Le calvaire des animaux de laboratoire : Pourquoi en parle-t-on si peu ?….

Le 24 avril dernier a eu lieu la journée mondiale contre l’utilisation des animaux dans les laboratoires. Complètement ignorée, cette journée avait pour but de faire prendre conscience de la souffrance infligée aux animaux sous prétextes de recherches médicales et aussi, de recherches expérimentales sur divers produits chimiques, avant mise sur le marché, ce qui relève beaucoup plus de la maltraitance. Ne fermez pas les yeux, les laboratoires ne veulent pas vraiment que nous sachions, ce qui se passe dans leurs « chambres de tortures ». On sait que les animaux ressentent la douleur, chiens, chats, rongeurs, primates, etc… toutes les espèces sont utilisées à des fins expérimentales, ce que l’on pourrait admettre au niveau médical, est injustifiable au niveau cosmétique, on a pas un besoin fondamental de se « ripoliner » pour paraître, au lieu d’être.

Les animaux ne sont pas des « choses », ils ont des droits qui ne sont pas respectés. Pourrait-on demander à nos élus de légiférer, avant d’en arriver à l’abolition de ces pratiques barbares ?. Sachant que les riches Big-pharma sont bien introduits dans les instances décideuses, ce n’est qu’un vœu pieu et, il ne tient qu’aux citoyens que nous sommes, de mettre la pression sur les élus, les distributeurs et leurs produits. Ne vous insurgez pas sur ces pratiques, agissez pour qu’elles disparaissent!!

On le sait : les animaux de laboratoire vivent dans la souffrance et sont l’objet de terribles expériences. Et pourtant, ce sujet est très peu abordé…

Le 24 avril dernier avait lieu la journée mondiale contre l’utilisation des animaux dans les laboratoires. Vous n’en avez pas entendu parler ? Et bien figurez-vous que cet événement est passé totalement inaperçu ! Non seulement l’élection présidentielle occupait la scène de l’actualité française à ce moment-là (ce qui est logique), mais en plus, le sort réservé aux animaux de laboratoire n’intéresse pas grand monde.

Disons plutôt qu’il est dissimulé par les grands de ce monde. Car il ne faut surtout pas trop aborder ce sujet tabou. Et quand on ne sait pas exactement ce qu’il s’y passe, et bien on ferme les yeux, tout simplement. Mais il faut pourtant percer le mystère des animaux enfermés dans les laboratoires, et découvrir leur histoire. Leur calvaire plutôt… Car vous allez voir que leur vie est loin d’être respectée, et que la maltraitance animale est plus que jamais une réalité dans certains laboratoires…

Une nouvelle préoccupation citoyenne

On a remarqué que depuis quelques années maintenant, les citoyens se préoccupent de la maltraitance animale. D’ailleurs, cette thématique a été légèrement abordée dans le cadre de la campagne présidentielle. C’est plutôt une bonne chose puisque ce thème grave est enfin mis à l’ordre du jour. Ce n’est pourtant pas nouveau, mais il y a une certaine prise de conscience. Et c’est bien entendu une bonne nouvelle !

Mais avez-vous remarqué qu’on parle énormément des abattoirs ou encore du véganisme. Qu’on parle également de la fourrure, du gavage des oies… mais personne n’a évoqué la souffrance des animaux de laboratoire. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que les enjeux sont très importants et surtout, que ça concerne tout un pan de notre santé. Nous, humains…

Voilà pourquoi la journée mondiale contre l’utilisation des animaux en laboratoires passe inaperçue. Et pourtant, des millions d’animaux sont sacrifiés chaque année sur l’autel de la scène. Pourquoi ? Pour améliorer les conditions de vie de l’être humain.

Un désintérêt majeur

Les Français ne s’intéressent que très peu à la vie des animaux en laboratoire. Nombreux sont ceux à penser que la recherche est nécessaire, et surtout qu’elle est fortement encadrée par la loi. La souffrance animale dans les laboratoires ? Elle n’existe plus…  Et de toute manière, nous n’avons pas le choix, c’est pour le bien de l’humanité et pour faire avancer la recherche scientifique…

Toute une partie de la population pense que certes les chercheurs font souffrir les animaux, mais que c’est par nécessité, et que c’est pour notre santé. Alors certes… mais à quel prix ! Les animaux de laboratoire méritent qu’on parle d’eux, qu’on dénonce leur condition de vie, qu’on évoque leurs souffrances.

Une cruauté inavouable

Les animaux de laboratoire souffrent. C’est une certitude et c’est une vérité avérée. Certains militants ont réussi à entrer dans ces laboratoires pourtant très sécurisés, et ont assisté à des scènes insupportables, montrant des primates, des rongeurs, mais aussi des chiens ou encore des chats, être les victimes d’expériences scientifiques.

On sait que certaines expériences sont menées pour tenter de soigner des maladies graves. Alors on inocule à l’animal la maladie, et on essaie de le soigner. Ces expériences ont donc un but très précis, et permettent de faire avancer la recherche.

