Mééé Ils sont où ? Méééé Ils sont où ? Méééé Ils sont où les Zétudiants (nians-nians)

Lalalala laaa, la lala la la…
Lettre ouverte en monologue exacerbé* à Toi l’étudiant ou Billet de fausse mauvaise humeur.

Un peu beaucoup long certes, mais il semblerait que plus c’est long… (et le meilleur est à la fin)

Ouverture « Mode Grosse Provoc »
Voui mais vous êtes où les Zétudiants ?

Le premier qui dit « dans ton Cul » a gagné le droit de prendre tout ce qui suit pour lui, perso*. C’est d’ailleurs le premier endroit où je suis allé voir car depuis pas mal de temps déjà, il est en permanence visité genre « journées portes ouvertes » tout comme les Vôtres d’ailleurs… Et voui c’est ça qui vous pique ; ce ne sont point vos hémorroïdes.

Mais donc mes Zétudiants je ne vous y ai point trouvé, bien planqués le trouillomètre à zéro. J’aurais cru pourtant, sans pensée perverse de ma part à vos égards. Alors où êtes-vous ?

Que se passe-t-il donc ? Auriez-vous disparu des terres de cette bêêêle France ?

Où alors êtes-vous tellement occupés entre deux Zétudes à regenrer/dégenrer, je ne sais pas je ne sais plus*, le monde et autres fadaises et fariboles merdiatiques glissées entre deux pointage E et pointage ES*.

Tellement occupés en choses insignifiantes et désolantes que vous en êtes devenus totalement transparents et insignifiants aux Zyeux de votre Futur. Tellement insignifiants que vous allez vous prendre votre Avenir en pleine gueule façon/genre « putain j’ai rien vu venir » dans un Sauve-qui-peut général ; chacun pour sa pomme.

Soyez rassurés sur ce point nou’zotres les vieux nous n’avons rien vu venir ou alors pour la majorité nous n’y avons tellement pas cru. Misère. « Hein ? Mais non c’est pas possible, ILS n’oseront pas c’est du complot* « … Ben si, ILS ? Les Déviants* ont tout osé. ILS osent tout.

ILS se sont bien installés dedans (cf plus haut) et visiblement ça cherche toujours plus à bien renforcer les fondements.

Eh gamin, le bruit que tu entends à l’intérieur… ce n’est pas ton cœur, ce sont les « marteaux piqueurs » qui creusent toujours plus profond.

Mais revenons à nos préoccupations du jour, gamin, c’est à dire Toi et tes copains (Point Ines).
Donc maintenant tu fermes ta gueule et tu écoutes le vieux mâle blanc de plus de 50 ans. Il a deux/trois trucs à te dire.
Hein ? Ta gueule et écoute ; t’es sourd de la comprenette ou quoi ?

Bon je commence.

Si tu peux capter, passeque là à Toi perso je te la joue en confiance car tu sembles avoir de la lumière à tous les étages, mais quant à tes collègues pour certains c’est pas trop… enfin, bref ils sont tellement lavagés* du cerveau lent. Voui cerveau lent ; un peu d’humour de temps en temps ne fait point de mal même si désormais dans les milieux autorisés, on ne s’autorise déjà plus à faire de l’humour et à l’imposer aux milieux non autorisés*.
Donc si je peux attirer ton attention ou tout du moins peut-être commencer à envisager l’éventualité qu’il serait opportun maintenant d’examiner la possibilité de concevoir un début de processus qui pourrait t’entraîner, progressivement,en respectant ton rythme,vers un état où tes capacités cognitives* pourraient ou ne pourraient pas, c’est selon, te permettre de te laisser entrevoir l’instant propice pour entamer de manière idéale une réflexion lors de laquelle tu pourrais éventuellement supposer qu’il serait vraisemblablement le moment de concevoir que maintenant, tu pourrais consacrer du temps et pourquoi pas ce temps de cet instant, pour te demander à quel moment tu as commencé à laisser tes Grands principes bien inCulqués enfin de côté, pour concevoir ce qui est en train d’arriver vraiment à ton Cul et à ta vie par extension*.
(note aux lecteurs : Vous pouvez relire lentement en reprenant votre temps et votre souffle).

