La construction en paille se développe en France…

Une bonne alternative pour construire et isoler sa maison. Merci Akasha.

© Martin Cadoret/Reporterre

Écologique, pourvoyeuse d’emplois, disponible localement, économique… la paille se révèle un matériau de construction de premier choix. Encore peu populaire, elle pourrait le devenir comme les collectivités territoriales s’y intéressent.

  • Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), reportage

C’est une inauguration étonnante qui a eu lieu à Rosny-sous-Bois, vendredi 27 janvier. Ce matin-là, le maire a participé à la pose, non pas de la première pierre, mais de la première botte de paille de la nouvelle école primaire.

Dans l’inconscient collectif, la seule manière d’utiliser de la paille pour un bâtiment serait en chaume pour les toits. Ici, dans l’école en cours de construction, les murs seront constitués de bottes de paille empilées les unes par-dessus les autres. Un enduit en terre appliqué directement sur les bottes doit leur donner l’apparence d’un mur normal. Enfin, pour éviter d’avoir recours à de nouvelles charpentes en bois, la structure de l’ancien marché, qui occupait auparavant cet emplacement, a été conservée et constitue l’ossature du nouveau bâtiment.

Au départ utilisée par une poignée de particuliers à la conscience écologique, la paille est de plus en plus employée par les collectivités locales pour les bâtiments publics. Ses avantages sont nombreux. « Comme c’est un déchet, la paille permet d’avoir un impact minimum sur l’équilibre environnemental. Celle de l’école, c’est de la paille bio qui vient de la Seine-et-Marne », détaille Emmanuel Pezres, l’architecte de la ville. Elle permet aussi d’obtenir une isolation optimale, idéale pour réaliser des bâtiments passifs, qui consomment très peu ou pas du tout d’énergie. Généralement, la paille joue le rôle d’isolant dans une structure en bois déjà fabriquée, c’est d’ailleurs le cas pour l’école maternelle voisine. Mais ici, l’école sera construite en « paille porteuse », c’est-à-dire que les murs seront uniquement constitués de paille, sans structure de bois

La paille est également très économique : il s’agit simplement de bottes de paille format parallélépipède, empaquetées par une botteleuse classique. « Au mètre carré, il faut compter de 3 à 6 euros, contre 70 euros environ pour un isolant écologique du type feutre de bois », explique Dirk Eberhart, président du Réseau français de la construction paille (RFCP), une association qui promeut ce type de construction et qui regroupe des professionnels du bâtiment. « Il y a aussi un facteur social : pour construire en paille, il faut plus de main d’œuvre. Mais comme le matériau est moins cher, ça s’équilibre et finalement ça ne coûte pas plus cher qu’une construction en béton. » Le maire Les Républicains de Rosny, Claude Capillon, a fait les comptes. « In fine, nous avons fait un million d’euros d’économies. »

« Forcément, les gens pensent aux Trois Petits Cochons. C’est un long travail de les convaincre »

Lire le reportage intégral de Martin Cadoret pour Reporterre

Voir aussi:

Le démantèlement des centrales nucléaires est mal engagé et sera très coûteux

La connerie sans limite et le sans gêne du lobbie de la chasse, qui peut chasser sur toutes les terres, sans permission du propriétaire et en plus, ils ne sont pas contents.

Un chasseur poursuit un paysan dont le tracteur l’aurait effrayé

La sanction encourue par le maraîcher bio: Trois ans de prison avec sursis et 100.000 euros d’amende.

