[Réflexion] La PMA n’est pas une histoire d’enfant.

La PMA n’est pas une histoire d’enfant.
D’ailleurs l’enfant n’est pas un enfant pour toujours. Le jouet reste jouet toute sa vie, la peluche reste  peluche. L’enfant, lui, porte un avenir autre que celui de sa condition d’enfant. L’état d’enfant est transitoire.La notion de « désir d’enfant », de « droit à l’enfant », ne valent rien face à cela. L ‘enfant est destiné à se transformer en adulte. Cet adulte, ancien enfant né de PMA, vivra  soixante, soixante-dix années ou plus; loin, très loin, du « besoin d’amour parental amplement satisfait par les soins aimants d’un couple gâté par sa venue », pour plagier les partisans de la PMA pour toutes; et il vivra loin de la « joie d’avoir été désiré » que nous mettent en avant les mêmes propagandistes. Dénué de filiation sûre, il/elle vivra dans le doute de risquer de coucher ou d’avoir couché avec sa sœur ou son frère, et toute relation qu’il/elle entamera sera chargée de ce point d’interrogation.
Cet adulte vivra face au mur de l’opacité de son origine.
Ses parents « créateurs » disparus, il n’aura, pour remonter en amont de sa « création »  que la béance et le néant à scruter. Il aura été un produit conçu par caprice, par le seul caprice aveugle d’un couple entiché de son propre bonheur.

La notion « d’intérêt de l’enfant » ne vaut rien face à cela. Cette notion  n’est qu’un aveuglement  face au drame d’une vie d’adulte sans origine.

Paulo

4 commentaires

Laisser un commentaire