Grèce: la semaine de tous les dangers

C’est simple, si la Grèce coule, le reste suit! Quand la bourse nippone a flanché, elle a été remontée au cric par les chinois, pour les grecs, ils sont en pleine panique et ils ne savent plus comment sauver l’économie mondiale! C’était prévu pour l’automne, finalement on va peut être avancer un peu le programme, ça va vite….

La situation grecque  a franchi une étape décisive dans le mauvais sens. En une journée, ce vendredi, la prime de risque sur la Grèce a augmente de 12%.  Nous sommes sur la pente glissante qui mène a la perdition.

La Grèce est en faillite: elle a perdu tout crédit auprès de ses créanciers. Elle ne survit que par la perfusion des avances du FMI et du Fonds Européen. La seule chose qui peut la sauver c’est l’organisation au niveau européen d’une “implosion nucléaire souterraine” qui nous éviterait un tsunami européen, et probablement mondial. Les Ministres des Finances se réunissent ce dimanche et un sommet européen est prévu.

Troublé par la manière dont l’information a été diffusée ces derniers jours dans les medias,  annonçant la capitulation d’Angela Merkel et l’amélioration des conditions de marché, je vais tenter de préciser ce que sont les enjeux de la situation actuelle, avec sobriété et détermination.

  1. La participation du secteur privé est indispensable. Sur le plan politique, la brève annonce d’un alignement d’Angela Merkel sur la position de Nicolas Sarkozy qui aurait conduit la Chancelière ne plus insister sur une participation du secteur prive était a la fois fausse et mal renseignée. Elle n’a pas empêché la glissade des cours. Le Parlement allemand n’a en effet donné son accord sur les avances allemandes à la Grèce qu’à la condition expresse d’une participation du secteur privé. De surcroit, une écoute attentive de son message est que cette participation privée ne sera pas « obligatoire ». Son message de ce samedi est sans ambiguïté. Ne prenons pas nos désirs pour des réalités.
  2. Le rééchelonnement de la dette grecque semble être acquis : c’est une forme douce de restructuration. Elle consistera probablement à « proposer » aux détenteurs d’obligations échéant d’ici à fin 2014 d’étendre leur échéance. Il y en a pour 80 milliards d’euros. L’impact de cette mesure, si elle était appliquée a 100%, serait important. Au lieu de rembourser 80 milliards en trois ans, le remboursement serait en moyenne de neuf ans. Cela permet de réduire le déficit budgétaire grec d’environ 50 milliards au cours des trois années 2011-2014.
  3. Les banques grecques sont en faillite virtuelle. En effet, 140% des fonds propres de ces banques sont investis en obligations souveraines helléniques. Elles ne peuvent donc pas amortir cette dette sans déposer leur bilan. Cette faillite aurait des répercussions dramatiques, notamment sur les particuliers grecs qui y perdraient une grosse partie de leurs économies. Il faudra trouver une formule permettant d’augmenter le capital des banques grecques pour leur permettre de participer à l’effort commun et à reconstruire leur situation financière.
  4. Les banques européennes peuvent faire face a une forme de rééchelonnement de la dette grecque : elles en ont les moyens. Leur bénéfices récents peur permettent d’absorber cet impact sur un ou deux trimestres. Elles ne peuvent cependant pas absorber ce choc si on y ajoute l’Irlande et le Portugal. L’Espagne ou l’Italie mettraient l’ensemble du système bancaire européen en dépôt de bilan. Or Moody’s vient d’annoncer une révision de la note italienne. Il faudra donc mesurer les concessions indispensables des banques privées de manière à éviter de jeter le bébé avec l’eau du bain. C’est un équilibre difficile à trouver et les lobbies bancaires sont de plus en plus actifs pour se protéger. Elles participeront, volens nolens, à l’effort commun, non par sentiment de solidarité, mais pour se protéger.
  5. La notation de la Grèce ne peut pas descendre : l’arrangement risquerait de mettre le pays en « défaut spécifique », ce qui empêcherait une série de banques, et surtout la Banque Centrale Européenne, de participer a l’échange. Ici également, il faudra beaucoup de talent pour assurer un effort substantiel sans pour autant provoquer une catastrophe plus grave que le mal.
  6. Le peuple grec est dans la rue : son langage est clair. Une austérité est inévitable, mais elle ne peut pas être mise en place aux seuls dépens des particuliers. La cession d’actifs se met en place. Aucune réduction des forces armées pléthoriques de la Grèce n’est prévue. Les recettes fiscales n’ont pas augmenté et les contribuables fortunes sont encore protégées. L’ensemble des mesures se doit de toucher toutes les couches de la population et toutes les institutions de manière équitable. Le remaniement ministériel est de la poudre aux yeux : personne n’est dupe. Il fallait « écarter » le Ministre des Finances qui, a plusieurs reprises, a tente de mettre son Premier Ministre devant ses responsabilités. Cela  ne pardonne pas.
  7. Un défaut de paiement de la Grèce serait une catastrophe : il s’étendrait a l’ensemble de l’endettement prive et public de la Grèce qui excède largement 1.000 milliards d’euros. Il provoquerait la faillite immédiate des banques grecques, et des banqueroutes à travers l’Europe. Il ne s’agit pas d’être complaisant mais de comprendre que le remède serait pire que le mal. Il n’en est pas question, et a juste titre.

