Produits sans gluten : ils seraient globalement plus mauvais que les autres…

D’où vient cet engouement pour les produits sans gluten ? Des études mettent en évidence, les gros inconvénients médicaux à les consommer, quand ce n’est pas justifié. Partagez ! Volti

**********

Auteur Thomas Boisson pour TrustMyScience

NaturaForce

Ayant dépassé la simple nécessité de prévenir les effets pathologiques de la maladie cœliaque, le régime sans gluten a aujourd’hui conquis des centaines de millions de personnes à travers le monde, dont plusieurs millions en France. Tandis que les ventes ne cessent de croître de manière vertigineuse, les scientifiques avertissent les consommateurs sur les potentiels méfaits d’un tel régime lorsqu’il n’est pas médicalement justifié.

Le gluten est une substance visco-élastique obtenue après extraction de l’albumen des grains de blé lors du pétrissage. Le gluten contient différentes protéines (albumines, globulines, gluténines, etc.), ainsi que de l’amidon, des sucres réducteurs, des lipides et des minéraux. Le gluten est donc présent dans un grand nombre de produits disponibles à la consommation issus directement ou indirectement, de l’industrie agroalimentaire.

Certaines personnes souffrent d’une maladie auto-immune entraînant la dégradation de la paroi de l’intestin grêle et conduisant à la malabsorption pathologique de plusieurs composés du gluten. Cette maladie, appelée « maladie cœliaque », prend la forme d’une intolérance permanente au gluten qui, en l’absence de traitement médical, oblige ces personnes à suivre toute leur vie un régime sans gluten. Cette pathologie doit être distinguée de l’allergie alimentaire au gluten et de la sensibilité au gluten (controversée).

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune se traduisant par une intolérance chronique au gluten. Les personnes atteintes doivent adopter un régime sans gluten toute leur vie. Crédits : Alsacestore

En Europe, la fréquence de la maladie cœliaque va de 1 personne sur 100 (France, Royaume-Uni) à 1 personne sur 500 selon les régions considérées. En outre, elle touche plus souvent les femmes que les hommes à raison de 3 femmes pour 1 homme. Au-delà de la nécessité thérapeutique d’adopter un régime sans gluten, de nombreuses personnes (environ 4 millions en France) suivent un tel régime à des fins purement non-médicales, le plus souvent dans l’idée de s’astreindre à un style de vie « sain ».

Les coûts prohibitifs des produits sans gluten

Un choix qui pourrait s’avérer plus néfaste qu’autre chose indiquent les scientifiques. Tout d’abord, le « sans gluten » se révèle bien plus coûteux que les produits ordinaires, jusqu’à 11 fois plus chers pour certains produits. Une étude récente de l’université de Bologne (Italie) pointe du doigt ces différences parfois exorbitantes.

En analysant les données issues d’une enquête nationale britannique sur les coûts de la vie et de la consommation, les chercheurs montrent que dans la catégorie « Pains et céréales », le prix moyen des produits sans gluten est de 1.26 €/100g (£ 1.12) contre 0.66 €/100g (£ 0.59) pour les produits avec gluten.

Ainsi, les auteurs estiment que toute personne souhaitant suivre un régime sans gluten doit ajouter 11.22 € à son budget alimentation hebdomadaire, ce qui correspond à 29% de ce budget. Pour les consommateurs possédant de faibles revenus, cela contribue à une chute de 34% du bien-être. Ces coûts prohibitifs sont donc responsables d’un effet néfaste sur le pouvoir d’achat.

La qualité des ingrédients utilisés — la farine de riz plutôt que la farine de blé par exemple — et les techniques de production employées sont les raisons généralement avancées par les producteurs pour justifier ces prix. Toutefois, bénéficiant de l’effet de mode généré par des personnalités publiques vantant les bienfaits du sans gluten, certains revendeurs n’hésitent pas à gonfler artificiellement les prix, allant même parfois jusqu’à proposer des produits estampillés sans gluten pour des produits naturellement sans gluten.

Produits sans gluten : une qualité nutritionnelle pauvre

En dehors du prix, les produits sans gluten révèlent également une pauvre qualité nutritionnelle. C’est notamment le cas des produits destinés aux enfants, selon une étude d’août 2018 publiée dans la revue Pediatrics et menée par l’université de Calgary (Canada).

Après avoir acheté 374 produits infantiles sans gluten dans deux grands supermarchés différents, les chercheurs ont analysé leur teneur nutritionnelle à la lumière des critères imposés par l’Organisation Américaine de la Santé.

