EHPAD de Foucherans (Jura) 100 jours de grève aux Opalines…

Ce n’est plus un secret depuis longtemps, les « maisons de retraites » où EHPAD, demandent à leur personnel d’être efficaces et efficients, ce qui est la moindre des choses, dans les établissements, ayant en charge nos anciens, mais ça a un coût.

Exceptionnelle, la durée. Du jamais vu en France au sein des EHPAD (le sigle officiel des maisons de retraite).

Tous secteurs d’activités confondus, difficile de trouver un conflit plus long. Si : 214 jours d’arrêt de travail dans un bureau de poste des Pyrénées-Orientales, en 2016… À côté, le conflit au sein de la SNCF (24 novembre au 15 décembre 1995) ferait presque figure de « petit joueur ».

Sûr, les 10 employés grévistes (des aides-soignantes, surtout), soit le quart du personnel à temps plein de la maison de retraite du groupe privé Les Opalines (77 résidents), à Foucherans (Jura), ne cherchent pas à figurer dans le Livre Guiness des records. Car plus de 3 mois sans percevoir leur salaire, ça fait mal, très mal. Comment font-ils pour ne pas trop perdre d’argent ? « On a organisé un concert le 25 mai », répond la tonique cégétiste Anne-Sophie Pelletier. « La salle était gratuite, les musiciens se sont produits bénévolement. On a récolté de quoi payer 40 % de nos salaires de mai. On a aussi notre caisse de solidarité. On collecte de l’argent dans les rues. Il nous arrive de récolter 200 € en 1 h 30. ça nous fait 20 € chacun… »

« On demande toujours 100 € net de plus par mois »

Comment cet EHPAD parvient-il à prendre en charge les résidents, avec le quart de son personnel en moins ? « Au début, la direction a fait venir des employés d’autres établissements des Opalines, puis elle a recruté des CDD. 12 résidents ont aussi été placés dans d’autres maisons, à Dole, Arbois, Salins… » Les grévistes disent avoir encore le soutien de nombre de familles, même si celui-ci semble moins s’exprimer publiquement qu’au début.

…/…

Lire l’article complet

Source l’Est-Républicain

4 commentaires

  • engel

    Dixit: « …puis elle(la direction) a recruté des CDD(pour remplacer les grévistes). »

    Fin des prétentions ouvrières, « Ici gît le droit de grève ».https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif
    On croyait la chose impossible,… mais ils l’ont fait!https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif
    Si aucune action n’ait faite, s’en est fini au niveau national!
    Certes pas du droit de grève, mais bien plus vicieusement de sa fonction coercitive de ce droit.
    En clair, vous pourrez toujours faire grève jusqu’à crever, sans que cela impacte les dirigeants.

    …Et les grands syndicats nationaux avec leurs armées d’avocats, il en disent quoi???

  • ROSSEL

    Ceux qui ont accepté de remplacer au pied levé ces courageuses grévistes n’ont aucune dignité. Ce sont des jaunes. Il y a quelques décennies ils auraient étés mis au ban de la société, plus personne ne leur aurait adressé la parole et ne se serait montré en leur présence. La notion de décense commune n’était pas une vue de l’esprit. Aujourd’hui que la lâcheté est devenue la norme pour tous, que l’égoïsme petit-bourgeois triomphe chez les ex-classes dangereuses qui ont adopté le comportement de ceux qui les exploitent, les requins triomphent et le fric a tous les droits.
    Ces aides-soignantes ont un cran exemplaire. Est-il possible de les aider concrètement ?