On est au clair tous les deux ?

OK je continue.
Heu… donc attends je relis… nanagnangnan blabla hum hum hum. Ah voui. J’y suis et vous, arrivez-vous à suivre ? sinon je recommence depuis le début ; padsoucis.

Bien, donc mon gamin (Point Ine)… mais je ne vais pas la refaire à chaque instant donc nous en resterons au vieux concept du masculin qui emporte le genre et qui simplifie bien les choses (et PAF dans ta face, drôlesse).

Donc Pendant que tu te fais marionnettiser et pantinniser à outrance par des gens qui ont tout intérêt à te promener là où ils veulent te promener pour que tu ne puisses pas voir CE que tu ne Dois Pas Voir, ILS avancent.

Autrefois ILS avançaient masqués, mais ILS n’en ont plus besoin. ILS t’inondent et scénarisent à l’envie d’une foultitude de faits sociétaux réitérées à longueur de temps merdiatique que tu en as oublié que tu avais un cerveau qui peut te permettre de prendre du recul… et réfléchir (oups ! Je te sens tout crispé tout d’un coup ; desserre les fesses).

Et du coup, tu t’es progressivement ramolli du bulbe pendant que tu gobais ce qu’ILS te disaient ; que tu es le meilleur et que Toi et tes potes vous allez changer le monde en véhiculant une nouvelle conception de la société.
VOUS ? Changer le monde ? Heu ai-je déjà dit mon Cul ? Mon Cul oui, Mon Cul (façon Bedos d’avant). Tu ne vas Rien changer. Comme tu es drôle.
Éventuellement deux trois trucs sociétaux/amusements de galerie à la mode qui partiront éparpillés façon puzzle (merci à toi Ô Grand Audiard) quand les zÔtres seront là physiquement et/ou économiquement.

Parce que ne crois pas que ton bÔ diplôme bac+ 4 anciennement appelé BEP te sauvera de cet avenir dystopique* que TOI, tu es en train de te construire.

Les zÔtres sont venus ici. Ils se sont formés dans nos meilleurs sites de formation et acquis d’énormes compétences. Nous autres les anciens nous avons laissé faire. Ok, soit. Mea culpa.

Certains Déviants applaudissaient même des deux mains quant aux échanges fructueux en nous promettant tout plein de bonnes choses. Je me souviens de maires de petites communes s’enorgueillir de présenter aux Actus les zÔtres s’enquérir et apprendre de nos procédés de vinification.

Ben les zÔtres aujourd’hui ont entre autres posés des engins sur la Lune, parlent d’y envoyer de Zhoms*.
Ce sont les zÔtres qui, après nous avoir permis de leur vendre « nos » avions à condition qu’ils soient construits chez eux et que « nous » leur laissions tous les plans, qui préparent leur propre flotte d’aéronefs.

Ce sont les zÔtres qui sillonnent par équipes complètes la planète pour lui vendre leurs Trains à Grande Vitesse après avoir obligé les Allemands à leur céder plans et technologie de l’ICE pour souffler un marché au TGV français.

Ce sont les zÔtres qui bâtissent à l’étranger des centrales nucléaires avec notre technologie (pareil).

Ce sont les zÔtres qui se dotent d’armadas à haute technologie. Notre seul porte-avions revient toujours de mission à la rame et il faut une année pour le remettre en état.

En une génération ils nous ont nous surpassé dans tous les domaines économique, technologique, industriel, agricole. Et il n’y a pas qu’Eux, leurs copains aussi… mais pas Nous. C’est bête hein ?

Bref les zÔtres, voisins et copains compris, ne vont pas t’attendre, jeune. Ils ont ce qu’il faut, en qualité et quantité. C’est exponentiel.

Alors, ils ne vont plus te laisser t’installer chez-eux très longtemps. Ou peut-être pour vendre des kebabs (terme générique). Le clap de fin approche.

