L’euro a-t-il fait flamber les prix depuis 10 ans?..

C’est le sentiment que nous avons pour la plupart, pourtant ce n’est pas tout à fait vrai… Enfin!! c’est ce que Que choisir, nous dit…En ajoutant les 10.7% de chômeurs prévus pour 2012….Tout va bien à bord!! le bateau coule….. :thunder:

Photo prise le 19 décembre 2001 à Caen d'un convertisseur franc/euro Mychele Daniau afp.com

La monnaie unique est devenu «un bouc émissaire facile»…

Dix ans après son arrivée, l’euro est devenu «un bouc émissaire facile» de la hausse des prix, selon une enquête du magazine consumériste Que choisir, qui pointe que l’inflation, réelle, provient aussi d’autres facteurs, tandis que certains prix ont baissé.

Dans son édition de janvier, Que Choisir a comparé le temps le travail nécessaire pour payer des articles ou services en 2002 et 2012, pour un salarié au Smic.

Le Smic horaire, fixé à 6,83 euros bruts début 2002, s’élevait à 9,19 euros au 1er décembre 2011.

Hausse de 27% pour la baguette

Dans le même temps, le prix de la baguette de pain a grimpé de 27%, deux fois plus vite que l’inflation, à 85 centimes. Mais «pour se payer cette même baguette aujourd’hui, un smicard a besoin de travailler 20 secondes de moins qu’il y a dix ans», souligne le magazine édité par l’association UFC-Que Choisir.

A contrario, pour un poulet label rouge d’un kilo, dont le prix a bondi de 47%, le même smicard «devra travailler 4 minutes et 33 secondes de plus».

Le magazine relève que les prix de la plupart des produits de consommation courante ont ainsi «grimpé nettement plus vite que l’inflation», d’où le sentiment que depuis l’euro, tout augmente. Cette idée est renforcée par une valse des étiquettes sur fond d’envolée des prix des matières premières.

Toutefois, «le temps de travail nécessaire» à l’acquisition de ces produits «a plutôt diminué, même si c’est parfois assez symbolique».

Voitures et téléviseurs moins chers

Les produits manufacturés, comme les voitures, ou les téléviseurs, sont eux devenus moins chers, et en même temps plus performants. Là où il fallait près d’un Smic annuel pour s’offrir une Clio en 2002, «aujourd’hui sept mois suffisent».

Mais «ces gains de pouvoir d’achat ont été amputés par des dépenses contraintes de plus en plus lourdes», dont les hausses ne sont pas dues à l’euro, souligne Que Choisir.

Le magazine cite le carburant, dont les cours dépendent de la demande mondiale et des crises géopolitiques, le gaz, corrélé au pétrole et à la libéralisation du marché de l’énergie, et surtout la hausse «vertigineuse» du logement.

Un mètre carré dans le 15e arrondissement de Paris coûte 154% de plus qu’il y a dix ans, tandis que les loyers ont bondi de 34% dans la capitale et 32,8% en province.

Importé par 20minutes.fr

20 commentaires

  • Maverick Maverick

    On peut lire ici ou là que depuis l’introduction de l’Euro, les prix des produits de base (HT ? TTC? ) auraient augement é de 40 % ?
    Tout ce que je peux dire, c’est que quand j’ai été bosser en Hollande (avant l’Euro), ça m’a fait un peu « drôle » les premiers mois. A l’époque, 1 florin valait environ 3 francs  (l’Euro c’est 1 pour 6,55 francs). On a beau dire, mais un petit montant sur l’étiquette, ça donne l’impression que c’est pas cher, résultat le consommateur se lâche et le commerçant a l’impression que ses ventes ont baissé, donc il essaie de rattraper le coup.

  • sheeldon

    son complètement nuls a que choisir , déjà je les trouve présomptueux de dire que le prix du pétrole est dût a la géopolitique bla bla bla , la spéculation et les pétroliers doivent bien rire !
     
    de deux j’ai pas besoin de cette  » analyse  » pour comprendre ce qu’il se passe il suffit de comprendre comment l’inflation est calculée …. en gros pour faire simple j’ai pas le temps de compliquer les choses , l’inflation de base ( produits indispensables est énorme tout le monde s’en rend compte ) par contre les produits dits de luxe ( voitures , tv plates , etc ) baissent ( d’ailleurs ce n’est pas que le fait de cette monnaie forte mais aussi des délocalisations ) , donc l’inflation reste assez faible car le fameux panier de la ménagère est compris avec des bmw et de l’iphone ….
     
