Calories : un mythe, une illusion, une absurdité !…

Pour ceux et celles qui s’intéressent à la nutrition, Jimmy de Terraponia nous explique que les calories, sont un mythe, une illusion, une absurdité. N’étant pas nutritionniste, je lui laisse l’entière responsabilité de ses explications, et vous suggère de lui donner votre avis sur ce sujet. Volti

********************

Auteur Jimmy pour Terraponia

Alors que la théorie des calories alimentaires n’a jamais eu la peau aussi dure et le vent autant en poupe, il est pourtant crucial de remettre les évènements dans leur contexte. Dans cet article, Terraponia remet en perspective un dogme dominant selon lequel les calories alimentaires sont le régulateur de la prise de poids chez l’humain. Le sujet avait d’ailleurs déjà abordé dans un article précédent intitulé Diététique : la théorie erronée des calories alimentaires.

La calorie, une simple unité physique abandonnée !

Avez-vous déjà entendu parler d’un physicien répondant au nom de Nicolas Clément ? Si ce n’est pas le cas, sachez qu’il est à l’origine de la création de la calorie. En effet, en 1824, ce dernier définit la calorie comme une unité énergétique. Selon Larousse, la calorie est une ancienne unité de mesure de quantité de chaleur équivalant à 4,185 joules. Elle permet d’élever la température de 1 g d’eau d’environ 1 °C au voisinage de 15 °C et à la pression atmosphérique normale.

Toutefois, cette unité énergétique n’est pas utilisée dans le système international des unités de mesure car elle est jugée « trop incertaine ». Il semblerait que le joule soit préféré à la calorie.

Une unité de chaleur pour parler des aliments, une absurdité !

Comme l’aurait dit notre illustre Coluche en parlant de la publicité, « je voudrais savoir si on est aussi con que ça ? ». Dans le cas des calories dites « alimentaires », la question est plus que légitime.

Le corps est-il un four ? Les aliments vont-ils fondre ou s’évaporer, dans le corps, sous l’effet de la chaleur corporelle ? L’humain dégage-t-il de la fumée lorsqu’il ingère des aliments ?

A moindre d’être dans un état second, envisager une réponse positive à l’une de ces trois questions serait de la pure mauvaise foi. Dès lors, dans la mesure où le processus de digestion commence par l’olfaction, puis se poursuit par la mastication des aliments et qu’elle s’accélère par la sécrétion de sucs digestifs, il va de soi que le corps humain n’a absolument rien d’une chaudière.

La digestion est une savante combinaison de processus mécanico-chimiques du corps mais, à aucun moment, le résultat d’une élévation de chaleur ou d’une combustion.

Conclusion

Ainsi, notre démonstration arrive à son terme. Parler de l’énergie calorifique d’un aliment est inutile puisque toute unité de chaleur est indifférente au processus de digestion chez l’humain.

Mais dans un monde de statistiques où tout est « mathématiques », il fallait bien trouver une idiotie à faire gober aux gens pour justifier l’achat de tel ou tel aliment, ou de telle ou telle boisson.

Bref, les calories relèvent du domaine de la croyance … et n’ont donc rien à faire avec la nutrition.

Prenez soin de vous et visez votre indépendance en termes de santé avec Terraponia.fr.

Jimmy pour Terraponia

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Terraponia.fr est le site sur lequel Jimmy s’exprime fréquemment et livre un décryptage impertinent et sans concession sur les thématiques de la nutrition & de la santé. Merci à vous de visiter mon site. Sachez que vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information sur https://terraponia.fr. »

Vous serez peut être intéressés par :

SIDA : l’alimentation et les drogues sont-elles à son origine ?

Céréales & légumineuses : aliments diétotoxiques par excellence !

8 commentaires

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Je ne sais pas si c’est un mythe ou une absurdité mais ce que l’on en fait oui !

