Nouveau scandale sanitaire en vue? l’agence française et européenne des médicaments retirent du marché des produits de contraste pour IRM qui laissent des traces dans le cerveau…

Encore une alerte sanitaire ? Bien qu’il n’y ait aucune certitude sur les effets secondaires à venir, le produit désigné se dépose bien entre autre, dans le cerveau. A suivre…


Ces produits ont été massivement utilisés pendant des années pour servir de marqueur lors des IRM et, d’un coup, on nous explique que le produit est retiré du marché car il se dépose entre autre dans le cerveau, les os et les reins des patients. Mais, rassurez-vous, ils nous disent que rien ne prouve à ce jour que le dépôt d’un métal dans nos cerveaux est nuisible…ce qui explique d’ailleurs son retrait en catimini alors que cela fait depuis 2015 au moins que des scientifiques ont identifié ce problème. 

Après, si une toxicité était avérée, ce que semble revendiquer toute une communauté de patients victimes de ces produits de contraste, on pourra néanmoins compter sur la mauvaise foi habituelle des autorités de santé qui nous diront qu’en fait non, c’est une théorie du complot. Quand on sait que la toxicité de l’aluminium, qui est pourtant un neurotoxique notoire favorisant la maladie d’Alzheimer et que l’on retrouve en quantité extrêmement élevée dans les cerveaux de patients autistes, est encore niée après plusieurs décennies, les victimes de ce médicament peuvent toujours courir pour espérer obtenir la reconnaissance de leur préjudice et une (très) hypothétique réparation. Car dans une cour de justice en France, Big Pharma, qui est très protégée, a quasiment toujours raison, il faut le savoir. Etonnament, ce retrait arrive un peu après la plainte aux Etats-Unis de Chuck Norris que l’on va voir par la suite.

« Bien que la mécanique exacte du dépôt ne soit pas encore élucidée, des donnés récentes suggèrent que le Gadolinium a la capacité de s’accumuler chez les patients dont le tissu cérébral est normal et sans antécédents de pathologie intracrânienne. D’après un des auteurs d’une étude réalisée sur ce sujet,  le Pr Robert J. McDonald, de la  Mayo Clinic : «  Le dépôt de Gadolinium se produit indépendamment des anomalies intracrâniennes. La façon dont il se dépose reste encore inconnue, mais  pourrait affecter des dizaines de millions de patients dans le monde entier, et d’autres recherches sont nécessaires pour enquêter sur toute co-morbidité ».

Cela a amené les scientifiques de l’université de Caroline du Nord (University of North Carolina) à proposer de désigner cette accumulation du Gadolinium sous le nom de «maladie de dépôt de Gadolinium» qui associe typiquement : des maux de tête persistants, des douleurs osseuses et articulaires, et un épaississement des tissus mous sous la peau ».

Voyons d’abord le communiqué de l’ANSM en date du 12 janvier:

« En accord avec l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), les laboratoires cités dans la lettre aux professionnels de santé jointe souhaitent vous faire part des informations suivantes :

Une revue par l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) a confirmé que de faibles quantités de gadolinium sont retenues dans le tissu cérébral après l’utilisation de produits de contraste à base de gadolinium.

Une rétention plus importante de gadolinium dans le cerveau a été observée avec les produits linéaires par rapport aux produits macrocycliques.

À ce jour, il n’existe aucune preuve que la rétention de gadolinium dans le cerveau, quel que soit le produit de contraste, soit nocive pour les patients.

Comme les risques à long terme de la rétention de gadolinium dans le tissu cérébral sont inconnus, l’EMA recommande la suspension des AMM des produits de contraste linéaires intraveineux dans l’UE, à l’exception :

-de l’AMM de l’acide gadobénique, qui reste disponible pour l’imagerie du foie uniquement.
-de l’AMM de l’acide gadopentétique, pour l’utilisation intra-articulaire uniquement (Ce médicament n’est néanmoins plus commercialisé en France depuis décembre 2016 et son AMM vient d’être abrogée pour raisons commerciales).

Les AMM du produit linéaire intraveineux gadodiamide et des formulations intraveineuses de l’acide gadopentétique sont suspendues à compter du 15 janvier 2018.
Les produits macrocycliques restent également disponibles, pour les utilisations intraveineuse et intra-articulaire.

Il est rappelé aux professionnels de santé qu’ils doivent utiliser des produits de contraste à base de gadolinium uniquement lorsque l’information diagnostique essentielle ne peut être obtenue par l’imagerie sans rehaussement de contraste. »

Or on apprennait en novembre dernier qu’une plainte de grande ampleur précisément concernant ces produits de contraste, a été initiée par l’acteur  Chuck Norris qui poursuit 11 compagnies pharmaceutiques pour avoir « empoisonné » sa femme avec un produit de contraste IRM qui l’« a laissée dans un état proche de la MORT avec douleurs et faiblesse permanentes »

Réaction grave au gadolinium, produit de contraste IRM: l’acteur Chuck Norris porte plainte contre les pharmas

…./….

Lire l’article complet

Source Fawkes-News

2 commentaires

  • jp31 jp31

    Hugh !

    Euh bah prem’s apparement.. ?

    Oui je sais Mamie pas de Zikal, mais trop tentant, https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

    Eminem & Evanescence – Someone To Talk To (2017)

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

  • Rien de ce que la chimie peut nous injecter, ni aucun médicament chimique n’est inoffensif.
    Quand je lis cet article et que, de façon obsessionnelle certes, mais bien réfléchie, je l’associe aux ondes électromagnétiques, je vois en effet plus que le scandale sanitaire de produits toxiques injectés alors même qu’on les sait toxiques. Puisqu’on connaît maintenant l’interaction des métaux lourds avec les ondes qui ouvrent la barrière hémato-encéphalique.

    Le scandale est là: c’est bien le fait d’empoisonner sciemment la population: soit par négligence, soit par peur de la hiérarchie, du manque de crédits… soit encore volontairement. Peu m’importe, les résultats sont les mêmes !

    Aucun examen n’est totalement sans danger.