Mais on sait aussi qu’on teste certains produits chimiques sur les animaux, pour vérifier leur dangerosité avant la mise sur le marché de produits ménagers par exemple. On verse alors le produit directement dans l’œil de l’animal, pour observer sa réaction. Et on le laisse comme ça, pendant plusieurs jours…

On sait également que les singes, et notamment les macaques rhésus, sont forcés à de longues séances de torture : ils sont attachés sur des chaises « de travail », l’objectif étant de canaliser les mouvements de l’animal. Ils sont totalement immobilisés, et leur cerveau, parfois mis à nu, est relié à des appareils de mesure. Ces séances peuvent durer de longues heures, durant lesquelles l’animal ne peut ni bouger, ni manger, ni boire… Il ne peut absolument rien faire, à part attendre… et souffrir bien évidemment. Car on lui envoie des décharges par exemple, pour vérifier ce que ça provoque dans son cerveau.

Est-ce que ce type d’expérience fait véritablement avancer la recherche médicale ? Pas sûr… Mais une chose est certaine, l’animal souffre des jours durant, perd la vue… Bref, ce sont de véritables tortures pour ces animaux enfermés dans de petites cages, qui passent leur vie à souffrir.

Des expériences pour la santé humaine ?

Les animaux de laboratoire sont donc les grands absents du débat sur la souffrance animale. Ils sont pourtant particulièrement concernés par la douleur que l’homme leur inflige. Mais elle est plus ou moins acceptée, car l’opinion publique pense à un échange : la souffrance animale pour alléger dans le futur la souffrance de l’être humain.

Mais il ne faut pas oublier que derrière tous les animaux de laboratoire se cache un commerce bien rôdé, et que des millions d’euros sont en jeu. Les laboratoires font très attention à ne pas trop faire parler d’eux, car ils savent bien que l’opinion publique ne serait pas favorable à certaines de leurs expérimentations sur les animaux…

Les derniers chiffres publiés datent de 2011, et parlent de 11,5 millions d’animaux tués à des fins scientifiques dans les laboratoires européens. En Europe, les animaux utilisés dans les laboratoires sont principalement les rongeurs et les lapins, mais on retrouve également les reptiles, les amphibiens, les poissons, les oiseaux, les chevaux, les ânes, les porcins, les caprins, les ovins et les bovins, les chiens et les chats, et bien entendu les primates.

En France, sur les 2,2 millions d’animaux utilisés à des fins scientifiques, on compte plus de 1,3 million de souris, près de 354 000 poissons, 253 000 rats, 126 000 lapins, 357 000 animaux à sang froid, 3 000 chiens, 569 chats et 1 810 primates non humains. Ces chiffres datent de 2010 et n’ont pas été communiqués depuis.

Un long travail à faire

En théorie, la directive européenne 2010/63/UE doit inciter dès que possible au développement de méthodes substitutives à l’expérimentation animale. Malheureusement à ce jour, le travail est toujours en cours, et les avancées sont très très lentes…

La journée du 24 avril est donc passée inaperçue, et c’est bien dommage. Car il faudrait saisir l’opportunité d’un tel événement pour ouvrir le débat sur la souffrance animale dans les laboratoires. Car ce que nous consommons (produits ménagers, parfums, maquillage, crèmes solaires…) sont issus pour beaucoup de l’expérimentation sur les animaux de laboratoire. Et nous ne le savons pas. Ou alors, nous préférons l’ignorer… Et si nous ouvrions les yeux sur le terrible sujet  des animaux martyrs qui passent leur triste vie enfermés dans un laboratoire, à subir des actes de torture difficilement imaginables ?

Remerciements à l’auteur de cet article pour Minutenews

9 commentaires

  • samedi soir

    les médias sont en collusion avec les groupes financiers…c’est un début d’explication…
    Une attitude de surface du consommateur: à la question posé sur la souffrance animal, il se drape dans une empathie de bon aloi… celle ci disparaissant bien vite devant le flacon de cosmétique qui le rendra beau….
    C’est un autre début d’explication…
    L’inconsistance et la peur d’être atypique…

  • Leveilleur

    Tous les scientifiques ont du sang sur les mains. C’est bien connu qu’un homme qui fait souffrir un animal n’est pas un homme bon. Ces gens pensent avant tout au profit et ne soucient pas de votre santé, comment pourrait-il en être autrement ? Car un homme qui aime les animaux et donc les hommes ne peut pas faire ce métier !

    Nous le savons au font de nous, la nature a tout prévue est détient tout les médicaments donc l’homme à besoin pour sa survie. Les tribus Amazoniennes l’ont compris depuis bien longtemps mais l’homme moderne détruit les forêts et leurs biodiversités qui pourraient nous guérir des maladies les plus dangereuses mais à la place ont nous bourre de produits chimiques qui nous tuent à petit feu et tuent de surcroit des millions d’animaux chaque année.

    Mais il faut savoir que chaque souffrance apportée aux animaux ne fait qu’accentuer le karma de l’humanité et qu’un jour nous devrons compenser ce mal par un bien pour nous en libérer. La compassion est ce qui fait un être humain.