Et nous ici, n’en sommes plus qu’au stade des coopérations. Avec des tas de gens qui se disent être nos copains, comme Merkel qui se torche sur tous nos présidents successifs avec cette pseudo-monnaie qui devaient faire monts et merveilles et qui ne profite qu’à son économie au détriment de la nôtre (cf tes cours de vraie économie – yena encore?) et que l’on nous bien vendu (terme bien approprié)

Là aussi, bel exemple d’entourloupe bien scénarisée. ILS en sont même venus à nous vendre pour quinze francs de l’époque des sachets de pièces d’euros pour amuser la galerie en attentant LE Lancement Grandeur Nature du Monstre ; ingénierie sociale de base.
Ils nous ont fait faire musmuse; quesse con s’amuse depuis avec l’horreur heu l’euro. Tiens d’ailleurs annonce perso : j’ai deux sachets collectors scellés à vendre. Faire offre.

Tu vois comme c’est si facile de couillonner les gens. Alors Toi tu fais aussi partie des gens.

Hein quoi ? Tais-toi j’ai dis. Tu n’y étais pas, même pas encore conceptualisé au niveau des gonades* de ton papa.
Et puis ‘est quoi cette maniemode de tout vouloir juger en permanence ? Tu ne peux réécrire le passé parce qu’il ne correspond pas à tes nouvelles normes déposées depuis le ciel par la cigogne nommée ingénierie sociale et nier et/ou récrire des pans entiers de l’Histoire. Là non plus tu n’y étais pas.

Tout n’est toujours plus que mensonges et manipulations. Et tu sais que si tu oses sortir de la normalisation ta mort sociale est programmée. Alors tu hurles avec les loups.

Alors les normes changent ; c’est normal, c’est l’évolution des sociétés ; ce qui se faisait ne se fait plus. Mais chaque jour tu ne fais que t’enfoncer toujours plus dans l’extrême, dans tous les domaines. Toujours plus manipulé par des Incroyables et Merveilleuses* Précieusement Ridicules*… ILS te donnent le TEMP(s)O et toi tu danses la danse de la pluie.

Pourquoi ? Parce que pendant que tu as la tête bien dedans, tu ne vois pas ce qui arrive à ton Cul tendu et mis à disposition (genre autruche… tu vois l’image où je développe encore ?).

Autrement dit : quand le sage montre la Lune, l’imbécile regarde le doigt. Lao Tseu (1515-1789).

Autrement dit encore : tu ne penses plus par toi-même.

Tu as perdu ton libre arbitre remplacé, par un blanc seing* de libre consentement.

Donc ton tout petit avenir est ICI, dans ce pays.
Petit ??? Parce que mon petit, peu d’entre-vous auront droit à une vie meilleure que la nôtre. Quasiment que les fifils à son papa.

Tous les domaines d’activité sont en train de s’ubériser. Ce sera au moins-disant ou chacun fera sa péripatéticienne à sa façon pour décrocher des miettes. La course à l’échalote est lancée.

T’y crois toujours pas ? Je le vois bien à ton regard goguenard. Hein ???. Mais non je ne te traite pas; c’est pas une insulte.
Fais confiance pour une fois aux bonnes personnes, celles qui ne sont pas nées de la dernière averse et qui ne veulent pas ton argent ou ta soumission. Toi, si je te presse le nez, il en sort encore des écoulements.

Alors je t’apporte donc quelque précision en ressortant un texte écrit en ces lieux il y a quelque temps .
Mon expérience perso « des temps d’avant de l’ancien monde imparfait » mais ce n’est que mon expérience.

Alors vite fait car comme j’en ai tellement parlé on va encore me traiter de vieux radoteur.

Au retour de l’armée, je me suis remis immédiatement aux études tout en travaillant en journée. J’avais le statut d’étudiant/travailleur. Je gagnais alors le smic.

Pas besoin de passer par la case anpe/assedics, chez le Popaul d’avant, ou en formation-bidule etc.
La Fac ? En ce temps c’était gratos. Et heureusement car j’ai mis un peu de temps…

Ma voiture d’occasion achetée deux francs six sous dans la foulée était assurée et entretenue (à « l’époque » on pouvait tout faire soi-même facilement et à moindre frais).

Aujourd’hui j’aurais des problèmes administratifs si je me véhiculais avec.

