


Modèle de courrier à adresser au juge
. A chacun de l’adapter à sa façon:

Juez de conocimiento
Centro de Servicios
Juzgado Único Penal Del Circuito Especializado De Cartagena Adjunto
Centro Barrio San Diego, Calle De La Cruz No 9-42, Antiguo Colegio Panamericano
2º Piso
Cartagena de Indias
Colombie
________________________________________

Nom
Adresse
Ville, Pays
adresse du site (facultatif)

Réf : SPOA ES. 13001-60-01129-2009-02149-00

Monsieur le juge,

En tant que citoyen du monde, attaché aux libertés des peuples, j’ai décidé en mon âme et conscience de vous faire parvenir ce courrier dans le but de vous prévenir de ma vigilance en ce qui concerne Angye Gaona, poète colombienne.
Je suis bien certain que vous ne jugerez pas en cette affaire une femme trafiquant de drogues mais bien une « contrebandière » de mots et de poésie, consciente des dérives des droits de l’être humain dans son pays.
En son nom, je vous demanderai de faire preuve d’équanimité et de raison, malgré les pressions politiques.
Sa poésie ainsi que la modestie de ses conditions d’existence traduisent son innocence, mieux que ne saurait le faire n’importe quel avocat. Il se pourrait que son seul délit consiste justement de dire la vérité à travers son œuvre poétique.
Il me paraît essentiel pour la communauté colombienne que soient respectées la vie et la liberté de ses poètes, qui sont un peu l’âme de son peuple.
En espérant, Monsieur le juge, que vous serez le garant d’un procès équitable qui fera honneur aux institutions de la Colombie, je vous prie d’agréer l’expression de tout mon respect,

Signature

Angye _ Performance clémente

Après avoir posté cette lettre (avec une copie par e-mail à l’ambassade de Colombie), nous vous demandons de nous le faire savoir par message électronique adressé à Cristina Castello:
castello.cristina@gmail.com

Adresse e-mail du Consulat de Colombie en France
:
eparis@cancilleria.gov.co

et pour connaître les suites de cette affaire vous pouvez consulter les espaces internet suivants:
–  http://les-risques-du-journalisme.over-blog.com/ (Rubrique: Liberté pour Angye Gaona)
http://libertesconquises.blogspot.com/  (Rubrique: Angye Gaona)
http://poesiedanger.blogspot.com/2012/01/mobilisation-pour-la-poete-colombienne.html (Rubrique: Angye Gaona, dans le sommaire à droite)

Le site polyglotte Facebook de soutien à Angye Gaona:
–  ANGYE GAONA – ESTUDIANTE UIS DETENIDA:
http://www.facebook.com/groups/124203477649040/?ref=ts

5 commentaires

  • C’est dommage qu’elle ne s’appelle pas Ingrid Bettancourt.
    Elle aurait eu comme soutien de renom Renaud… un autre grand poète assurément.

    http://www.youtube.com/watch?v=f5QLmt9QG_s

    TATATA… 

    Que pouvons nous faire à notre échelle quand on habite pas le 16ème, Neuilly ou Billancourt?       

    Comme l’a dit si bien Orwell « nous sommes tous égaux et certains le sont plus que d’autres ».

    Qui sont ces enfoirés qui dirigent la Colombie?

    Le surnom de « Chicago Boys » désigne un groupe d’économistes chiliens des années 1970, formés à l’Université de Chicago et influencés par Milton Friedman et Arnold Harberger.
    Les théories de l’école de Chicago sont à l’origine des politiques économiques de la Banque mondiale du milieu des années 1980 au milieu des années 1990, pendant lesquelles de nombreuses entreprises publiques des pays en voie de développement furent privatisées.

    Regardez et méfiez vous de se qui se revendique du libéralisme :devil: 

    Pauvre chérie :cry:   

     

  • Merci de tout coeur, vraiment, d’avoir transmis aussi rapidement. . Les poètes de l’envergure de Angye sont rares. Non seulement elle a une écriture révolutionnaire, non partisane mais elle transmet avec les mots de tout son être de femme, de mère, l’urgence de sortir de l’impasse de la la « normalisation » appliquée à tous les peuples de la terre par les stratèges de ce que je persiste à appeler le capitalisme apatride, c’est à dire des groupes de connivence internationnaux qui s’accaparent le maximum des ressources naturelles en déniant aux peuples qu’ils empoisonnent, emprisonnent tous les droits d’accès à une vie décente, amicale basée sur la solidarité et le partage. Le fléau de la mondialisation réside dans l’appropriation du bien collectif par quelques vieilles lignées psychopathes supportées par des armées de mercenaires arrivistes.  En france (sans majuscule dans ce cas) nous rentrons dans une zone obscure de fascisme, de dictature sous le couvert de la démocratie, cette bonne dame. Démocratie prise en otage par l’économie qu’imposent les oligarchies régnantes. Ici, le parti socialiste ne représente plus que le pot-pourri d’une bourgeoisie en mal d’honnêteté et de culpabilité. Heureusement nous sommes de plus en plus nombreux à déserter les institutions mensongères, justifiées l’appât du gain, le pouvoir, le confort matériel… Il se pourrait que notre résistance soit peut-être désespérée au train où vont les affaires du monde, il n’empêche! Nous, nous ne voulons plus de ces guerres insipides où nous entraînent la compétition, les profits à tout prix,, l’exploitation des plus pauvres par les plus démunis. Nous resterons libres jusqu’à notre dernier souffle. Merci.
     

    • voltigeur voltigeur

      Merci? alors qu’il en va de la liberté de tous! non! c’est un devoir pour
      tous les enragés de la planète, pour recouvrer le droit de vivre libres et
      affranchis de cette oligarchie qui nous presse comme des citrons, avec l’aval de la majorité!
      et c’est flagrant sinon la révolution serait en cours (ce qui n’est pas le cas)
      et nous n’aurions plus que notre conscience pour maitre et notre espoir pour avenir!
      Il va falloir penser que les actions prochaines, vont entrainer des réactions,
      qui ne seront pas du gout de ceux qui se battent pour les droits de tous.
      On va voter!!!! ou s’enchainer!! ou ??……….
      A l’autre bout du monde, il y a des persécutés qui se battent et résistent contre
      la corruption, le crime et le(s) profit(s).
      Si le mot solidarité a un sens, leur combat est le notre ♥♥

  • delphine

    salut à tous

    elle mérite sans doute qu’on lise au moins un de ses poèmes
    même si vous ne comprenez pas l’espagnol
    sa musique s’entend

    et les paroles sont très belles 

    SIERRA NEVADA   de ANGYE GAONA
    ¿Has visto cómo miran los ancianos?
    Qué tierra ya no buscan con los ojos excavados.
    ¿Aún cómodo esperas al alba el rocío?
    ¿Aún sonríes ligero cuando la lluvia?
    Aún no viste lo que saben los ancianos.
    Ellos vieron desaparecer un río en un día,
    el agua irse en barcos a otro continente.
    En pocos meses las playas ennegrecieron.
    El aire se tostó para hacer harina.
    Ellos vieron flotar el agua muerta,
    la deshonra de las fuentes subterráneas
    y no quedo más que odio para beber.
    El agua esta maldita,
    el anciano mayor no puede curarla más.