Bien que ces produits aient montré des teneurs en sel, graisses et graisses saturées inférieures aux produits ordinaires, ils se sont également révélés bien plus pauvres en protéines.

Environ 80% des produits sans gluten analysés ont révélé une teneur en sucre similaire voire plus élevée que les produits contenant du gluten, et 88% d’entre eux sont classés comme ayant une pauvre qualité nutritionnelle. Non seulement ces produits ne sont pas plus avantageux, mais ils peuvent même s’avérer plus dangereux à cause de leur forte teneur en sucres.

Les produits sans gluten destinés aux enfants contiennent moins de protéines et plus de sucres que les produits ordinaires. Ils montrent ainsi une valeur nutritionnelle très pauvre. Crédits : Charlene Elliott

Maladies cardiovasculaires, cancers et diabète : les risques d’un régime sans gluten

Dans une étude de mai 2017 parue dans la revue British Medical Journal et menée par une équipe de médecins américains, les auteurs montrent que l’adoption d’un régime sans gluten sans raisons médicales est néfaste pour la santé des consommateurs. Pour ce faire, les scientifiques ont analysé les données recueillies à partir d’une étude conduite entre 1986 et 2010, ayant réuni 110’017 personnes sans maladie cœliaque.

…/…

Lire la suite de l’article

Auteur Thomas Boisson pour TrustMyScience

Lire sur le même sujet:

L’intolérance au gluten pourrait être expliquée par un autre composant se trouvant dans le blé

Les niveaux de CO2 modifieront les protéines, les micronutriments et la teneur en vitamines des grains de riz

Les bénéfices des suppléments en vitamines : un mythe ?

La consommation de viandes traitées aurait un lien avec l’apparition de graves troubles psychiques

Éliminer ce type de graisse pourrait sauver plus d’un demi-million de vies chaque année

 

28 commentaires

  • Il faut erreter de suivre les conneries données dans pas mal d’études et revenir a une nourriture saine.
    légumes de race ancienne, volaille et viandes élevée au pré.

    • bonjour

      très juste!!!!!!! et sans poison …..(je rêve)

    • predateur

      comme disait jean carmet « qu est ce qu on en a à foutre que les volailles soient élevées au grand air ,on ne mange pas les poumons »

    • GROS

      Clairement ! C’était la bonne époque, quand l’espérance de vie était de 35 ans.

      • engel

        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif….Absolument rien à voir avec la qualité de la nourriture.

      • Balou

        Ces viandars… que des oeillères…

        Espérance de vie et alimentation

        L’allongement de notre espérance de vie est souvent évoqué pour justifier l’emploi de médicaments chimiques.

        Quel était l’espérance de vie de nos ancêtres ?à en croire la plupart des écrits, notre espérance de vie ne dépasse pas 25 30 ans pour certaines estimations ou un peu plus pour les plus optimistes.

        Socrate est mort à 71 ans, victime de la ciguë.Diogène, célèbre SDF du monde grec a vécu 86 ans Sun SI Miao, médecin chinois a vécu 101 ans.

        Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres.Nombre de Chinois, respectant une alimentation basée sur les principes de la médecine chinoise sont devenus centenaires.Les centenaires en Grèce, doivent leur longévité à la nourriture quotidiennement absorbée.(régime crétois)
        […]
        Les Chinois ont un même espérance de vie que nous sans l’apport de médicaments.Il semblerait que les médicaments allongent notre espérance de vie que notre mauvaise alimentation diminue. Notre système de santé sert à réparer les dommages induits par une alimentation qui est dictée par l’industrie agroalimentaire en contradiction totale avec les règles d’hygiène alimentaire connue depuis des milliers d’années par une grande partie du monde.

        La consommation de viande notamment, est une grande source de problèmes.
        […]
        https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/esperance-de-vie-et-alimentation-91489

  • predateur

    un bon article , qui prouve que tout est question de mode et de buzz ….
    des articles a venir sur la bètise de la mode végan ou sur l anti agriculture conventionnelle

    • engel

      Un Bug dans le raisonnement.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

      Vous dénoncer les modes futiles et éphémères, certes, certes….
      Mais votre convention agricole d’environ soixante-dix ans d’age, n’est-elle point une mode, comparée aux onze milles ans de l’agriculture traditionnelle*???