Et je jurais la main sur le cœur que si l’essence passait à 2 francs le litre j’arrêterai de rouler…

Je louais un appartement de type f2/ f3, dans un quartier semi-bourge alors que j’avais vécu en hlm de 15 étages toute mon enfance-adolescence. Je l’avais entièrement équipé de tout le matos moderne d’alors (moui ok y avait pas internet encore, i-phone machin… rien de toussa et certains trucs marchaient encore à la manivelle).

Et on vivait bien sans tous ces trucs d’aujourd’hui ; nous avons ainsi réussi à survivre.

La proprio ne m’avait pas demandé une quelconque caution, fiches de paye des cinquante treize dernières années, profession des parents, déclaration de l’employeur, du fisc…

Et je sortais les filles que je pêchotais aux cours de danse de salon et de rock (mon gars là j’te r’file un sacré tuyau ; me remercie pas c’est cadÔ).

Je partais en vacances. J’ai mis de l’argent de côté !

J’ai ramé certes, mais je m’en suis sorti ; le fameux ascenseur était encore en état de fonctionnement…
Aujourd’hui on te vante la coloc en te bourrant le mou pour te faire croire que c’est l’avenir. Et tu gobes cet artifice-bourrage de crânes vides, cache-misère ? Colocation ? Ça n’existait pas ce concept, ou éventuellement chez les Zhippies attardés.

Tiens la coloc. Petit aparté digressif (t’inquiète je t’explique… ou pas).
Aujourd’hui « ON » nous vante la coloc et ses bienfaits et mème la coloc intergénérationnelle.

Intergénérationnelle… Tu parles Charles. Encore une enfumade conséquence malheureuse d’un truc auquel nous avons naïvement cru du temps des années 80/90. Ya même un type tendance mafieux, destructeur d’emplois, baratineur patenté qui avait été projeté à la TV pour nous faire avaler des couleuvres sans y avoir l’air. Il est ensuite devenu Ministre avant de mal finir. Ce gars-là nous racontait qu’il fallait être des gagnants ; il nous parlait de mobilité. Alors on s’est « mobilité » pour gagner et nous nous sommes éloignés de nos parents qui se sont retrouvés bien esseulés loin de leurs enfants. Un truc à détruire des familles entières pour au final n’être que de la fumisterie et de la destructuration sociale. On a tout gagné. Mais c’était forcément voulu pour donner finalement : Toi..

Et aujourd’hui, ILS nous vantent cette fameuse coloc intergénérationnelle… Mot qui veut dire que c’est la misère sociale à tous les étages. Et toi tu plonges dedans en disant que « ah wouais c’est bien, c’est sympa ». C’est surtout le fait que cette retraite que ton président des Français va détruire ne permet déjà plus aux personnes âgées de vivre dignement. IL faut trouver des substituts cache-misère.
OK Soit, actons que ce soit sympa ; pourquoi pas.

Mais c’est ce processus qui te fera t’écrier dans vingt ans que c’est comme dans l’URSS des temps d’avant, tandis que l’on te proposera de partager avec une famille recomposée de quatre enfants, un appart pour te loger avec ta femme ou ton homme ou ton dégenre, je m’en tamponne le coquillard…

Non ? OK on en reparle dans vingt ans (même pas mort). Mais c’est ton destin.

Il parait que 75 % des milléniaux, et post-milléniaux ne pourront jamais avoir leur foyer à eux (cherche Google cherche).

Et si tu comptes sur la maison de tes parents qui ont trimé toute leur vie pour l’acquérir et bien : fume c’est du Belge ! La proposition de Loi de Jean-Luc Lagleise concernant l’immobilier et examinée ces jours est la première pierre/étape/marche d’un processus lent mais certain. Il consistera à exproprier au profit de l’état les propriétaires d’un terrain, lequel leur sera ensuite loué pour avoir le droit d’y laisser dessus leur maison qui sera toujours à eux, parfois depuis des générations ; façon London (tiens on retrouve les banksters).
Ce sera le retour d’une forme de servage. Et c’est pour ta face. J’arrive avec la tarte à la crème. Espèce de clown triste.

Pour ta face, parce que pendant ce temps tu parles encore du sexe des anges.

Pour résumé tu vas te la faire mettre toujours plus…

Remarque gamin, ce qui va t’arriver est de notre responsabilité à nous les vieux.

