Iran: Pendaison plutôt que lapidation pour Sakineh?

On remet le couvert sur « l’affaire » Sakineh…. Cette manipulation médiatique qui a fait couler beaucoup d’encre en son temps, le feuilleton continue avec toujours les mêmes « ficelles », les médias ne tiennent pas compte des assertions de Thierry Meyssan et n’enquêtent pas plus que ça. Ca tombe bien! pour qu’on ne regarde pas trop en profondeur, ce qu’il se passe chez nous..

Sakineh Mohammadi Ashtiani Ashtiani, une Iranienne de 43 ans condamnée à mort par lapidation. COURTESY AMNESTY INTERNATIONAL/SIPA

Sa condamnation à la lapidation pour adultère avait ému le monde entier…

La peine de mort par lapidation prononcée contre l’Iranienne Sakineh Mohammadi Ashtiani, condamnée pour adultère, pourrait être transformée en pendaison, rapporte dimanche l’agence de presse Isna.

Sakineh Mohammadi Ashtiani a été condamnée à la lapidation en 2006 pour adultère et à dix ans de prison pour complicité dans le meurtre de son mari. Sa condamnation à mort a été suspendue l’année dernière après la vague d’indignation soulevée par son cas dans le monde entier.

La condamnation examinée par les spécialistes de la charia

«Nous ne sommes pas pressés (…). Nos spécialistes de la loi islamique sont en train d’examiner la condamnation d’Ashtiani pour voir si on peut transformer la peine de lapidation en pendaison», a déclaré Malek Ajdar Sharifi, chef de la justice de la province de l’Azerbaïdjan oriental, où Sakineh Mohammadi Ashtiani purge actuellement sa peine.

En vertu de la charia (loi islamique) en vigueur depuis la révolution de 1979, l’adultère est passible de la peine de mort par lapidation en Iran tandis que le meurtre, le vol et le viol sont passibles de pendaison. L’Union européenne avait qualifié l’année dernière de «barbare» la condamnation à mort par lapidation, le Vatican avait appelé à la clémence et le Brésil avait offert l’asile politique à Sakineh.

Avec Reuters
EXTRAIT de l’article de Thierry Meyssan:

Manipulations

Dans le cas Sakineh, toutes les informations diffusées par Bernard-Henry Lévy et confirmées par Nicolas Sarkozy sont fausses.

- 1. Cette dame n’a pas été jugée pour adultère, mais pour meurtre. Au demeurant, il n’est pas prononcé en Iran de condamnation pour adultère. Plutôt que d’abroger cette incrimination, la loi a stipulé des conditions d’établissement des faits qui ne peuvent être réunies. Il faut que quatre personnes en aient été témoins au même moment [4].

- 2. La République islamique ne reconnaît pas la Sharia, mais exclusivement la loi civile votée par les représentants du peuple au sein du Parlement.

- 3. Mme Mohammadi-Ashtiani a drogué son mari et l’a fait tuer durant son sommeil par son amant, Issa Tahéri. Elle et son complice ont été jugés en première et seconde instance. Les « amants diaboliques » ont été condamnés à mort en première et seconde instance. La Cour n’a pas établi de discrimination selon le sexe des accusés. Il est à noter que, dans l’acte d’accusation, le relation intime des meurtriers n’est pas évoquée, précisément parce qu’elle n’est pas prouvable en droit iranien, même si elle est rapportée comme certaine par des proches.

- 4. Le peine de mort est susceptible d’être exécutée par pendaison. La lapidation, qui était en vigueur sous le régime du Shah, et encore quelques années après son renversement, a été abolie par la Révolution islamique. Indigné par les assertions de Bernard-Henry Lévy et Nicolas Sarkozy, le vice-président du Conseil iranien de la magistrature a déclaré à Dieudonné M’bala M’bala qu’il mettait au défi ces personnalités sionistes de trouver un texte de loi iranien contemporain qui prévoit la lapidation.

- 5. Le jugement est actuellement examiné par la Cour de cassation qui doit vérifier la régularité de chaque détail de la procédure. Si celle-ci n’a pas été scrupuleusement respectée, le jugement sera annulé. Cette procédure d’examen est suspensive. Le jugement n’étant pas encore définitif, la prévenue bénéficie toujours de la présomption d’innocence et il n’a jamais été question de l’exécuter à la fin du Ramadan.

- 6. Me Javid Houstan Kian, qui est présenté comme l’avocat de Mme Mohammadi-Ashtiani, est un imposteur. Il est lié au fils de la prévenue, mais n’a jamais eu de mandat de cette dame et n’a jamais eu de contact avec elle. Il est membre des Moujahidines du Peuple, une organisation terroriste protégée par Israël et les néoconservateurs [5].