    il va falloir choisir entre un pain ( fait sur place et dans une spéculation folle sur les matières premières  , voir chicago , donc reproduire local ) et des voitures étrangères moins chères …
     
    en passant je trouves nullissime de comparé au prix smicard , car depuis des années ce n’est pas les smicards qui n’ont pas étés augmentés , mais les autres entre deux eaux , ceux qui étaient juste au dessus , de plus avec la fin de l’industrie dans ce pays il ne reste que des emplois sous qualifiés ( le service ) et donc assez faibles en salaire !  le fameux pouvoir d’achat en a pris un coup , ce qui est parfaitement volontaire , on vit une belle attaque sur les SALAIRES du grand capital ! efficace faut bien le reconnaitre … pas le temps de parler des contionnaires mais eux aussi ont pris sévère au niveau salaires , enfin sauf les grands fonctionnaires qui eux ont bénéficiés de la réforme de la fonction publique de sarko ( en passant elle instaure les chaises musicales , avec des passages du publics au privé digne de ce qui se fait aux usa ! et ceci est passé comme une lettre a la poste ( déconne elle est privatisé …. )
    un tit exemple trouvé sur wiki vite fait :
    donc en gros on a une belle inflation sans salaires indexés ( on dit merci au couple béré délors ) et vous payez la fameuse crisounette a lagarde ….  tant que les gueux ne sortiront pas les fourches ils continueront …. et ils auront raison !
     
     
     

  • yael

    Le vrai soucis il est là : : faites travailler votre mémoire et rappelez vous ce que représenté un cadis de 650 francs de nourriture et maintenant regardez ce que vous avez dans votre cadis pour 100 euros tout ça bien sure sans avoir eu d’augmentation de salaire depuis 10 ans. Manger deviens un luxe… c’est scandaleux!  :reallypissed: :devil:

  • noonoo12

    Je me rappelle clairement qu’avant l’euro, pour un caddie de course de 100 francs j’avais 10 articles, donc un article coûtait en moyenne 10 F, soit 1.50 E.
    Essayez d’avoir 10 articles pour 15 euros aujourd’hui…

  • abdel

    salut,depuis l’euro ce que j’achetais avec 1000 FB ,il me faut 50 euros,j’ai plutot l’impression que cela a doubler,tu remplissait une charrette avec 2000 FB(albi,lidl).

  • pokefric pokefric

    Les taxes ont beaucoup augmentées,les intermédiaires se nourrissent au caviar etc etc.
    Nous, au magasin (cave à vin), on a peu près joués le jeu. Sur un litre de vin qui coûtait 5 frs en 1998, au jour d’aujourd’hui,nous le vendons 1.10€ soit 43% d’augmentation en 13 ans,soit 3.30% / an!
    C’est pas énorme quand tu pense que certains articles, notamment sur la nourriture, ont subit une hausse de 30 voir 40 % en un an.
    Ils annoncent 30 à 35 % d’augmentation sur les soda au 1er janvier 2012 entre autre……
    Donc, en résumé, c’est aussi les grands distributeurs qui ne jouent pas le jeu.

    • engel

      Une augmentation de 43% en 13 années correspond à une augmentation annuelle d’un peu plus de  2,2%  du prix du produit de l’année précédente , et pendant 13 ans.
      Dit autrement inflation de 2,2% /an sur le picrate.
      Pokefric, pas gourmant! 

  • pokefric pokefric

    En revanche, mon salaire n’a pas prit une ride……….

    • yael

      au passage à l’euro je me revois faire des catalogues ou on me demandait à certain produit de ne changer que le sigle pas le chiffre…

      • yael

        …Et là j’ai commençé à comprendre qu’on allait morfler…

      • Maverick Maverick

        @ yael : Et moi j’étais contrôleur de gestion quand j’ai vu arriver l’Euro ET les 35 heures. Je vous dis pas le tour de vis sur la « masse salariale ». C’est simple, avant on budgétait une augmentation moyenne de 4 ou 5 %… Et puis c’est descendu à 2 ou 3 %.
        La balayette, le manche, et l’étiquette, et avec le sourire SVP …

  • Nebulus

    Il me semble que les produits frais sont bradés actuellement avec du – 50 %. Les caddies ne sont plus aussi bien garnis qu´avant,  Noel ou pas.

  • mémé

    On peut être contre les hard-discount allemands, mais il faut reconnaître qu’ils nous rendent bien service en tirant les prix vers le bas.
    Après, la qualité, ça dépend, mais c’est toujours aussi bien que les marques repères ou éco plus!