À voir: « Ukraine on Fire », le nouveau documentaire d’Oliver Stone

Pourquoi voir ce documentaire? Car la situation en Ukraine est très loin d’être celle qui nous a été présentée par les médias en général, et aucun ne peut tenter de détourner cela en « théorie du complot », puisque tout est prouvé et démontré dans ce sujet, la Russie n’est pas le diable annoncé, et n’est pas le pays qui a créé le chaos en Ukraine.

Oliver Stone qui n’a pas pour habitude de faire dans la dentelle, nous livre un nouveau documentaire choc sur les événements qui se sont déroulé durant 93 jours, entre 2013 et 2014, avec nombre d’interview et d’images chocs.

385193662Pas certain que la presse française lui consacre une tribune…

Vidéo trouvée sur Agenceinfolibre.fr

Réalisateur d’une vingtaine de films, Oliver Stone a choisi cette fois-ci de s’interroger sur les tenants et les aboutissants de la crise ukrainienne. Un sujet qui risque de susciter encore une vague de polémiques…

Oliver Stone est un réalisateur américain connu pour ses œuvres engagées, dénonçant la guerre du Viêt Nam dans «Platoon», l’enquête sur l’assassinat de John F. Kennedy dans «JFK»… Plusieurs fois oscarisé, il est aussi l’auteur de plusieurs documentaires comme «Personna non grata» sur le conflit israelo-palestinien ou «une autre Histoire de l’Amérique».

Dans ce nouveau film intitulé «Ukraine on Fire», le réalisateur souligne l’implication de Washington et l’engagement des groupes paramilitaires d’extrême droite dans la l’organisation de la Révolution ukrainienne. Une prise de position qui prend le contre-pied de la situation décrite jusque là par les médias américains «mainstream». Dans la bande annonce apparue il y a quelques jours sur internet, on peut voir le réalisateur de «Platoon» interroger Vladimir Poutine ou le président déchu Viktor Ianoukovitch, pour leur laisser exprimer leur appréciation de la situation en Ukraine. Oliver Stone laisse aussi la parole à des personnalités américaines comme le célèbre journaliste d’investigation Robert Perry, qui déclare : «Nous sommes en présence de véritables néo-nazis qui ont été armés et utilisés par le gouvernement américain».

Source et plus sur Russia Today

Pour les retardataires et ceux qui doutent encore, un rappel est indispensable:

À l’heure actuelle, j’entends encore dire que la situation en Ukraine est entièrement imputable à Poutine, et que cette guerre civile ayant fait 50 000 morts suivant un responsable du renseignement allemand, n’aurait jamais eu lieu sans l’intervention de la Russie. Il est donc indispensable de rétablir certains faits que nous aurions pu oublier dans la masse d’informations qui nous est servi imposée chaque jour par les médias mainstream.

Voici donc quelques points importants qu’il ne faut pas oublier sur les événements en Ukraine, et qui montrent que si la Russie n’est pas complètement innocente, elle n’a pas le niveau de responsabilité que certains aimeraient bien faire croire!

question-mark-nothing

  • Le 20 novembre 2013, la veille du refus par le gouvernement ukrainien de signer l’accord d’association avec l’Union Européenne, le député Oleg Tsarov dénonçait à la Rada (le Parlement ukrainien) l’ingérence des États-Unis via leur ambassade à Kiev, les accusant de travailler au déclenchement d’une guerre civile en Ukraine, notamment par le biais des TechCamps. Les TechCamps sont « des sessions de formation à l’utilisation de réseaux sociaux au service de l’action, autrement dit d’agitprop, en faveur du déclenchement de révolutions colorées. Elles font partie de l’initiative “Société Civile 2.0” du Département d’État américain qui en finance une grande partie« . La même technique a été utilisée pour le déclenchement des printemps arabes organisés par les Etats-Unis suivant un article du New York Times.

Et ce ne sont que quelques faits parmi beaucoup d’autres qui montrent que si renversement du pouvoir il y a eu, non seulement Poutine n’aurait rien eu à gagner avec celui-ci, mais qu’au contraire, cela aurait été « tout bénef » pour les Etats-Unis. Les Etats-Unis VEULENT un nouveau conflit qui serait un minimum salvateur pour leur économie, puisque financièrement ils sont dans une situation apocalyptique, et que cette nation n’existe que par la guerre: sur 239 années d’existence, 220 années de conflits.

La guerre ne sera pas évitable puisque les Etats-Unis ne le souhaitent pas. Quand à la Russie, ils subissent toujours plus de sanctions qui sont contre-productives puisque les montants que l’EU a perdu en n’exportant plus en Russie se comptent en milliards.

Depuis, qu’avons-nous pu constater?

Quand à l’OTAN, « outil de paix » dans le monde, elle est menacée par la Russie, il ne faut pas l’oublier, cette carte le prouvant:

07-bases-otan

À l’heure tout n’est plus que propagande, l’ennemi ultime étant Poutine, et systématiquement, il faut défendre et soutenir l’Ukraine avec son gouvernement à la botte des Etats-Unis. L’ensemble de « l’empire » soutient maintenant une bande de néo-nazis sans dénoncer le moins du monde les mensonges autours, ce qui n’est plus une surprise de toute manière venant des Etats-Unis qui n’hésitent pas à menacer pour atteindre leurs buts, ils ont déjà un sacré passif dans le domaine:

Pour rappel également, les Etats-Unis ont refusé d’interdire la glorification du nazisme à l’ONU, ça, c’était le petit plus…

Alors, c’est toujours Vladimir Poutine le dangereux et le responsable de la situation en Ukraine?

En relisant cet article qui date maintenant de quelques mois, vous pouvez sûrement vous appuyer sur celui-ci pour analyser l’évolution de la situation géopolitique vis-à-vis de la Russie et du comportement des autres pays (dont des USA et de l’OTAN), sur les évolutions dans les discours et au niveau de la menace représentée par Vladimir Poutine. Quelle réalité croire, celle que nous est présentée dans les médias, ou une autre?

5 commentaires

  • ma religion a été faite le jour où j’ai vu et entendu sur YouTube, lors des émeutes de Maidan, les « chefs » communiquer avec leurs « troupes » en anglais.
    Là je me suis dit « y a un os dans le pâté ! » alors qu’au départ je n’étais pas hostile au mouvement de révolte qui, croyais-je, visait à libérer le peuple du méchant autocrate ayant mal digéré l’après communisme.

  • kalon kalon

    « Quelle réalité croire, celle que nous est présentée dans les médias, ou une autre? »

    Pas une autre réalité !
    Celle que nous voyons empirer de jour en jour ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

  • Pyramidion

    En ce qui concerne la dernière manipulation de masse sur le vote du Brexit il y a cet article http://www.europalestine.com/spip.php?article11974

  • probe

    Il a l’air pro-Maidan le doc, il passerai pas a Allo ciné sinon.
    Ou dans le genre, « il y a eu des exactions des deux côtés », une fois pris la main dans le sac jusqu’au coude. On connait.