Scandale au collège à Quimper!

Je lis chaque jour beaucoup d’infos, mais celle-ci est de taille et est plus destinée à détendre l’atmosphère qu’autre chose! Bien sur certaines critiques peuvent être faites quand au système scolaire actuel, mais force est de constater qu’un record a été battu, un spectacle proposé à des collégiens à Quimper qui tenait plus de l’impair qu’autre chose… Mais qui??? Qui a choisi ce spectacle pour les enfants???

 

Carte de localisation de Quimper (Finistère)

Carte de localisation de Quimper (Finistère) / Idé

Scandale dans un établissement scolaire de Quimper. Les 650 élèves du collège Max-Jacob, qui assistaient jeudi à un spectacle de la compagnie italienne Tony Clifton Circus dans la cour de l’école, ont été « atterrés » par la teneur du spectacle. Selon le principal, l’animation « Christmas Forever » a débuté avec une distribution de cigarettes, s’est poursuivi avec l’apparition d’une poupée gonflable et l’entrée en scène d’un comédien nu. Le spectacle n’est pas allé à son terme. Le procureur de la République va être saisi de cette affaire. Dans la plaquette de présentation de « Christmas Forever », qui indiquait que le spectacle s’adressait à un public de six ans et plus, aucun indice n’a éveillé les soupçons du principal, qui a fait interrompre la prestation, de « très mauvais goût », a-t-il précisé. Ecouter La Rédaction de RTL | 10/06/2011 – 14h15

écouter Des clowns débridés ont fait scandale, jeudi, lors d’un spectacle de théâtre de rue dans la cour du collège Max-Jacob Nicolas Bauby | 10/06/2011 – 18h15

écouter Jean-Pierre Josse, le principal du collège Max-Jacob, est outré L’affaire est relaté ce vendredi par « Ouest France » et le « Télégramme ». « C’est gravissime, ils ont commis une faute impardonnable », a réagi le principal du collège, Jean-Pierre Josse. « Il y a une erreur de casting, ils n’ont pas adapté leur spectacle face à un public d’enfants de 11 ans », a-t-il ajouté.

« Ce sont des pseudo-artistes. Soit ils sont irresponsables, soit ils font dans la provocation, mais, si c’est le cas, ils doivent assumer« , a poursuivi le principal, qui va saisir le procureur de la République de Quimper et signaler l’incident, après accord du conseil d’administration de l’établissement.

Depuis plusieurs années, le collège quimpérois, qui participe à la fête du quartier, accueille en son sein un spectacle le jeudi après-midi.

Source: rtl.fr

  • William92

    Il est tout de meme curieux que ce ne soit pas le principal qui se retrouve sur le banc des accusés car c’est tout de meme sous sa responsabilité qu’a ete engager la troupe de comediens ainsi que leur spectacle , c’est a lui d’assumer avant toute chose… il a beau jeu de porter plainte alors qu’il est le responsable de la situation…

  • Lecteur

    Apparemment il a été dupé, et quand il s’en est rendu compte il a interrompu le spectacle, après, s’est il vraiment renseigné sur le groupe, si ce n’est pas le cas, c’est clair qu’il doit assumer. En tout cas, c’est digne d’un épisode de South Park, ou d’action discrète…

  • elizabeth métayer

    Il est clair que le principal a commis l’erreur de ne pas se renseigner proprement sur le spectacle proposé…Par manque de temps???? Très possible…Mais il en reste néanmoins responsable….
    Et que penser du cas suivant?
    Les enseignants d’une école primaire ont choisi pour leur chorale de fin d’année, sur le thème de la mer, la chanson « Dans le port d’Amsterdam » de J.Brel…Sans contester l’oeuvre, quelques parents ont suggéré que les paroles de la dernière strophe en particulier n’étaient pas très appropriées pour des enfants de CP/CE1, voire CE2….La chanson en elle même étant assez glauque pour une chorale donnée pour les parents…!!! Sans parler du ton, pour des enfants………!!!??? Serait-il possible de raccourcir la chanson? Pas question de demander de la supprimer….nous devons respecter leur choix…
    Les enseignants ont plein pouvoir à partir du moment où cette oeuvre fait partie des textes validés par l’EN….A leur charge d’expliquer les paroles aux enfants, la pédagogie leur appartient….
    Je ne sais pas ce que des enfants peuvent apprendre des marins qui pissent sur les putains…..etc…cf les paroles..
    Et bien ce fut une bataille sans concertation, qui a finit par l’humiliation public de la présidente FCPE, obligée de démissionner….Et la chanson sera chantée dans son intégralité par tous, du CP au CM2 (de 6 à 10 ans…)
    Voilà, c’est ça aussi l’éducation de nos enfants……