    Un exemple : une très jeune amie se trouvait dans un foyer pour jeunes il y a quelques années, elle y habitait n’ayant rien trouvé d’autre pour se loger à côté de son travail.
    Un soir elle m’a donné la composition d’un dîner, pourtant établi par une diététicienne qui appliquait la règle des calories, et de ce point de vue le repas était parfait sauf que… charcuterie + viande + frites + fromage = une quantité énorme de graisses saturées nocives à l’organisme ! un peu ça passe, là ça frise l’absurdité !
    Ce n’est qu’un exemple, mais de ces repas les légumes étaient pour la majorité du temps inconnus, les fruits, rares…
    Alors ces jeunes étaient nourris selon les règles des calories mais je vous laisse penser ce qu’il en advenait de leur santé !

  • Flo500

    C’est un peu ergoter sur les mots je trouve.
    Bon, qu’on remplace le terme Calorie par « Joule » pourquoi pas ?
    Ou peut-être des Watt. Ou encore des « erg » qui représente une unité d’énergie.

    L’énergie ‘est pas forcément liée à la chaleur, même si les deux vont souvent de paire.
    Cela dit, qu’on parle en Calories ou en « Erg », un plat de tomates par jour aura toujours moins d’effet sur le poids d’un individu à la fin du mois que le même poids de nutella ou de chips. (200 grammes de tomates u de 200 grammes de chips par jour, par exemple).

  • Bormes

    Bjr,
    Je ne trouve pas que cette démonstration soit très pertinente, car simplement dire que:

    Le corps est-il un four ? Les aliments vont-ils fondre ou s’évaporer, dans le corps, sous l’effet de la chaleur corporelle ? L’humain dégage-t-il de la fumée lorsqu’il ingère des aliments ?

    cela ne démontre pas grand chose, puisque nous ne BRULONS pas les aliments par la chaleur mais par la digestion chimique afin d’en extraire ces calories…

    Personnellement je classerais les CALORIES dans la case de l’ENERGIE, et c’est l’énergie permet au le corps de fournir un TRAVAIL.
    Le travail se mesure en joule, la calorie aussi.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Joule

    L’organisme est capable d’extraire certaines calories qui l’intéresse ou pas suivant le type de calorie, et/ou bien de les éliminer sans les utiliser ou de les bruler ou pas (bruler pas digestion chimique).

    Les calories pour l’humain, correspondent aux carburants pour la voiture, une voiture fonctionnera différemment suivant le type de carburant, c’est pareil pour l’organisme.

    Notre organisme est très bien adapté:
    A digérer les matières grasses de bonnes qualités, (la plupart des lipides naturels),
    ainsi que la plupart des protéines grâce aux enzymes ( mais pas trop les protéines de lait de vache par contre),
    pas très adapté a digérer les sucres, surtout en grande quantité, ce qui fatigue notre système digestif.
    et pas adapté du tout a digérer les gras trans, les gras trans inutilent ne font que transiter, et en passant surcharge un peu notre système digestif…

    Si nous ne mangeons que des lipides ou que des protéines, notre système digestif en extrait ses besoins et si il y en a trop il ne les utilise pas et les jette dans les selles, comme pour les gras trans, qui transitent sans aucun apport.
    Nous avons donc des selles GRASSES.

    Par contre lorsque nous mangeons des glucides, notre système digestif est OBLIGÉ de traiter ces glucides et ces calories car il ne peut s’en débarrasser qu’en les brulant ou en les stockant dans les cellules adipeuses, donc en grossissant.
    Nous n’avons pas de selles SUCRÉES, sinon il y a un problème…

    Malgré le fait que l’organisme est mieux adapté aux lipides, si nous ingérons des glucides, nous devrons traiter en priorité ces glucides au détriment des lipides qui seront éliminés.

    Donc mesurer les calories est une absurdité CAR suivant les types de calories et des besoins de l’organisme, nous en utilisons une partie et nous rejetons une autre partie.

