Covid-19 ou un chemin tout tracé

Img/123.RF

Des restrictions, des interdictions, des contraintes qui viennent, s’en vont, reviennent, qui s’endurcissent, compréhensibles pour certains, inacceptables ou intolérables pour d’autres, des médias qui commentent et tournent en rond, des citoyens qui subissent et n’attendent que le retour des plaisirs d’antan, un gouvernement qui décide au jour le jour; chacun vit son chaos.

Quand cesserons-nous de se mentir à soi-même ? quand prendrons-nous la mesure de cette réalité ?

 Il ne s’agit pas d’un mal passager, ce virus est là pour longtemps, et d’autres nous menacent déjà, les catastrophes environnementales toujours plus dévastatrices se multiplient, la pauvreté s’amplifie chaque jour un peu plus. Faut-il taire ces vérités insupportables pour une humanité éprise de liberté, dont la conscience ne permet pas toujours de comprendre que liberté et responsabilité vont ensemble, les droits et les devoirs aussi ?

Si nous pensons que nous sommes là pour le plaisir alors ne changeons rien, et jouissons jusqu’à ce que mort s’ensuive.

 Mais pourrons-nous encore nous servir sans limites comme nous l’avons toujours fait ? capables du meilleur comme du pire, que choisirons-nous, en conscience ?

 Ce virus nous rappelle que rien n’est acquis à jamais, que sans gestion volontariste collective et individuelle de nos ressources, nous serons contraints plus encore que nous le sommes aujourd’hui, ce virus nous dit stop aux abus égoïstes, stop à la pauvreté, stop à l’enrichissement personnel sans partage, stop au matérialisme, stop au superflu !  

 La faute revient aux gouvernants, aux riches, aux autres, nous nous disons victimes d’un système auquel pourtant nous participons d’une façon ou d’une autre, mais si nous regardons attentivement dans nos vies, sans complaisance, nos comportements au quotidien sont-ils toujours exemplaires ?

  Que nous l’acceptions ou pas, nos modes de vie vont être bouleversés, nous ne reviendrons pas à l’avant Covid-19, si nous ne savons pas où nous allons le chemin est pourtant tout tracé, ce n’est pas le plus facile mais ne nous mentons pas, arrêtons un instant de nous agiter, regardons et cherchons au plus profond de nous-mêmes et autour, regardons nos enfants dans les yeux, que voulons-nous pour eux, que voulons-nous vraiment pour nous-mêmes ?

 En son temps déjà, Blaise Pascal écrivait :

La vérité est si obscure en ce temps, et le mensonge si établi, qu’à moins que d’aimer la vérité on ne saurait la connaître

Wormholeofmind

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

2 commentaires

Laisser un commentaire