    • Volato

      Bonjour…

      Petite précision : Dans la chanson de Jacques BREL « Amsterdam », il n’est pas écrit que les marins « pissent sur les putains »…
      Il est écrit : « Ils boivent à la santé des putains d’Amsterdam, de Hambourg, ou d’ailleurs… Enfin, ils boivent aux dames qui leur donnent leur joli corps, qui donnent leur vertu pour une piéce en or… »

      Donc, la tâche des enseignants sera – si nécessaire – d’expliquer aux enfants ce qu’est une « putain »…
      Je précise que mon fils (17 ans à ce jour) m’a expliqué – à l’âge de 7 ans – ce qu’était une « pute »… alors que je n’avais bien entendu pas encore abordé le sujet avec lui.
      Sa source : la cour de récré !!!… Et les renseignements étaient exacts !

      Quant à la suite du texte de la chanson (où les marins « pissent »), elle dit cela :
      « … et, quand ils ont bien bu, se plantent le nez au ciel, se mouchent dans les étoiles et ILS PISSENT COMME JE PLEURE SUR LES FEMMES INFIDELES. »

      Jacques BREL ne veut pas dire que les marins pissent « sur les femmes infidèles » mais que les marins « pissent comme il pleure » : c’est-à-dire beaucoup (à gros bouillons, à gros sanglots)…
      (ce qui est normal après avoir « bien bu », et surtout qu’à Amsterdam on consomme de la bière)
      … et que Monsieur BREL pleure sur les femmes infidèles.
      Il s’agit d’une simple comparaison. Comme quand on dit : « Il pleut comme vache qui pisse »…
      … ça ne veut pas dire que ce qui tombe du ciel est effectivement de l’urine de ruminant.

      Pour ma part, je ne vois rien de très choquant dans ce texte. Même pour des enfants de 7-10 ans.
      Ou alors, c’est qu’on fait usage d’une fausse pudibonderie et d’une hypocrisie sans borne !!!…
      Le moindre jeu vidéo, le moindre spot télé inflige à nos têtes blondes des images (crues) et des propos qui sont mille fois plus agressifs et choquants que le texte de cette chanson.

      Ce qui va être plus dur, c’est de faire ressentir à des enfants (de cet âge, ou même plus grands) – et à beaucoup d’adultes – toute la poésie contenue dans la chanson.
      Jacques BREL maniait la métaphore en virtuose ; il avait ce talent… Mais il n’est pas donné à tout le monde d’en saisir toute la beauté.
      Je soutiens moralement les enseignants dans cette tâche ardue…

  • Nounounou

    Salauds de sionistes!

    Ces gens-là n’ont aucun respect pour la vie, encore moins pour des gamins de six ans… À mon avis c’était parfaitement voulu, et le pire serait qu’en fait le principal était tout à fait au courant de ce qui allait se passer, et de dire ensuite « non c’est pas moi! »

    Ce genre de demi-scandales est appelé à se reproduire je pense.

  • Fabrice29

    mouais on peut trouver ca drole ou scandaleux ,mais moi en attendant j’ai un de mes enfant (12 ans) qui a vu ce (spectacle) et qui me la raconté et bien je suis désolé mais consommer de l’alcool,jeter des cigarettes aux gosses s’exhiber a poil avec son sexe a auteur de visage tenir des propros complètement déplacé sur les hommes de couleur ou encore dire que les terroristes sont forcément islamique et se servir d’une arme a feu le tousdans l’enceinte du collège et devant 650 élèves de 11 a 16 ans dans un quartier cosmopolite ben non la c’est pas drole.

    petite précision

    le collège et la MPT du quartier de Penhars travail beaucoup ensemble et il n’est pas rare de voir un spectacle le jeudi au collège organisé par la MPT après qui est responsable je vous laisse juger par vous mème.

    • Merci pour les précisions, je suis père et je reconnais que ce n’est pas vraiment drôle, c’est même abominable de connerie!!!

    • PB

      Moi j’ai vu ce spectacle, l’année derniere à Morlaix et je l’ai trouvé tres drole et pas scandaleux du tout. Ils jouaient dans la rue ou il se trouvaient aussi des enfants qui n’ont pas été choqués du tout, au contraire tout le monde a bien rigolé. Le spectacle est plutot une critique contre la société de consommation et le racisme. Je trouve ce scandal assez incompréhensible. On voit bien pire sur les affiches ou à la télé. Je comprends qu’il s’agisse d’un college mais je pense aussi que les enfants ne sont pas naïfs ni debiles et que peut etre tout ça aurait pu etre evité avec un travail de la part des professeurs, non ? Ou bien il font du gardiennage ?