      A l’instar de la mode vestimentaire , votre convention n’est en aucune façon le fruit de l’évolution sur le terrain même.
      Mais le résultat d’un choix imposé par un lobby(chimique) minoritaire sur une masse de neuneus.
      …En l’occurrence, les exploitants agricoles.
      * https://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture

  • Qu’est-ce que c’est encore que cette étude ! Pas un produit n’est cité, on ne peut rien comparer.
    Par exemple:
    – d’un côté: « Environ 80% des produits sans gluten analysés ont révélé une teneur en sucre similaire voire plus élevée que les produits contenant du gluten »
    – de l’autre: « mais ils peuvent même s’avérer plus dangereux à cause de leur forte teneur en sucres. »
    Sans dissocier lesdits produits plus sucrés – ils sont là mélangés avec ceux dont la teneur en sucre est « similaire » – comment parler ensuite de « leur forte teneur en sucres « ?
    Quelles seraient les explications ? Rien là-dessus…

    Le problème du gluten aujourd’hui vient de la détérioration de la qualité du blé (essentiellement). On a ainsi du gluten d’aussi mauvaise qualité que le blé lui-même.

    L’important ? Que chacune et chacun écoute son corps, c’est lui qui dira ce qui est bien pour lui.

    • Rainette

      https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif Totalement de ton avis biquette.
      Savoir s’écouter est la clé du problème. J’ai constaté que le pain me dérangeait, ballonnements, gaz, mauvaise digestion… J’ai donc fait un essai de 3 semaines sans pain et … plus de problèmes. Je n’ai pas, pour autant, couru acheté du pain sans gluten mais j’ai testé autre chose. Je fais mon pain moi-même de mes blanches mimines, à la farine de petit épeautre et je le supporte très bien. Le petit épeautre est une ancienne variété de blé. Quelle différence avec le blé moderne utilisé aujourd’hui ? Je n’en sais rien et je m’en moque. L’important est que je le digère.
      C’est un autre problème pour les personnes atteintes de la maladie coeliaque qui doivent, elles, suivre un régime extrêmement strict.
      Il y a une bonne vingtaine d’années je m’étais aperçue que je ne digérais pas les galettes de sarrasin. Jusqu’à ce qu’on me fasse goûter des galettes faites avec de la farine bio. Et, surprise, aucun problème. Là, le gluten n’était pas en cause puisque absent du sarrasin. Mais un agriculteur m’avait expliqué que sa farine n’avait rien à voir avec celle qu’on achète dans le commerce. Ce n’est pas du tout la même variété. Alors les problèmes posés concernant le blé sont-ils dûs au gluten ou à autre chose ? Mystère.

    • GROS

      Entièrement d’accord. Je mange toujours jusqu’à ce que mon corps n’en puisse plus.
      Jamais au-delà.

  • Bad-boy

    Toutes ces publications censées êtres scientifiques ressemblent plus à un combat de lobbies (tabac vs vapotte, médicaments vs homéopathie, .etc..) Lundi c’est bon pour vous, mardi c’est nocif, mercredi c’est re-bon, jeudi attention danger, vendredi t’est embrouillé.

    Le secteur de la publication scientifique est vérolé, peut on faire confiance à ces études souvent financées par les marques ?

  • Ned

    Certes il y a des « produits industriels sans gluten » qui simplifient bien la vie . En BIO on limite les risques de triche des dits industriels …
    Une anecdote très récente : Nous sommes allé manger chez notre fille hier soir . Salade de pomme de terre mayo, œufs durs, concombres, etc, bon et très classique et malheureusement pas bio ! mergez grillée pour accompagner .
    Constatation, Pour la même salade faite chez nous avec des éléments Bio la même quantité ne m’a pas rassasié !

    Alors moins cher peut-être mais s’il en faut plus ?

    Quand au sans gluten il y a plein de « choses » sans gluten à cuisiner en vrac , il suffit de se « donner un peu de mal … Quand au choix des pâtes par exemple le rayon des sans gluten est beaucoup plus varié que celui des « normales au blé ! »

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Il me semble que ce sujet a déjà été traité il y a quelques jours, j’avais d’ailleurs mis un commentaire. Peut-être dans les news ? je ne sais plus.

    • GROS

      Oui, je l’avais mis en avant dans les news il y a quelques jours.

      Et j’avais indiqué, à fort juste titre, que faire un régime sans gluten alors qu’on n’y est pas intolérant, c’est comme un régime sans viande: c’est idiot.

  • Bormes

    Le problème n’est pas d’avoir des produits SANS gluten, mais des produits AVEC UN PEU de gluten comme AVANT avec les anciennes céréales !