 

15 commentaires

  • triadeus

    sur la photo je crois voir des plaques OSB
    niveau écologique c’est pas terrible car dés qu’il fait chaud il émane des OSB des éléments toxiques dus à la colle

  • mirzabad

    La construction en paille se développe en France…

    Ben si on continue à se faire tondre, on va tout s’y retrouver sur la paille…

    Donc, c’est un article fort à propos pour ceux qui souhaitent construire bientôt…

  • dereco

    Ce n’est pas la construction qui est en paille comme la maison des 3 petits cochons qui s’envole au premier coup de vent, mais surtout l’isolation thermique, très efficace par air immobile sur 30 à 40 cm d’épaisseur !!
    Cependant les souris, rats, moisissures et bactéries adorent la paille, qui pourrit vite, surtout avec un peu d’humidité et donc il faut ajouter des saletés chimiques , sels de bore, OSB, colles, dangereux plus ou moins, etc…. et une étanchéité parfaite à l’humidité et à la condensation, pour éviter cette pourriture rapide, elle très dangereuse, mortelle, comme les spores de moisissures !!
    La moindre erreur détruit vite cette isolation qui pourrit, quasiment inévitable sur plus de 10 ans !!
    Donc il sera nécessaire de changer la paille de temps en temps !!
    On peut y mettre toutes sortes de déchets de bois, cartons, papiers aussi.

    • bk

      « les souris, rats, moisissures et bactéries adorent la paille »
      Ces saloperies de mites alimentaires (venues des iles avec le commerce international apparemment) aussi.

    • Zadig

      La construction paille la plus ancienne en france a etait concu en 1920 et sa paille va tres bien merci pour elle :-), la paille est effectivement sensible a l humidité c est pourquoi les soubassement sont en dur au moins jusqu à 20 cm au dessus du sol’, les bottes de paille sont generalement enduite interieur avec de la terre et l exterieur avec de la chaux afin d’eviter que la paille s abime ou que les rongeurs et autres champignons ne viennent y faire leurs nids, il existe des regles professionnelles de la construction en paille !

    • Zadig

      Il existe bien des methodes de construction paille et plusieur de ces methodes sont en paille porteuse, les allemands, un peu en avance sur nous sur ce sujet utilisent une methode de paille porteuse avec de tres grandes bottes de paille !

  • Niko Las

    Les problèmes relatifs à l’assurance de la construction paille concernent pour l’instant la garantie décennale. En effet, en l’état actuel des choses les D.T.U. sur la paille n’existent pas, il est pour l’instant difficile d’obtenir une garantie décennale de la part d’un constructeur.
    Je vous raconte pas si vous êtes en auto-construction.

    Les trois grandes familles du système d’assurance construction, au regard des pratiques en matière de protection contre les sinistres dans le domaine de la construction, il apparaît trois grandes familles de systèmes d’assurance construction :

    le système dit de type « tout assurantiel » avec l’obligation légale de contracter une assurance pour les constructeurs.

    le système dit de type « tout contractuel » avec absence d’obligation d’assurance établissant entre particuliers et constructeurs des engagements relevant du code civil entre les personnes morales ou physiques.

    le système dit de type « contractuel » avec absence d’obligation d’assurance mais un usage très fréquent d’organismes de médiation entre particuliers et constructeurs hors processus d’indemnisation ou avec indemnisation en dernier recours.

    Bon courage pour obtenir un prêt à tous ceux qui désirent construire avec ce genre de méthode.

    • Zadig

      On peut si on a suivi la formation pro paille et qu on suit les regles professionnelles obtenir en tant qu entreprise une assurance decennale …

  • Graine de piaf

    Il y a des maisons en paille qui ont près de cent ans, la paille n’a pas moisi ni eu les bébêtes à l’intérieur. Tout tient dans le savoir faire, les précautions prises dès le démarrage, en plus la paille est un excellent isolant.
    Dernièrement j’ai vu la construction d’une grande maison toute en paille, cela a pris du temps mais elle semble bien avoir été faite selon les règles de l’art et non à la va-te-faire-fiche.

  • engel

    Vaste, très vaste sujet…
    D’abord, Il existe paille et paille.
    …Et pour certaines pailles, on en fait même des toits(de chaumes) bien plus résistants que les tuiles.
    Pailles qui ne pourrissent pas et tiennent aux tempêtes très très longtemps.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    Là aussi, tout est une question de qualité de produit, de savoir faire et de mise en œuvre adéquate.
    En clair, tout n’est qu’une question de coût.

    Dans ce domaine comme dans bien d’autres, il est illusoire, d’espérer le « Saint-Gall low-cost » …et écologique en prime!http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif.