Un hôpital privé frappé par une superbactérie à Massy..

Que va nous réserver l’hiver? super bactérie increvable, alerte à la grippe aviaire, pas encore chez nous mais pas loin!!

Photo d'une Klebsiella pneumoniae au microscope électronique. (Crédits photos : CDC)

Dix-huit patients ont été infectés cet été par une souche ultra-résistante de Klebsiella pneumoniae dans la clinique Jacques Cartier. Parmi eux, cinq sont morts. Leur décès ne serait toutefois pas lié à la bactérie.  

Une souche ultra-résistante de la bactérie Klebsiella pneumoniae a semé la peur cet été dans un hôpital privé francilien. Le Parisien révèle en effet lundi que la clinique Jacques Cartier de Massy, dans l’Essonne, très réputée pour son service de chirurgie cardiaque, a été frappée début juin et fin juillet par une importante épidémie. Dix-huit patients étaient porteurs de cette bactérie pouvant provoquer, entre autres, insuffisances respiratoires et infections méningées. Cinq d’entre elles sont mortes, mais elles n’étaient pas infectées, a précisé Bruno Coignard, responsable d’une unité de l’Institut national de veille sanitaire (Invs). Ces patients sont morts de la pathologie dont ils souffraient. Les treize autres porteurs du germe n’étaient pas non plus infectés.

Alertée, l’Agence régionale de santé a décidé d’interdire le 29 juillet les admissions au bloc spécialisé dans les urgences cardiaques. «Nous n’avons fait qu’avancer la fermeture estivale d’une semaine», tempère la direction de la clinique. La semaine dernière, l’hôpital privé a rouvert «comme prévu».

L’Invs qui exerce une étroite surveillance de la résistance aux antibiotiques de Klebsiella pneumoniae a toutefois demandé à la direction d’envoyer un courrier à 180 patients susceptibles d’avoir été exposés. La bactérie peut en effet rester présente près de six mois dans l’organisme et être transmise à des personnes fragiles. Les patients hospitalisés entre le 1er juin et le 31 juillet sont ainsi invités à signaler leur passage à Jacques Cartier en cas de nouvelle hospitalisation dans un autre établissement.
Résistance aux antibiotiques puissants

La bactérie inquiète car elle développe depuis plusieurs années une résistance aux classes d’antibiotiques les plus puissants. Des premiers cas groupés d’infections ultra-résistantes sont recensés en France pour la première fois en 2004. A partir de 2005, l’Invs systématise la surveillance de Klebsiella.

En 2008, 15% de ces bactéries étaient résistantes aux céphalosporines de 3e génération en France. Les carbapénèmes, la classe d’antibiotique la plus récente et la plus puissante, restaient toutefois efficaces dans plus de 99% des cas. En revanche, la situation en Europe du sud-est, notamment à Chypre et en Grèce est plus inquiétante. Dans ce dernier pays, les carbapénèmes se sont révélés sans effet dans 37% des cas la même année. La patiente à l‘origine de l’épidémie francilienne venait justement de Grèce d’où elle était rapatriée d’urgence pour un problème cardiaque.

L’épidémie de Klebsiella pneumoniae qui a frappé l’hôpital privé de Massy semble être la plus importante jamais observé en France. Après l’épidémie E. Coli allemande, la découverte et la rapide transmission du gène de multi-résistance NDM1, cette affaire illustre une nouvelle fois le problème sanitaire provoqué par l’utilisation massive et désordonnée des antibiotiques dans le monde.

un article de Tristan Vey

SOURCE

Lire aussi:

» L’inquiétante résistance aux antibiotiques

» La résistance bactérienne, danger méconnu des Français

» Une bactérie multirésistante crée l’inquiétude en Provence

» Un supergonocoque résistant à tous les antibiotiques usuels

» Les bactéries ultrarésistantes gagnent du terrain

» MON FIGARO SÉLECT – L’émergence des superbactéries

5 commentaires