    Pourquoi ? parce que supprimer le gluten c’est supprimer toutes les céréales y compris les anciennes qui contiennent peu de gluten et donc les remplacer par d’autres choses et souvent du riz ou d’autres féculents, ce n’est plus les mêmes recettes et on ajoute d’autres additifs…

    Le gluten sert de liant et est en grande quantité dans les aliments industriel, le gluten est une COLLE, MAIS cela obstrue la paroi intestinale et empêche le fonctionnement normale des intestins, ou fait des trous dans cette paroi, d’ou ces pathologies.

    Il faut donc REDUIRE la quantité de gluten en utilisant les anciennes céréales,
    donc supprimer le blé moderne (qui contient énormément de gluten ) et le remplacer par des céréales anciennes comme par exemple de l’épeautre.

    C’est bien pour cela que RAINETTE obtient de bon résultats pour son transit intestinale sans pour autant SUPPRIMER le gluten mais en revenant a des doses NORMALES de gluten que l’organisme sait gérer !

    Evidement lorsque les intestins sont trop dégradés ils faut les REPARER avant de reprendre UN PEU de gluten dans sa nourriture.

    Bormes

  • soubiemyriam

    Que la paix vous accompagne

    Juste avis sur le goût : c’est degueu sans gluten .

    • Bormes

      Ce n’est pas le gluten qui fait le gout !

      C’est degueu parce que l’on remplace les éléments qui font le gout habituel du produit, notamment les céréales, par d’autres substitue qui n’ont rien a voir… donc forcement le gout n’est pas du tout le même.

      Par exemple pour les pâtes sans gluten, c’est des pâtes faites en générale avec du riz et/ou du mais donc pas du tout le même rendu au niveau texture et gout !

      • M.G. M.G.

        Sans parler de la quantité de sucre présent dans ces produits à base de farines de riz ou de maïs. Bonjour le taux de glycémie …

        M.G.

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Les pâtes sans gluten sont faites avec du maïs et non du riz, mais il y a des ajouts qui font que ce n’est pas un produit sain, d’autant plus que le maïs est souvent transgénique.

    • Bormes

      oui, merci de préciser

      Ils utilisent les 2 mais et riz,
      mais comme je ne trouve pas que le mais soit très bon pour la santé j’avais plutôt memorisé celles avec du riz

      https://www.maviesansgluten.bio/article/tout-savoir-sur-les-pates-sans-gluten

    • Ned

      Les pâtes sans gluten existent AUSSI au sarrasin, mais aussi avec des mélanges riz et sarrasin, riz et quinoa (celles de chez Rèal sont les meilleures) mais aussi riz 1/2 complet ou non avec du sarrasin, du quinoa, du millet, et d’autres céréales sans gluten …
      Certaines ne sont pas terrible au goût ! c’est une certitude, à croire que les fabriquant ne goûte pas leur fabrication !
      Et comme pour toutes les pâtes , c’est la sauce qui fait le plat, non ?
      Il est bien évident qu’il ne faut pas envisager de consommer celle- ci en agriculture chimique !

    • Ned

      Le maïs contient une partie de gluten que certains ne supportent pas ! Il faut donc faire attention.

      • Bormes

        le mais n’est pas un bon aliment, en dehors du fait que la plupart est OGM, et très (trop) énergétique, il ne contient que des OMEGA 6, pas d’omega 3

        Les OMEGA 6 sont INFLAMMATOIRES
        Les OMEGA 3 sont ANTI INFLAMMATOIRES
        c’est bien pour cela qu’il faut un équilibre entre les omega 6 et 3, et ce déséquilibre, participe, avec d’autres raisons aux maladies chroniques inflammatoires.

        Donc éviter le MAIS, et le blé moderne, et surtout en version OGM

  • Balou

    Le grand épeautre n’est pas sans gluten, mais il en contient moins que le blé. Le petit épeautre en contient encore moins, mais il est 2 à 3 fois plus cher que le grand épeautre. Par sac de 25 kg de grand épeautre en grains, je le touche 2,45 euros le kg livré devant ma porte. Si ça intéresse quelqu’un, je donnerai l’adresse de mon fournisseur.

  • Rainette

    C’est vrai que la farine de petit épeautre est chère (comparativement au blé). Mais comme je mange très peu de pain (une tartine au petit déj épicétou) mon kg me fait deux pains que je congèle. Savez-vous que le sarrasin se mange en grains et que c’est vraiment très bon ? C’est une alternative aux pâtes et au riz.