Pourquoi l’élargissement des BRICS ?

Source : Union Populaire Républicaine

François Asselineau tire les enseignements du 15e Sommet des BRICS qui vient de se tenir à Johannesburg.

Comme plusieurs autres événements mondiaux, ce sommet marque le déclin de la suprématie occidentale.

Malgré une énorme demande de plus de 40 pays, qui ne supportent plus cette domination occidentale, seulement 6 nouveaux États ont rejoint la coalition.

François Asselineau émet l’hypothèse que la Chine, par prudence et goût pour le temps long, est sans doute à l’origine de cette modération dans l’élargissement.

On peut penser qu’elle a refusé d’intégrer immédiatement les pays du Maghreb et de la CEDAO pour éviter d’ajouter à la déstabilisation de ces régions et pour ne pas agiter le chiffon rouge ni devant Washington ni devant Paris.

Devant ces évènements historiques qui se déroulent sous nos yeux, on ne peut qu’être triste de constater qu’en France, les dirigeants et les fausses oppositions s’enferrent dans la stupide stratégie qui consiste à rester collé aux États-Unis. La France est solidaire d’une alliance qui décline dans tous les domaines, au premier rang desquels la démographie et l’énergie.

Cet aveuglement nous entraîne forcément dans des guerres de rapine pour nous approprier l’énergie dont nous ne pouvons plus disposer par des relations commerciales apaisées.

L’Histoire a une logique propre, qui déjoue les “sens de l’Histoire” auxquels ont voulu nous faire croire les utopies mortifères du 20e siècle (URSS, IIIe Reich, impérialisme américain, Union européenne).

Le 21e siècle scellera sans doute la fin de ces utopies mondialistes, qui termineront dans les poubelles de l’Histoire.

L’Histoire se déroule autrement : le monde multi-polaire qui se construit, la détermination des peuples à rester souverains, la défense des intérêts de chaque pays dans le respect du droit international, tout cela doit nous faire espérer un autre avenir pour la France que celui désastreux dans lequel nous plongent ces vielles lunes que sont notre appartenance à la prétendue “Union européenne” et notre asservissement aux États-Unis d’Amérique.

Les commentaires sont clos.