Mystère : Un triangle des Bermudes en France ?

Un mystère dans notre belle France? Thibaut Solano publie dans le quotidien La montagne, des articles sur ces « mystères » ……..

A voir aussi : La carte des accidents d’avion dans la zone

31 décembre 1964. Le village de Chaudeyrolles (Haute-Loire), isolé entre la forêt et le Mont Mézenc enneigé, se prépare à fêter la nouvelle année. Vers neuf heures du matin, le garde champêtre, M. Giraud, discute avec un riverain lorsque des bourdonnements s’invitent dans leur conversation

Fumée noire
À l’horizon, trois avions militaires français, des F-104, approchent à basse altitude. Aux fenêtres des maisons, on admire le spectacle. Un instant plus tard, une énorme explosion résonne sur la montagne. Le garde champêtre lève les yeux : une boule de feu rougeoie dans le ciel. Puis une colonne de fumée noire se dresse sur la forêt. Deux des avions viennent de se percuter à 800 km/h et de tomber.


On alerte les brigades de gendarmerie voisines. Certains habitants chaussent leurs skis pour retrouver le point d’impact. Les plus courageux s’enfoncent dans le mètre de neige qui recouvre le Mézenc. Le vent d’hiver – la terrible burle – fouette les visages. Au bout de deux longues heures de recherche, ponctuées par les débris éparpillés des appareils, les secours finissent par atteindre les cadavres des deux pilotes, échoués à 200 mètres l’un de l’autre. Le premier sur le plateau de La croix de Peccata, au-dessus du village des Estables, le second dans la forêt de Chaudeyrolles.

Leurs corps sont presque intacts, encore attachés à leur siège éjectable qui n’a pas fonctionné. Les victimes, le Lieutenant Jacques Marie et le Sergent-Chef Guy Flamant, étaient parties de la base de Lahr, en Allemagne.

Sphères roses

Le lendemain, quelques journaux locaux titrent : « Deux morts dans le triangle maudit ». Un qualificatif que les lecteurs ont fini par connaître, à force d’accidents sur ce territoire menaçant, entre l’est de la Haute-Loire et l’ouest de l’Ardèche.

Depuis la seconde guerre mondiale, une trentaine d’oiseaux de fer s’est brisé les ailes sur les flancs impitoyables du Mézenc ou du Mont Devès, à 40 kilomètres de là. Mais ce n’est pas tout…

Le lendemain de l’accident des deux avions militaires, quelques villageois de la Haute-Loire et de l’Ardèche relatent d’étranges observations à la presse. La nuit précédente, au-dessus de la zone du crash, ils ont vu ou cru voir plusieurs sphères roses flotter dans le ciel…Des ovnis !

Etaient-ce des illuminations déclenchées pour le réveillon ? Ou les torches des militaires qui cherchaient à récupérer des munitions tombées des engins ? Ce genre de témoignages, qui va se multiplier au fil des décennies, accentue en tout cas le mystère du Triangle de la Burle.

Attraction magnétique

Sur ces terres superstitieuses, on s’interroge autour d’une malédiction. Pourquoi autant d’accidents ? Question d’autant plus troublante que dans les années 80, plusieurs témoins font état de nouveaux crashs… Et qu’on ne retrouve pas les carcasses d’avions !

Le journaliste de Haute-Loire Jean Peyrard y a consacré un livre en 1987, Le triangle de la Burle, repris par plusieurs émissions télévisées à sensation.

De l’attraction magnétique aux ovnis en passant par les expériences militaires, les théories farfelues abondent sur Internet pour tenter de résoudre l’énigme. Mais la vérité est ailleurs…

Thibaut SOLANO
thibaut.solano@centrefrance.com

Les explications : A lire ici