Des souris conçues à partir de deux mâles

La vie comme elle est ne suffit pas, il faut la « tripoter », la manipuler, la changer. Des milliards d’années d’évolution à son rythme, en fonction de paramètres, dont elle seule connait les équations, a permit à faire des individus spécifiques, uniques dans leurs genres. Ca ne suffit pas à ces « curieux », il faut qu’ils tentent de se substituer à la nature……………..

Crédits photo : STEPHAN MOITESSIER/ASSOCIATED PRESS

Des scientifiques américains sont parvenus à créer des individus des deux sexes avec le matériel génétique provenant de deux mâles.

A priori, deux individus masculins ne peuvent pas avoir une descendance commune. A priori. Une équipe de chercheurs américains vient en effet de prouver le contraire. Emmenés par le Dr Behringer, les scientifiques du M. D. Anderson Cancer Center, situé au Texas, ont réussi à obtenir plusieurs souris, mâles et femelles, à partir de deux individus mâles. Ils publient leurs travaux en ligne dans la revue Biology of reproduction.


La technique mise au point est très ingénieuse. Les scientifiques ont prélevé des cellules sur un fœtus mâle et les ont fait régresser à l’état de cellules-souches pluripotentes. Ces cellules, qui peuvent se transformer en tous types de cellules spécialisées (cœur, foie, etc), sont les premiers constituants des embryons. Les médecins ont alors poussé ces cellules à se reproduire pour obtenir ce que l’on appelle des lignées. Il se trouve qu’une à trois fois sur cent, ces lignées mâles se développent en perdant le chromosome sexuel Y de leur paire XY. On note ces lignées, devenues féminines, XO.

«Nouvelle forme de reproduction des mamifères»

Les chercheurs ont alors injecté ces cellules-souches XO dans un embryon très précoce prélevé sur une femelle avant de le réimplanter chez une souris porteuse. Ces dernières ont alors accouché d’individus femelles XO portant uniquement le patrimoine génétique du fœtus mâle dont elles étaient issues. Des «clones femelles» en somme. Chez l’être humain, certains embryons perdent le chromosome Y au cours de leur développement. Cette anomalie génétique très rare, appelée syndrome de Turner, est associée à diverses pathologies, dont la stérilité. Ce n’est pas le cas chez les souris. Les «clones femelles» ont pu s’accoupler avec d’autres mâles. Leur unique chromosome sexuel X s’est associé, suivant les cas, au X ou à l’Y de leur partenaire. Des souris mâles (XY) et femelles (XX) portant les chromosomes de deux «pères» différents ont ainsi vu le jour.

Selon les auteurs, cette «nouvelle forme de reproduction des mammifères» pourrait permettre d’obtenir des croisements directs entre mâles dans l’agriculture et ainsi de bénéficier directement des qualités de deux reproducteurs. Les scientifiques préviennent au passage qu’aucune transposition de ces recherches sur l’homme n’est envisagée pour le moment. Dans un premier temps, ils souhaitent plutôt développer cette technique animale en essayant de créer directement des ovocytes «masculins» à partir de cellules-souches, évitant ainsi l’étape intermédiaire du «clone femelle». Les scientifiques espèrent également pouvoir mettre au point une technique similaire pour donner facilement naissance à une progéniture à partir de deux femelles. Toutefois, celles-ci ayant chacune des paires de chromosomes sexuels XX, elles ne pourraient pas avoir de descendance mâle.

* Jusqu’à présent seule une équipe japonaise est parvenue, en 2004, à mettre au monde des souris ayant deux parents du même sexe, mais il s’agissait alors de deux mères.

LIRE AUSSI:

» DOCUMENT – La publication parue dans Biology of reproduction

» La première souris gynogénétique est née

» Recherches sur l’embryon : le comité d’éthique reste indécis

» Cellules souches d’embryons : premiers essais cliniques

source le figaro

13 commentaires

  • Pas étonnant ni étonné! Voilà des décennies que ces malades défient Dieu et ses créations, ils modifient, trifouillent, change la nature des choses, transforment ce qui a mit des milliers d’années voire des millions d’années à évoluer pour atteindre sa forme actuelle, et ils n’ont pas comprit qu’il ne fallait pas toucher à cela!!! Des fous!