L’Europe et le FMI devront donc décider cette semaine de mesures qui permettent d’atteindre un équilibre entre les « sacrifices » qu’un rééchelonnement de la dette grecque provoquerait. Cette forme d’implosion souterraine permettra de gagner du temps. Elle n’est cependant pas le retour à meilleure fortune. Comme l’Europe a laisse la Grèce s’enliser et les Grecs n’ont pas pris le taureau par les cornes, la situation impliquera des mesures qui rétablissent les équilibres a long terme.

Il vaut mieux laisser le FMI mettre en place ce processus auquel il est habitue. C’est une question de professionnalisme. La confiance dans les dirigeants européens a atteint des abimes. Quelles que soient les erreurs commises, nous sommes devant une des situations les plus explosives.

La voie étroite qui permettra une issue se referme chaque jour. C’est maintenant le moment de la décision et du courage.

Source: lemonde.fr

17 commentaires

  • nucleargarden

    La Grèce est déjà vendue à la Chine, ils emménagent en déposant des containers en série, les dockers ne voulant pas travailler pour un prix qu’ils trouvent dérisoire, les chinois ont installés leurs propres grues portuaires et ont amené du personnel chinois, celui qui dit que la Grèce est toujours un pays européen est un fieffé menteur, tout ceci confirme le début de la magistrale culbute !!

  • junior

    Je regardais tantôt les infos et j’écoutais notre très cher Reynders(ministre des finances en Belgique)dire que l’octrois des 13 milliards étaient suspendu jusqu’au 15 Juillet,seront donné sous condition et surtout qu’ils devaient(les Grecs)signer d’abord le plan dont tout les citoyens contestent :(.Donc si je comprend,c’est ok on vous donnent les sous mais vous devez obligatoirement mettre vos citoyens qui contestent encore plus dans la merde.Et évidement privatiser beaucoup de secteurs(qui dit privatiser dit penser qu’aux bénéfices donc).Je vois vraiment pas comment les Grecs pourraient s’en sortir.Et pour rien arranger l’état Grec est obligé de vendre leur patrimoine au étrangers et banques :(.La Grèce n’appartient plus aux Grecs,à qui le tour?

    • nucleargarden

      Salut junior, tiens, nous aurions le même sinistre des finances ? Il a déjà menti ce mec, je crois qu’il a oublié la façon de s’exprimer sans mentir, il est impayable, quel con enfin pas pour son bas de laine, il nous prend pour des imbéciles à un point ou même le moindre mot qu’il sort, prend une tournure qu’il ne voulait pas et dire qu’il a fait nommer sa soeur Procureur du Roi, c’est ça aussi la Belgique et sa justice corrompue à l’os car simplement politisée à l’extrême !!!!

      • junior

        Salut,oui tu as bien raison et le voir poser sa candidature pour le FMI montre bien le personnage.Ils se ressemblent bien tous,Ces petits soldats à la bottes des multinationales et qui veulent encore nous dire notre façon de vivre et surtout de dépenser.Cela fais déjà un petit temps que je me suis écarté de tout ces partis pourris en Belgique.Je vote même plus,qu’ils magouillent sans mon consentement.

      • nucleargarden

        Comme moi, je ne me souviens plus quand j’ai voté pour la dernière fois, c’est de toute façon inutile, la liste est prête des semaines avant les élections et si ça ne va pas, on retourne casaque, pouha !!!

