Blackrock va faire passer l’acte de mendicité de Zelensky au niveau supérieur

Par Kurt Nimmo pour Mondialisation.ca

Blackrock est la plus grande société de gestion d’actifs et d’investissement au monde. Il investit plus de 10 000 milliards de dollars dans les fonds de ses clients , une montagne de liquidités qui jette une ombre sur le PIB de nombreux pays, dont l’Allemagne, le quatrième PIB mondial. Il est juste de dire qu’il contrôle, ou a une influence démesurée, sur la Réserve fédérale, les banques de Wall Street, y compris Goldman Sachs et Vanguard, le WEF se réunit et salue à Davos (et son maniaque du contrôle Great Reset), et tout ce qui suit, y compris Le président Biden et le Congrès.

Larry Fink , le fondateur et PDG de Blackrock s’est associé à l’homme en vert perpétuel , le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy . « Les spécialistes de cette société aident déjà l’Ukraine à structurer le fonds pour la reconstruction de notre État », a déclaré Green Man après un appel vidéo avec Fink, selon Bloomberg .

Zelenskyy a fait passer son acte de mendicité mondiale au niveau supérieur. Selon la page Web du gouvernement de Zelenskyy — en service, bien que les Ukrainiens moyens gèlent dans le noir — Larry Fink aidera à rassembler les fonds pour reconstruire ce qui sera à nouveau détruit. (Quant au site Web de Zelenskyy, il est en sécurité pour le moment, hébergé tel quel à Santa Clara, en Californie.)

Conformément aux accords préliminaires passés en début d’année entre le chef de l’Etat et Larry Fink, l’équipe de BlackRock travaille depuis plusieurs mois sur un projet visant à conseiller le gouvernement ukrainien sur la structuration des fonds de reconstruction du pays.

Zelenskyy et Fink « ont convenu de se concentrer à court terme sur la coordination des efforts de tous les investisseurs et participants potentiels à la reconstruction de notre pays, en canalisant les investissements vers les secteurs les plus pertinents et les plus influents de l’économie ukrainienne », rapporte CNBC .

Bonne chance avec ça. Ce serait peut-être une bonne idée de jeter un coup d’œil à la corruption massive de l’Ukraine avant d’investir un centime dans ce trou noir. Selon Transparency International , l’Ukraine est le deuxième pays le plus corrompu d’Europe et se classe 120e sur 182 des pays les plus corrompus au monde.

Selon Dragon Capital , les oligarques ukrainiens les plus riches en 2016, deux ans après le coup d’État orchestré par le gouvernement américain à Kiev, ont accumulé plus de 11 milliards de dollars, soit près de 13 % du PIB de l’Ukraine.

Une grande partie de l’argent accumulé par Rinat Akhmetov, Ihor Kolomoyskyi, Victor Pinchuk et l’ancien président et magnat de la confiserie et de l’automobile Petro Poroshenko, a été prise grâce au vol néolibéral organisé des biens publics, connu sous le nom de privatisation. Kolomoyskyi est l’un des principaux bailleurs de fonds du groupe néonazi Right Sector. Il est largement considéré comme le marionnettiste de l’ancien comédien et actuel président Zelenskyy. Sa portée comprend des opérations commerciales aux États-Unis .

Qui veut la guerre avec la Russie ?

L’Ukraine est le rêve d’un blanchisseur d’argent devenu réalité. Son secteur bancaire prospère grâce aux schémas de Ponzi. Les oligarques récoltent des fortunes en écrémant des milliards sur les prix du gaz subventionnés par le gouvernement. Les fonctionnaires corrompus collaborent avec les oligarques pour monopoliser les affaires. En 2015, il a été déterminé que moins de 50 % des entreprises ukrainiennes ont réalisé des bénéfices, et 9,8 % de toutes les opérations commerciales étaient contrôlées par des fonctionnaires corrompus et les oligarques pour lesquels ils travaillent et en profitaient.

En juillet, l’ Associated Press a rapporté,

Le limogeage de hauts fonctionnaires par le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy jette une lumière gênante sur une question que l’administration Biden a largement ignorée depuis le déclenchement de la guerre avec la Russie : l’histoire de la corruption endémique et de la gouvernance fragile de l’Ukraine.

Bien sûr, Biden – ou c’est-à-dire, puisqu’il est manifestement déficient cognitif, ses «conseillers» néoconservateurs – ne se soucient pas de la souffrance des Ukrainiens moyens victimes d’oligarques libres et de fonctionnaires corrompus. Tout tourne autour de la Russie, de la Chine et du rôle de l’hégémonie mondiale.

Plus tôt cette année, Larry Fink a déclaré aux actionnaires que « l’invasion de l’Ukraine par la Russie renverse la tendance de longue date de la mondialisation ». Étrangement, Fink semble croire que les efforts de la Russie pour éloigner l’OTAN de l’Ukraine et de sa frontière occidentale ont «exacerbé la polarisation et le comportement extrémiste que nous observons dans la société aujourd’hui». Soumettez-vous, de peur d’être goudronné et emplumé comme un extrémiste polarisé.

Il semble maintenant que la mondialisation chérie de Fink se dirige vers les rochers alors que la croissance des marchés de capitaux ralentit et que l’économie gérée de manière centralisée pivote vers la récession (en fait une dépression à part entière, mais ce sujet effrayant est rarement abordé de manière respectable, désinformée, narrative stricte). médias de propagande d’entreprise).