Nous n’avons pas vu venir ou presque ce qui se tramait contre nous. Faiblesse, bêtise, lâcheté, j’menfoutisme… va savoir.

Pour moi, deux événements nous ont foutu dedans.
Tchernobyl avec la fable du nuage radioactif s’arrêtant aux frontières. Essaye de trouver les stats certainement bien camouflées concernant les décès par cancer du cerveau chez les hommes des bois de Haute-Savoie quelques années après. Tu ne les trouveras pas. Silence total sur l’épidémie.
Et puis, Responsable mais pas Coupable. On s’en est fait du mauvais sang. Mais on s’en fichait un peu nous ne faisions pas partie des populations concernées.

Imagine la stupeur chez les Déviants : « On les massacre et ils ne disent rien ? Yeah ! ». La chasse a alors été ouverte.

Et pour compléter le tout, le mur de Berlin : Génial il est tombé. Liberté ! Mais en tombant il faisait aussi tomber notre semblant de liberté. Nos Déviants n’avaient plus besoin de nous comme chair à canon et pour faire rempart de nos corps contre les pabÔ Cocos.

Celle-là par contre on l’a vraiment pas vu v’nir… La MONDIALISATION ! Bien joué. Mais c’est un autre sujet maintes fois développé.

Donc nous avons à ces moments-là complètement manqué l’opportunité de leur demander des comptes. Trop occupés à jouir de la belle vie des années 80, en occident, il s’entend.
Et là, ILS ont compris que nous n’étions plus qu’un troupeau de gnous au destin tout tracé par les prédateurs, nos Maîtres. Open bar sur nous.

Nous avons été bien cons.

Mais toi et tes potes, alors que je vous croyais plus mâtures et éveillés que nous l’étions à ton âge, et bien hélas il n’en est rien ; tu es aussi, sinon plus con que nous. Et un jeune con fait un vieux con. C’est ton destin.

Hein ? Pas content. Alors alors pourquoi as-tu laissé dire et faire Merdias et Déviants lors de la catastrophe de Rouen. No problem ? Juste peut-être un peu protesté à la marge, histoire de…
On reparlera de Rouen dans quelques années quand les gens tomberont comme des mouches. Mais tu es un gnou comme nous l’avons été. Tu seras toi aussi un jour prélevé.

T’es pas joye ? T’en veux encore une ? L’un des vôtres s’est « autolysé » de désespoir et de misère dans une immolation par les flammes. Imagine la terreur et la douleur de ce pauvre gamin. Quels moments horribles. Parait-il qu’il serait encore en vie, détruit à 90 %. Si c’est le cas, ces derniers moments auront été passés sous comas artificiel.
Et Toi, et vous, qu’avez-vous fait ?

On vous a promené dans les amphis et devant les facs. Vous avez graphitationné et éructé quelques « Pas contents  » et assimilés, et vous êtes retournés causer du sexe des anges dans les nuages et sur la planète.

Et l’Autre, qui te dis ensuite qu’il a commis une erreur avec ses 5 euros d’APL retirés aux étudiants…
ET toi ne bronches pas ! Tu dis Rien. Tu ne lui rentres pas dans le lard.
C’est tout ? Tu es à fond là Toi et tes potesses ? Pas mieux ? Tu as tout donné ? T’es trop fatigué de malnutrition estudiantesque pour pouvoir te lever et te remuer ? T’es trop shooté à la connerie ambiante ? T’es drogué c’est ça ? T’es torché ? T’as un truc de traviole ? C’est pas possible autrement.
C’était pourtant l’occasion de lui faire baisser son froc.
Mais les p’tits gars vous allez vous faire défoncer par les zÔtres ! Votre génération sera la dernière d’une France dispersée aux quatre coins. Macron n’a pas besoin de se fatiguer pour vendre le pays à la découpe. Ca va se faire tout seul, à la machette.