  • gladys

    Un cerveau de 12 ans ne réagit pas comme un cerveau d’adulte. L’enfant lui réagit au 1er degré, et risque de banaliser ce qu’il entend et voit. Ce spectacle est une monstrueuse connerie, et doit être exclusivement réservé aux adultes qui eux peuvent le prendre au second degré.

    • Pour bien comprendre la différence entre un cerveau d’enfant et un cerveau d’adulte, rien de tel qu’une image pour illustrer, regardez juste celle-ci:

      Un enfant ne va pas y voir une quelconque connotation sexuelle, il va juste voir des dauphins, regardez bien, il n’y a que cela au final sur ce dessin…

  • nucleargarden

    Pour généraliser, car je ne connais pas cette histoire particulière, il n’y a pas que les gosses qui réagissent au premier degré, c’est d’ailleurs une grave lacune de l’éducation, dès le plus jeune âge, ils sont conditionnés à croire tout ce qu’on leur inculque, savez-vous que les livres d’histoire sont faux et archi faux, les religions pan pan cul cul, si t’es sage et hop, le paradis, si t’es méchant l’enfer et cela n’arrête pas, les curé déguisés en Saint Nicolas ou le contraire, on forme des conditionnés dès le plus jeune âge et puis comme les parents travaillent tous les deux, on les « coince » devant la tv qui continue à les déboussoler un peu plus, c’est ça l’éducation aujourd’hui, si l’on appelait un chat, un chat, et supprimer la TV, nous aurions beaucoup plus de jeunes équilibrés avec un esprit ouvert et la possibilité de critiquer et non plus une bande de siphonnés comme nous connaissons à ce jour, les lendemains sont prometteurs, avec ou sans radiation, nos éducations débilitantes forme de plus en plus de « cancres » !!!
    Je me souviens des jeunes de mon époque, (campagne), ils était nettement plus au courant « des choses de la vie » et bien d’autres éducations face aux problèmes courants, ils étaient simplement vivants, alors que les enfants des villes amenés en voiture et bichonnés « turbo » étaient rassemblés dans un coin, avec leur costard à xxx milliers de francs à l’époque, ils ne s’intégraient pas et, on retrouve aujourd’hui, ces « demi-vivants » à des postes de la plus haute fonction, déboussolés à l’extrême, à l’exemple de votre ministre le l’éducation, ils ne savent même plus compter sur les doigts d’une main, mais ils ont leur calculette super XXXXX, ah, elle est belle la relève !!
    Une bonne éducation se fait dans les difficultés, non pas dans de l’ouate !
    Je souhaite que jamais, ces « larves » ne soient confrontées à un retour à une civilisation plus ou moins primaire, ils pleureront tout le sang de leur corps car, carrément inadaptés !!

  • Volato

    Et voilà pourquoi nous déléguons toujours quelqu’un pour assister au spectacle que nous envisageons de proposer aux enfants des écoles et collèges…
    La personne y va « en éclaireur » … et souvent accompagnée car « 2 avis valent mieux qu’1 » et la subjectivité des sujets peut-être variable.

    Quand je décide d’inviter quelqu’un au restaurant (surtout s’il s’agit d’un repas avec beaucoup de convives), je vais y manger une ou deux fois auparavant. Dans le cas d’une prévision de banquet, je demande à goûter ou à avoir des échantillons… les restaurateurs ne refusent jamais, ils ont l’habitude.
    Comme ça : pas de faute de goût, pas de « mauvaise » surprise sur l’interprétation du menu.
    J’ai horreur de m’apercevoir – trop tard – que le moment dont je me faisais une fête tourne au cauchemard gustatif… et que mes invités se lancent des regards en coin qui semblent dire : « Que sommes-nous venus faire dans cette… gargotte ? »

    Pareil pour une invitation à un spectacle (sauf pour les « grands classiques archi-connus »)…
    Si je ne peux pas y aller pour tester, je me renseigne, je lis les critiques, je pose des questions…

    En ce qui concerne les spectacles pour les enfants de la commune (scolaires, Arbre de Noël ou autres), nous essayons de tester.
    Les décideurs du collège n’ont pas dû le faire, et c’est dommage…