Larry n’est pas seul dans son cauchemar éveillé. Le fondateur d’Oaktree Capital Management, Howard Marks, perd également le sommeil face à la disparition de la mondialisation centralisée, axée sur les entreprises, imprégnée de néolibéralisme et imposée par le gouvernement. Marks et WEF ont déclaré en avril que « la guerre oblige le pendule des affaires internationales à s’éloigner de la mondialisation alors que les entreprises et les gouvernements repensent leur interdépendance ».

Certes, les régimes autoritaires se coupent souvent du marché mondial pour une foule de raisons – le Russe Vladimir Poutine n’en est qu’un exemple.

S’il n’y avait pas de mensonges, ces gars seraient nus. Selon le Forum économique mondial, Poutine est un « autoritaire » parce qu’il comprend que l’élite mondiale veut le tuer, détruire la Russie et transformer ses restes fumants fustigés par le JDAM en petits bantoustans mutuellement hostiles, donc facilement pillés et contrôlés. Cela n’a rien à voir avec l’interdépendance ou la plaisanterie qu’est la démocratie. C’est un pablum de relations publiques de bien-être conçu pour vous tromper.

« Le problème fondamental de la mondialisation n’est pas difficile à saisir », écrit Mike Whitney .

« Les entreprises géantes ont externalisé des millions d’emplois manufacturiers bien rémunérés vers des plateformes à bas salaires à travers l’Asie, laissant derrière elles des milliers d’usines fermées et des communautés brisées, une forte augmentation de la dépendance aux opiacés et une érosion constante du niveau de vie. »

Poutine a soutenu que l’élite était inconsciente de l’effet de sa prédation. Je ne suis pas d’accord. Les pathocrates aiment être témoins de la misère de millions de personnes, c’est ainsi qu’ils obtiennent leurs joies. S’ils sont inconscients de quelque chose, c’est que beaucoup d’entre eux peuvent se balancer des lampadaires avant que cela ne soit terminé.

Il semble que les élites ne voient pas la stratification croissante de la société et l’érosion de la classe moyenne… (mais la situation) crée un climat d’incertitude qui a un impact direct sur l’humeur du public. Des études sociologiques menées dans le monde entier montrent que les habitants de différents pays et de différents continents ont tendance à voir l’avenir comme sombre et sombre. C’est triste. L’avenir ne les attire pas, mais les effraie. Dans le même temps, les gens ne voient aucune réelle opportunité ou moyen de changer quoi que ce soit, d’influencer les événements et de façonner les politiques. Quant à l’affirmation selon laquelle la frange et les populistes ont vaincu la minorité sensée, sobre et responsable, nous ne parlons pas de populistes ou quoi que ce soit du genre, mais de gens ordinaires, de citoyens ordinaires qui perdent confiance dans la classe dirigeante. C’est le problème.

Zelenskyy et Fink se préparent à tirer profit de la destruction de l’Ukraine. « L’arrivée de BlackRock marque le début du passage tant attendu de l’escroquerie des contribuables à l’escroquerie des investisseurs privés », écrit JD Rucker .

BlackRock exercera son énorme influence sur les entreprises du monde entier pour canaliser autant de capitaux privés que possible dans le pays, où l’argent sera distribué à tous les partis puissants [oligarques] qui ont besoin de graisser leurs paumes.

Les responsables gouvernementaux corrompus (dont beaucoup sont des Ukronazis) et les oligarques psychopathes qu’ils servent profiteront du stratagème Zelenskyy-Fink pour reconstruire ce que la Russie détruira. La Russie est déterminée, au nom de sa sécurité nationale, à transformer l’Ukraine en un État croupion édenté, sans nazis ni OTAN, un ancien État dominé par des oligarques réduit en petits restes inoffensifs et faciles à contrôler.

Je n’ai pas de boule de cristal, mais je crois que Zelenskyy finira par fuir le pays avec une valise proverbiale remplie de billets verts fiduciaires et de papier-monnaie tout aussi dévalué de l’Union européenne, suivant les traces des précédents autocrates vaincus et humiliés.

Larry Fink restera Larry Fink. Il poussera le « capitalisme des parties prenantes », une façade impeccable pour le néolibéralisme prédateur. Larry sait quel côté de son pain obtient le beurre, c’est pourquoi il a embrassé la politique « éveillée ». « Le capitalisme des parties prenantes pourrait simplement forcer les PDG à réfléchir à deux fois avant de faire des choses qui nuisent au public », présume le New York Post.

Plus de poison pour les relations publiques. Pour « Klaus Schwab et le WEF, le cadre du capitalisme des parties prenantes doit être mondialisé », observe Michael Rectenwald chez Mises Wire. Schwab et le WEF ont de grands espoirs pour un néolibéralisme rebaptisé fusionné avec l’idéologie absurde du «réveillé».

Ça n’arrivera pas. Les nations collectives du monde, dirigées par l’exemple de la Russie, finiront par jeter le néolibéralisme dans la poubelle de l’histoire. Le problème, ce sont les WEF et les psychopathes mondialistes, trompés par la maladie mentale et l’orgueil corrosif. Ils peuvent en effet commencer le processus d’irradiation de la planète et faire de toute sorte d’activité sociale et commerciale une relique d’un passé oublié.

Cet article a été initialement publié sur le blog de l’auteur, Kurt Nimmo on Geopolitics .

Kurt Nimmo est un collaborateur régulier de Global Research.

La source originale de cet article est Global Research

Copyright © Kurt Nimmo , Recherche mondiale, 2022

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

2 Commentaires

  1. Quelqu’un a une idée, pour aller cueillir des champignons maousses costauds à Davos ?

Laisser un commentaire