Mais alors peut-être, non sûrement es-tu manipulé ? Pose-toi enfin la question, Eveille-toi comme disait un Autre.
Tiens, pose-toi cette question : Quel est le vrai rôle de ton syndicat d’étudiants ? Les leaders sont-ils là pour toi ? Tu crois ça ? Vraiment ?
Gros niaiseux va. En quarante années j’ai vu tous ces leaders étudiants syndicaux se positionner dès le départ pour faire partie de la caste des Déviants et se vautrer au banquet des prébendes, avantages et privilèges financés par notre travail.
C’est là leur but à tous. Leur travail consiste à tout faire pour ne pas avoir à travailler. Tu n’es qu’un outil pour eux, un accessoire.
Ils te promènent dans les rues à coups de flonflons, de tambourins, de joyeusetés bien envoyées, de chants de guéguerre, de nénettes qui exhibent leur poitrine (là ok, ça vaut le coup d’aller défiler quoique parfois ; bon j’vais pas faire mon macho primaire de base, « on » va encore me faire des remarques…).
Et quand c’est fini, tu rentres sagement au bahut le sentiment du devoir accompli.
C’est le deal. Ils te maintiennent en laisse, bon Toutou que tu es (toutou ou gnou ? fÔdrait savoir) en échange d’un avenir certain de Déviant.
Questa ? T’en a marre de te faire remonter les bretelles* ?
Mais c’est pas fini. Tu vas encore en prendre plein les gencives.
Où étais-tu quand les Gents d’Armes ont savaté à coup de flashball des lycéens en les tirant dans le dos comme des lapins ces jours derniers à Massy ? Les merdias mainstream tentent aujourd’hui de minimiser ces faits.
T’étais où ? Encore en train de refaire le monde en parlant du sexe des anges ! Forcément. Toujours plus lavagé du cerveau par cette fangesque mièvrerie bien-pensante dans laquelle tu patauges. C’est de la merde. Sors de ce bourbier. Eveille-toi. Envoie-les tou(te)s bouler.

Et si tu crois que te mettre la tête dans le Cul te protégera parce que ton TDB* est occupé, alors tu vas vite déchanter. Tu n’as fait que le dilater.
Et outre ta tête, d’aucun vont se hâter de t’en mettre encore plus, plein et bien profond. C’est du véCul de la génération précédente et des autres, souviens-toi.
Te rends tu seulement compte un bref instant du lamentable état de désespérance dans lequel tu erres désormais, tout tourneboulé par tes marionnettistes qui font de toi, pitre pantin, ce qu’ils veulent.
Un coup à droite, un coup à gauche. On lève le bras, puis on lève la jambe et Hop on repose. C’est tout toi. Garde la pose. Ne change rien, tu la tiens bien. Et ta vie n’aura été qu’une vie de marionnette dans un castelet*
Putain, tu me désespères.

Pas heureux ? Alors bouge. Ah non, t’as les foies, t’as les miquettes. Le trouillomètre à zéro.
Et tu restes assis, plein d’espoir pour le monde de demain qui s’en vient.
Parce que l’ancien monde Imparfait s’effondre, encore retenu du bout des doigts par les « gens de la vraie vie ». Et tu trouves ça cool n’est-ce pas ? Dit-on toujours cool ?
Mais le vois-tu ton doigt ? Tu l’as toujours avec toi ton Cul ?
Parce que ce nouveau monde progressiste qui s’en vient… Ben NON mon gaillard il n’est pas pour ta pomme. Ou alors à la marge, juste comme servile serviteur servant ubérisé. Demande aux gens ubérisés comment ça se passe dans leur vie.
Toi tu finiras germinalisé*.
Bon j’arrête, là. T’as bien morflé et tu pleures déjà ta mère alors que j’en ai d’autres à disposition.
Donc fermeture « Mode Grosse Provoc »…. Ou pas.

Plus sérieusement jeune homme, que fais-tu de toi en ces moments cruciaux. Partout dans le monde , les « peuples » se mobilisent, poussent, bougent, parfois/souvent dans la douleur. Même en Finlande, en Finlande ! la grève générale a été décrétée.
Il y a le 5 décembre* un petit truc qui pourrait bien être utile à ton avenir. Alors ce ne sera certainement pas le « Gransoir », mais il sera suffisant pour que les Déviants reculent un peu dans leurs prétentions sur nos existences, du moins momentanément. ILS repasseront forcément plus tard par la fenêtre après avoir pris la porte…
Mais en attendant, ILS ont peur. Peur du blocage, peur de leur effondrement, effrayés qu’ils sont que le mouvement ne se développe en crise sociale d’ampleur.