  • Fox

    TOTALEMENT D4ACCORD AVEC BENJI
    LES SOIDISANTS SCIENTIFIQUES OUBLIENT QUE CREER NE VEUT NULEMENT DIRE TRANSFORMER!!!!!!!!
    Dieu est le seul a

  • Fox

    TOTALEMENT D4ACCORD AVEC BENJI
    LES SOIDISANTS SCIENTIFIQUES OUBLIENT QUE CREER NE VEUT NULEMENT DIRE TRANSFORMER!!!!!!!!
    Dieu est le seul a pouvoir creer a partir de rien
    l’homme dans sa folie ne peut que modifier et vers le pir!!!!!
    Einstein a dit (JE NE CONNAIS QUE DEUX CHOSES QUI SONT INFINIE: L’UNIVERS ET LA STUPIDITE HUMAINE ET ENCORE POUR LA PREMIERE JE NE SUIS PAS SI SUR!!!!!)
    merci

  • Namaresh

    La génétique peut être très utile dans les mains de personnes sachant l’utiliser, comme toutes les sciences et découvertes.

    Je suis pour la génétique mais dans les mains de « sachant faire »

    ….Et je pense qu’aucun humain n’est assez mature (moi y compris) pour ça.

    Notre technologie est trop évoluer pour la mentalité humaine (globale), un gamin (psychopathe qui puisse est) avec un couteau, je pense pas qu’on autoriserai ça, non ?

    Pourtant, on est ce gamin.

    Mais je ne vous apprends rien je pense…

    • Non je ne suis pas d’accord, il n’y a personne qui a le droit de transformer ce qui est en autre chose, c’est monstrueux!!
      Les docteurs Manguélé jouent, à vouloir surpasser la Création! ils en sont à intégrer des gènes humains dans les plantes…..les OGM sont une aberration, on ne sait pas comment ça va évoluer, quel sera l’impact sur les plantes indigènes à long terme et sur la santé humaine.
      C’est peut être pour cette raison, qu’ils mettent à l’abri tout les spécimens endémiques dans des blockhaus style Svalbard??
      Depuis que ces « plantes » sont cultivées, elles servent surtout à la consommation animale, et on en mange aussi par la même occasion, elles n’ont en aucun cas permit d’endiguer la faim dans le monde, pourtant c’était une des promesses non tenues de ces « chimères miraculeuses »
      A vouloir créer ce qui n’existe pas, ils finiront bien par être un jour, bouffés par leurs « choses »; tant pis pour eux.

  • Deux malles..deux valises pour partir en voyage? (un brin d’humour ne fait jamais deux mâles). A bientôt.

  • orphee

    Foutez lui la paix à Dieu

    et arrêtez de vous en servir pour justifier vos propres pensées ! Assumez-vous sans vous servir de lui.

    En quoi est-ce « monstrueux » ? Pourquoi « ne faut-il pas toucher à cela » ?
    Pouvez-vous l’expliquez autrement qu’en faisant appel à Dieu ?

    Pour ma part, je pense que ces chercheurs sont dans leurs rôles : ils cherchent. Ils tentent de comprendre le monde en faisant des expériences : c’est la seule façon d’appendre.

    Et dans ces moments, je ne pense pas qu’ils croient moins en Dieu que vous.
    Il ne devrait pas y avoir de sujet de recherche tabou, sans quoi c’est le début de l’intégrisme.
    Par contre, ce dont il faut discuter, c’est de l’intérêt pratique de cette découverte : en quoi améliore-t-elle la Vie ?

  • Tout le monde a le droit de donner son avis selon sa conscience, pour les croyants il est logique de s’en référer à Dieu, puisque ce serait Lui qui aurait tout créé….
    Moi je préfère parler de création, d’évolution car je ne suis pas croyante, ce qui ne m’empêche nullement de contester ces « recherches » qui sont à l’encontre de la dite création.
    La Nature, a mit des années pour aboutir à ce que nous connaissons, et je pense que ce n’est pas fini. En fonction de l’environnement, les espèces pourront s’adapter comme elles l’ont fait depuis des milliards d’années ou disparaitre. Ca c’est un fait, et je ne vois pas l’utilité d’aller se substituer à ce qui est, pour en faire ce qui sera!
    Pas plus que j’accepte que l’on se serve des animaux, pour des expériences souvent cruelles et inutiles, alors qu’il existe des alternatives…..
    Il ne faut pas que la science soit sans conscience.

    • orphee

      Pour le coup, il n’y a rien de cruel dans ces expériences, puisqu’il s’agit de donner la vie ! Et non pas de la retirer.
      Quant à l’utilité, pense à ces souris gays qui ne pouvaient pas avoir de descendance ! C’est maintenant chose possible ;-) Comme quoi, l’utilité est très subjective.

      Blague mise à part, en quoi ces « recherches » vont à l’encontre de la création ? La première cellule photosynthétique, le premier eucaryote, le premier métazoaire, … n’allaient-il pas aussi à l’encontre de l’ordre établi à l’époque ?
      Si l’on admet que l’humain fait partie de la création, son rôle ne serait-il pas de l’amener vers un nouveau stade d’évolution ? A travers l’humain, la vie prend conscience d’elle même et prend son destin en main, consciemment, plutôt que d’attendre qu’une catastrophe naturelle (météorite ou autre) la force à muter.