    Sauf que la nutrition ne se résume pas a la calorie bien au contraire.

    Une voiture s’use et ne se renouvelle pas d’elle même, alors que l’organisme le fait.

    Pour que notre organisme fonctionne correctement et que nos cellules se renouvellent correctement et régulièrement il nous faut des bons nutriments.

    Au dela des glucides, lipides et protéines, ces nutriments sont les minéraux, les vitamines, les oligo éléments, etc etc …

    En résumé il faut BIEN manger, surtout des BONS produits, avec peu de glucides et beaucoup de légumes, légumes cultivés dans de la vraie terre vivante pour avoir un maximum de NUTRIMENTS (pas dans les engrais chimique).

    C’est le SUCRE/GLUCIDES qui fait grossir, et pas autre chose, ce ne sont pas les calories !
    et c’est la bonne alimentation qui fera maigrir doucement.
    GLUCIDES = SUCRE / FECULENT / PATES / PATATES / CEREALES / FARINES, ETC…

    Et nous n’avons même pas besoin d’ingérer du sucre, car notre foie sait très bien transformer les lipides en glucides.

    Pour une fois qu’une video ne raconte pas de connerie sur le SUCRE et la digestion lors d’un emission grand public,
    je vous donne le lien:
    https://www.youtube.com/watch?v=p6klgGhk1dk

    Bormes

  • xif

    N’importe quoi. La calorie est depuis longtemps FIXÉE sur le Joule, elle est donc aussi « précise ». De plus, la calorie n’est pas une unité de chaleur (qui se mesure en Watts), mais une unité d’ÉNERGIE. C’est donc tout à fait adapté à la mesure de la quantité d’énergie que l’on ingère.

    Certes, 1 J de glucides n’est pas du tout traité comme 1 J de lipides, mais la mesure en terme d’énergie est utile pour avoir une idée approximative de la quantité de nourriture. C’est réducteur, comme tout chiffre, mais ça n’empêche que c’est utile.

  • bonjour,
    encore plus de precision…
    la chaleur c’est de l’énergie, elle peut donc etre mesuree en calorie ou en joule ou en kwh. la chaleur n’est pas un flux mais une quantité …comme le froid d’ailleurs.
    un flux est l’ecoulement d’une quantité ( joule, calorie, kwh ) par unite de temps la seconde, la minute, l’heure. on obtient alors par ex des watt, joule/s, kcal/h.

    grossir ne depend pas que des calories ingerees, c’est evident si on s’interesse au sujet.
    par contre maigrir ,en dehors d’une pathologie grave , est relié assez directement a la quantite calorique ingeree. ce qui permet de programmer des repas calibres pour une personne sous alimentée. le comptage calorique est sans doute partie des programmes d’aide et de lutte contre la faim ds le monde . le succes de la formule a fait que certains se sont servi a mauvais escient de cette methode de comptage et l’ont utilisee a propos de dietetique … et la c’est tout faux

    • xif

      Stricto sensu, on différencie en thermodynamique la chaleur (aussi appelé courant thermique, ou flux thermique, noté j, c’est ce que l’on ressent quand on dit que quelque chose est chaud ou froid, et mesuré en W=J/s); et la quantité de chaleur (noté Q, qui est l’intégrale pendant un temps T du flux thermique, et mesurée en J).

      En effet, quand on ressent que quelque chose est chaud ou froid, c’est essentiellement un ressenti instantané, c’est donc le flux thermique et non l’énergie que l’on ressent.

      Donc chaleur (ou froid) = flux d’énergie (thermique), et quantité de chaleur = énergie (thermique).

      Malheureusement, cette terminologie historique est confuse, mais si l’on veut être cohérent avec ce que l’on désigne couramment par « chaleur » ou « froid », il faut éviter d’utiliser le terme chaleur pour désigner la quantité de chaleur.

  • GROS

    M’en fous, tant que je me fais plaisir.

Laisser un commentaire