Ce sont les jeunes qui font avancer le monde parait-il. Tu as l’occasion de le prouver. Alors, toi jeune érudit, prouve que tu veux leur montrer que toi ne vas pas te contenter d’une existence dystopique*. C’est Ton jour, c’est le moment de Bouter*.
La majorité des classes sociales sera représentée. N’y seront pas, les traîtres à ce pays et à leurs enfants, les lâches, les imbéciles, les indigents et forcément les Indispensables ailleurs (merci à eux pour leur abnégation nullement reconnue par les Déviants).

Alors déchaîne-toi de tes maîtres qui te font paître là où « ON »* leur a dit de te faire brouter.

Lâche le troupeau de gnous, de moutons, de mougeons et montre que tu en as et qu’il est temps de changer bien des choses.

Comme disait l’autre l’oignon fait la force (désolé mais à force de parler de Cul il fallait que je la fasse celle-là).

Les vieux seront sur le terrain, les lycéens se bougent désormais. Et toi, tu vas rester là, à discuter du sexe des anges ?

Autour de moi des tas de gens ne sont pas concernés par cette réforme des retraites dont les Déviants ne savent plus quoi inventer pour nous dire que c’est pour notre bien (cf Google, y a matière à rire jaune).

ILS ne sont pas concernés et pourtant ILS en seront, pour Toi, pour les jeunes.

Mais peut-être vis-tu ta vie par procuration. Dans ce cas plus personne ne peut rien pour toi, c’est mort, tu es mort.

Nous en profiterons pour demander où (Non ! je l’ai déjà faite en tout début) sont les CENT CINQUANTE MILLIARDS du fond de réserve pour les retraites et des caisses de retraites complémentaires (Googleétonami). Où sont alors les problèmes de financement des retraites ? (Re-non!)

Inspire-toi de la troisième Loi de la philosophe spirituelle Indienne : Quand c’est le moment, c’est le moment. Ni avant, ni après.

Alors le temps est venu pour toi de reprendre en mains ta vie.

Attention, que ce soit clair, je ne t’incite pas à la violence. Bien au contraire. On va se la jouer façon Mohandas Karamchand Gandhi*. Résistance passive jour après jour. S’asseoir sur le trottoir d’à côté. Et là, il y aura des caméras partout.
Il parait que son biopic passe à la TV ces temps. Alors prends du temps de jeu vidéo pour regarder et t’en inspirer si tu as encore assez de ressources cognitives.

Tout comme leur prédécesseurs, les Gents d’Armes avec leurs LDB et autres grenades dispersantes seront un jour jugés durement par l’Histoire, ainsi que Macron, Philippe, Castaner, Lallement.

Ne sois pas TOI non plus jugé sévèrement par les historiens qui écriront de toi. Il n’a rien fait ce jour-là.

Il est temps. « Nous » les vieux sommes encore là pour Toi. Dans quelques années il te faudra reconquérir ta liberté tout seul. Il n’y aura plus personne pour te dire d’ouvrir les yeux et les oreilles et te raconter cet espace de liberté et d’avenir prometteur que nous avons connu.
En attendant de te rencontrer le cinq de ce mois de décembre prends un peu de temps pour lire deux vieux livres. Ils te racontent Ta vie.

Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley.

1984 de George Orwell.

Et voilà. C’était long hein ? J’avais pas menti

Mais tout ça n’est que mon avis.
Vous pouvez évidemment ne pas être d’accord avec tout ou partie de ce qui a été dit, et faire pipi par terre pour vous rouler dedans en hurlant de désespoir que je suis un grosvilainméchantpasbÔ.
Et pour les autres à qui, ce qui vient d’être écrit pique encore plus fortement : Ne cherchez pas, c’est derrière* que ça se passe.

Montet

Petit lexique pour les trop Nuls
*exacerbé : exbecarbé quoi ? Merde ça commence mal.

*… perso : et oui ! Il ne reste que ça en stock car le lot précédent, soit la montre-poignet de quatorze kilos en bois de peuplier (et pas qu’un peu, plié) ayant été gagné lors du précédent tirage. (Tonton, je te pique là une de tes phrases favorites. Merci de m’avoir refilé ce tuyau durant les temps de mon enfance. Hein quoi… ? Mais non il n’y a ici aucun sous-entendu yen a assez ailleurs.)