- 7. Le fils de la prévenue vit normalement à Tabriz. Il peut s’exprimer sans entraves et téléphone fréquemment à M. Lévy pour critiquer son pays, ce qui illustre le caractère libre et démocratique de son gouvernement.

En définitive, rien, absolument rien de la version Lévy-Sarkozy de l’histoire de Mme Sakineh Mohammadi-Ashtiani, n’est vrai. Peut-être Bernard-Henry Lévy a t-il relayé de bonne foi des imputations fausses qui servaient sa croisade anti-iranienne. Le président Nicolas Sarkozy ne peut invoquer quant à lui la négligence. Le service diplomatique français, le plus prestigieux du monde, lui a certainement adressé tous les rapports utiles. C’est donc délibérément qu’il a menti à l’opinion publique française, probablement pour justifier a posteriori les sanctions drastiques prises contre l’Iran au détriment notamment de l’économie française, pourtant déjà gravement blessée par sa politique.

[1] Voir notre dossier Bernard-Henry Lévy, Réseau Voltaire.

[2] Discours à la conférence annuelle des ambassadeurs de France, par Nicolas Sarkozy, Réseau Voltaire, 25 août 2010.

[3] Le terme de mythe doit être pris ici au sens le plus neutre. Que l’on croit ou pas aux Évangiles, l’histoire de la femme adultère appartient à la symbolique occidentale.

[4] Sur le même type de désinformation, on lira Pour diaboliser l’Iran, « Rue 89 » confond crimes pédophiles et homosexualité, Réseau Voltaire, 13 juillet 2007.

[5] Voir notre dossier Les Mujahedin-e Khalq, Réseau Voltaire.

 

5 commentaires

  • Aucun commentaire, et on peut comprendre pourquoi.
    qu’est-ce qu’il y a à dire sur tout cela…
    Ils sont vraiment pathétiques et on un sévère manque d’imagination pour relancer la haine contre l’Iran.
    je pense qu’on se dirige tout droit vers un nouveau faux attentat sur le territoire Américain, ils ne leur reste que ça pour pouvoir déclencher cette guerre. :cyclops:

  • sabelmehal

    Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut voir.

  • Maverick Maverick

    Mouais. Même si je me méfie de TOUS les journalistes, je pense que la France serait bien inspirée de se souvenir que ni les Russes ni les Ricains (ni les Allemands) n’étaient enthousiasmés par notre programme nucléaire militaire. Au final, nous avons eu la « Bombe », et ça n’a pas changé la face du monde.
    L’Iran aussi a le droit de défendre son territoire et ses intérêts, et nous autres Français pourrions rappeler à tout le monde que c’est légitime, et pas si grave … Il suffirait qu’Israel annonce officiellement qu’ils ont effectivement la « Bombe » et aucun sens de l’humour, la situation serait plus claire et moins malsaine.
    Sans compter que les vrais islamistes fous furieux, ce sont les Wahabbites saoudiens et leurs mercenaires Salafistes. En Iran, ce sont (en gros) des Perses Chiites, pas des Arabes Sunnites. Et encore moins des Kurdes ou des Turcs … Vous commencez à voir pourquoi ça me fait mourir de rire quand on me parle d’un Tsunami islamique qui va nous emporter ? Déjà que l’endroit où il y a le plus de Musulmans, ça serait plutôt l’Indonésie …

  • Bojackoh

    Sacré Botul Henry Levi qu’est-ce qu’on ferait pas sans lui…

    Comment on peut passer de  »une femme et son amant condamnés à la pendaison pour meutre » à  »une femme condamné à la lapidation pour adultère » c’est le miracle sioniste.

  • delphine

    Bonsoir, 

    que cette femme soit une criminelle,
    je n’ai pas a en juger, ne connaissant pas le dossier.

    par contre LAPIDATION ou PENDAISON
    c’est le même retour en arrière, la même sauvagerie.

    des gens comme Badinter se sont battus pour mettre un terme à la peine de mort,
    la question n’est pas de savoir comment on va trucider la dame,
    mais plutôt qu’il ne devrait plus être question nulle part sur cette planète de sauvages, de tuer quelqu’un de sang froid, même s’il a commis les crimes les plus graves.
    faudrait voir à dépasser les archaïsme de « oeil pour oeil »! :pissedoff:

    des innocents, souvent noirs, sont exécutés tous les ans dans les prisons américaines, des chinois sont  tués comme des animaux, sous prétexte de justice?
    non là ça ne passe pas.
    il doit bien y avoir un moyen civilisé de punir ceux qui sont coupables, sans perdre nous-même notre humanité.

    alors que cette femme soit coupable c’est bien possible, mais la laisser pendre ou lapider, relève de la bestialité chez les bourreaux, comme chez les indifférents.