Arkema choisit la Malaisie pour une nouvelle usine chimique…

Il va falloir un solide appétit, pour ingurgiter des animaux gavés de produits chimiques. (ce qui est déjà le cas). Quand on ne sait pas, on ne se pose pas de questions, la demande de ces viandes *améliorées* est forte, on en retrouve partout… Abondance et piètre qualité, donc bas prix. Acheter local chez un fournisseur de confiance, devient un impératif, pour éviter l’accumulation de substances chimiques. Pauvres animaux élevés sans aucun respect de leurs besoins, pour produire toujours plus…….

Un goulag pour les poulets! ENGRAIS CHIMIQUES & PESTICIDES/agentsanssecret.com

Associé au groupe sud-coréen de biotechnologies CJ Cheil-Jedang, le groupe français va créer dans le nord-est de la Malaisie une importante unité de produits chimiques destinés surtout à l’alimentation animale. Elle desservira tout le marché asiatique.

Ce sera donc la Malaisie et non la Thaïlande. Après avoir mis ces deux pays en concurrence, le chimiste français Arkema et son associé sud-coréen CJ Cheil-Jedang, spécialisé dans la biotechnologie, ont révélé vendredi avoir finalement choisi d’implanter à Kerteh, sur la côte nord-est de la Malaisie, leur future usine de production de bio-méthionine et de thiochimie.

Désireux de couvrir les besoins asiatiques à partir d’une même plate-forme devant entrer en service à la fin 2013 moyennant un investissement de départ de 400 millions de dollars, les deux partenaires, qui avaient dévoilé leur projet en avril, ont opté pour la Malaisie compte tenu des bonnes infrastructures (portuaires notamment) de la région de Kerteh, et aussi des efforts déployés par le gouvernement malais pour attirer les entreprises étrangères.

2008, le scandale des porcs irlandais nourri à la dioxine

Leader mondial de la biotechnologie industrielle, CJ Cheil-Jedang fabriquera sur le site 80.000 tonnes par an de méthionine, un acide aminé soufré entrant dans la composition des protéines destinées à l’alimentation animale, notamment des poulets et des porcs.

Arkema est de son côté le numéro un mondial de la thiochimie, la chimie du soufre. Le français fournira à son partenaire coréen le méthyl mercaptan, un intermédiaire indispensable à la fabrication de la méthionine. Il profitera aussi de cette implantation pour produire d’autres composés soufrés, principalement pour les marchés du gaz et de la pétrochimie. Des solvants par exemple, ou encore des additifs permettant d’odoriser le gaz naturel afin de repérer des fuites éventuelles. L’usine malaise permettra au pôle thiochimie d’Arkema de desservir tout le marché asiatique. Ce pôle dispose jusqu’à présent de 9 sites, dont 6 en Europe et 3 aux Etats-Unis.

Auteur Claude Barjonet

Source lesechos/entreprises

 

Article de 2008..

Article de 2010

La valse des empoisonneurs

Qu’est ce qui a changer depuis??….