    Hélas aujourd’hui beaucoup de nos contemporains ferment les yeux face à cette souffrance animale pour leur propre bénéfice égoïste et par ignorance alors que parfois il suffirait juste de comprendre d’où vient la maladie et de prendre en complément des produits naturels pour guérir de ces maladies incurables pour la science.

    Et je cite cette citation très juste qui dit: « L’ignorance est source de souffrance ! »

    La maladie. Par Serge Fitz.

    http://www.youtube.com/watch?v=TLm-XooWrhg

    Le Symptôme. Par Serge Fitz.

    https://www.youtube.com/watch?v=BA7rnRhKMZ0

    Les 4 clés de l’autoguérison. De Cécile Levasseur.

    http://livre.fnac.com/a1844927/Cecile-Levasseur-Les-4-cles-de-l-autoguerison

  • marco marco

    et le calvaire des limaces qui se font bouffer par des canards …
    c’est pas grave?

    faudrait faire une pétition internationale !

  • Oui, c’est affligeant. On a mis dans la tête des moutons que la vivisection est indispensable, qu’il vaut mieux faire des essais cliniques (= tortures) sur les animaux plutôt que sur les humains. Et si les animaux crient leur souffrance, on leur coupe les cordes vocales. Aussi simple que ça !
    Sans même accepter l’idée que chaque animal est différent, et que l’être humain l’est également. Combien de médicaments ont été retirés du marché après expérimentation sur les animaux ?
    Et quand on fait fumer des souris pour prouver que la cigarette donne le cancer !

    @ Le veilleur, parfaitement d’accord avec toi. Bientôt, tout cela va se terminer. Mais quand ? Je n’appellerais pas cela de l’ignorance. Là, c’est inexcusable de ne pas VOIR l’animal qui souffre. Ce n’est même pas de l’ignorance, c’est juste… avoir un coeur !

  • Planete bleu Planete bleu

    Honteux de traiter les êtres vivants de cette façon. Il est temps que les humains apprennent ce que c’est l’empathie avec tout ce qui vie, pour que toute ces horreurs s’arrêtent un jour. La l’être humain aura vraiment évolué

    Pour que l’empathie envers les animaux soit enseignée à l’école !

    http://positivr.fr/enseigner-empathie-animaux-ecole/

    On ne ferait même pas ça à un être humain, à mon avis ils voulaient juste s’en débarrasser

    Singes euthanasiés à Labenne (40) : Les animaux porteurs d’un virus « dangereux pour l’homme »

    http://www.sudouest.fr/2017/05/19/singes-euthanasies-a-labenne-40-les-animaux-porteurs-d-un-virus-dangereux-pour-l-homme-3460777-3394.php

  • « Pourquoi en parle-t-on si peu ? »

    1/ Ben, c’est trop moche et trop crade.

    2/ Vaut mieux regarder ailleurs et ne pas y penser.

    3/ C’est mieux que s’ils prenaient des gosses d’Amérique du Sud, d’Afrique, ou d’Asie…

    4/ Les Zélections c’est plus Zimportant.

    5/ J’ai des actions chez BigPharma…

    Bref, RAF tant que personne ne touche à mon toutou ou à mon chacha…

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

  • Ayus-Ved

    On peut passer son temps à désigner à montrer du doigt des coupables, mais cela ne résoudra et n’a jamais résolu aucun problème, cela ne sert qu’à se donner bonne conscience et à se justifier.

    Je n’essaie pas de défendre ces usines et laboratoires à torture, mais il ne faut pas oublier que nous sommes conscients et responsables de nos actes. Nous devons donc par conséquence assumer nos responsabilités.

    Les laboratoires ne sont que des exécutants, mais il faut aussi pour cela des donneurs d’ordres et qui sont ces donneurs d’ordres, et bien c’est vous et moi par nos actes d’achat irréfléchis et immatures.

    Donc quand j’achète un produit, je cautionne ce produit par ce geste d’achat.
    Coluche a dit et à juste titre : il suffit que personne en achète pour que cela ne se vende plus, c’est une évidence même !

    Alors quand vous achetez un produit et pas spécialement un médicament, mais aussi un produit de soins ou de beauté, n’oubliez jamais ce qu’il a derrière et comment il a été conçu. Sans cette question primordiale, par le fait vous donnez aussi votre accord pour participer indirectement à la souffrance de cette torture ignoble et inhumaine.

    Même les « sauvages » ne se sont jamais comportés de cette façon !

    Alors, je pose et me pose la question ??? qu’est-ce que je fais, dans chacun de mes actes au quotidien pour arrêter cette boucherie ??? et ainsi de prendre conscience de cette réalité.

    • Ayus-Ved

      Et il ne faut pas oublier que quelque soit le produit, s’il peut paraître au premier abord avoir des effets positifs, il n’en reste pas moins qu’il y aura pratiquement dans tous les cas des effets secondaires négatifs , à plus ou moins long terme.

      Au moins deux bonnes raisons de s’en passer

Laisser un commentaire