*point E point ES* : A ce propos je vous narrerais tantôt une conversation avec un membre lointain de ma famille né et vivant à l’Estranger et son rapport avec les points E points ES de mes…

Mais seulement si vous êtes gentils Point Illes. J’offrirai la traduction ; c’est cadÔ.

*je ne sais pas je ne sais plus : comme dirait… je ne sais plus, mais quelque part j’ai forcément un jour entendu cette phase affligée de désespoir ultime et de sidération atterrée, forcément.

*complot : dérivé de complotiste : Mot récemment utilisé pour manipuler les gens et les mettre dans sa poche en se gaussant narquoisement et ironiquement d’un contradicteur afin de faire ricaner les imbéciles et rire jaune les pleutres craintifs de voir leur tour arriver.

*Déviants : terme désignant une âme noire, au regard luciférien et remplaçant aujourd’hui des mots tombés en désuétude comme homme/femme politique, élite, gouvernant, gouvernement, ministre, sénateur, député, etc etc etc.

*lavagés : contraction néologique de deux verbes : Laver et Ravager. C’est mon texte j’fais c’que je veux. Zavez qu’à faire le vôtre.

*milieux non autorisés : Toujours moins d’humour, de pamphlets, de dérisions. Que du politiquement correct genre façon bien-pensance. Dès que fois que ça inciterait à penser.

As-tu oublié que vous avez Tous (presque) été « Charlie » ? Vouais on dirait bien.

*cognitives : aïe aïe aïe… comment t’expliquer ?

*ta vie par extension : j’ai mieux en stock mais c’est plus cher.

*Zhom : Pour faire plaisir à tout le monde : Je remplace Homme et Femme par Zhom Et ça genre/dégenre la chose.

Mais nous pouvons engager une discussion autour du terme Fhom ; je suis open… Pas trop d’avis là-dessus. De toute façon au point de déliquescence « verbiageuse » où nous sommes parvenus… pfff les bras m’en sont tombés… mais pas les doigts c’est bête hein ?

*gonades : Les couilles quoi, dans ce cas de figure.

* bretelles : accessoire vestimentaire tombé en désuétude (ça va désuétude ; c’est compréhensible?). N’est plus utilisé que par les gens en mal d’assurance de soi et n’ayant pas assez confiance en leur seule ceinture (ceinture et bretelles)… A ne pas confondre avec les bretelles de sous-tif. C’est pas pareil ; ça ne bretellise pas les mêmes choses.

*castelet : décor de marionnettes. Mais tu le sais déjà, tu vis dedans.

*TDB : acronyme de trou de balle, qui signifie trou du cul qui désigne l’anus.

*existence dystopique : existence qui pique très fort.

*Incroyables et Merveilleuses : c’est merveilleusement incroyable que vous ne sachiez pas ce qu’est-ce.

*Précieuses Ridicules : Molière Oscours elles sont devenues folles !

*blanc seing : ne me traitez pas de vieux raciste pervers car ça n’a rien à voir avec les seins d’une femme blanche.

*5 décembre : journée dédiée par les Déviants à leur Dieu Baphomet parle sacrifice de jeunes vierges par paquets de douze voire de treize à la douzaine, voire de grosses (non il ne s’agit pas de morphologie mais de douze douzaines ; comprenne qui aura de l’érudition ou eu de la lecture « * » dans sa jeunesse).

L’acceptation de ces offrandes devrait donner lieu à la survenue d’un blizzard ce jour-là sur la France, à une foultitude de catastrophes industrielles, à la mort de Johnny, à l’incendie accidentel de la cathédrale de …, à la venue du faux messie, autre…, pour contrecarrer la manifestation qui dépassera le cadre des retraites.

*germinalisé : putain le destin à la con.

*bouter : comme Jeanne avec les Anglais (cf wiki)

* « ON » : les affidés commandés par les Déviants eux-mêmes commandés par les Banksters

*Mohandas Karamchand Gandhi : Momo qui ?

*derrière : ben… derrière, tout simplement.

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

6 commentaires