Raffinerie de Berre : le blocage est reconduit..

Si jamais  il y a des solidaires et qu’ils sont rejoint par d’autres salariés…..

 

Portails cadenassés, installations à l'arrêt et site occupé: depuis le 27 septembre, les salariés de LyondellBasell à Berre se sont lancés dans un «combat dur» pour sauver la raffinerie menacée de fermeture et, au-delà, l'ensemble du complexe pétrochimique. | Boris Horvat

Les salariés ne lâchent rien. En grève depuis le 27 septembre, les employés de LyondellBasell poursuivent leur blocage des sites de Berre L’Etang (Bouches-du-Rhône). La raffinerie et sept unités de production de LyondellBasell sont concernés, ainsi qu’un dépôt de carburants à Rognac. 

Depuis vendredi, une usine d’oxyde de propylène à Fos-sur-Mer a rejoint le mouvement.

Les grévistes protestent vigoureusement contre la fermeture de la raffinerie, annoncée la semaine dernière par la direction du groupe américain LyondellBasell. Dans un courrier, la compagnie justifie sa décision, expliquant que depuis la mise en vente de la raffinerie au printemps dernier, il n’y avait toujours aucun repreneur en vue. Et que «la raffinerie continuait de subir de lourdes pertes et ne parvenait pas à devenir rentable».

Les salariés entrevoient déjà le pire scénario

Au total, quelque 370 emplois sont menacés (sur les 1 250 personnes qui travaillent pour le complexe LyondellBasell autour de l’étang de Berre). Mais les salariés envisagent déjà le pire. Ils redoutent que la fermeture contamine l’ensemble du complexe pétrochimique et entraîne le démantèlement de toutes les unités.

Les représentants du personnel ont adressé à la direction leurs questions sur l’avenir du complexe dans son ensemble. Ils n’ont toujours pas obtenu de réponse. «On se bat pour son avenir industriel, on veut examiner toutes les pistes», a expliqué le représentant de l’intersyndicale (CFE/CGC, CFDT, CFTC, CGT et FO), Patrick Sciurca. «On fait des propositions constructives et on n’a aucun retour. C’est inadmissible pour une société qui se dit citoyenne», a-t-il martelé.

Une nouvelle AG des salariés est prévue mardi à 12h00.

Des activités rentables hors raffinage, selon le groupe

Du côté de la direction, une réponse devrait être communiquée aux salariés rapidement. «Les activités pétrochimiques sont rentables dès lors qu’elles sont distinctes de la raffinerie, qui elle, ne parvient pas à être rentable», a affirmé lundi une porte-parole de LyondellBasell.

«La fermeture de la raffinerie ne remettrait pas en cause la capacité à produire des oléfines et polyoléfines, et la poursuite des activités pétrochimiques permettrait la sauvegarde de 900 emplois», a-t-elle estimé. Pour elle, le complexe Berre «restera un des sites clés du groupe en Europe». LyondellBasell ajoute qu’il parvient à assurer à ce stade «une continuité» dans ses engagements à l’égard de ses clients. 

LeParisien.fr