  • Aide à la Grèce: « Il y a un risque de contagion pour la Belgique et la France »
    Si la Grèce ne peut plus payer ses dettes, il pourrait y avoir, au sein de la zone euro, un risque de contagion pour la Belgique et la France. C’est ce qu’a déclaré le ministre belge des Finances Didier Reynders au journal économique français La Tribune.
    Si la Grèce était le premier pays à faire défaut, les regards se tourneraient ensuite vers d’autres pays comme l’Irlande, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, peut-être la Belgique mais aussi la France, quand on voit son niveau de déficit et d’endettement », déclare le ministre dans l’édition de lundi du journal.
    C’est la première fois depuis l’éclatement de la crise de la dette dans la zone euro que la France est citée comme pays vulnérable.
    http://www.rtl.be/info/economie/monde/803818/aide-la-gr-ce-il-y-a-un-risque-de-contagion-pour-la-belgique-et-la-france-
    Merci à l’ami qui me l’a envoyé

  • domdom26

    je suis d’accord , la france sera directement inpliqué dans une chute vertigineuse car les banques française ont préter de l’argent a la gréce pour comblé leur déficite voir sur le blog de pierre jovanovic
    les banques sont
    – la sociétée générale
    le crédit agrigole
    la bnp
    la caisse d’épargne
    ……….

  • domdom26

    oublier de dire

    je plein vraiment tout les grecs , les espagnoles , les irlandais , les portugais , les italien et bientot nous aussi les français …… INDIGNIEZ VOUS ……..

  • BARJABUL

    Petite précision : les premières banques en faillites virtuels sont les banques Allemandes, suivies par des Grecs, Espagnol et Française !!

  • Pic et Puce

    Ce ne sont que des escrocs dont l’objectif est d’obtenir une dictature grâce à la passivité des peuples et à la complicité des politiciens. C’est un coup d’état lent et permanent. La solution : les Islandais l’ont trouvée et applqiuée !

  • valentine

    22 juin PLace Shuman Assembleeeeeee Populaaaaire….. 18 hr
    Venez svplez

  • tiens donc .. j’ y avais pas pensé. ça mérite un tweet ;)

  • Je vous vois tous et toutes réfléchir ardemment mais je pense que cela ne sert vraiment à rien. Au cas ou certains ne l’auraient pas encore remarqué, l’euro et le dollar vont s’effondrer. Nous courrons a notre perte, ou plutôt « ils » provoquent notre perte. Mais qui ca ils ? Bilderberg, l’elite, le fmi, l’eurogroupe, les banques privées, tout ce qui se passe en ce moment est clairement orchestrée. Ils affaiblissent la zone euro, détruise l’économie, et en plus, ils font exprès de trainer pour accélérer le processus. Une fois l’Europe placée dans une situation désastreuse économiquement parlant, et les peuples révoltés, ils sortiront leur ultime carte. La carte nouvel ordre mondial. Je pense qu’il est inutile de réfléchir, la dette, qu’elle soit grecque, belge, espagnol, américaine,… ce sont des dettes qui ne sont clairement pas remboursables, il ne faut pas se leurrer.

    Tous ce que je vous conseillerai, et c’est un con qui vous le dit, c’est de commencer à vous préparer à l’austérité, voir au crash alimentaire. Préparez vos stocks, faites vous un jardin, faites pousser, sortez vos économies si vous en avez, et changer votre argent en des valeurs intrinsèques.

    Je sais que beaucoup vont rire, mais ce n’est plus l’heure. Il va falloir que tous le monde prennent son courage à deux mains car ce qui va arriver en fin 2011 début 2012 sera une épreuve pour tous.

    (N’hésitez pas à m’ajouter si vous souhaiter des infos concrètes sur les dire avancé dans ce commentaire)

    Bonne chance à tous.

    • Beaucoup on lancer l’alerte ici ;) avec exactement les mêmes mots! Ce qui signifie que ça devient une évidence pour pas mal de gens, il reste à convaincre les moutons pas enragés, qui comptent sur le pouvoir pour tout solutionner.
      Il suffit de tenter d’en parler autour de soi, pour voir les regards suspicieux, ou les remarques acerbes du genre **tu regardes trop les séries américaines** :roll: c’est inouï d’entendre ça, alors que nos échanges montrent bien que c’est l’évidence et qu’il faut y penser……
      J’ai renoncer à expliquer, de passer pour une dingue complètement en dehors du coup!! seulement depuis le temps, je ne me contente pas des infos aseptisées des merdias, et j’aimerais me tromper mais comme tous ici, je vois arriver la méga-cata!
      De deux choses l’une, ou nous sommes d’affreux pessimistes qui ne comprennent rien, qui voient le mal partout!
      ou nous avons raison (ce que je crois de plus en plus) et rira bien qui rira le dernier.
      Peut être que je dirais ce jour là à tout ces inconscients:** Les fonds sont bas, torpilleurs passez au large**, fallait faire la fourmi, pas la cigale!!