  • Ce qui me dérange dans ces « avancées » scientifiques, c’est qu’on s’ingénie à courir avant de savoir marcher. On ignore beaucoup de choses, mais on veut créer, dépasser l’impossible pour le rendre possible et ce, sans savoir ce que ça va engendrer à long terme.
    Pour continuer dans la logique créatrice, on devrait donc accepter les O.G.M ?, les pesticides qui détruisent les « indésirables » et ceux qui ne le sont pas d’ailleurs ?
    On créée des êtres à partir d’une cellule, et d’un autre côté on détruit la vraie vie?, il y a de moins en moins d’oiseaux, d’insectes etc… faudra t-il vivre avec des individus « fabriqués » de toutes pièces dans des éprouvettes?
    Je n’arrive pas à accepter cette vision de l’avenir…trop amoureuse du vrai sans doute.

    • Orphee

      « On ignore beaucoup de choses » : tout à fait d’accord avec toi. Et quelle est la meilleure façon d’apprendre, sinon en faisant des erreurs ?

      « On s’ingénie à courir avant de savoir marcher » : et bien non justement ! Pour apprendre à marcher, un enfant fera de nombreuses erreurs. Il tombera souvent, mais réessayera sans cesse, jusqu’à savoir marcher convenablement. On est très loin de savoir marcher, à peine si l’on sait se tenir droit. C’est pourquoi l’on fait des erreurs, mais ce n’est pas une raison pour renoncer à apprendre ! Au contraire.

      « sans savoir ce que ça va engendrer à long terme » : et tu penses qu’en créant les humains IL le savait ?

      « on détruit la vraie vie » : c’est vrai. Ayons une petite pensée pour les bacilles de la peste, de la variole, de la tuberculose, du cholérat, de la syphilis, de la coqueluche, pour les vers solitaires et autres parasites. Leur disparition sera une grande perte pour la biodiversité.

      « Je n’arrive pas à accepter cette vision de l’avenir » : c’est vrai, c’était mieux avant, … lorsqu’on était une bande de paysans illettrés avec une espérance de vie de 40 ans, inféodés à l’arbitraire de nos maîtres.

      Il serait intéressant de connaitre ta vision « idéale » de l’avenir. Une sorte d’immobilisme permanent peut être ? Un enfant qui reste assis et renonce à apprendre à marcher, car c’est trop difficile.

  • Tu confonds beaucoup de choses, pour toi c’est no limit? sous prétexte d’apprendre, on a le droit de transgresser, de modifier ce qui est?
    Améliorer est une chose, créer ce qui n’existe pas, en est une autre
    Qu’on se prémunisse de ces maladies qui ont fait des ravages, c’est un compte, mais où est la logique de faire des individus d’une espèce, à partir de deux mâles?
    Les scientifiques ont déjà reculé sur le clonage, les individus sont atteint de toutes sortes de pathologies et ne vivent pas aussi longtemps qu’espéré.
    Où le fait de modifier la structure génétique d’une plante, à éradiqué la faim dans le monde? toutes les secondes un enfant meurt de faim, tu crois que depuis le temps ça a changé? http://www.mouton-noir.net/info-quotidienne/Toutes-les-5-secondes-un-enfant.html
    Ma vision utopiste et non réalisable (tu vois je suis aussi réaliste) ce serait que l’on consacre les milliards, des budgets militaires distributeurs de mort pour vraiment aider; et donner la possibilité, à tout les pays pauvres d’accéder à l’eau potable, à la nourriture..
    Que l’on se donne la possibilité d’étudier et de trouver des technologies, propres et durables.
    Je me demande comment vivront ceux qui viendront après nous
    Comme moi tu fais partie des nantis, qui ont à boire et à manger tout les jours. Tu ne te poses pas de questions, tout te parait normal? Il n’y a rien qui te gêne??.
    Je suis peut être idéaliste, mais je suis bien droit dans mes bottes, et bousiller tout ce qu’on peut, simplement pour avoir toujours plus, me gêne beaucoup!
    Nous avons d’autres capacités inexploitées, bien enfouies dans un recoin des dix pour cent utilisés, de notre capacité cervicale.
    Le souci c’est qu’on cherche pour chercher, pas pour trouver.
    en 220 ans on a pratiquement tout pollué, stérilisé, massacré, là c’est du no limit, la frénésie du toujours plus loin, et tant pis pour les autres.
    *science sans conscience n’est que ruine de l’âme* à dit Rabelais, ça n’a jamais été autant d’actualité. Ce n’est que mon avis bien sur, je n’essaye pas de convaincre, simplement en parler. :)