Le gouvernement abroge les permis de recherche de gaz de schiste..

Bonne nouvelle pour calmer les mécontents, le gouvernement a annulé trois permis pour la prospection du gaz de schiste!! Mais 61 autres permis de recherche d’hydrocarbures, eux, sont toujours valides . Vous pensez à une manipulation? Ca y ressemble, et le combat continue.

Manifestation contre l'exploitation des gaz de schiste à Villeneuve-de-Berg, en Ardèche, le 26 février 2011. AFP PHOTO / JEAN-PIERRE CLATOT

Ils avaient été attribués à une compagnie américaine et à Total pour des sites dans le sud de la France…
Le gouvernement a décidé d’abroger les trois permis exclusifs de recherche de gaz de schiste dans le sud de la France accordés au printemps 2010, a annoncé lundi à l’AFP la ministre de l’Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet.

«Nous avons décidé d’abroger les trois permis de recherche de Nant (Aveyron), Villeneuve-de-Berg (Ardèche) et Montélimar (Drôme)» attribués, pour les deux premiers à la compagnie américaine Schuepbach et pour le troisième à Total, a indiqué la ministre.

Cette décision était attendue depuis quelques jours.  Après le vote d’une loi en juin interdisant la technique controversée de la fracturation hydraulique, la seule permettant aujourd’hui d’exploiter les hydrocarbures non conventionnels, les industriels avaient deux mois pour déclarer la technique qu’ils comptaient utiliser. La compagnie Schuepbach ayant indiqué qu’elle ne renonçait pas à la fracturation hydraulique, cela entraînaît quasiment de facto le retrait de son permis.

La même décision a été prise pour le permis accordé à Total. Le 12 septembre, le groupe pétrolier avait pourtant annoncé souhaiter continuer à rechercher du gaz de schiste dans le sud-est de la France, mais sans avoir recours à la technique de la fracturation hydraulique.

Le Parlement avait voté une loi sous la pression d’élus locaux et à la suite de plusieurs manifestations dans le sud de la France pour dénoncer la fracturation hydraulique, technique notamment accusée de polluer les nappes phréatiques.

Trois autres permis d’exploration ont également été accordés dans le bassin parisien concernant l’exploration de l’huile (ou pétrole) de schiste, un autre type d’hydrocarbures non conventionnels.

Avec AFP

Un commentaire